Villain to Kill – Tome 2

Quelques mois après avoir lu le premier volume, nous retrouvons Cassian qui s’habitue doucement à sa nouvelle vie sous l’apparence de Gwon Gangwu dans le tome 2 de Villain to Kill. Toujours aussi ivre de vengeance contre ses anciens alliés, Cassian va-t-il se tourner vers les vilains, dont il fait désormais partie pour trouver du soutien ? Ce n’est pas gagné et ce même si Driver, le chef de la Vilzone, semble très intéressé par l’ex-Psyker.

Cette critique a été réalisée avec un exemplaire fourni par l’Éditeur.

La vengeance dans la peau

Pour rétablir la justice, il doit devenir le plus puissant des vilains.

Dans un monde divisé entre les vilains destinés à faire le mal, et les  » psykers  » qui se battent pour la justice, la frontière entre le bien et le mal n’est pas toujours évidente.
Alors qu’il rendait visite à son mentor, Cassian, psyker de 1re catégorie, assiste au meurtre de ce dernier par ses propres camarades. Cassian, injustement accusé, se défend mais y laisse la vie. Il se réincarne alors dans le corps d’un lycéen destiné à devenir un vilain. Cassian va chercher à se venger des siens tout en essayant de maîtriser la part d’ombre qui pourrait bien le dévorer.

Kotoon

Le monde de Villain to Kill est séparé en deux catégories : les Psykers, héros dotés de pouvoirs au service de la population, et les Vilains, dotés également de pouvoirs, mais faisant régner la peur et la destruction. Cassian fait partie de la première catégorie et assouvit sa soif de justice en travaillant pour le Lampas (une organisation qui regroupe et encadre les Psykers). Son tempérament de feu, violent et impulsif, ainsi que ses méthodes d’interventions musclées lui valent d’être mis à pied par ses supérieurs, malgré son statut de classe S. C’est alors que son mentor et meilleur ami Jeff le contacte pour lui demander de le rejoindre sur l’île de Rhodes.

Il a juste le temps de lui confier un pendentif avant d’être abattu par des poursuivants que Cassian, abasourdi, identifie comme des alliés du Lampas. Assassiné sans autre forme de procès, le Psyker de feu reprend ses esprits dans le corps d’un lycéen qui vient de mourir noyé suite à un harcèlement qui a mal tourné. Il a à peine le temps de reprendre ses esprits que l’entité, nommé Moros, contenue dans le pendentif confié par Jeff apparaît et lui explique qu’il est la cause de sa réincarnation dans le corps du jeune Gwon Gangwu qui a le potentiel pour devenir un vilain, et pas n’importe lequel, un super-vilain ! C’est donc en menant la vie du lycéen que Cassian va devoir apprivoiser ses nouvelles capacités pour traquer les assassins de Jeff. Mais le jeune homme a attiré l’attention de Driver, le vilain régnant sur la Vilzone de Gadam.

… Et pour quelques pouvoirs de plus

Une menace plane sur Séoul. Un vilain assoiffé de sang, du nom de Blood Rain, commet plusieurs massacres dans la ville. Après l’attaque d’une boîte de nuit, il ne tarde pas à désigner ses prochaines victimes. Cassian se lance alors à sa poursuite et un violent combat débute entre eux.
Driver, de son côté, décide de laisser Cassian rejoindre la vilzone contre l’avis des autres vilains. Acceptera-t-il son offre ?

Kotoon

Après avoir vaincu Blaster dans le premier tome de Villain to Kill et avoir accepté de mettre hors d’état de nuire le serial killer qui sévit à Gadam pour le compte de Driver, Cassian arrive à trouver la trace du vilain qui s’en est pris à deux collégiennes, dont la sœur de l’apprenti Psyker Kim Wuchan. Après avoir sauvé les jeunes filles, Cassian se met en chasse de Blood Rain qui s’est enfui et qui possède des capacités similaires à celle des vampires, responsable des meurtres perpétrés récemment. Mais ce dernier n’en a pas fini avec celles qui lui ont échappé et lance une attaque sur l’hôpital. Gwon/Cassian arrivera-t-il à les sauver et à abattre son adversaire ? 

