Rave Édition Originale – Tome 1

Première série à succès de Hiro Mashima, l’auteur de la saga fleuve Fairy Tail, Rave revient dans une toute nouvelle édition concoctée par l’éditeur Glénat. Alors que la série complète de 35 volumes est disponible chez le même éditeur, Glénat compte bien combler les attentes de ses lecteurs avec cette nouvelle formule qui regroupe deux tomes en un et adopte le grand format pour un confort de lecture très appréciable. Sorti en librairie depuis le 3 avril 2024, il est temps de rattraper notre retard et de (re)découvrir l’œuvre qui a donné à Hiro Mashima son statut de maître du shōnen. C’est parti pour la success Glory !

Cette critique a été réalisée avec un exemplaire fourni par l’Éditeur.

L’Haru du destin tourne

La première œuvre de l’auteur de Fairy Tail

Par le passé eut lieu une grande guerre entre les Rave, les pierres sacrées, et les Dark Bring, les pierres maléfiques. La bataille finale se conclut par une effroyable explosion appelée Overdrive ! Les Rave se dispersèrent à travers le monde et les Dark Bring ne firent plus parler d’eux… Cinquante ans plus tard, les Dark Bring sont ramenés sur le devant de la scène par Demon Card, une organisation de criminels ! Le monde est sur le point de basculer dans les ténèbres. Haru, un jeune garçon qui habite sur l’île Garage, est choisi par Rave pour devenir le sauveur tant attendu ! Désormais, il est le seul à pouvoir utiliser le pouvoir de Rave et il va nous en faire une démonstration !!

Glénat

Dans Rave, tout commence avec Haru un adolescent à la force phénoménale qui vit sur l’île Garage. Après avoir pêché un étrange animal dont la nature est indéterminée, il va voir sa petite vie tranquille, en compagnie de sa grande sœur Cattleya, voler en éclat avec l’arrivée d’un vieillard nommé Shiba qui est à la recherche de l’animal et qui est également pourchassé par de puissants ennemis. Après avoir réglé son compte au poursuivant du vieil homme, ce dernier demande à Haru de lui rendre la petite bête qu’il a fini par adopter et lui apprend qu’elle se nomme Plue et qu’elle est la seule à pouvoir retrouver les Raves, des pierres magiques capables de contrer les Dark Brings et que seul Shiba peut contrôler.

Après un cours d’histoire ou Shiba évoque la guerre qui a eu lieu cinquante ans auparavant et son rôle dans celle-ci, l’assaillant doté d’un Dark Bring retrouve nos deux amis et blesse gravement l’ancien guerrier qui, à sa grande surprise, ne peut plus utiliser son pouvoir. Sentant la fin venir, il donne à Haru une gemme en lui demandant de fuir, mais ce dernier préfère faire face à son opposant et engager le combat. Une fois l’affrontement terminé suite à un coup “explosif” de Haru, Shiba explique à son jeune ami qu’il est désormais l’héritier du pouvoir de Rave et que lui seul peut empêcher le monde de sombrer dans les ténèbres à cause de l’organisation Demon Card, qui utilise les Dark Brings pour arriver à ses fins.

Malgré les réticences de Cattleya à le laisser partir, Haru décide de prendre la mer avec Plue pour se lancer à la recherche des Raves éparpillés de par le monde, sur les traces de son père Gale qui semble avoir eu un rôle central dans la guerre qui a pris place il y a cinquante ans.

Lisez un extrait de Rave Édition originale – Tome 1 ici !

J’ai fait un Rave…

Comme nous l’avons vu en introduction de cet article, Rave est la première série d’importance de Hiro Mashima avant sa création la plus connue : Fairy Tail. Ce dessinateur originaire de Nagano est très inspiré par Akira Toriyama (Dragon Ball, Dr Slump) et Yudetamago (Muscleman) et ce n’est donc pas un hasard s’il a choisi de se spécialiser dans le shōnen. Prépublié entre 1999 et 2005 dans l’hebdomadaire Weekly Shōnen Magazine de l’éditeur Kodansha, Rave se veut un galop d’essais permettant à son auteur d’affiner son style avant d’accoucher de Fairy Tail.

