Articles a la une

Derniers commentaires
test

Mutant Year Zero: Road to Eden

Mutant Year Zero est un jeu d’aventure tactique dans la veine des XCom développé par The Bearded Ladies et édité par Funcom. Il est sorti sur PC, PS4 et Xbox One le 4 décembre 2018.

Merci à Vautour013 pour ce test ! Vous pouvez le retrouver sur sa chaîne YouTube ainsi que sur sa page Facebook !

Histoire

Le jeu se déroule dans un monde post-apocalyptique causé par le réchauffement climatique, les épidémies et la guerre atomique. Vous incarnez Dux et Bormin, deux mutants, le premier au faciès de canard et le second de phacochère. Vous êtes des traqueurs, des experts de la survie chargés de récolter des ressources pour l’Arche, dernier bastion de l’humanité face aux maraudeurs, aux goules et autres créatures hostiles.

Si le scénario est somme toute assez classique, il reste efficace, et le monde dépeint est plutôt réaliste et nous met dans l’ambiance. Lors des phases de déplacement, les personnages se parlent et l’on peut profiter du ton désabusé de Dux, qui ne manque pas de faire des réflexions, et au ton tranchant de Bormin.

Gameplay

Le jeu se déroule en 2 phases : les phases d’explorations et les phases de combat.

En mode exploration, vous pouvez vous balader librement dans une map délimitée par un point d’entrée et un ou plusieurs points de sortie. En cherchant, vous pourrez tomber sur de la ferraille qu’il faudra récupérer, car il s’agira de la monnaie principale du jeu. C’est avec cela que vous pourrez acheter de l’équipement à la boutique de l’Arche au début du jeu. Vous trouverez bien évidemment des armes ou de l’équipement, mais il vous faudra surtout trouver des artefacts (12 au total). Ceux-ci vous permettront d’acheter des compétences d’artefact (des compétences passives). Enfin, il y aura aussi des pièces d’armes, servant à améliorer votre équipement, et des notes (25 au total).

Pendant l’exploration, vous tomberez face à des ennemis. Vous pouvez les voir grâce à leurs cercles de perception. Si vous entrez à l’intérieur, vous serez immédiatement repéré et le combat commencera. Sinon, vous pourrez soit les contourner, soit les prendre par surprise et ainsi avoir l’initiative. Il sera ainsi possible de s’approcher au plus près, de se cacher derrière un obstacle et tenter de tuer un maximum de cible avant de vous faire repérer.

Cela sera possible grâce à Dux qui dispose d’une arbalète. Ses tirs étant silencieux, si l’ennemi visé meurt sur le coup, ses équipiers ne seront pas alertés et vous pourrez continuer à les approcher en toute discrétion. Bormin fait plus office de tank avec des armes puissantes, mais bruyantes. Avant d’entrer en mode combat, il sera possible de placer tous les personnages en séparant l’équipe, puis lancer l’embuscade.

Le mode combat se déroule au tour par tour avec une barre permettant de savoir qui sera le prochain à bouger. Les personnages disposent de 2 points d’action. Bouger en consommera 1, quelle que soit la distance parcourue, et tirer en consommera un autre. Il est également possible d’utiliser une grenade, de se soigner ou de recharger l’arme (chaque arme ayant un nombre de coups différents avant de devoir recharger). Il sera aussi possible de se préparer à tirer lors du tour de l’adversaire, dès qu’il bougera. Tout cela utilise aussi un point d’action. Il est à noter qu’attaquer fait finir son tour, même si l’on ne s’est pas déplacé. Les déplacements sont limités par un certain nombre de cases, dépendant de la capacité de mouvement du personnage.

Les personnages auront aussi à leur disposition des compétences actives, déblocables via un arbre d’évolution. Pour cela, il faudra monter en niveau et dépenser des points de mutation (que vous obtiendrez à chaque niveau). Ici, deux catégories : les mutations (compétences actives) et les caractéristiques. Ces dernières vous permettront d’augmenter le nombre de points de vie ou le nombre de cases de déplacements disponibles pour chaque personnage.

Un autre écran vous permettra de vous équiper d’un casque, d’une armure, d’un sac à dos, de deux armes, de deux à trois objets (principalement des grenades ou autres cocktail Molotov) et de 3 mutations au choix parmi celles débloquées.

Technique

Côté technique, Mutant Year Zero est plutôt bien optimisé. Il tourne quasiment tout à fond en Full HD sur mon PC équipé d’un core i7 de 4e génération (5 ans d’âge), d’une nVidia GeForce 1060 et de 10 Go de mémoire vive. Le jeu est beau et détaillé, le moteur graphique faisant parfaitement son travail. L’interface est minimaliste, avec seulement les personnages de l’équipe et leurs points de vie, la barre d’expérience, un radar et les différentes monnaies à trouver, le tout en haut de l’écran. En bas, on trouvera les actions possibles comme séparer l’équipe ou embuscade, avec la touche correspondante à appuyer.

Le jeu dispose d’une bande-son tout à fait honorable, rendant bien l’atmosphère pesante d’un monde post-apocalyptique. Les bruitages et les doublages sont aussi de bonne facture. Côté traduction, il est disponible en anglais sous-titré français.

Dans ce genre de jeu, il est un point bien souvent frustrant : le pourcentage de chances de toucher un adversaire ou d’esquiver. Pourquoi frustrant ? Tout simplement parce qu’avoir 75 % de chances de toucher un adversaire ne signifie pas forcément que sur deux tirs un seul va toucher sa cible, c’est même bien souvent l’inverse. Mutant Year Zero ne déroge pas à la règle, ceci dit, je n’ai pas été aussi frustré que dans Shadowrun où un adversaire qui n’avait que 10 % de chances de me blesser y arrivait à tous les coups.

Le jeu a eu droit à quelques patchs permettant de régler les quelques bugs qui subsistaient au lancement. Les développeurs ont par ailleurs fait savoir, sans rien promettre, qu’une version Nintendo Switch serait à l’étude.

Conclusion

Mutant Year Zero est un bon jeu d’aventure tactique. Son univers n’est pas déplaisant et les mutations apportent un petit plus sympathique. D’une durée de vie d’environ 15-20 heures, le titre est disponible sur les différents stores pour 34,99 €.

Je vous laisse avec une petite vidéo de mon Gameplay :

Les notes de la redaction
Les points positifs
  • Univers intéressant
  • Personnages charismatiques
  • Graphiquement beau
Les points negatifs
  • Quelques soucis de chance (satanée RNG)
  • Durée de vie correcte, mais pas de rejouabilité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *