Monster Hunter Rise Sunbreak

Sortant le 30 juin 2022, Monster Hunter Rise Sunbreak est une extension massive de Monster Hunter Rise sorti l’an dernier sur Switch et PC plus récemment. Au menu : nouveaux monstres, nouveautés de gameplay, nouveaux terrains de chasse, et bien plus encore. Ce test a été réalisé sur une version presse Steam envoyée par Capcom en avance pour pouvoir vous fournir un aperçu en profondeur de ce que Sunbreak vous réserve. Merci à eux !

La chasse reprend

Monster Hunter Rise, dernière entrée à succès de la licence phare de Capcom, avait déjà fait couler beaucoup d’encre en son temps. Épisode le plus accessible dans le monde Monster Hunter à ce jour, la disponibilité Switch et PC avait fait nombre d’heureux en proposant un gameplay libéré de certaines de ses lourdeurs caractéristiques, tout en proposant un roster de monstres très correct. Mais comme tout Monster Hunter, il y en a toujours une deuxième version plus aboutie…

Si vous ne l’avez pas déjà lu, nos tests pour Monster Hunter Rise version Switch et PC sont dispos en cliquant sur les plateformes respectives !

Chasse partagée

Monster Hunter Rise Sunbreak est donc l’extension massive de son prédécesseur, proposant un nouveau rang de quêtes Maître plus difficiles et une myriade d’améliorations de gameplay ainsi que de qualité de vie. Plus besoin de racheter un deuxième jeu à part entière comme du temps de Monster Hunter Generations. Ce DLC vient tout simplement  s’ajouter au jeu de base et est accessible dès que la Narwa du tonnerre a été vaincue dans Rise. De plus, un joueur ne possédant que le jeu de base pourra tout de même jouer avec les possesseurs de Sunbreak, mais ne pourra juste pas accéder au contenu lui-même. Pas de dilemme de non compatibilité avec vos partenaires de chasse qui souhaitent sauter le pas en vue donc !

Des nuages à l’horizon

L’extension Monster Hunter Rise Sunbreak commence par une chasse anodine d’un monstre plus fort que d’habitude qui perturbe la tranquillité du Temple oublié. Après investigation, notre chasseur est attaqué par un monstre totalement inconnu ! Sauvé in-extremis par une chasseuse ressemblant fortement à Rondine, la vendeuse de Kamura, nous voici embarqués dans un navire pour élucider ce nouveau mystère. Destination le Royaume et sa ville portuaire Elgado, le nouveau hub du jeu, qui est un avant-poste consacré à l’étude des Trois seigneurs : trois monstres redoutables qui semblent être derrière l’agitation récente qui perturbe Kamura et le Royaume.

Place aux Trois Seigneurs

Ces trois monstres représentent chacun une véritable menace unique en son genre, et ont été conçus spécialement pour Monster Hunter Rise Sunbreak. Le Garangolm, un énorme singe pouvant enduire ses poings d’une matière explosive et d’eau, est le premier obstacle majeur sur notre route. Il est suivi de près par le Lunagaron, qui n’est rien de moins qu’un loup glacial pouvant se dresser sur ses pattes arrière pour des attaques déchirantes. Pour fermer la marche derrière ce véritable loup-garou, le monstre emblématique de cette extension : le Malzeno. Inspiré du folklore vampirique, ce dragon ancien vicieux et malfaisant se nourrit de la vie des autres monstres et est l’un des meilleurs combats du jeu sans hésiter. Une fois nourri, il rentre en phase Hémorrageur et devient alors capable de se déplacer si vite qu’on croirait à de la magie noire !

Nostalgie Hunter

Les ajouts de monstres de Sunbreak ne se limitent évidemment pas à ces trois dangers. En petits nouveaux, on retrouve par exemple des sous-espèces de l’Almudron et du Somnacanth, qui troquent leurs éléments Eau et Sommeil pour du magma et un froid glacial respectivement. Les fans de longue date salueront le retour des deux monstres crabes, l’Hermitaur Daimyo et le Ceanataur Shogun. Mais mon cœur a surtout vibré quand j’ai pu affronter le sombre Gore Magala et l’acéré Seregios, des monstres emblématiques de Monster Hunter 4 Ultimate… Coup de foudre que j’ai pu subir en direct avec l’électrique Astalos, un autre monstre emblématique de Monster Hunter Generations cette fois ! Sunbreak a fini d’achever mon cœur de fan en introduisant pour la première fois dans la série principale l’Espinas, un monstre emblématique de feu Monster Hunter Frontier. Feu ? Paralysie ? Poison ? Et pourquoi pas les trois à la fois ?

Main de maître

Comme précisé plus haut, ces nouveaux monstres sont tous exclusifs au rang Maître, l’équivalent du rang G dans les Monster Hunter précédant World. Les monstres du jeu de base sont bien entendu également prêts à en découdre dans ce nouveau cran de difficulté. Au programme : des mouvements de plus, des attaques bien plus violentes, mais surtout des armes et armures bien plus solides à la clé. Si vous avez passé beaucoup de temps à peaufiner le setup ultime sur Rise, préparez vous à en changer assez rapidement en entrant en rang Maître : les monstres ne vous feront plus de cadeau dans Monster Hunter Rise Sunbreak.

