Persona 3 Reload

C’est avec Persona 3, sorti en février 2008 dans l’hexagone sur PS2, que la franchise d’Atlus s’est définitivement séparée de la saga Shin Megami Tensei (dont elle est le spin-off) pour acquérir cette couleur unique qui fait désormais son succès, un savant mélange entre activités sociales et JRPG qui a passionné plus d’un joueur. Avec le succès de Persona 4 et le carton international de Persona 5, il n’est pas étonnant qu’Atlus ait décidé de revenir sur le quatrième titre de la série (l’épisode 2 se déclinant en deux jeux bien distincts), car il a constitué un véritable point de bascule pour la marque Persona. Alors qu’un portage du remaster PSP de Persona 3 est arrivé sur nos consoles le 19 janvier 2023, c’est maintenant un remake complet, disponible à partir du 2 février 2024 sur PC, PS4, PS5, Xbox One et Xbox Series, que nous ont concocté P Studio et Atlus. C’est parti pour le test de Persona-lité !

Ce test a été réalisé sur une version PS5 fournie par l’Éditeur.

Orphée au Tartare

C’est par une nuit de pleine lune que commence Persona 3 Reload où vous incarnez un lycéen de deuxième année, transféré au printemps au lycée Gekkoukan. De retour dans sa ville natale, il arrive en pleine nuit et, alors qu’il se trouve à la gare, l’atmosphère du lieu change et il se retrouve seul, dans le noir, encerclé par d’étranges cercueils. Arrivé à ce qui sera son dortoir, et après avoir signé un contrat avec un mystérieux jeune garçon qui disparaît tout de suite après, il est accueilli par deux jeunes filles armées de pistolet : Mitsuru Kirijo, la responsable du dortoir, et Yukari Takeba, une pensionnaire. Malgré l’étonnement de ces dernières, elles finissent par installer le nouveau venu. Commence une vie de lycéen ordinaire pour notre héros.

Mais cette banalité est de courte durée puisque lors de la pleine lune suivante, il est tiré de son sommeil par une Yukari paniquée. Le dortoir est attaqué par un monstre, nommé ombre, et ils doivent s’enfuir. Coincés sur le toit de la pension, les fuyards sont rattrapés par l’ombre et alors que l’adolescente est figée par la peur, notre avatar attrape l’arme de cette dernière et se tire une balle dans la tête, faisant apparaître sa “Persona” qui vainc leur ennemi. Épuisé, il s’évanouit et se réveille 10 jours plus tard à l’hôpital. C’est là qu’il apprend que ses condisciples, Yukari, Mitsuru et Akihiko sont tous dotés d’une Persona et font partie de la S.E.E.S. (la Section d’Exécution Extrascolaire Spécialisée) qui lutte contre les ombres durant l’heure sombre (une heure dont le commun des mortels est totalement inconscient et qui se situe juste après minuit).

Il accepte donc d’en faire parti et, rejoint par Junpei Iori (un camarade de classe), ils se lancent à l’assaut de Tartare, une tour qui apparaît en lieu et place du lycée lors de la 25ᵉ heure, pour en apprendre plus sur les ombres et sur la menace qui plane sur eux. Bien que doté d’une direction artistique modernisée, d’un tout nouveau générique d’intro et de cinématiques animées du plus bel effet, il semble que l’intrigue de Persona 3 n’ait pas été modifiée, si l’on excepte l’ajout de quelques nouvelles scènes qui sont des modifications mineures dans le scénario.

Cela étant, vu la qualité de l’histoire qui nous est proposée ainsi que les thèmes abordés (toujours aussi complexes) il n’y avait pas vraiment besoin d’y remanier quoi que ce soit. En ce qui concerne l’ambiance musicale, si l’on retrouve certains des morceaux du titre original, composés par Shoji Meguro, c’est Atsushi Kitajoh qui s’est chargé de les réarranger et d’en composer des inédits, pour une bande son plus punchy que jamais, qui pourtant n’est jamais entêtante.

The S.E.E.S. Life

L’un des gros atouts des Persona, et ce depuis le quatrième opus (Persona 3 donc), est son compartimentage en journée et plus exactement en diverses périodes du jour durant lesquelles vous pourrez exécuter un certain nombre d’actions et surtout développer des liens sociaux avec des personnages de votre entourage. S’il vous sera possible de répondre à certaines questions durant les cours auxquels vous assistez, ce qui vous fera gagner en charme, c’est surtout après le lycée et le soir que vous serez libre de vos actions. Libre à vous d’augmenter votre niveau de “Charme”, de “Courage” et de “Savoir” en passant du temps à la bibliothèque, en mangeant dans des restaurants, en jouant à des jeux vidéo ou en travaillant à temps partiel.

Attention, chaque activité vous occupera durant un créneau entier, tout comme le fait de voir vos amis, choisissez donc judicieusement vos activités suivant ce que vous voulez développer chez votre avatar. Pareillement, le fait de passer du temps avec vos amis et de répondre correctement à leurs sollicitations vous permettra de faire augmenter le lien qui vous unit et notamment celui de l’arcane de tarot auquel ils sont associés. Par ricochet, le développement de ce rang aura une incidence sur la puissance de vos différentes Persona qui seront plus puissantes à mesure que le rang obtenu avec leur arcane majeure associée sera élevé.

Enfin, Elisabeth, l’apprentie d’Igor, le maître de la chambre de velours, vous donnera des quêtes à faire pour parfaire ses connaissances du monde extérieur. Bien entendu, certaines activités auront une limite de temps et il vous faudra les réaliser avant une date précise sous peine de vous les voir interdites à jamais. Au bout d’un certain temps, vous pourrez également réaliser diverses actions avec vos alliés du dortoir, comme réviser, faire la cuisine ou regarder des vidéos, mais cela prend également du temps, ce dont on manque assez vite dans le jeu.

Journée de 25 heures

Dans Persona 3 Reload, et dans Persona 3 tout court d’ailleurs, l’exploration du Tartare lors de l’heure sombre est un élément central de l’intrigue, et c’est là que vous pourrez combattre les ombres, si l’on excepte les nuits de pleine lune où les affrontements auront lieu en ville. Comme nous l’avons vu, le Tartare est une tour dont vous allez monter progressivement les étages, chaque niveau changeant d’un jour à l’autre. Au cours de votre exploration, vous allez lutter contre des adversaires, trouver des coffres et parfois sauver des civils qui se sont retrouvés piégés à l’intérieur. Chaque combat vous octroiera de l’expérience, ainsi qu’à votre Persona et pourra même donner lieu à un tirage de cartes où vous aurez le choix entre de l’expérience supplémentaire, une carte de pouvoir, de l’argent ou une nouvelle Persona.

Il arrivera aussi que vous puissiez choisir une arcane majeure qui aura un effet permanent jusqu’à votre sortie de la tour, sachant qu’au bout d’un certain nombre d’arcanes majeures réunies, vous déclencherez une explosion arcanique qui augmentera le niveau des cartes du tirage. En ce qui concerne les affrontements, ceux-ci ont lieu au tour par tour et, en tant que leader de l’équipe, il vous faudra donner des ordres à vos équipiers, qu’il vous sera même possible de contrôler si vous avez envie d’avoir un contrôle total sur votre tactique. Toutefois, l’I.A. des alliés est assez fine et vous ne risquerez pas grand-chose à la laisser agir, tout en rectifiant parfois un peu le tir lors de votre tour.

Ainsi, chaque adversaire possède des résistances (quand certains éléments ne lui redonnent pas de la vie) et des faiblesses à un certain type d’attaque et il vous faudra en tirer parti pour déclencher (une fois tous les opposants à terre) un assaut général de vos alliés. Cependant, Persona 3 Reload inclut son lot de nouveautés et la plus réussie est le système de Théurgie. Après avoir rempli une jauge de pouvoir, vous aurez alors la possibilité de déclencher une attaque spéciale dévastatrice. Il sera essentiel d’arriver à déterminer quel est l’élément qui fera se remplir la jauge de Théurgie (pour Yukari par exemple, ce sera à l’utilisation des sorts de soin) et de l’utiliser au meilleur moment, tant ces attaques enchaînées peuvent faire pencher la balance entre victoire et défaite.

