Persona 5 Strikers

Persona 5 Strikers est un jeu de rôle / musô développé par Koei Tecmo et édité par Sega / Atlus. Il est disponible depuis le 23 février 2021 sur PC, PS4 et Nintendo Switch. Ce test a été fait sur cette dernière plateforme.

Histoire

Le scénario de Persona 5 Strikers se déroule six mois après les événements de Persona 5. Nous incarnons Joker, qui va retrouver ses amis et compagnons d’arme à leur planque habituelle, le Leblanc, un petit restaurant situé à Yongen-Jaya (basé sur le vrai quartier de Setagaya et la Sangen-Jaya Station) à Tokyo. Après une courte discussion, ils décident d’organiser un barbecue et partent tous prendre le nécessaire. C’est à ce moment-là que l’on tombe, en compagnie de Ryuji, sur un rassemblement autour de l’idole Alice Hiiragi. Elle donne leur donne une carte puis, quelques instants après, les deux compères se retrouvent plongés dans le métavers, le monde psychique…

Persona est une série développée à l’origine par Atlus, et dont le nom complet est Shin Megami Tensei : Persona. En effet, il s’agit d’un spin-off de la série principale SMT dont le contexte est à chaque fois scolaire. Le premier jeu est sorti en 1996 sur Playstation sous le nom “Revelations: Persona” (mais aussi sur Windows uniquement au Japon) puis a eu droit à une adaptation sur PSP en 2009. Persona 5 en est le sixième épisode (Persona 2 ayant eu droit à deux opus : “Innocent Sin” et “Eternal Punishment”). Il est sorti sur PS3 et PS4 en 2016 (2017 pour l’occident). Vous pouvez d’ailleurs retrouver notre test ici. Une version 2.0 du titre est également sortie sur PS4 sous le nom de Persona 5 Royal (test ici).

Gameplay

P5 Strikers est un RPG/musô se déroulant donc dans l’univers de Persona 5. On retrouvera bien sûr les éléments principaux de la série, à savoir les personaes, les donjons et certaines mécaniques de jeu (comme l’attaque générale). Les différences se situent au niveau des appellations. En effet, exit les palais, ici ce sera des prisons. De la même manière, le but ne sera plus de récupérer le trésor du palais mais plutôt le désir du monarque de la prison.

Comme dit précédemment, P5S est un musô, cela implique donc un gameplay différent de la série principale. Contrairement à “Hyrule Warriors : L’ère du fléau”, nous aurons ici énormément de dialogues pour expliquer et faire avancer l’intrigue. En effet, nos héros mènent l’enquête afin de débloquer certaines situations ou avant d’agir. Rien de folichon cependant, il s’agira de parler aux gens ou d’aller à un endroit précis. Il y a donc des phases d’exploration, où il faudra se rendre d’un point A à un point B, et faire certaines actions. Cela se passe sur des cartes beaucoup plus petites que dans les musôs traditionnels mais on passera rapidement de l’une à l’autre pour avancer dans les donjons ou pour explorer. On notera aussi que l’on quitte le milieu scolaire et que l’on n’explorera pas que Tokyo.

Dans le métavers, vous pourrez utiliser la gâchette ZL afin de mettre en surbrillance les éléments du décor pouvant vous servir à progresser dans le niveau mais aussi de voir la force d’un ennemi (aura rouge = puissant, jaune = moyen, bleu = faible). Il y a aussi un niveau de sécurité, qui augmente à chaque fois que vous vous faites repérer par un ennemi. Si le niveau atteint 100%, vous devrez sortir du métavers.

Les combats

Outre les nombreuses phases de dialogue et l’exploration, il y a bien sûr celles des combats. Les ennemis ne sont présents que dans le métavers. Ils ne sont pas nombreux et se baladent sur la carte. Vous aurez ici deux cas de figure : soit vous entrez en contact avec l’un d’eux, soit vous faites une embuscade. Dans les deux cas, un certain nombre d’adversaires apparaîtront dans une zone délimitée par un cercle bleu. Si vous réussissez l’embuscade, vous aurez l’avantage. Si vous sortez du cercle, vous fuyez le combat mais subissez une pénalité.

Vous aurez accès à une attaque de base avec le bouton Y, une attaque spéciale avec X, et vous pourrez bien sûr les enchainer pour faire des combos. La gâchette ZR permet d’esquiver les attaques tandis que maintenir le bouton L vous donne accès à une arme à feu, à utiliser en appuyant sur R pour tirer (les munitions sont limitées et se rechargent automatiquement après chaque combat). Ce dernier bouton sert aussi pour utiliser les techniques de Personaes. En maintenant R, on peut ainsi avoir accès à la liste des techniques de celle sélectionnée mais aussi passer de l’une à l’autre. Les techniques ont une affinité élémentaire, qu’il faudra prendre en compte pour avoir l’avantage sur les adversaires, et consommeront soit des PC, soit des PV.

Les ennemis ont une jauge d’étourdissement, que l’on pourra faire baisser en lançant des techniques via les Personaes. Ce sera d’autant plus efficace s’ils sont sous l’effet d’une altération d’état. Lorsqu’un ennemi est à terre, vous pourrez lancer un assaut général en appuyant sur le bouton A. Il s’agit d’une attaque où tous les alliés se lancent sur l’adversaire et infligent de lourds dégâts de zone. Il sera ainsi plus intéressant de lancer ces assauts sur un groupe d’ennemis afin d’en toucher un maximum. Le bouton A sert aussi à interagir avec le décor. En effet, vous pourrez accéder à certains points ou armes au sol et ensuite lancer une attaque avec X.

