Super Mario Bros. Wonder

"Super Mario Bros. Wonder" Affiche

L’année 2023 sera sans conteste l’année de Nintendo, tant la firme japonaise semble enchaîner les cartons, que ce soit avec la sortie de The Legend of Zelda : Tears of the Kingdom ou avec l’adaptation cinématographique de sa plus grande licence, Super Mario Bros. Il ne manquait plus qu’une toute nouvelle aventure du plombier à la salopette rouge pour venir combler le cœur des fans de tous les horizons. C’est désormais chose faite avec la sortie le 20 octobre 2023, sur Nintendo Switch, de Super Mario Bros. Wonder, la première aventure 2D du moustachu depuis 11 ans et New Super Mario Bros. U (sorti sur Wii U en 2012). Annoncé par surprise lors du Nintendo Direct du 21 juin 2023, cette nouvelle aventure avait sur le papier de quoi ravir les inconditionnels du héros de Nintendo. On a profité d’une balade au Royaume des Fleurs pour creuser un peu plus le sujet et cultiver notre avis.

Ce test a été réalisé sur une version Nintendo Switch fournie par l’Éditeur.

Here we gooo !

"Peach" découvre le Royaume des Fleurs
"Le prince Florian" accueille nos amis

Bien que l’histoire soit souvent assez annexe en ce qui concerne les Mario, sachez que celle de Super Mario Bros. Wonder prend place lors de la première visite officielle des représentants du royaume Champignon (composés de Peach, Daisy, Mario, Luigi, Toad, Toadette, Yoshi et même de ce gredin de Carottin) au Royaume des Fleurs. Accueillis par le prince Florian, tout se déroule pour le mieux jusqu’à ce que la cérémonie soit interrompue par ce cher Bowser qui en profite pour s’emparer du pouvoir de la fleur prodige. Investi de nouveaux pouvoirs, le roi des Koopas fusionne avec le château du prince et se transforme en forteresse volante dont l’influence maléfique se répand sur le Royaume des Fleurs.

"Bowser" arrive pour gâcher la fête
Grâce au pouvoir de la "fleur prodige" Bowser se transforme en forteresse volante
Le "royaume des Fleurs" subit l'influence de Bowser

Pour sauver les terres du prince Florian et son peuple de Poplins, Mario et toute la clique se proposent de partir en mission avec le monarque pour chasser Bowser et récupérer la fleur magique, mais le chemin qui les attend est semé de pièges et de surprises en tout genre. Pour son retour en 2D, Mario et ses amis ont bénéficié d’un relooking graphique du meilleur aloi, tout comme les environnements colorés qui ponctuent notre parcours. C’est magnifique, et on se surprend à scruter les petits détails de chaque parcours astucieusement disséminés pour nous faire sourire entre deux sauts.

Les "cartes des mondes" sont variées

Les animations des personnages ont également été revues et il n’est pas rare d’esquisser un sourire lors de la rencontre entre des ennemis ou à chaque fin de niveau. De même, la présence des fleurs cancans et de leurs dialogues remplis d’humour permet de donner un peu plus de vie dans les stages dépourvus de voix, et ce même si la musique est toujours aussi entraînante, que ce soit dans les morceaux originaux ou dans les reprises des musiques iconiques de la série. Mention spéciale au remplaçant de Charles Martinet, Kevin Afghani, qui fait un excellent travail dans le doublage de Mario ainsi que dans celui de Luigi. On aurait pu craindre le pire avec ce changement de voix, mais il n’en est rien et pour ma part je n’y ai vu que du feu. Un bon point pour ne pas dérouter les habitués de la licence.

Dites-le avec des fleurs…

Les "six mondes" obligatoires

Comme toujours Nintendo joue sur l’effet de surprise, et il serait dommage de vous en révéler trop au risque de vous divulgâcher ce Super Mario Bros. Wonder. Toutefois, et vous en conviendrez, il serait compliqué de vous expliquer le génie de ce titre sans rien vous en révéler. Vous devrez donc explorer pas moins de 7 mondes (dont un spécial) avant d’être en mesure de vous confronter à Bowser. Bien entendu, si un certain nombre de stages sont obligatoires, certains sont totalement optionnels permettant à chacun de faire son parcours à la carte, et ce d’autant que chaque map contient des secrets à découvrir.

On peut jouer a plusieurs dans "Super Mario Bros. Wonder"
Chaque niveau est noté avec son niveau de difficulté dans "Super Mario Bros. Wonder"

En tout état de cause, il vous faudra environ une quinzaine d’heures pour venir à bout de tous les mondes, sachant qu’il vous en faudra un peu plus si vous comptez finir chaque niveau à 100 %. Qui dit nouveau Mario dit forcément plein de nouveautés que ce soit en termes de Gameplay, de transformations ou encore de level design. Si dans Super Mario Wonder on retrouve les champignons qui nous ramènent à une taille normale, l’étoile qui rend invincible ou encore la fleur de feu, les développeurs nous ont concocté quelques nouvelles transformations très intéressantes comme la pomme éléphant, le champignon foreuse et la fleur bulle.

La transformation "éléphant" un super idée
Il existe plein de surprises à découvrir dans "Super Mario Bros. Wonder"

Comme leur nom l’indique, le premier vous transforme en éléphant pouvant détruire les blocs et stocker de l’eau dans sa trompe, le second vous permet de vous enfouir dans le sol ou le plafond pour accéder à des zones inaccessibles sans et le troisième vous permet de produire des bulles qui tuent les ennemis et vous permettent de rebondir dessus. Autant de pouvoirs qui vous permettront d’explorer les niveaux de fond en comble pour réussir à finir les niveaux complètement avec toutes les graines et les pièces violettes, dont, vous pouvez me croire, certaines sont bien cachées.

Les graphismes et les environnements sont somptueux dans "Super Mario Bros. Wonder"

Un éléphant ça comble énormément !

Autre grosse nouveauté de Super Mario Bros. Wonder : le système de badges à débloquer au fur et à mesure de sa progression. Comme on pouvait s’y attendre de la part des développeurs, la récupération ainsi que l’utilisation des badges se fait de manière assez intuitive, d’autant que des stages spéciaux nommés “Défi badge” ont été conçus spécifiquement pour vous apprendre leur utilisation de façon ludique. Cependant, vous ne pourrez en équiper qu’un seul à la fois, ce qui est un peu frustrant pour des joueurs moins expérimentés qui auraient voulu contrebalancer leur manque de technique avec certains badges assez efficaces.

Les "badges" une super idée de ce nouvel opus
Certains stages sont spécifiques pour vous apprendre à utiliser les badges

Pour autant, Nintendo affiche clairement sa volonté de faire de ce Super Mario Bros. Wonder un titre familial avec la possibilité de choisir un Yoshi ou Carottin. En effet, ces deux personnages ne peuvent pas mourir en étant touchés par les ennemis, mais perdent toujours une vie quand ils tombent en dehors de l’écran et ne peuvent pas utiliser les transformations. Quand l’on sait qu’il vous faudra parfois impérativement vous transformer pour atteindre les fleurs prodiges ou certaines pièces, je déconseillerai donc, si vous avez l’intention de jouer uniquement en solo, de prendre ces avatars si comme moi vous êtes jusqu’au-boutiste et qu’il vous faut impérativement terminer complètement un niveau avant de passer au suivant.

Les "Fleurs prodiges" renversent chaque niveau

De plus, ne serait-ce que par le changement de Gameplay qu’amènent les fleurs prodiges, il serait vraiment dommage de passer outre. Chaque fois que Mario (ou l’un de ses comparses) attrape une fleur prodige, le stage se transforme totalement et il n’est pas rare de trouver, dans cette parenthèse psychédélique, des tuyaux qui rampent, des rampes invisibles et autres surprises du même acabit à chaque fois unique et pour lesquels on ne veut surtout pas passer à côté. Enfin, et j’en terminerai là pour vous laisser vous faire votre propre expérience, si vous n’êtes pas un adepte des challenges chronométrés, vous pouvez souffler, car à de rare exception près aucun des stages ne possède de limite de temps pour en venir à bout. Un confort appréciable pour pouvoir farfouiller partout sans devoir constamment regarder le chrono.

Chaque fleur prodige propose un gameplay unique

On s’est pas fait carotte hein ?

Comme nous l’avons vu, Super Mario Bros. Wonder est un jeu qui se veut familial et capable de concilier les aficionados de la première heure, comme les néophytes. Sans pour autant faire totalement partie de la seconde catégorie, il me semblait approprié d’avoir sur ce test le ressenti d’un joueur familier de Mario et ce depuis ses débuts, ne serait-ce que pour savoir si Nintendo avait réussi son pari. C’est donc tout naturellement que j’ai demandé à mon partenaire privilégié (dont vous avez déjà pu voir les avis sur la critique de Final Fantasy XVI), Bruno Rocca, auteur et éditeur chez Omaké Books, podcasteur et ancien journaliste dans la presse vidéoludique (IG Mag, Jeux Vidéo Magazine, PlayStation Magazine, Nintendo Magazine, …), son opinion sur le jeu, que je vous laisse découvrir ci-dessous, juste après mon avis que voici : 

Les décors sont toujours aussi impressionant dans "Super Mario Bros. Wonder"

L’avis de la newbie : 

Pour tout vous avouer, même si j’ai déjà joué plusieurs fois à de nombreux Mario au cours de ces dernières années, je les ai toujours très vite délaissés pour ne plus jamais y revenir. À chaque nouvelle annonce, j’espère pourtant qu’un opus arrive enfin à me charmer vraiment pour me pousser à aller au bout de l’aventure sans me laisser décrocher. Il semblerait que Nintendo ait entendu mes prières, puisque Super Mario Bros. Wonder est le premier titre du plombier dans lequel je me suis investie à fond du début jusqu’à la fin. Certes, je ne me suis pas encore risqué dans le monde spécial, mais le reste du voyage a été assez passionnant pour me captiver.

L'humour des répliques des "fleurs cancans" est savoureux

Je dois avouer que pour une réfractaire telle que moi, Wonder représente une excellente porte d’entrée à la saga, que ce soit par son Gameplay au cordeau, la folie de certaines épreuves, les surprises qu’il ménage et surtout la possibilité de switcher de personnage à la volée pour incarner Carottin ou Yoshi quand la difficulté se fait trop ressentir. Toutefois, l’utilisation obligatoire de certains pouvoirs pour accéder à des fleurs prodiges rend leur utilisation frustrante et cela m’a fait rager qu’il soit impossible de finir divers niveaux en ayant récolté la totalité des graines et des pièces simplement parce que l’on veut incarner Yoshi.

En multijoueur en ligne vous jouez avec les fantômes d'autres joueurs dans "Super Mario Bros. Wonder"

Pareillement, j’ai tenté de me faire aider en jouant en multijoueur (que ce soit en local ou en ligne), mais soit la différence de niveau était trop grande avec mes partenaires (Bruno et notre fils étant de grands habitués de la saga) et je n’arrivais bien souvent pas à les suivre, soit le trop grand nombre de personnages présent à l’écran me perturbait trop pour arriver à avancer convenablement dans le stage. La lisibilité de l’action étant par trop compliquée pour moi dans ces modes, j’ai assez vite renoncé au confort de pouvoir être ressuscitée par un autre joueur pour reprendre mon aventure en solo.

En "multi" quand vous perdez vous pouvez être sauvé par vos coéquipiers
Il y a même des niveaux musicaux dans "Super Mario Bros. Wonder"

Cela étant, la pléthore d’épreuves différentes proposées dans les niveaux, l’humour des répliques des fleurs cancans, les clins d’œil aux anciens titres de la licence (même si beaucoup me sont passés bien au-dessus) et les secrets à découvrir dans les différents mondes font que l’on ne s’ennuie pas une seule seconde et que je n’ai eu qu’une envie, pousser toujours plus loin mon exploration du royaume floral. Un exploit pour lequel j’ai envie de dire bravo et surtout j’ai envie de dire merci Nintendo !

Les références sont légion dans "Super Mario Bros. Wonder"

L’avis du vétéran (Bruno) :

Évolution totalement débridée des New Super Mario Bros., Super Mario Bros. Wonder est un titre à l’énergie communicative. Drapés d’une direction artistique absolument sublime, le plombier et ses ami(e)s signent ici l’une de leurs plus belles aventures. Fidèle à la rigueur et à la grande efficacité du level-design des New Super Mario Bros., l’enfant terrible Wonder se lâche en permanence. La plus grande réussite du jeu vient de cette fleur prodige que l’on trouve à chaque stage (ou presque) et qui opère un twist total. Se demander quelle est la future surprise que nous ont réservé les développeurs dans le prochain niveau est l’un des aspects les plus délicieux du titre de Nintendo. Quant à la transformation en éléphant, elle va faire date et s’avère irrésistible, tant sur le plan visuel que celui du Gameplay.

Mario en éléphant dans "Super Mario Bros. Wonder"
Une fin de niveau de "Super Mario Bros. Wonder"

Un Gameplay toujours aussi carré et maîtrisé d’ailleurs, mais pouvait-il en être autrement ? Il n’y a peut-être que le système de badges qui pourra déconcerter au départ, mais celui-ci s’avère être une trouvaille ingénieuse au final. Un principe de pouvoirs à la carte qui ne mettra certainement pas tout le monde d’accord, mais qui reste à mon sens une feature appréciable, pour peu qu’on s’y investisse un minimum. Bref, Mario est ici au sommet de sa forme, avec un opus 2D totalement barré (et à la folie créative qui n’est pas sans rappeler l’excellent Super Mario 3D World), truffé de fan service qui fera chavirer de plaisir les vieux routards de la série. Il n’en fallait pas plus pour mon bonheur.

écran de fin dans "Super Mario Bros. Wonder"
Pour conclure…

Au risque d’en décevoir quelques-uns dont le GOTY 2023 semblait déjà décidé, il semblerait que Nintendo ne l’entende pas de cette oreille en fournissant l’un des meilleurs platformer de sa génération. Entre le renouveau des graphismes et des animations qu’ont subi les héros et les décors, l’utilisation ingénieuse des badges (même si l’on regrettera de ne pouvoir en équiper qu’un à la fois), la folie inhérente à l’utilisation des fleurs prodiges et les nouvelles transformations disponibles, difficile de ne pas être dithyrambique quand on évoque Super Mario Bros. Wonder, que l’on soit un nouveau venu ou un vieux briscard de la saga. Sans dire que le titre est absolument parfait, ne serait ce que par un manque de visibilité flagrant en mode multijoueur (ce qui était de toute façon déjà le cas dans les précédentes itérations), Mario retrouve ici ses lettres de noblesse dans un jeu qui va faire date dans l’histoire du jeu vidéo et qui constitue, en prime, une excellente porte d’entrée pour tous ceux désireux de découvrir l’univers coloré et complètement dingue de Mario Wonder.

La  note  de la  rédaction

5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Des graphismes soignés, tout comme la musique et les animations des personnages

Un level design au top digne des Mario classiques

Les badges et les fleurs prodiges apportent un parfum de nouveauté auquel on devient vite accro

Une grande variété dans les niveaux qui évite la redondance

Les points négatifs

L’impossibilité de finir certains niveaux à 100 % si l’on choisit d’incarner Carottin ou Yoshi

Le mode multijoueur (en ligne ou en local) qui se révèle vite illisible

L’impossibilité d’équiper plus d’un badge à la fois

Vous devriez Lire aussi
Ce 11 Novembre Flippin Misfits est en Accès Gratuit !

Dans le même genre

Laisser un commentaire