Wo Long : Fallen Dynasty Complete Edition

Faisant suite à la sortie du jeu initial l’année dernière, la Complete Edition de Wo Long: Fallen Dynasty inclut les trois DLCs majeurs, ainsi que les diverses collaborations avec d’autres jeux. Cette version définitive est disponible depuis le 7 février sur PS5, PS4, Xbox One et Series, ainsi que sur Windows Store et Steam.

Ce test a été réalisé sur une version PS5 fournie par l’Éditeur.

Année du Dragon penché

J’ai un peu honte de le reconnaître, mais Wo Long: Fallen Dynasty est passé sous mes radars l’année dernière. Il faut dire que je ne porte pas dans mon cœur les essais du genre Soulslike de la Team Ninja / Koei Tecmo, avec deux jeux Nioh qui m’ont laissé de marbre. Pourtant, je me suis prêtée au jeu et ai donné sa chance à cette aventure au cœur des Trois Royaumes de la Chine historique. Verdict ? Tout comme le dragon éponyme, un peu penché.

Wo Long: Fallen Dynasty est donc un jeu qui reprend les codes du soulslike, qu’on ne présente presque plus. Des jeux exigeants, aux mécaniques de gameplay qu’il est crucial de maîtriser. La liste des coupables habituels est là : descriptions d’items pour le lore, boss difficiles, level design bourré de raccourcis, checkpoints, et perte semi-permanente de ressources en mourant.

Il se distingue cependant par un rythme plus proche de Sekiro: Shadows Die Twice, où les parades se font en esquivant au dernier moment les attaques. En outre, le jeu reprend le fonctionnement des Nioh, avec des niveaux délimités plutôt qu’un monde ouvert. Le système de loot est également axé aléatoire, comme ses aînés. Enfin, un système de Moral, qui monte et descend selon nos prouesses, vient apporter sa pierre à l’édifice Wo Long: Fallen Dynasty.

Besoin de conseils sur comment bien démarrer dans Wo Long : Fallen Dynasty ? Notre rédaction vous dit tout juste ici !

Esprit sain dans un corps sain

Wo Long: Fallen Dynasty est donc un jeu qui demandera de l’investissement à ses joueurs. Que ce soit par sa nature même, ou par les nombreux systèmes qui soutiennent son gameplay d’ailleurs. Les mécaniques du jeu reposent sur la jauge d’Esprit de notre personnage, et de Moral. Le Moral monte en tuant des ennemis, et en capturant des Drapeaux dans le niveau. L’Esprit est un peu comme une jauge d’endurance, à l’exception près qu’elle commence à zéro. Elle peut aller dans le positif, ou dans le négatif, selon nos actions.

La stratégie à employer est donc de faire monter cette jauge en attaquant les ennemis, avant de déclencher de redoutables attaques d’esprit. Plus de chances donc d’amener leur jauge dans le négatif, et une fois au maximum, les voilà étourdis et vulnérables à une attaque critique. Parfait pour baisser leur niveau de Moral, et donc leurs statistiques. Mais gare à notre propre niveau de Moral, qui sera mis à mal à chaque attaque critique non parée !

En parallèle, le ou la protagoniste de Wo Long: Fallen Dynasty peut compter sur deux autres piliers. D’un côté les Arts Martiaux, dépendants de l’arme équipée. Ils consomment de l’Esprit, mais infligent des dégâts d’Esprit au passage. De l’autre, les Sortilèges, dépendants de notre build de personnage. Ces sorts magiques vont du renforcement de statistiques à l’attaque à distance. Et comme ils dépendent de l’Esprit, pas de jauge de mana individuelle à gérer.

Classiques revisites

Car bien sûr, qui dit soulslike, dit statistiques de RPG. Wo Long: Fallen Dynasty ne déroge pas à la règle, avec cinq statistiques à monter. Elles correspondent à cinq phases élémentaires : le Bois (foudre), le Feu, la Pierre, l’Acier (poison) et l’Eau. Chaque phase dispose de son propre arbre de sortilèges, qui ne sont utilisables qu’en ayant le niveau correspondant dans la statistique.

Ces attributs font également monter divers aspects de notre personnage, comme sa capacité de parade, ou encore sa force brute. Bonne nouvelle cependant, tout point de niveau investi augmente le total de vie de base de notre personnage. Fini le débat entre monter sa vitalité ou sa force de frappe ! Wo Long: Fallen Dynasty reprend par ailleurs un système d’affinité élémentaire, où une certaine Phase fera plus ou moins de dégâts à une autre.

Autre point repris par Wo Long: Fallen Dynasty, les affinités d’armes. Mon sabre étant naturellement en A avec la phase Bois, j’ai préféré monter cette stat très haut plutôt que les autres. Comme le loot est totalement aléatoire, il faudra aussi composer avec les très nombreux bonus de stats octroyés par l’équipement… Autant dire que pour le plus investi, le jeu a une dimension optimisation poussée. Pour les moins investis, il y a cependant de quoi se sentir dépassé.

