Crying Freeman Perfect Edition – Tome 3

Après deux premiers tomes ayant permis à Ryoichi Ikegami et Kazuo Koike de nous présenter le tueur immortel connu sous le nom de Crying Freeman, la Perfect Edition concoctée par Glénat vient d’atteindre son tome 3. Disponible chez tous les revendeurs depuis le 17 avril 2024, nous y retrouvons Io, nouvellement nommé à la tête des 108 Dragons, qui commence son règne de chef incontesté en s’attaquant à une organisation rivale : les Crocs de l’Afrique.

Cette critique a été réalisée avec un exemplaire fourni par l’Éditeur.

Pleurs sur la ville

Le tueur aux yeux de pluie

Tueur japonais au service de la mafia chinoise des 108 dragons, il a pour nom de code “Freeman”. Après chaque meurtre commis, il laisse couler des larmes. Quel secret dissimulent-elles ? C’est au travers de sa rencontre avec une jeune femme en quête d’amour que Freeman découvrira qui il est vraiment…
Après Sanctuary, Ryoichi Ikegami revient avec une autre de ses séries emblématiques : Crying Freeman. Cette saga en cinq volumes avait déjà eu les honneurs d’une adaptation cinématographique par Christophe Gans, le réalisateur du Pacte des loups. Avec cette édition Perfect, l’œuvre mythique revient en grand format et avec des pages couleurs. Vous n’aurez plus aucune raison de passer à côté de ce monument.

Glénat

Dans Crying Freeman tout commence avec Io Hinomura un jeune artiste spécialisé dans la céramique. Mais cette identité n’est qu’une couverture, car il est en réalité un assassin à la solde de l’organisation mafieuse des 108 Dragons. Contraint par un conditionnement minutieux d’obéir à la mafia, il se libère de ses assassinats en versant des larmes une fois son contrat terminé, ce qui explique son nom de code : Crying Freeman. Devenu le tueur le plus efficace des dragons, son visage est désormais connu d’Emu Hino, une artiste japonaise qui a été témoin d’une de ses missions.

Profitant d’un contrat qui l’amène au Japon, Io est obligé de la réduire au silence à tout jamais, mais Emu, qui est tombée amoureuse du bel exécuteur, lui demande une étrange dernière faveur : celle de l’aimer avant de la tuer. Ayant exaucé son vœu, Freeman, lui aussi amoureux de la jeune femme, est incapable d’aller au bout de sa mission et d’achever Emu qui a été blessé par les hommes de sa dernière victime qui sont à ses trousses. Après avoir déposé l’artiste à l’hôpital, non sans lui avoir donné des indications pour le retrouver, Io disparaît. Une fois rétablie, Emu va se lancer à la recherche de l’homme de sa vie. Après avoir échappé à ses poursuivants, elle retrouve Freeman qui décide de lui raconter son histoire. Elle ignore encore qu’elle vient de s’engager dans un monde sans retour aux côtés de son amant.

Le dragon montre les crocs

Freeman affronte en solitaire l’organisation terroriste des Crocs de l’Afrique. En tant que chef des 108 dragons, il est prêt à risquer sa vie pour défendre les siens. Mais ses adversaires ont plus d’un tour dans leur sac pour tenter de mettre fin à ses jours…

Glénat

Maintenant que Io se retrouve seul à la tête des 108 Dragons, après l’attentat perpétré par l’organisation rivale des Crocs de l’Afrique, il décide de répondre à l’attaque qui a coûté la vie à ses principaux conseillers. Après plusieurs mois d’infiltration dans un salon de beauté, il finit par retrouver la trace des deux chefs principaux du groupe, Shikebaro et Jigon, mais si leur élimination paraît être un jeu d’enfant pour le tueur, elle risque de lui réserver quelques mauvaises surprises. De son côté, Emu entre en possession d’un sabre réputé maudit, un Muramasa, destiné à son mari.

