Rise of the Rōnin

Team NINJA qui nous avait gâtés avec les célèbres Nioh et Ninja Gaiden revient sur le devant de la scène avec cette nouvelle exclue Playstation 5. Rise of the Rōnin vous offre la possibilité de découvrir et vivre les conflits qui ont animé le Japon au XIXème siècle. Jouez avec l’exploration, le récit mais aussi les combats afin de créer votre propre épopée. Le jeu est disponible sur Playstation 5 pour 80€.

Ce test a été réalisé sur une version PS5 fournie par l’Éditeur.

L’histoire de Rise of the Rōnin

Rise of the Rōnin c’est le règne tyrannique du Shogunat Tokugawa qui touche à sa fin. Vous, un Ronin sans nom, vous avez vécu les guerres, les changements politiques mais surtout vous êtes une face des « lames jumelles ». Alors que les navires noirs occidentaux débarquent dans le pays, voilà que vous prenez la route. L’avenir du Japon est à tracer.

Team NINJA avait annoncé ce jeu comme un des plus gros projets et le pari est risqué. Après la sortie de Ghost of Tsushima qui a beaucoup plu, il allait falloir faire encore mieux graphiquement mais aussi en termes de scénario. Si Ghost of Tsushima se montrait comme un jeu digne des plus grands films de samouraïs, Rise of the Rōnin lui se veut plus historique.

Vous explorez un monde ouvert basé sur le Japon des années 1850 à l’époque Bakumatsu. C’est un événement important dans l’histoire du Japon. Après presque 300 ans de Tyrannie sous le règne des Tokugawa, l’archipel est sur le point de prendre un tournant qui va tout changer.

À vous de créer votre héros (Physiquement, système de classe, …) pour créer votre propre route et choisir votre faction.

Un monde ouvert qui fait rêver

Graphiquement, Rise of the Rōnin offre de magnifiques panoramas. Comme dans beaucoup d’Open Worlds, vous allez pouvoir vous promener et découvrir plein de choses. Mais afin de voir apparaître les points importants des lieux, il faudra faire quelques tâches comme libérer les zones des camps de Bandits. Sinon, c’est la promenade à l’aveugle.

Divisée en plusieurs zones, la map vous permet de vous faire découvrir les points importants en visitant les zones. La libération des camps permet de dévoiler les lieux plus rapidement. Vous pouvez aussi juste faire évoluer le niveau de connaissance. Mais c’est plus long.

Malheureusement, comme dans la plupart des mondes ouverts, on ne joue pas sur l’originalité. Pour explorer et faire vos quêtes, qu’elles soient annexes ou principales, vous allez devoir nettoyer les camps de bandits, découvrir des sanctuaires, croiser des boss optionnels. Bref, pas de grande nouveauté de ce côté. MAIS ! Il y a des chats ! Il faut trouver des chats dans une quête. Pardon, je m’égare. Mais ça me semblait important de dire que dans ce jeu… il y a des chats et on aime.

Malgré tout, on profite de l’exploration avec plaisir. Vous avez à disposition un grappin, votre Ronin peut escalader certains reliefs et les jeux de couleurs du paysage Japonais sont une invitation au voyage. Les fans de screen et de mode photo se feront plaisir à coup sûr.

Un gameplay très riche surtout en combats

Quand on joue à un jeu de samouraïs, la base c’est quand même les combats, nous sommes d’accord ?

Comme pour la plupart des jeux de combats, vous avez une barre d’endurance. Ici on l’appelle le KI. Attaquer, parer, esquiver mais surtout surveiller votre Ki sinon vous allez prendre des coups car vous allez être essoufflé. Là-dessus on reste sur du réalisme et les joueurs ont l’habitude. La plupart des jeux du genre nécessitent une barre d’endurance si on ne veut pas que ça se transforme en un jeu de bourrin.

Il va falloir aussi mettre en place une tactique car si vous recevez des coups vous allez bien sûr diminuer votre KI et ça, ce n’est pas bon. Alors méfiez-vous si comme moi vous avez du mal à parer, ce n’est peut-être pas la bonne solution.

Afin d’être un bon combattant, vous allez avoir à disposition plusieurs types d’armes. L’arme à feu, le katana, des lances et même des épées britanniques. Bref, vous allez avoir l’embarras du choix et il va falloir les adapter à votre technique. À vous d’adapter votre choix d’armes à votre classe pour plus de réussite.

Vous allez aussi devoir gérer vos compétences que vous débloquerez au fur et à mesure que vous allez gagner des niveaux. Néanmoins, certaines stats vous demanderont de trouver des objets, en particulier lors de vos explorations (Traité de Dextérité par exemple).

Niveau combat, on est sur un certain niveau d’exigence. Il vaut mieux éviter de prendre trop de coups. Tout va dépendre du mode de difficulté. Mais rien que le niveau moyen vous fera perler de sueur. À vous d’avoir les réflexes d’un vrai samouraï afin de pouvoir parer les coups au bon moment et réaliser des contres dévastateurs.

Les modes de difficulté vont donc clairement vous créer plus ou moins de challenge. Si vous voulez juste explorer et bourriner les ennemis, partez sur le mode Soft. A contrario, si vous voulez vous la jouer à la Nioh et vous mettre dans l’ambiance Souls, partez sur le crépuscule, vous allez adorer.

Une histoire bien ficelée

Vous commencez le jeu avec votre histoire. Les lames jumelles sont des frères / sœurs d’armes qui combattent ensemble. Mais rapidement vous allez devoir faire des choix et partir à l’aventure. Tout au long de l’aventure, vous allez devoir faire vos choix dans les dialogues et cela influencera l’histoire de votre personnage. Libre à vous aussi de choisir votre faction. Les Pro-Shogunat et les Anti. Votre voie n’est donc pas tracée et c’est vous le maître de votre destin.

Vous avez aussi un doublage entièrement en Français. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi un jeu sur le Japon, ça se joue en Japonais ! Et clairement le doublage est génial. On aurait presque l’impression d’être dans un film. Néanmoins, les développeurs auraient pu faire un effort sur les dialogues hors trame principale. On a l’impression que parfois les échanges entre les personnages ont été bâclés dans les quêtes annexes afin de prioriser l’histoire. Mais bon, c’est un détail.

Qui dit choix dit aussi dialogues à choix multiples mais aussi des liens à créer avec d’autres personnages de l’histoire. Ces liens vont bien sûr influencer la suite de la trame et vos décisions vous tomberont forcément dessus plus tard. Vous allez aussi devoir trouver votre place dans l’histoire et vous faire vos propres avis sur la situation. En bref, Rise of the Rōnin apporte énormément de choses dans le jeu et peut-être même parfois trop au risque qu’on se perde dans les détails et les nombreux personnages.

Par chance, vous allez pouvoir compter sur la petite encyclopédie disponible dans l’interface qui va vraiment aider à tout comprendre.

Mon avis sur Rise of the Rōnin

Sekiro, Ghost of Tsushima, Nioh, les jeux sur le thème du Japon ne courent pas les rues et le peu qui sort a réussi à se faire une place. Ici on a aussi beaucoup été fans de Tenchu. Et croyez-moi, depuis que cette licence s’est éteinte, il y a clairement un vide dans ma bibliothèque gaming. J’ai adoré notamment à l’époque le Tenchu 2 : Birth of the Stealth Assassins. Et à chaque fois qu’un trailer type Japon sort dans les annonces, j’ai un espoir.

Alors quand Rise of the Rōnin a été annoncé, je me suis dit pourquoi pas.

L’éditeur de personnages fait déjà bonne impression. On crée nos lames jumelles et nous avons le choix du genre.  Homme / Homme – Femme / Femme – Homme / Femme – Femme / Homme. Bref, avoir le choix du genre est déjà un gros point fort car clairement quand il s’agit de samouraïs nous avons rarement le choix. L’éditeur propose énormément de détails. Vous allez même pouvoir personnaliser les pommettes, c’est pour dire.

Petit détail sympa si comme moi vous aimez avoir du style en jouant. Lorsque vous aurez votre maison, vous allez pouvoir appliquer sur votre tenue “moche” un skin de la tenue que vous préférez. On est d’accord que souvent les tenues les plus fortes ne sont pas souvent les plus jolies.

Graphiquement Rise of the Rōnin m’a mis des étoiles dans les yeux. Les scènes cinématiques sont splendides et les panoramas durant les explorations de l’open world sont juste magnifiques. Les bruits de l’environnement et les musiques sont tout autant enchanteresses. Là-dessus je n’ai rien à dire.

L’histoire quant à elle traite de faits historiques et si tout n’est pas forcément réel, on peut valider la narration bien ficelée. Néanmoins, je fais partie de ces joueurs qui ont du mal quand il y a trop d’informations. Alors heureusement j’ai pu compter sur l’encyclopédie du jeu pour ne pas me noyer dans toutes les informations.

Rise of the Rōnin était très attendu par la communauté et si certains ne l’apprécient pas et jugent qu’il ressemble un peu trop sur certains points à Nioh, moi j’ai plutôt envie de dire qu’on retrouve la signature des développeurs dedans. J’ai trouvé l’histoire maîtrisée, le sujet est très bien géré et on plonge dedans avec plaisir. L’exploration bien que non innovante reste agréable notamment grâce à l’environnement et le graphisme. À mes yeux, Rise of the Rōnin, malgré quelques défauts, mérite d’être apprécié.

Pour conclure…

Un jeu d’action et d’aventure qui vous emmène au XIXème siècle dans un Japon géré par un Tyran. À l’heure où le Shogunat approche de sa fin, voilà qu’un Ronin sans prétention trace une nouvelle voie. Un jeu d’action, d’aventure dans un open world aux panoramas splendides créé par la Team NINJA.

La  note  de la  rédaction

4-5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Une histoire passionnante

Un thème historique maîtrisé

Des combats exigeants et tactiques.

Beaucoup de choses à faire

Un graphisme à couper le souffle

Une OST enivrante

Les points négatifs

Des quêtes secondaires Fedex (Trop d’aller-retour pour pas grand-chose)

Trop d’informations d’un coup

Des techniques de combat parfois très complexes

Des points d’intérêt trop redondants dans l’exploration (pas d’originalité)

Vous devriez Lire aussi
[Preview] The Devil Within : Satgat

Dans le même genre

Laisser un commentaire