Vous pourrez changer de personnage au cours de la bataille parmi les quatre composant votre équipe. Cela se fait via les flèches gauche, haut et droite. Lorsque vous changer de personnage, vous effectuez un transfert, cela a pour conséquence d’augmenter le taux de remplissage de la jauge de coup spécial. Ce dernier sera utilisable une fois celle-ci pleine et se déclenchera en appuyant simultanément sur X+A.

À la fin d’un combat, vos personnages mais aussi vos personaes gagnent de l’expérience. Ces dernières obtiendront aussi de nouvelles techniques au fil de leur progression. Certaines seront actives et d’autres passives.

Les Personae

Lorsque vous tuez un monstre, il y a une chance qu’il laisse derrière lui un masque. Il vous faudra le récupérer ou finir le combat pour l’obtenir. Ces masques sont de nouvelles personaes que vous pourrez équiper par la suite. Vous pourrez aussi aller dans la chambre de velours, un lieu spécial qui vous permettra de fusionner vos personaes pour en obtenir de plus puissantes, augemnter le niveau de l’une d’elle en échange de PP (que vous gagnerez en ramassant des masques ou en effectuant des fusions) ou bien acheter d’anciennes personaes que vous aurez au préalable sauvegardé avant de les sacrifier sur l’autel de la fusion.

Lire aussi notre article Yakuza : Like a Dragon

Équipement, liens, cuisine

Comme dans tout bon RPG, vous pourrez changer l’équipement de vos personnages, à savoir l’arme, un vêtement et un accessoire. Vous en trouverez dans le metavers dans des coffres ou bien dans les boutiques. Un système de lien est également présent. Il s’agit d’une jauge qui augmente au fil des combats mais aussi en prenant part à des activités avec vos alliés. Lorsque la jauge monte d’un niveau, vous gagnez des points de lien que vous pourrez dépenser dans le menu dédié afin de débloquer des compétences de lien, qui sont passifs. Vous pourrez par exemple augmenter la force de tous les membres de votre équipe, gagner plus d’argent à la fin d’un combat…

Enfin, vous pourrez également cuisiner des plats afin de donner un bonus supplémentaire à votre équipe pour les combats. En plus de trouver ou acheter les ingrédients nécessaires, vous aurez aussi à dégoter les recettes.

Technique

P5 Strikers est un jeu plutôt beau, même si on ressent tout de même la faiblesse de la Nintendo Switch. Si cela est flagrant sur les screenshots et les vidéos, ça l’est moins à l’écran. Ceci dit, le jeu est tout à fait fluide et agréable à jouer. La 3D est bien rendue et les animations sont bonnes. On notera la présence de cinématiques avec le moteur 3D du jeu mais aussi en animation, c’est très agréable. Les menus sont eux aussi très bien fait, très vivants, avec de nombreuses transitions fluides. Ils reprennent l’esthétique de Persona 5, tout comme les bulles de dialogues. On reste bien dans le même univers.

La bande son du jeu est très agréable et entraînante, comme pour la série principale. Une OST qui mérite d’être écoutée. On aura la possibilité de définir une musique de combat spécifique ou même de la mettre en aléatoire pour moins de répétitivité. Les dialogues principaux sont entièrement doublés et on aura le choix entre les originaux (en japonais donc) ou la version anglaise.

Côté textes, P5S est entièrement traduit en français, un plus indéniable tant cela est assez nouveau pour la série. Ils sont parfaitement lisibles, autant sur la TV que sur l’écran de la console, en particulier les dialogues que l’on ne peut clairement pas louper !

L’édition physique du jeu contient un code permettant de débloquer un DLC qui est composé d’un artbook digital, de l’OST du jeu et d’une vidéo d’une heure à propos du jeu et de sa conception. C’est toujours très sympa, même si je trouve dommage que cela ne soit pas intégré au jeu. En effet, cela télécharge une application dédiée à cela, et génère donc une icône supplémentaire sur la console.

Pour conclure…

Persona 5 Strikers est un très bon jeu nous replongeant dans l’univers de Persona 5 pour de nouvelles aventures avec les mêmes protagonistes. Un must have pour les fans. Il innove par rapport à son ainé avec un système de combat en temps réel et orienté musô, avec beaucoup d’ennemis à combattre en même temps. Si vous ne connaissez pas le jeu d’origine, vous pouvez tout de même y jouer sans soucis, sauf si vous êtes réfractaires aux longs dialogues. Une petite précision tout de même : le jeu est PEGI-16, à ne pas mettre dans les mains des plus jeunes donc.

Il est disponible en physique et numérique pour 59,99€, la version eshop demandant tout de même 12,2 Go d’espace disponible.

La  note  de la  rédaction

4/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Suite de Persona 5

L’ambiance Persona

Le gameplay orienté action / musô

Une bonne bande son et un bon doublage

Textes traduits en français

Les points négatifs

Beaucoup de dialogues (trop ?)

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Enregistrer