Ce piège tendu par les ennemis de son époux va lancer la jeune femme dans une quête ayant pour but de se faire accepter du sabre et d’en devenir sa propriétaire légitime. En déplacement à Kowloon en compagnie de Bai Yashan, l’ancienne artiste compte y retrouver un maître japonais pour lui apprendre à manier l’arme. Mais encore faut-il que le katana décide de devenir l’arme d’Emu qui, bien qu’étant le tigre des 108 Dragons, n’en reste pas moins une femme. Pendant ce temps, le Crying Freeman remonte la piste des expéditeurs du sabre maudit et il se heurte de plein fouet à Togoku Oshu, un champion de catch dont les bienfaiteurs ne sont pas inconnus du tueur qui pleure… 

Lisez un extrait de Crying Freeman Perfect Edition – Tome 3 ici !

Les Liaisons Dangereuses

Après trois volumes de cette Perfect Edition, et malgré la qualité de l’intrigue sous-jacente, j’avoue qu’une question s’impose de plus en plus à moi. Je l’évoquais déjà dans ma critique des tomes 1 et 2 de la Perfect Edition de Crying Freeman, mais la tendance des personnages à se dénuder systématiquement pour tout et n’importe quoi semble se confirmer à vitesse grand V. Chaque combat semble être le prétexte à voir les combattants dans le plus simple appareil et même si la qualité des dessins de Ryoichi Ikegami ne rend pas la chose désagréable, elle est toutefois difficilement, voire pas du tout, justifiée par le scénario. J’avoue que j’aurais préféré que les occasions soient plus éparses et mieux amenées, car cette surenchère de nudité est parfois absolument superflue et ne sert pas réellement le développement de l’intrigue.

J’imagine une volonté de Kazuo Koike d’exposer la nudité des personnages pour signifier la mise à nu de leur âme qui peut être mise en relation avec la nudité de leur corps, mais j’extrapole sûrement. Cependant, j’aime toujours autant suivre le destin de cet ancien tueur devenu chef d’une organisation de la triade et de son amour qui en prime prend de plus en plus d’ampleur dans ce dernier volume. En effet, en refusant de laisser son mari à la merci de la malédiction d’un sabre de Muramasa, elle change de peau se métamorphosant de stratège en guerrière, maîtresse incontestée d’un sabre légendaire. Emu devient ainsi un membre à part entière des 108 Dragons, à même de seconder efficacement son mari, qui de son côté arrive avec une facilité déconcertante à se faire des alliées des femmes.

J’ai bien compris que c’est une caractéristique du dragon, mais ça se fait de façon tellement facile que ça en est totalement invraisemblable, le cas de Bagnag étant assez représentatif de la chose. Maintenant qu’un nouveau grand ennemi vient de faire son apparition, je me demande comment le Freeman va gérer la réapparition des ennemis de son passé qui sont désormais membres d’une secte qui veut s’approprier les 108 dragons. Le combat promet d’être épique et j’espère qu’Emu sortira pour de bon de son rôle d’épouse en retrait pour devenir enfin un personnage de premier plan avec lequel il faut compter. Voilà qui me rend assez curieuse de découvrir le contenu du prochain tome de Crying Freeman Perfect Edition prévu pour une sortie le 3 juillet 2024.

Pour conclure…

C’est donc un tome 3 de Crying Freeman Perfect Edition qui met les femmes à l’honneur, faisant passer le chef des 108 Dragons au second plan au profit de sa femme et de sa nouvelle recrue, Œil noir. On découvre également une toute nouvelle secte qui a recruté d’anciens ennemis de Freeman pour s’emparer de son organisation. De quoi faire monter la tension d’un cran et la riposte promet d’être aussi sanglante que sans pitié, d’autant que l’ancien tueur ne reculera devant rien pour débusquer ses ennemis et protéger sa famille, pas même à utiliser son pouvoir de séduction sur les femmes. Un combat dont on a hâte de connaître le dénouement, peut-être dans le tome 4 de Crying Freeman Perfect Edition, prévu pour une sortie en librairie le 3 juillet 2024.

Vous devriez Lire aussi
Mao - Tome 15

Dans le même genre

Laisser un commentaire

En savoir plus sur GeeksByGirls

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading