Tomb Raider I–III Remastered

Fin des années 90, une aventurière Britannique armée de deux flingues et de courbes aguicheuses débarque dans l’univers du jeu vidéo. Et croyez-moi ce ne sont pas ses courbes qui ont fait son succès mais bel et bien l’univers de son histoire. Lara Croft ! Héritière Croft aventurière de l’époque nous a tous fait voyager et rêver. Si la licence continue de sortir des jeux, voilà qu’Aspyr nous offre un remaster des deux premiers épisodes du jeu. On vous en parle ici  et pas seulement du remastered. Jeu de mon enfance, je compte vous parler du jeu, de son renouveau mais aussi, dans un autre guide, vous révéler ce que le remastered a conservé de notre bonne vieille époque.

Ce test a été réalisé sur une version PC fournie par l’Éditeur.

1996 à 1998, une époque où le jeu vidéo regorgeait de pépites

Tomb Raider I–III Remastered c’est avant tout une histoire. 1996 c’est la sortie de Diablo, Crash Bandicoot, Resident Evil et bien d’autres encore. À cette époque, j’avais neuf ans et je possédais une télévision qui ne fonctionnait que pour les jeux vidéo et un PC avec Windows 95 qui chauffait ma chambre et couvrait ma musique avec ses ventilos. Ça y est, je vous mets dans l’ambiance ? Allez savoir pourquoi, on m’a offert Tomb Raider 1 à l’époque mais je n’avais pas trop accroché. Néanmoins, j’ai eu Tomb Raider II l’année d’après et là ça a été le coup de cœur ! D’ailleurs, pour la petite anecdote le niveau de Venise me vendait du rêve et j’avais dit «  Quand je serai adulte, j’irai à Venise » devinez qui a été faire son voyage de noces à Venise ?

Tomb Raider II a donc été ma porte d’entrée dans cette licence. Mon temps de jeu se divisait entre Resident Evil, Tomb Raider et Final Fantasy 9 (En 2000). Et encore maintenant, quand je veux retourner dans le passé, je lance un de ces deux jeux (Resident Evil ou FF9). Mais grâce à Aspyr je vais aussi pouvoir relancer Tomb Raider !

Lara Croft et son histoire

En 1996 sortait donc Tomb Raider I. Puis, nous avons eu en tout huit épisodes et ce fut ensuite L’ange des ténèbres, L’anniversary et enfin les derniers Tomb Raider que nous connaissons et qui ont clairement permis la renaissance de la licence qui s’essoufflait.

2023, c’est le remastered des trois premiers opus qui débarque et clairement, nous allons nous attarder sur chaque épisode.

Tomb Raider I : T-rex et Tombeau

1996, avec son mini short, son débardeur bleu et ses seins en polygone, Lara Croft débarque et si elle devient le symbole de la femme du jeu vidéo, au début ce n’est pas pour ses aventures. À l’époque, je me souviens encore… les gens ne parlaient que de ses seins. Pourtant, maintenant l’aventurière est clairement le symbole de la femme dans le jeu vidéo. À l’époque de sa sortie, le monde du gaming avait déjà ses héroïnes. Mais souvent un peu quiches ou bien soutenues par un groupe d’hommes ou par un partenaire homme.  Là nous avons clairement Lara Croft en solo !

L’histoire est assez simple, vous êtes une aventurière, l’héritière des Croft et vous cherchez des Artefacts. Ici, c’est le scion de l’Atlantide que vous devez retrouver pour une certaine Jacqueline Natla.

Vous allez donc parcourir le Pérou, la Grèce, l’Égypte et terminer par L’Atlantide.

Notez que Tomb Raider I–III Remastered vous permet aussi de jouer aux extensions : affaires inachevées , le masque d’or et le dernier artefact.

Tomb Raider II : Venise mon coup de cœur !

1997, Tomb Raider II débarque et là c’est ma madeleine de Proust. Je me souviens de tout, la musique quand on conduit un engin, le bruit des tirs à Venise, la corde qui grince à l’Opéra. Bref, c’est mon bébé ! L’épisode deux de Tomb Raider avait apporté en une année son lot de nouveautés.

  • Sa natte bougeait
  • Les vilains montaient sur les éléments du décor pour nous courser
  • Winston était là dans le manoir (On l’a tous enfermé dans le frigo)
  • On conduit des engins dans certains niveaux
  • Et nous avions de nouvelles armes.

En une année, Tomb Raider avait donc évolué et c’était très appréciable. On partait de la Muraille de Chine pour aller à Venise, sous l’eau, au Tibet pour ensuite rentrer se faire tabasser à la maison ! Tout ça pour le Poignard de Xian.

Tomb Raider III : Voyage Voyage

1998 ! On enchaîne les amis. Tous les ans, c’était la fête chez les fans. L’épisode trois sortait et avec lui pas mal de nouveautés. Déjà, graphiquement Lara était encore plus belle et plus badass.

Cette fois, Lara est en quête de la Relique Infada, celle-ci est liée à la météorite qui s’est écrasée il y a des millions d’années. Grande nouveauté dans cet épisode : après le 4ème niveau, vous pouvez choisir votre destination. Vous avez le choix entre : Le Pacifique sud, Le Nevada et Londres. Vous pouvez donc faire ces mondes dans l’ordre que vous souhaitez. Mais ce n’est pas tout. Tomb Raider III offrait de nouvelles possibilités comme :

  • S’accroupir et Ramper
  • Sprinter
  • S’accrocher au plafond
  • L’IA était encore mieux (S’accroupir, Empoisonner, se cacher derrière un muret)
  • 5 Véhicules jouables
  • De nouveaux entraînements dans le miroir et toujours Winston à enfermer dans le frigo !

Et tout comme dans le un et le deux, l’extension est disponible dans le remastered. Pour le trois il s’agit du « dernier artefact ».

Voilà donc à quoi nous avions joué à l’époque. Lara Croft était une icône incontournable du gaming et elle l’est toujours.

Tomb Raider, l’icône du gaming

Tomb Raider ce ne sont pas juste des jeux, ce sont des comics, des films, des romans. Ce personnage de fiction est partout encore aujourd’hui. D’ailleurs si vous allez au musée Grévin elle a même sa place depuis 2000. Elle a été le premier personnage de jeu vidéo à se faire une place dans le musée, c’est pour dire ! Dans les films, c’est Angelina Jolie qui l’incarne, et c’est en 2018 qu’Alicia Vikander a pris sa place. Personnellement, je la préfère à Angelina Jolie et j’ai adoré le film ! Mais ça, c’est mon avis.

Maintenant que je vous ai parlé de Lara ou que j’ai ravivé vos souvenirs, passons à l’épisode de cette année 2023, Tomb Raider I–III Remastered.

Un remastered rempli de nostalgie !

Février 2023, le 14 précisément, jour de la Saint Valentin. Autant vous dire que ce jours là, vous aviez deux choix. Le match de foot ou jouer à Tomb Raider ! Personnellement, j’ai joué Lara Croft avec des petits fours et mon homme à côté de moi. Je ne pouvais pas passer à côté de ma soirée nostalgie gaming.

Graphiquement, certains diront que ce n’est pas la folie. Mais dans ce cas, c’est qu’ils n’ont pas regardé les détails. Lara et ses jeux ont été entièrement lissés et nous avons même les lèvres qui bougent pendant les dialogues ! Certes les scènes cinématiques, on peut se dire qu’elles auraient pu être mieux. Mais quand vous regardez les vidéos d’avant vous admettrez qu’en effet y a eu du lifting.

Vous avez aussi la possibilité avec une simple touche de switcher sur les graphismes de l’époque et outre le côté  nostalgie, comparatif et drôle, cela peut aussi vous dépanner car les anciennes textures mettent parfois plus en évidence certains passages à prendre pour le jeu.

Mais encore mieux, Aspyr a clairement pris le jeu de l’époque et n’a refait que le côté graphisme. On garde les mêmes mécaniques, le même gameplay. En clair, on joue comme à l’époque mais sans se brûler les yeux. Oui, là c’est le côté fan qui parle.

C’est lourd quand même !

Je vous ai vendu le jeu dans un beau paquet de paillettes. Mais on a quand même un peu de négatif et là c’est la testeuse qui va parler. Comme dit plus haut, on joue comme à l’époque. Lara est lourde et les passages plateforme peuvent être parfois très rageants. Je vous garantis qu’à l’époque on était des joueurs super patients. Car clairement là je me suis retenue de jeter la manette plus d’une fois quand Lara ne saute pas car j’ai appuyé trop tard sur le bouton. Ça rappelle un peu le remastered de Crash Bandicoot où les mécaniques étaient les mêmes qu’à l’époque et on rangeait tous.