Persona-l affair

Ce n’est pas vraiment original, mais mon histoire d’amour avec Persona a débuté lorsque j’ai découvert Persona 5 (dont j’ai depuis fait tous les dérivés jusqu’à récemment avec Persona 5 Tactica). J’ai donc suivi d’un œil avide les dernières annonces d’Atlus, et quand celle de Persona 3 Reload est tombée, je n’ai pu contenir ma joie. C’est avec enthousiasme et émotion que je me suis lancée sur le jeu, car n’ayant pas essayé le titre d’origine, je savourais à l’avance la découverte de ce récit que je devinais à l’avance passionnant. Mettons fin au suspens, si toutefois il subsistait encore des doutes : j’ai adoré ce que j’ai découvert.

J’avoue avoir un peu boudé le portage de Persona 3 Portable sur consoles de salon à cause de son esthétique un peu datée, et je dois bien avouer que l’update graphique, ainsi que les différents ajustements à la Persona 5 m’ont beaucoup aidé à m’immerger totalement dans le récit. Comme toujours, celui-ci est assez complexe et sombre, comme en témoigne l’invocation des Personae qui se fait en se tirant une balle dans la tête. Renoncer, symboliquement, à la vie pour faire surgir la représentation de son âme, voilà qui interroge d’entrée de jeu.

Pourtant, je dois avouer que tout n’est pas parfait au royaume d’Atlus, puisque j’ai très vite renoué avec la frustration de ne pas avoir assez de temps sur mes plages horaires afin de caser toutes les activités que je voulais faire. Un choix parfois cornélien, quand on voit la pléthore de liens que noue le héros et le peu de temps pour contenter tout le monde. Heureusement, les membres des S.E.E.S comptent pour une seule arcane majeure, ce qui m’a simplifié un tout petit peu les choses.

Autre défaut, les visites dans le Tartare sont un peu répétitives, et ce ne sont pas les changements de décors, assez peu renouvelés, qui vont contrebalancer cette impression de redondance. Pour autant, aucun de ces deux points n’a été rédhibitoire, et j’en ai très vite fait abstraction pour me concentrer sur le plaisir ressenti à chaque combat et à chaque développement de l’histoire. Un remake essentiel que je conseillerais à chacun et chacune d’entre vous, ne serait-ce que pour entrer un peu plus profondément dans l’univers si riche et particulier de Persona.

Pour conclure…

Avec Persona 3 Reload, Atlus et P Studio nous proposent une nouvelle version de Persona 3, mais restant fidèle au jeu de base, de quoi satisfaire les aficionados du titre original, tout en séduisant les nouveaux venus avec un gameplay, une interface sublimissime et des visuels affinés, rappelant Persona 5. Au-delà de ses graphismes modernisés, de ses cinématiques de toutes beautés et de sa musique toujours aussi punchy, quelques petits défauts sont à déplorer, comme une petite redondance dans les niveaux du Tartare. Mais avec des petites innovations comme le fait de pouvoir contrôler indépendamment chacun de ses équipiers en combats, ou le système de Théurgie, ce remake est définitivement la meilleure version disponible pour vous lancer à corps perdu dans la découverte du Tartare. Maintenant, si vous voulez bien m’excuser, l’heure approche de ma prochaine incursion dans l’heure sombre avec le S.E.E.S.

La  note  de la  rédaction

5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Une direction artistique et des cinématiques animées de toutes beautés

Les personnages sont tous plus charismatiques les uns que les autres

L’intrigue est passionnante et traite de sujets complexes avec brio

Les ajouts des développeurs pour se rapprocher du système de combat de Persona 5

Le nombre impressionnant d’activités possibles durant la journée

Le système de Théurgie et ses attaques spéciales spectaculaires

Les points négatifs

La frustration inhérente au fait de ne pas pouvoir faire plus d’activité dans une même journée

Les divers étages du Tartare s’avèrent un peu redondants à force

Vous devriez Lire aussi
Neon Abyss

Dans le même genre

Laisser un commentaire