The Prisoner of the Night

Guidez Nartide, une adorable petite fille, à travers un monde obscur et cauchemardesque dans un style  plateforme plus que classique. Un jeu latéral en 2.5D. Aidez Nartide à passer les 159 niveaux sans trop mourir dans ce die and retry sombre. Retrouvez The Prisoner of the Night sur console Xbox, Nintendo switch et Playstation et sur Steam pour 12€ le 5 mai 2024 (Depuis 2021 pour Steam).

Ce test a été réalisé sur une version Xbox Serie X fournie par l’Éditeur.

Écoute tes parents Nartide

Nartide est une adorable jeune fille qui vivait avec ses parents dans une grande maison jusqu’au jour où, ignorant les conseils de sa mère, elle s’est endormie sans couverture pour se protéger. Cette nuit-là, le vent glacé de la nuit, appelé Cruviana, s’est engouffré à travers la fenêtre et a fait de la petite Nartide, sa prisonnière. Coincée dans une nuit éternelle, Nartide doit trouver la lumière de sa vie, puis chercher un moyen de rentrer à la maison.

Prisoner of the Night

Le jeu met donc en scène une petite fille et ses parents. Comme beaucoup d’enfants, elle n’écoute pas et s’endort sans couverture. Cruviana passe donc l’emmener dans une nuit éternelle. Après quelques recherches, j’ai pu découvrir que Cruviana serait une image de la fantasy Brésilien. Elle guiderait les vents. Cruviana apparaîtrait aussi dans les légendes nordiques et dans certaines légendes, elle serait une sorte de divinité du vent. Elle se nourrit des corps chauds des êtres humains.

Prisoner of the Night serait aussi une adaptation de la nouvelle “A prisioneira da noite” de Lima Arrais.

Un platformer de cauchemars

Les jeux de plateforme rencontrent toujours leur succès. Cela fait même partie intégrante des jeux vidéo. Mais pour faire un bon platformer, il faut une chose primordiale. La jouabilité ! C’est clairement ce qu’on n’a pas dans The Prisoner of the Night. Nartide est lourde et ingérable. Il faut parfois s’y reprendre à deux fois pour sauter ou tout simplement vous allez aussi vous coincer dans un petit pixel en relief et foirer votre esquive d’obstacle.

En avançant dans votre parcours, vous allez croiser des Checkpoints et c’est d’ici que vous recommencez quand vous mourez. Croyez-moi, ça vous arrivera souvent car parfois il va falloir mourir pour comprendre que ce n’était pas ce chemin qu’il fallait prendre en premier.

Visuellement compliqué

Je suis souvent sympa avec le visuel des jeux indépendants. Mais là, même pour 12€, j’ai eu des jeux bien plus beaux. Si l’environnement n’est pas trop mal et très simpliste, Nartide elle est juste horrible. Son design à la Titeuf aurait pu passer sans soucis sans la physique de ses cheveux. Ils volent partout sans logique et j’ai envie de dire, si vous n’arrivez pas à les gérer, dans ce cas faites-nous une jolie petite fille aux cheveux courts, c’est plus simple à gérer et plus jolie.

Y a des chats !

Oui bon, laissez-moi apprécier ce petit détail, car clairement The Prisoner of the Night n’a pas été mon coup de cœur. Nartide plonge donc dans un monde de cauchemars, mais entre les obstacles elle va récupérer des vêtements. Douze au total et chacun a une particularité. Permettre de sauter plus haut, planer, se téléporter plus loin. Bref, ils vous seront utiles mais ils auront aussi leurs défauts. Mais à côté de ça vous allez entendre des miaulements. Des chats se cachent partout et vous allez pouvoir les récupérer. Un petit collectible sympathique j’ai envie de dire.

Des bugs plus qu’agaçants

Les bugs ! Oui, c’est clairement ce qui a gâché mon plaisir du jeu. Si nous avons quelques bugs de textures et des soucis avec les cheveux de Nartide, il y a deux bugs majeurs sur lesquels je ne pourrai pas laisser passer.

Dans un premier temps, j’ai lancé le jeu qui d’ailleurs n’a pas de VF hein ! J’ai parcouru une bonne vingtaine de niveaux sur les 159, ce qui est, croyez-moi, long. Je récupère des chats, je récupère des costumes et je débloque des succès. Jusque-là tout va bien. Assez joué, je coupe, je vais me coucher. Le lendemain je relance le jeu et là… Pas de Select stage. Ok… Je fais new game vu que je n’ai pas le choix et en effet ma partie a disparu mais pas mes succès ! C’est donc que le jeu a été sauvegardé. Eh bien non, j’ai dû tout recommencer et mieux encore un deuxième bug s’affiche. Ou plutôt ne s’affiche pas. J’entends les chats miauler, mais je ne vois que des poussières dorées comme si je les avais déjà eus alors que je venais de passer les niveaux que j’avais déjà faits. Donc impossible d’avoir déjà pris ces chats.

Si ce n’était qu’un souci de texture, je ne dirais rien. Sauf que non, en prime je ne peux pas les prendre et donc les valider comme collectés !

Mon avis sur The Prisoner of the Night

Bien que l’OST soit adorable, remercions  Graciele Callado et Walter Yanko ainsi que Naldinho Braga et sa chanson BOA NOITE qui nous transporte durant ce jeu. Le graphisme ne m’a clairement pas séduit et encore moins Nartide. Néanmoins, Cruviana est magnifique et joliment dessinée, il faut le reconnaître. La légende de Cruviana est sympathique et puisque le jeu est une adaptation d’une nouvelle, je me dis que celle-ci doit être intéressante à lire.

Mais à côté, tout le reste est négatif pour moi. Pas de version française. On aurait pu espérer des sous-titres mais non. Les cinématiques qu’on envoie dix fois après chaque mort si on décède et que le checkpoint est juste après une vidéo. Et bien sûr, aucune possibilité de sauter ça. Des costumes qui apportent énormément mais qui ont aussi leur lot de défauts. La robe de fée par exemple vous empêchera de sauter, il faudra donc switcher.

Le fait d’avoir perdu ma première sauvegarde a été difficile à digérer. Ma deuxième game fonctionne toujours. J’ai maintenant le « select stage » et quand j’ouvre mon cahier, j’ai bien mes niveaux déjà faits.

Pour le coup, je n’ai pas été fan du jeu, peut-être qu’avec un graphisme plus léger et mieux maîtrisé ainsi que les bugs en moins, j’aurais pu mais là non.

Pour conclure…

Aidez Nartide à s’échapper de ce cauchemar géré par Cruviana. Un platformer qui demande réflexion et patience. Disponible sur console et PC pour 12€.

La  note  de la  rédaction

2/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Un platformer agréable visuellement

159 niveaux à faire

Des costumes pour plein d’avantages

OST adorable

Les points négatifs

Pas de VF

Graphiquement dépassé

Des bugs

Un gameplay trop lourd pour du plateforme

On se lasse très vite à cause justement du gameplay

Vous devriez Lire aussi
La famille Addams : Panique au manoir

Dans le même genre

Laisser un commentaire