Je vous conseille de sauvegarder après chaque passage compliqué. Car oui ici pas de save auto et clairement je pense qu’on aurait tous aimé cet ajout. En ce qui me concerne, je ne peux pas jouer avec le joystick. J’ai trop l’habitude des flèches directionnelles, c’est injouable pour moi sinon.

Les bugs aussi sont toujours là. Les mecs qu’on flingue et qui meurent dans le mur, le passage à Venise où vous pouvez tirer à travers la porte pour tuer le mec en dessous. Bref, c’est assez drôle on ne va pas se mentir car à l’époque ça ne nous choquait pas mais en 2023, c’est bof quand même.

Quelques ajouts de bonus mais ça manque

Dans le remastered de Tomb Raider nous avons les DLC, ce qui est logique j’ai envie de dire. Il aurait été dommage de ne pas les mettre. Mais nous avons aussi un mode photo. Pourquoi pas, mais je préfère les bons vieux screens. Mais ça, c’est une question de point de vue.

Mais du coup, qu’est-ce qui manque ?

Bah tout simplement pourquoi ne pas avoir ajouté l’épisode  » révélation finale » ? Certes on ne peut pas toutes les mettre car on ne s’en sortirait pas, mais quitte à mettre les 3 autant conclure le remastered avec le pseudo final du quatre, non ?

Pourquoi ne pas avoir ajouté des collectibles en plus ?

Et une SAUVEGARDE AUTO ! J’avais plus l’habitude moi de devoir sauvegarder… et qui a osé laisser le “charger une partie” en premier ? Combien de fois j’ai chargé ma partie au lieu de la save ?

Mon avis sur Tomb Raider I–III Remastered

Dans sa globalité, on peut applaudir Aspyr pour son travail sur la refonte des trois épisodes graphiquement. Côté fan, on hurle, on est heureux de pouvoir rejouer à nos jeux d’enfance sur nos consoles et PC actuels. Mais si on épluche bien, le jeu n’apporte rien de neuf. On prend l’ancien, on lui fait un petit lifting et hop ça part dans les Store. Par chance, le jeu ne coûte pas une fortune. Comptez une trentaine d’euros, rien de plus, pour avoir trois jeux et une dizaine d’heures de plaisir et de nostalgie.

Je pense que la pilule aurait pu passer différemment si on avait payé une cinquantaine d’euros.

Graphiquement, il est très beau quand on voit d’où il part, mais si vous plissez un peu les yeux vous verrez que c’est surtout Lara qui a été liftée. Les autres ennemis, les animaux sont certes revus mais pas autant que Lara Croft. Ce qui est assez dommage. Quelques petits détails ont été revus afin de donner plus de lumière au jeu car parfois on n’y voyait rien et si par malheur nous n’avions plus de torche… suivez les murs.

Bref, Tomb Raider est clairement le jeu à faire si vous avez joué à l’époque pour nager dans la nostalgie. Il va aussi plaire à ceux qui voulaient découvrir les origines de notre héroïne. Mais notez quand même qu’il y a quelques petits défauts. Le jeu n’est pas parfait. Petit bonus, sachez qu’Aspyr a laissé actif les Cheat codes. La bonne époque de nos magazines qui nous permettaient de sauter des niveaux ou d’avoir des munitions illimitées. Allez voir notre guide pour obtenir les codes.

Pour conclure…

Tomb Raider I–III Remastered va plaire aux fans de la première heure. Jeunes gameurs ou vieux joueurs, si on aime Lara, on aimera ce remastered. Mais il n’est pas parfait pour autant. Toutefois, si vous voulez découvrir les origines de Tomb Raider et ses secrets, c’est une belle opportunité. Merci Aspyr pour cette petite madeleine de Proust !

La  note  de la  rédaction

3-5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Un beau lifting (on aurait aimé plus quand même)

Les DLC disponibles

La possibilité de Switcher sur le graphisme de l’époque

Les mêmes mécaniques

Les Cheat codes comme à l’époque

Le prix plus que correct pour son contenu

Les points négatifs

Pas de grandes nouveautés

Pas de Save automatique

Les bugs de l’époque toujours là

Un remaster qui fait le strict minimum

Vous devriez Lire aussi
Genshin Impact

Dans le même genre

Laisser un commentaire