La fin des Han

Pour revenir brièvement sur l’intrigue qui lance Wo Long: Fallen Dynasty, il y est question de la période précédant de peu les Trois Royaumes de Chine. Notre intrigue démarre aux alentours de l’an 192, alors que le clan des Turbans Jaunes se soulève contre la dynastie Han en place. Dans cette version dark fantasy, la rébellion s’accompagne d’un déferlement de démons, alimentés par du Qi impur sous la forme de boulettes d’Elixir.

Notre protagoniste, membre anonyme de la milice locale, intervient en plein raid sur un village et sauve in extremis un adolescent aux yeux bandés. Grièvement blessés par un Turban jaune, nous sommes ramenés à la vie par les pouvoirs de Qi primordial mystérieux de cet adolescent. Mais avant d’avoir pu l’aider davantage, un mystérieux Taoïste en noir l’enlève sous nos yeux. Son but : utiliser la nature du dragon divin Yinglong qui sommeille en l’adolescent pour créer l’Elixir ultime, une substance aussi dangereuse que son nom le laisse penser.

S’engage alors une poursuite de plus de dix ans ! Le temps passe vite dans Wo Long: Fallen Dynasty, et on ne sent pas vraiment son passage. Chaque chapitre majeur voit parfois de très grands développements politiques se produire au détour d’une cinématique. Difficile donc de s’investir dans l’intrigue, surtout si on est peu familière avec les grands noms des Trois Royaumes de la Chine. D’autant plus que notre protagoniste reste un insert, et ne prononcera donc pas un mot tout le long de l’aventure. L’histoire du jeu est avant tout un prétexte au gameplay.

La bataille ne fait que commencer

Les trois contenus DLC de la Complete Edition de Wo Long: Fallen Dynasty souffrent de cette même narration peu engageante. Les deux premiers s’insèrent directement à la suite d’autres chapitres du jeu, mais le dernier nécessitera d’avoir terminé la campagne principale. Vu le niveau requis pour les compléter, j’ai préféré réserver les DLCs pour la fin dans tous les cas. La première mission des deux premiers conseille un niveau 79, mais monte directement dans les 90 juste derrière. Des niveaux plus proches de ceux d’une fin de jeu donc.

L’avantage de la Complete Edition reste de bénéficier de tous les ajouts annexes à ces DLCs, notamment les catégories d’armes supplémentaires. Les cestes permettent de pousser la maîtrise des Arts martiaux au niveau supérieur, avec un système encourageant l’accumulation d’Esprit. L’épée longue peut charger ses coups, pour le plus grand bonheur des fans de Monster Hunter. Enfin, les fouets disposent d’un mode déchaînement redoutable, mais qui peut vite nous rendre vulnérable.

Chaque DLC propose une dizaine de champs de bataille, dont trois principaux. Plus petits que certains du jeu de base, ils m’ont paru plus digestes. J’ai trouvé le dernier champ de bataille du troisième DLC particulièrement réussi, avec un enchaînement de salles élémentaires corrompues par le Qi démoniaque. Certains des champs de bataille secondaires consistent juste en une version plus dure d’un boss déjà affronté au cours du DLC.

Qi démoniaque, pour ennemis démoniaques

Cependant, Wo Long: Fallen Dynasty ne retient plus ses coups à ce stade de l’aventure. Les boss de ces DLCs font partie des plus redoutables à ce jour. Certains se paient d’ailleurs le luxe d’être en deux phases, ce qui a le mérite de taper le Moral, tant dans le jeu que dans la vraie vie ! Chaque boss final nous octroie un nouvel Animal totem, pour varier encore plus les builds.

Ce qui a un peu renforcé mon impression du jeu de base concernant l’équilibrage. Wo Long: Fallen Dynasty peut se révéler très, voire trop facile pendant des chapitres entiers. Puis, envoyer un véritable mur sans prévenir. J’aurais peut-être préféré une difficulté plus régulière, quitte à rendre le jeu plus exigeant plus souvent. Ou bien peut-être une approche plus jeu d’action traditionnel, et moins soulslike.

Les DLCs n’apportent bien sûr pas que des boss, mais également de nouveaux types d’ennemis. Je dois avouer que le bestiaire de base de Wo Long: Fallen Dynasty devient vite répétitif, il est donc toujours agréable de varier les plaisirs. Les décors choisis pour ces affrontements changent suffisamment de ceux vus au cours de la campagne principale pour les rendre mémorables.

Pour conclure…

Wo Long: Fallen Dynasty Complete Edition souffre de son grand écart entre jeu d’action nerveux et jeu exigeant. Les DLCs apportent suffisamment de contenu pour justifier d’y jeter un regard neuf, mais on en ressort avec les mêmes critiques que sur le jeu original. Un tir qui sera peut-être corrigé dans un prochain jeu du genre ?

La  note  de la  rédaction

3-5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Une direction artistique appréciable

Le système d’Esprit et de Moral

La parade peut être très satisfaisante quand maîtrisée

Une vision dark fantasy des Trois Royaumes originale

Les points négatifs

Un doublage anglais trop “anime”

L’histoire montrée en cinématiques est anecdotique

Une difficulté en dents de scie

Le système de loot ne plaira pas à tout le monde

Vous devriez Lire aussi
Hyrule Warriors : L'ère du fléau

Dans le même genre

Laisser un commentaire