Outward Definitive Edition

Sorti en 2022 sur PC, Outward Definitive Edition s’est distingué par son orientation très réaliste pour appréhender un RPG, reprenant les codes des jeux de rôles un peu à l’ancienne. Exigeant, un peu dépassé déjà à l’époque, il avait le mérite de proposer une expérience différente. C’est donc 2 ans plus tard que le titre se dote d’un portage sur Switch lorsqu’une suite est déjà annoncée sur PC.

Ce test a été réalisé sur une version Nintendo Switch fournie par l’Éditeur.

Un retour difficile

Depuis maintenant quelques années, cela semble être la mode sur Switch. Le portage de jeux est déjà sorti sur d’autres consoles ou sur PC. Souvent un pari qui donne des résultats assez variables. En effet, bien que la plupart de ces jeux ne soient pas récents, comme Borderlands à son époque, ce genre de pratique pose deux soucis majeurs. Le premier vient des limites de la console, et le deuxième de l’intérêt d’une telle pratique.

Tout d’abord concernant l’intérêt : beaucoup de joueurs ont déjà arpenté le jeu. Et Outward Definitive Edition ne fait pas mentir cette vérité. En effet, le jeu étant sorti sur toutes les plateformes, seuls les joueurs n’ayant pas fait le jeu seront la cible principale. Surtout sur un jeu qui est assez peu gourmand sur nos PC actuels.

Ensuite, on peut se concentrer sur le niveau performance. Pour une édition équivalente, le jeu PC fait 25Go à l’installation contre 6Go pour la Switch. Sans surprise, les textures sont les premiers éléments à avoir été impactés. On en arrive donc à notre second souci. Les textures sont horribles, en particulier les visages. Toutes les textures bavent. Déjà que le jeu n’était pas d’une beauté extraordinaire comparé aux jeux qui se faisaient en 2022. Là, il faut le dire ce n’est pas très joli.

Retour vers le passé

La plus grosse claque reste les graphismes. Outward Definitive Edition est clairement amputé du gros de ses textures. Aucune texture HD. Comparé au jeu d’origine, c’est assez flagrant. Cela fait un gros retour en arrière pour un prix légèrement supérieur à celui pratiqué sur steam.

Le plus gros argument reste le côté portable mais, cela reste anecdotique surtout avec l’arrivée de consoles telles que la steam Deck ou encore la console d’Asus. Encore une fois, seuls ceux qui découvrent le jeu, ou ne possèdent qu’une Switch en console portable pourraient s’y intéresser.

Nous avons aussi remarqué quelques petites latences, ou baisses de framerate. Sur les combats, cela est parfois gênant. On se retrouve face à des situations où notre ennemi et nous même échangeons coup sur coup et finalement cela conclut à notre mort.

Un défi à la hauteur

Maintenant que le plus dur est passé, passons à l’essence du jeu. Il se veut exigeant, et ne pardonne rien. Chaque coup reçu peut être décisif. Être blessé au milieu de nulle part peut signer votre arrêt de mort. Il est possible de subir des hémorragies, des infirmités forçant au repos.

Il faudra aussi prendre en compte la nourriture et l’eau dans Outward. Partir à l’expédition sans vivre conduira à une fin funeste. Il faut donc préparer son paquetage avec soin. Sans compter que la nourriture apporte des avantages comme l’eau. Pour finir, il faudra aussi de quoi se soigner en plus de notre équipement. De quoi remplir notre petit sac rapidement.

En parlant d’équipement, celui-ci non plus n’est pas à négliger. Comme dans tous les RPG, il sera votre protection contre les ennemis, mais aussi contre les intempéries. Le froid, ou encore la chaleur extrême vont impacter nos performances, et peuvent nous blesser.

Toujours plus

S’il n’y avait que ça, le jeu serait simple mais, ce ne sont pas les seuls éléments qui vont s’acharner lors de notre aventure. Les ennemis seront une source constante d’inquiétude. Pas de niveau, il faut juste prier de ne pas finir sous les crocs d’un monstre plus fort que nous, ou d’un PNJ mieux équipé.