A History of Villain

Je dois bien avouer qu’à la suite de ma lecture du premier tome de Villain to Kill, j’avais certains doutes quant à la potentialité de ce Webtoon à m’embarquer avec lui (ayant par ailleurs laissé rapidement tombé sa lecture sur la plateforme en ligne). Toutefois, suite à la réception du tome deux, j’ai décidé de continuer ma découverte de la série de Fupin et Eunji, dont j’aime beaucoup les dessins par ailleurs. Si du point de vue du scénario mes réticences ont été un peu apaisées (mais j’y reviendrais), j’ai eu un autre souci avec ce volume qui concerne son édition en livre relié.

En effet, si le papier glacé est toujours aussi agréable à manipuler, beaucoup de cases ne sont pas dans une résolution optimales pour l’impression, ce qui fait que l’on alterne entre des dessins d’une netteté parfaite et d’autres complètement pixelisés, ce qui nuit au confort de lecture et à l’immersion. Comme ce problème n’était pas présent dans l’ouvrage précédent, j’espère que ce n’est qu’une erreur temporaire qui sera réglée dès le volume trois de Villain to Kill. Pour autant, le récit s’améliore quelque peu maintenant que l’intrigue est posée et les principaux protagonistes introduits.

S’il est évident que Kim Wuchan va très vite venir, malgré sa haine des vilains, se ranger aux côtés du héros en lequel il commence déjà à reconnaître son idole décédée, Cassian, lui, suit un parcours bien plus intéressant. Avant sa mort, et malgré ces actes qui pouvaient passer pour ceux d’un méchant, il était du côté du bien ne serait que par son rôle de Psyker. Depuis sa réincarnation, il jouit du statut de vilain et seule sa volonté de sauver des vies le différencie réellement des monstres qu’il a toujours convaincus. En ce sens, il doit changer d’attitude pour faire comprendre à ceux qu’il sauve qu’il n’est pas mauvais, et ce, d’autant plus que c’est la colère qui lui permet de déclencher ses pouvoirs et que l’accumulation de sentiments négatifs comme la haine pourrait le faire basculer définitivement.

La Vilzone qui sert aux vilains à pouvoir mener un semblant de vie normale est également intéressante, car étant gouvernée par Driver, les règles qui la régissent en font un endroit où il fait bon vivre. Il s’agit donc d’un lieu qui peut changer d’apparence selon la personnalité de celui qui la gouverne et est un miroir de la dualité propre à chaque individu, qu’il soit du côté du mal ou de la justice. Ainsi, je serais curieuse de suivre ces évolutions, d’autant que le personnage de Moros, complètement sous-exploité pour l’instant, et sa quête de l’épée de Mark l’exterminateur n’ont peut-être pas fini de me surprendre.

Pour conclure…

Maintenant que les bases de Villain to Kill sont posées, Fupin et Eunji commencent à développer plus avant la personnalité de leurs protagonistes et notamment celle de Cassian, qui doit s’intégrer au mieux à la vie de Gwon Gangwu et développer ses compétences pour revenir à son niveau initial. La frontière entre le bien et le mal, qui semblait bien déterminée précédemment, commence à se flouter à la lumière des agissements de certains vilains comme Driver, dont les motivations sont pour l’instant totalement opaques. Un propos qui s’affine donc et rend le sujet initial bien plus intéressant, en espérant que cela continue dans ce sens. Pour autant, les nombreuses cases pixelisées qui parsèment le volume ne rendent absolument pas justice aux dessins par ailleurs très beaux d’Eunji. Voilà qui est bien dommage et je me tâte du coup à plutôt continuer ma lecture sur la plateforme en ligne où ce défaut n’est pas présent, tout en espérant que celui-ci n’est que passager. À voir si ce problème sera réglé dans le tome 3 de Villain to Kill dont la date de sortie n’est pas connue à cette heure.

Vous devriez Lire aussi
World of WarCraft - L’Armée des ombres

Dans le même genre

Laisser un commentaire