[Preview] Taora : Survival

Incarnez un survivant dans Taora : Survival, un jeu de survie en monde ouvert. À vous de construire votre camp de réfugiés en farmant les ressources sur la Map tout en survivant face aux zombies et autres ennemis. Vous allez pouvoir crafter vos armes, vos munitions mais aussi embaucher des survivants pour crafter au camp pour vous. Développé par Tulpar, il est actuellement en accès anticipé sur PC pour 14€. Une démo est aussi disponible.

Cette preview a été réalisée sur une version PC fournie par l’Éditeur.

Les morts marchent, à vous de survivre dans Taora : Survival

L’île de Taora est infestée de zombies, mais elle regorge d’endroits à fouiller et explorer.

Construisez votre base, créez et améliorez votre équipement, explorez de nombreux endroits uniques et récupérez des matériaux ou de l’équipement. Vous pouvez améliorer votre véhicule pour qu’il convienne à vos besoins.
Renforcez les compétences de vos personnages pour qu’ils puissent pirater des appareils, réparer des objets cassés, soigner les blessés et affronter des zombies.

Tulpar Games

Dans Taora : Survival, c’est une histoire tout ce qu’il y a de plus basique. Une épidémie, des gens morts qui marchent et vous, pauvre pèlerin survivant, vous allez devoir survivre et créer un camp. C’est le but de Taora. L’île est infestée mais il n’y a pas que des morts, il y a aussi des vivants et ils ne vous veulent pas tous du bien. Ici pas de trame narrative, vous vous promenez, vous fouillez et vous ratissez les morts pour voler de quoi crafter sur eux. Vous retournez ensuite au camp et vous craftez les ateliers pour survivre. Armurerie, fourneaux, plans de culture, dortoir et bien d’autres.

Un camp 4 étoiles

Comme dit plus haut, la base du jeu c’est clairement le camp. Vous allez devoir le créer et l’améliorer. J’ai joué en mode solo et donc mon camp était déjà créé, j’ai donc juste amené les ressources trouvées sur les différents points de la Map. Une fois vos ateliers créés, il va falloir les améliorer avec de nouvelles ressources et en quantité de plus en plus haute. C’est d’ailleurs là que le jeu devient addictif. On a cette envie d’améliorer le camp surtout que visuellement il change en fonction de ce qu’on crée et améliore.

Petit à petit vous allez découvrir qu’il faut des « workers » pour faire fonctionner les ateliers en votre absence. C’est que vous allez recruter des survivants. Chacun possède ses atouts et ses défauts. L’argent, vous le récupérez en explorant, en faisant les quêtes du début et en vendant vos trouvailles.

Une fois les Workers au camp vous allez pouvoir les assigner à une tâche et en votre absence, ils cultiveront, prépareront le gibier etc. etc.

Finalement, vous allez vite comprendre qu’en avançant dans le jeu vous n’aurez plus besoin de farmer les ressources car le camp va vous les fournir grâce aux ateliers et aux workers. Vous avez l’atelier scierie, celui sur la chasse mais aussi l’armurerie. Tout ça va permettre de faire votre stock petit à petit. Donc en plus de survivre, vous allez faire le gestionnaire de camp.

Une map pleine de surprises

La map regorge de points d’interrogation. En soi, elle n’est pas très grande et s’explore assez vite mais vous allez peut-être avoir du mal à certains endroits. Petit à petit vous allez rencontrer de nouveaux monstres comme l’éternel Boomer qui crache, l’empoisonneuse et bien sûr d’autres survivants !

Chaque endroit est noté d’un point d’interrogation si vous ne l’avez pas visité et quand vous passez devant, vous allez faire apparaître le nom du lieu. Des dessins vous permettront aussi de savoir si y a des véhicules de disponibles, si c’est une ville ou s’il y a des monstres.

Graphisme simpliste assumé dans Taora : Survival

Taora : Survival est un jeu indépendant. Vous le trouverez sur Steam pour 14 €. Vous vous doutez bien que graphiquement on n’est pas sur du Days Gone ! Si au début je me moquais un peu du jeu de par son graphisme, je me suis vite calmée. Certes il est très simpliste, voire même trop. Mais à côté, il y a pas mal de petit détails comme des scènes de sacrifice qui du coup ne sont pas très choquantes par manque de détails et plairont aux âmes sensibles. Autre petit détail, quand vous tirez sur un ennemi, les dégâts varient en fonction de l’endroit où vous tapez. La tête rapportera plus de points.

Au fil de l’aventure on en oublie le graphisme. Néanmoins, la musique d’ambiance n’est pas fofolle. On est sur quelque chose de très calme, même trop calme et j’ai finalement choisi de jouer avec ma propre musique en bruit de fond.

Un jeu addictif mais qui s’essouffle

Le jeu a un côté addictif, un peu comme sur nos téléphones quand on améliore des choses dans les jeux, nous cherchons toujours à faire les missions en se disant qu’on a la moitié des ressources donc avant de couper le jeu, on termine. Ce petit côté addictif est sympathique mais j’ai quand même quelques points négatifs. Notamment les quêtes. Une fois le tuto terminé, il n’y a plus de quête. Fini, on ne nous en donne plus. Il va falloir avancer dans le jeu mais durant un long moment, on n’a plus rien.

Je trouve ça dommage car mine de rien les quêtes donnent de l’argent et des ressources.

Finalement, dans Taora une fois les quêtes finies, il ne nous reste plus qu’à explorer la map, tuer du monde et récolter les ressources pour avoir le meilleur camp de survivant.

Mon avis sur Taora : Survival

Je partais sur un énième jeu de survie bac à sable. Et bien je dois l’avouer, Taora a son petit côté addictif et je me suis laissé prendre au jeu. Néanmoins, j’attends de voir si le jeu définitif nous réservera des surprises car la map n’étant pas très grande et les quêtes peu nombreuses, nous risquons de vite nous ennuyer si on ne fait que crafter et améliorer nos ateliers.

Le bestiaire est sympathique et mine de rien tuer un zombie c’est simple, mais en avoir cinq sur le dos nous fait pas mal galérer. On a donc un certain petit niveau de difficulté quand on est trop gourmand. Sur un jeu en équipe ça promet de bonnes soirées fun, il faut l’admettre. Au final le graphisme n’est pas un frein à l’aventure et ça devient même marrant à force, surtout au vu des skins des zombies vintage.

Taora : Survival, avec son accès anticipé, nous prouve qu’il peut se créer une petite communauté pour sa version finale. Néanmoins, il va falloir quelques ajouts et pas mal de nouveautés pour tenir le coup.

Pour conclure…

Taora propose son accès anticipé depuis le 23 mai 2024. Seul ou à plusieurs, explorez la Map et parcourez là à pied ou en voiture avec les nombreux véhicules trouvables sur la Map. De la citadine à la dépanneuse, tout est possible.

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Un jeu simple et basique

Un petit prix

Pas mal d’heures de jeu pour améliorer son camp dans sa totalité

Des véhicules à conduire

Un bestiaire petit, mais costaud

Les points négatifs

Une OST soporifique

Un graphisme simple (mais assumé)

Les ressources mettent du temps à revenir

Des endroits de la Map parfois trop vides

Vous devriez Lire aussi
Les Sims 4 – Kit Intérieurs Fleuris

Dans le même genre

Laisser un commentaire

En savoir plus sur GeeksByGirls

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading