Host Club : Le Lycée de la Séduction – Tome 1

Host Club : Le Lycée de la Séduction paru en 2006 est réédité chez Panini sous le format “Perfect Edition” en 15X21 cm et en 9 tomes. L’ancienne édition Panini n’étant plus commercialisée, c’est celle-ci qui va la remplacer. Retrouvez donc dès à présent le Host Club et Haruhi dans cette aventure glamour et chic. Disponible chez vos libraires préférés pour 17€.

Cette critique a été réalisée avec un exemplaire fourni par l’Éditeur.

L’histoire de Host Club : Le Lycée de la Séduction

Haruhi étudie dans un prestigieux lycée de riches. Elle est la meilleure élève de son lycée mais aussi la plus pauvre. Alors qu’elle cherche une salle pour étudier tranquillement, elle rentre par hasard dans la salle du « Host Club », un club composé de beaux garçons. 

Panini – Host Club : Le Lycée de la Séduction

Et oui, encore une école élitiste. Décidément, c’est le retour à la mode. Mais pourquoi pas ? Les écoles dans les mangas ont toujours fonctionné. Ici, nous avons un club de beaux garçons qui sont là pour tenir compagnie aux étudiantes. Tous sont issus de la haute, sauf Haruhi qui elle est une élève boursière et donc pauvre. Pas de sexualité ni de violence, nous sommes sur un manga guimauve et tout en pastel.

La beaugossitude et la classe

Nous avons entre les mains un livre broché assez gros. Ce sont ici 370 pages avec des étudiants qui baignent dans l’humour, le romantisme et le théâtre. Tous jouent un rôle pour séduire les clientes et en regardant la couverture nous apercevons deux étudiants. Les deux sont bien habillés, ont un visage aux traits fins et l’on peut voir un bouquet de fleurs derrière l’un d’eux. La séduction des lecteurs est tout aussi importante que la séduction dans l’œuvre. 

Un drama papier

Et oui, Host Club a aussi son animé qui se nomme « Ouran High School Host Club ». Que ce soit en animé ou en manga, le Host Club a tout d’un bon drama. L’humour dans l’histoire, car même si Haruhi doit de l’argent au club pour la destruction d’un vase, son appartenance au Host Club n’a rien de violent ni de toxique. Au contraire Haruhi est appréciée et même quand le club se rend compte qu’au final le petit boy est en réalité une femme.

Les amitiés entre les membres sont attachantes et les relations amoureuses aussi sans être étouffantes. Je ne pourrais pas vous en dire plus afin de ne pas vous spoiler. Mais les sentiments amoureux développés par un des personnages ne vont pas être au centre de l’histoire. Nous avons tout un panel d’émotions à disposition (Amitiés, Histoire drôle, Romances etc.)

Une version édulcorée des Bars à hôtes

Avec le Host Club, Bisco Hatori a voulu jouer sur le thème des bars à hôtes. En effet, au Japon, ce genre de bar est tout à fait légal et souvent fréquenté. Là-bas tout y est payant. Les employés qui nous accompagnent, les consommations, le temps passé dans le club et je ne parle pas des nombreuses taxes fantômes ajoutées pour détrousser les touristes.

Bref, vous l’aurez compris, les bars à hôtes sont des gouffres pour le portefeuille des Japonais et des touristes. Mais le sujet est souvent utilisé dans les livres et notamment dans les Boy’s love. L’idée dans le manga est surtout de divertir avec du thé, du café et des soirées type bal et repas pour les étudiantes de la haute. Des étudiantes qui vont, après leurs études, reprendre l’héritage de la famille, se marier, fonder un foyer et donc adopter une vie loin de leurs rêves. Le Host Club est donc là pour leur faire oublier tout ça et profiter de leurs études pour s’amuser.

Nous avons donc une version moins escort que le sujet réel. Un club de divertissement rempli de romantisme, de théâtre et d’amour platonique. Une petite bouffée d’air frais dans mes lectures plus sombres.

Mon avis sur Host Club : Le Lycée de la Séduction – Tome 1

J’ai été agréablement surprise. En voyant la couverture du manga, je m’attendais à un boy’s love. En lisant le résumé, j’ai compris que ce n’était pas le cas mais qu’on repartait sur une école élitiste. Et au final, je tombe sur un manga qui traite certes des clubs d’accompagnement, mais aussi d’amitié, de solitude, de changement de genre et de romance. Une romance longue et discrète certes mais une romance tout de même.

J’ai pris Host Club comme un bonbon. Sucré et tendre à la fois, une bouffée d’air entre deux lectures gores et sombres. Pas de sexe, pas de violence, pas de toxicité. C’est un peu le mangas doudou qu’on doit lire quand on veut un peu de légèreté. Des beaux garçons respectueux et bien élevés, une jeune fille adorable qui apprécie de se transformer en garçon et qui l’assume auprès de ses amis et surtout de l’humour. Petit coup de cœur pour les jumeaux Hitachiin.

Bref, une lecture que je vous recommande si vous voulez rire et rêver.

Pour conclure…

Le Host Club a été adapté sous plusieurs formats. Drama, animé, film, c’est une œuvre qui a toujours plu et puisque son ancienne version n’est plus commercialisée, Panini a décidé de la remettre au goût du jour avec la Perfect Edition !

Vous devriez Lire aussi
Sorcière en formation - Tome 1

Dans le même genre

Laisser un commentaire