Parchemin de vérité

Non content de proposer un roster d’environ 17 nouveaux monstres aux 46 combats uniques déjà présents dans le jeu de base, Monster Hunter Rise Sunbreak va plus loin dans ses mécaniques de gameplay que jamais. Une fonction phare de Rise est la possibilité de changer certaines attaques et mouvements spéciaux des 14 types d’armes proposées. Jusque là, il fallait souvent choisir entre une option A classique et une option B plus situationnelle. Désormais, il est possible de changer de talents de substitution à la volée en pleine quête ! En assignant les talents souhaités à deux Parchemins, il est possible de switcher en temps réel de manière de jouer pour pouvoir tirer profit de tout le potentiel de chaque arme. D’autant plus qu’elles ont reçu encore plus de nouveaux mouvements dans Sunbreak.

Prrrêts pour la chasse

Nos compagnons Palico et Chumsky ne sont pas en reste : eux aussi ont aussi eu droit à quelques améliorations pour Monster Hunter Rise Sunbreak. De nouveaux gadgets et talents sont ainsi disponibles pour chaque classe de Palico ! Il est aussi possible d’envoyer un Pilpoil en reconnaissance dans une zone, ce qui se traduit par un point de voyage rapide utilisable une seule fois par quête. Souvent placée près de points de collecte, cette option permet de réduire drastiquement les temps morts en chasse. Un système d’accords secrets à activer pour les transactions de l’Argosy permet également d’obtenir certains objets rares, comme des accélérateurs de fusion à fournir aux marchands.

La Citadelle vous attend

En parlant de zones, impossible de ne pas mentionner les nouveaux terrains de chasse de Monster Hunter Rise Sunbreak ! La première, une Jungle directement tirée de la seconde génération de la licence, surprend par sa taille très compacte. On en fait très vite le tour, et pourtant elle regorge de petits détails. Et puis c’est toujours un plaisir d’affronter un monstre en bord de plage. La seconde, véritable star du jeu, est la Citadelle. Antithèse totale de la Jungle, cette nouvelle carte est absolument immense et comprend une myriade de micro biomes différents. Ruines d’une cité médiévale ravagée, bois européens presque fantaisistes, cavernes de glace, montagne enneigée, et bien sûr parsemée de petits recoins pour la collecte. C’est devenu ma carte préférée de tout Rise confondu tant la parcourir est un plaisir.

Un chasseur n’est jamais seul

Le nouveau hub central de Monster Hunter Rise Sunbreak, Elgado, aura certainement un petit effet madeleine de Proust pour les vétérans. Cette petite ville semble synthétiser tous les éléments des hubs Monster Hunter classiques. Les quêtes Villages solo ont cependant été éclipsées par des expéditions un peu particulières. Désormais, notre chasseur peut être accompagné par des PNJ. Si vous aviez toujours voulu chasser aux côtés de l’ancien Fugen ou des sœurs wyvériennes de Rise, c’est enfin possible ! Leur IA est de très bonne facture et chaque personnage a ses petits traits de personnalité propres. En oture, ils peuvent manier plusieurs armes. L’amiral Galleus n’hésitera ainsi pas à rengainer sa Grande épée pour soigner ses alliés par exemple.

Clap final ?

Mais que faire dans Monster Hunter Rise Sunbreak une fois l’aventure principale terminée ? Tout d’abord, le déblocage du rang de Maître réserve encore quelques surprises aux joueurs patients. En parallèle, la défaite du boss final ne signifie pas la fin de son influence néfaste sur le Royaume. Sans en dévoiler davantage, le nouveau système d’endgame est bien plus robuste que celui de Rise. C’est une bonne synthèse des meilleurs éléments de 4 Ultimate et Generations. Et pour ceux qui en voudraient toujours plus, Capcom a récemment annoncé moultes mises à jour majeures. Si le virus Monster Hunter vous a infecté, Monster Hunter Rise Sunbreak s’annonce difficile à lâcher de sitôt cette année !

Pour conclure…

Monster Hunter Rise Sunbreak est la version ultime de Rise et est un must-play si vous avez apprécié le jeu de base ou Monster Hunter de manière générale. Le roster de monstres est plus solide que jamais, le gameplay aussi, et le jeu peut enfin tenir tête à son grand frère World Iceborne sans concessions. Les mises à jour à venir ne feront que consolider la qualité d’un titre qui s’inscrit d’ores et déjà au panthéon des meilleurs opus de la licence.

La  note  de la  rédaction

5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Roster monstrueux

Le changement de compétences à la volée

Nouveau mode “solo” très sympathique

Endgame bien pensé

Les points négatifs

Le HUD est vite brouillon avec les talents de substitution affichés en aussi gros

Dans le même genre

Laisser un commentaire