Silver Plan : Ma seconde chance – Tome 1

Silver Plan : Ma seconde chance – Tome 1 débarque chez Meian édition. L’histoire d’une sans-abri qui avait l’enfance la plus dorée qui soit. Mais l’argent ne fait pas le bonheur et quand celui-ci disparaît, c’est encore pire. Après une nuit tragique, Sayuri se réveille loin de ses quarante années et redevient une lycéenne. Une seconde chance pour elle et surtout une opportunité de changer son avenir sombre. Retrouvez Silver Plan : Ma seconde chance chez vos libraires préférées à partir du 29 mars 2024.

Cette critique a été réalisée avec un exemplaire fourni par l’Éditeur.

L’histoire de Sayuri Ninomya

J’étais la pire des garces, mais je veux changer !

Une fille de bonne famille qui était arrogante, va tout donner dans sa seconde vie !
Sayuri Ninomiya est une demoiselle arrogante qui a atteint des sommets en richesse et en pouvoir durant la période de la bulle économique. Mais cette gloire n’est plus qu’un vestige du passé. Désormais, elle n’est plus qu’une sans-abri solitaire d’âge moyen.
Un beau jour, alors qu’on l’agresse dans un parc, et qu’elle croit sa dernière heure arrivée, elle se réveille à l’époque où elle était encore au lycée.
Afin que le véritable bonheur lui ouvre les bras, elle mise tout sur son  » silver plan  » en décidant de travailler dur pour se faire des amis, faire des économies et être en bonne santé. Sa seconde vie ne fait que commencer !
Une nouvelle vie et l’opportunité de tout changer !!
Une héritière au destin tragique recommence sa vie depuis le lycée !

Silver Plan : Ma seconde chance – Tome 1

Silver Plan : Ma seconde chance relate le rêve de beaucoup. Qui n’a jamais rêvé d’avoir une seconde chance dans sa vie ? Pouvoir revivre un moment de son passé pour changer son avenir ? Sayuri, elle ne l’avait jamais envisagé et si son arrogance de l’époque l’a conduite, lors du crash financier, à continuer de bien vivre car son physique le lui permettait, elle a vite déjanté. Passé un certain âge, son corps n’attire plus et la voilà sans abri à faire les poubelles et à dormir dans la rue. Triste fin pour elle.  Dans cette aventure, nous allons découvrir comment Sayuri qui jadis arrogante, pète sec et insolente va devenir un modèle de bienveillance et se faire de vrais amis. Comment va se finir tout ça ? Va-t-elle éviter un futur dans la rue ?

L’arrogance mène à la perte

Et oui, c’est le résumé des deux premières planches. On découvre une Sayuri horriblement vilaine. Elle rit et se moque des pauvres, vous prend de haut et la planche suivante, la voilà emmitouflée dans le froid annonçant ses quarante six ans. Un corps fébrile, âgé et plus aussi agréable qu’avant. Sayuri a tout perdu, sa famille, l’argent de son héritage et puisqu’elle n’avait plus la beauté d’avant, elle a dû se résigner à vivre dans la rue. Une belle leçon de morale pour ces gens de la haute qui ne liront sûrement pas ce manga.

On dit souvent que l’histoire sert de leçon. Est-ce que cela va fonctionner pour Sayuri ? En tout cas, dans ce premier tome, il semblerait. Quand elle rentre chez elle dans sa nouvelle vie, elle change déjà énormément. Elle aide les gens, demande à ne plus gaspiller la nourriture. Bref voyons si sur le long terme ça fonctionne. Comme on dit, chassez le naturel, il revient au galop.

Lorsqu’un simple vœu change tout

Beaucoup d’histoires avec des sans abris nous parlent de ces groupes qui tabassent des sans abris sans raison. Frapper et mettre à mort des innocents justes parce qu’ils dérangent dans la rue ou par simple jeu. Être une femme ici ne change rien pour Sayuri et quand elle est passée à tabac, elle ne demande qu’une chose… Pouvoir changer son avenir. Montrer « qu’elle peut vivre correctement ». Et son vœu est réalisé. La voilà de retour dans son uniforme. Mais la grande question est pourquoi ?

Sayuri est-elle morte et cette histoire est juste le reflet du paradis ? Ou bien a-t-elle une réelle chance ? Une réincarnation ? L’histoire n’est pas encore terminée au Japon. Actuellement composée de douze chapitres, la sortie française commence tout juste donc il y a fort à parier que l’histoire va être longue. Mais pourquoi pas ? Nous sommes dans un manga type école et on sait tous que ce genre de thème va plaire et peut durer.

Le bon vieux cliché School girl

Le manga est annoncé + de 16 ans sur les sites, donc on se doute que les gros plans actuels sur les cuisses des étudiantes vont continuer et même aller plus loin. Ce n’est pas juste la planche où Sayuri se fait tuer qui va justifier un seize ans et plus.

Les Sexy School comme je les appelle ne sont pas justes un ramassis d’écolières en mini-jupes et Silver Plan le prouve avec ce premier tome où l’on ne voit pratiquement rien de mature. Ce premier épisode se concentre plus sur l’histoire de Sayuri et surtout sur ce qu’elle était avant et ce qu’elle veut devenir maintenant.

Mon avis sur Silver Plan : Ma seconde chance – Tome 1

Je dis OUI ! J’avais récemment lu un autre manga type School et même si j’avais apprécié. Certaines choses ne m’avaient pas trop plu. Or là Silver Plan m’a conquise. J’ai envie d’en savoir plus et le fait d’avoir découvert une Sayuri fragilisée par la vie aide beaucoup à s’attacher à elle. Car on va être clair, si le tome un avait été sur cette fille à l’époque des deux premières planches je pense qu’on lui aurait tous dit «  Bien fait ! ». Elle semble avoir été une vraie vipère.

Niveau dessins et couverture, je n’ai pas grand-chose à dire. On est sur une couverture très simple qui nous fait bien comprendre que l’histoire va tourner autour de Sayuri. Les traits des planches sont fins et agréables et l’ambiance du manga est assez rafraîchissante pour le moment. Voyons ce qui va se passer par la suite.

Pour conclure…

Vendu à plus d’un million d’exemplaires au Japon, Meian édite en France le manga Silver Plan : Ma seconde chance. Une œuvre qui pour le moment est assez chill mais qui va sûrement dévoiler son lot de surprises. Actuellement disponible en douze tomes au Japon, il va falloir attendre le 29 mars pour la sortie du tome un.

Vous devriez Lire aussi
Les Femmes de Game of Thrones

Dans le même genre

Laisser un commentaire