C’est ainsi que l’on se rend vite compte que le mangaka se cherche dans ce Rave Édition originale tome 1 qui inclut les deux premiers volumes reliés du manga. Cela étant dit, avec 35 tomes au compteur, on peut aisément présager de la marge de progression de Hiro Mashima au fil de son scénario. On peut également se rendre compte que leur auteur n’est pas la seule chose qui relie Fairy Tail et Rave, puisque les deux récits semblent se dérouler dans le même univers. C’est d’ailleurs ce que paraît confirmer un crossover, disponible sous forme de short dans le tome 39 de Fairy Tail, intitulé Fairy X Rave (adapté par ailleurs en animé sous forme d’OAV).

Dans ce chapitre spécial, Haru, Élie et Plue rencontrent Natsu, Lucy et Happy qui sont à la recherche d’un mage mettant à sac tous les casinos de la ville. D’incompréhensions en conclusions erronées, nos héros vont se retrouver à se battre les uns avec les autres. Un bien bel hommage, à postériori, à la licence qui a sans nul doute ouvert la porte à Fairy Tail avec le succès qu’on lui connaît. À noter qu’un autre crossover avec la série Eden Zero les réunira à nouveau plusieurs années après.

En avant la Musica !

Il est indéniable que Rave Édition originale tome 1 n’a pas le démarrage le plus folichon qui soit, entre un début assez lent, un graphisme pas vraiment au top et une intrigue loin d’être un modèle d’originalité, je comprends ceux qui à l’époque ont passé leur chemin. Cependant, il faut bien garder à l’esprit qu’il s’agit ici d’une première œuvre et quand on voit les graphismes et l’histoire de Fairy Tail, on se doute aisément que Hiro Mashima en a encore beaucoup sous le pied. C’est d’ailleurs ce qui m’intéresse fortement dans la découverte de cette édition originale, à savoir la courbe de progression de son auteur au fil des volumes.

Pour autant, Rave Édition originale tome 1 ne démarre pas vraiment sur les chapeaux de roues, mais a au moins le mérite de poser de façon efficace les bases de son univers. Ici tous les codes du shōnen sont respectés à la lettre avec le héros obligé de partir en croisade pour sauver le monde, accompagné d’un guide faisant office de mascotte (Plue) et affublé d’une arme qu’il est le seul à pouvoir contrôler. Une fois son voyage initiatique commencé, il va très vite rencontrer des alliés en la personne d’Élie et de Musica. Jusqu’ici rien de très exceptionnel, mais Rave tire son épingle du jeu par la folie de ses personnages et notamment celui de Plue dont on ignore totalement la nature (chien ? Insecte ?), ce qui donne de grands moments de rigolade surtout quand ce dernier se retrouve inscrit de force dans une course de canidés.

Idem avec Nakajima, grosse fleur poussant sur le mur de la maison de Haru et de sa sœur et dont l’apparence et les réactions sont pour le moins savoureuses, d’autant que les raisons de son emplacement ainsi que ses origines sont, elles aussi, nébuleuses à souhait. Un premier volume somme toute agréable à lire, mais qui ne soulève pas un enthousiasme de dingue non plus. Cela étant, j’ai hâte d’avancer dans l’intrigue pour découvrir ce que le mangaka nous a réservé par la suite et je reste persuadée que le meilleur reste à venir. Je prends donc un pari sur l’avenir en attendant la sortie du tome 2 de Rave Édition originale prévue pour le 5 juin 2024.

Pour conclure…

Après un nombre conséquent de rééditions de titres phares du manga comme Neon Genesis Evangelion, Sanctuary ou encore Crying Freeman, au travers de ses Perfect Editions, les fées de chez Glénat se sont aujourd’hui penchées sur Rave, qui se décline lui en une Édition originale. Se basant sur le même principe que ces prédécesseurs (chaque volume regroupant deux tomes et une parution grand format), Rave Édition originale tome 1 est une parfaite occasion de se (re)plonger dans le combat de Haru, Élie et Plue contre les Dark Bring. Une œuvre fondatrice, préfigurant Fairy Tail, à lire absolument ne serait-ce que pour apprécier l’évolution de l’auteur qui monte en puissance au fil des chapitres. Une odyssée que nous allons suivre de près avec la sortie du tome 2 prévue pour le 5 juin 2024.

Vous devriez Lire aussi
The Promised Neverland – Tome 5

Dans le même genre

Laisser un commentaire