Comme évoqué plus haut, chaque coup peut conduire à une fin prématurée. Histoire de ne pas vous faciliter la tâche, il n’y a bien évidemment aucune indication sur la carte. Le jeu nous place vraiment dans une situation réaliste. Pas de petit point, ni de conseils de niveau. Il faudra avancer avec prudence et engager les combats intelligemment en particulier au début.

Ceci va de pair avec notre exploration. Bien que les lieux importants soient indiqués, il faudra se repérer avec nos propres moyens. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai fait des tours et des détours pour me retrouver à mon point de départ. Ou alors perdue dans un lieu clairement beaucoup trop haut niveau pour notre pauvre personnage.

J’suis pas venue ici pour souffrir

Après tout ça, on comprend qu’on est là pour souffrir. Outward Definitive Edition ne va rien laisser passer et va obliger à une progression lente et minutieuse. Il faudra explorer un maximum de choses, et récupérer un maximum d’objets pour s’équiper.

L’équipement est primordial, et permet d’éviter pas mal de galères notamment lors des nuits. Effectivement, il faudra se reposer. Moment particulier permettant de récupérer de la santé. Mais, cela demandera de prendre le risque de se faire attaquer. Il faudra donc adapter son temps de repos entre récupération, réparation, et veille pour éviter toute embuscade.

Une fois notre nuit passée, on pourra reprendre notre épopée et on est plutôt libre pour avancer. À part un peu au début, très vite on est lâché pour l’aventure. Les PNJ nous donnent quelques indications mais il n’y a aucune obligation de les suivre.

Menu et interface

Pour ce qui est des interfaces en jeu, sur Outward, c’est du classique. On retrouve plusieurs panneaux permettant de voir les différentes statistiques de notre personnage. Son inventaire en premier présenté de façon très sommaire. Divisé en trois parties, il représente ce que l’on porte, nos poches et notre sac à dos. Cette partie a son importance car il est possible de laisser son sac à terre pour se battre plus facilement.

On a ensuite tout notre équipement avec les emplacements associés suivis de nos statistiques. Elles regroupent les stats générales telles que la force ou l’agilité, mais aussi les effets de nourritures, ou encore si on est rassasié ou non par exemple.

Pour finir, on dispose de la partie fabrication. Celle-ci permet de fabriquer des objets si on connaît les plans, ou d’essayer de créer un objet avec des essais libres.

Une galère sans fin

Passé toutes ces péripéties techniques, notre vie ne sera pas facile même pour ce qui est de notre histoire dans Outward. On commence le jeu en se sortant vivant d’un naufrage. Après quelques minutes d’errance pour rejoindre la ville et finir dans les vapes, on retrouve une foule en délire (ou pas) devant notre porte.

Cette expédition menée par notre famille causr la mort de plusieurs personnes et nous vaut la joie de devoir le prix du sang. Le choix est très simple. Soit on paie, soit on perd notre maison. Une joie pour commencer notre aventure. Dernière solution: obtenir une faveur en aidant un villageois.

Comme si cela n’était pas suffisant, nous n’avons que 5 jours pour nous en sortir, 5 jours en jeu bien évidemment. Il est donc fortement recommandé de résoudre cette affaire avant de continuer. Une fois cette petite anicroche passée, nous serons enfin libres de partir à l’aventure.

Pour conclure…

Outward Definitive Edition ne nous offre pas de grande surprise. Il est à l’image des autres portages Switch. Compte tenu de la puissance de la console, les développeurs ont proposé une version acceptable. Malgré tout, celle-ci ne sera pas un plus pour ceux qui disposent du jeu sur d’autres supports. En dessous niveau graphique, il est clairement anecdotique pour la plupart des joueurs, et ne sera une expérience intéressante que pour les joueurs qui le découvriront. Pour ce qui est du jeu en lui-même, il reste le même que les versions PC et console pour le contenu ou le gameplay.

La  note  de la  rédaction

3/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Toujours aussi difficile

Ouvre le jeu aux joueurs Switch

Tourne plutôt bien dans l’ensemble

Les points négatifs

Graphisme revu à la baisse petite latence par moment

Plus cher que la version PC

Outward 2 à venir

Pas de nouveautés

Vous devriez Lire aussi
NBA 2K22

Dans le même genre

Laisser un commentaire