Monster Hunter Rise (PC)

Monster Hunter Rise est le dernier opus en date de la célèbre série d’action RPG de Capcom. Sorti l’an dernier sur Switch, il est désormais disponible sur Steam depuis le 12 janvier 2022 avec quelques options graphiques en plus, en édition standard et digital deluxe.

Chasseurs, élevez-vous !

Cinq ans plus tôt, Monster Hunter n’était encore qu’une licence de niche en occident. Difficile aujourd’hui de passer à côté du raz-de-marée de Capcom, qui fait carton plein depuis l’opus World sur consoles ! Le jeu s’était également distingué par sa sortie sur PC, une première pour la série. Il était donc prévisible qu’il en soit de même pour Monster Hunter Rise, le petit dernier de la famille.

Les fondamentaux

Monster Hunter Rise reprend donc la formule de ses prédécesseurs. Il faudra y chasser des monstres imposants, obtenir leurs matériaux, forger de meilleurs équipements, puis repartir en chasse ! Chaque monstre est un test d’endurance, puisqu’une chasse peut prendre jusqu’à cinquante minutes. Dans les faits, avec la préparation et l’équipement adaptés, comptez-en plutôt une petite quinzaine. Chaque quête est bien entendu plus difficile que la précédente : il faudra donc garder son équipement à la page.

Des monstres uniques

Tout le plaisir de jouer à Monster Hunter Rise vient donc de la personnalité propre à chacune de ces redoutables créatures. Bien que certaines attaques peuvent se ressembler d’un monstre à l’autre, chacun d’entre eux est unique. Le célèbre Rathalos attaque depuis les airs avec ses jets de flammes et ses serres empoisonnées ; l’Aknosom, petit nouveau, préférera les coups de becs et les boules de feu en cascade. Deux monstres du même élément, et pourtant fondamentalement différents.

Des monstres, des monstres et encore des monstres

Comme il est désormais coutume avec chaque nouveau jeu, Monster Hunter Rise présente son lot de nouveaux monstres. Le redoutable Magnamalo, l’effroyable Goss Harag, ou encore l’envoûtant Somnacanth sont rejoints par une flopée de monstres classiques. Que les vétérans se réjouissent : le Khezu est enfin de retour en HD ! Également au casting, on notera aussi le Mizutsune, l’Anjanath, le Nargacuga et même le redoutable Rajang. Au total, c’est un peu moins d’une cinquantaine de monstres différents à chasser dans ce nouvel opus. Un compte plus quantitatif et qualitatif que son prédécesseur, en ne comptant pas son extension Iceborne.

Choisissez votre poison

Un autre aspect à forte personnalité de Monster Hunter Rise : ses 14 types d’armes ! Chacune d’entre elles est viable, et il est tout à fait possible de s’y spécialiser. Mais si vous en avez assez de jouer avec l’une d’elles, rien ne vous empêchera de basculer sur une autre arme à tout moment. Il y en a pour tous les goûts ! Vous souhaitez frapper fort ? Grandes épées et Marteaux feront votre bonheur. Plutôt fans de rapidité ? Doubles lames ou encore Épée & bouclier. Sans parler des armes plus exotiques, comme la Morpho-Hache ou l’Insecto-Glaive. Il y a même des armes à distance, comme l’Arc ou les Fusarbalètes, pour ceux qui préféreraient jauger la situation de loin.

Au bout du fil

Chaque type d’arme a reçu de nouveaux mouvements et améliorations dans Monster Hunter Rise. Mais le clou du spectacle ? Les Filoptères. Ces insectes très pratiques nous permettent d’effectuer des déplacements rapides dignes de Spider-Man hors combat. Dans le feu de l’action, ils peuvent aussi servir à sortir des attaques spéciales redoutables. Du repositionnement tactique à l’attaque surpuissante, il y en a pour tous les goûts ! Cependant, les Filoptères sont limités par un temps de rechargement. Il faudra donc faire preuve de jugeote quant à leur utilisation.

En selle, Chasseur !

Autre effet très pratique de ces insectes aux fils surpuissants : le rodéo de monstre ! Et il a subi une refonte totale depuis son introduction dans Monster Hunter 4. Tel un marionnettiste, notre personnage peut ainsi prendre le contrôle des monstres sous certaines conditions. On peut alors les faire se battre pour notre camp, ou les projeter dans le décor pour les étourdir. Comme il y a toujours plusieurs monstres présents sur la carte dans Monster Hunter Rise, cela peut valoir la peine de les faire se battre entre eux pour notre avantage…

Exploration libre

Désormais équipé(e)s pour affronter tout ce beau monde, Monster Hunter Rise nous propose pas moins de cinq cartes à parcourir. Temple abandonné, cavernes volcaniques, marais boueux, toundra glaciale ou encore désert aride : tant de terrains de jeux vastes et variés. Comme son prédécesseur, ces cartes abandonnent l’ancien format de petites zones séparées par des temps de chargement. À la place, chaque petite arène est entourée de décor à explorer à l’aide des Filoptères ou à dos de Chumsky, le nouveau compagnon canin. Ressources, trésors et mêmes secrets se cachent dans ces petits recoins à explorer lors d’un détour… Et surtout, on y trouve des animaux à utiliser pendant nos chasses ! Ces Bidulons vont de la grenouille qui empoisonne le monstre au lièvre qui améliore les effets de nos potions. Des détours qui peuvent nous rapporter gros donc.

La Calamité s’abat

Monster Hunter Rise est fortement inspiré du folklore japonais traditionnel. Cela se ressent dans son bestiaire, qui puise dans les différents types d’oni. Mais aussi dans son intrigue, qui reprend le mythe de Hyakki Yagyô, la parade nocturne des 100 démons. Notre village de Kamura est ainsi attaqué par la Calamité, une procession de monstres en furie ! Notre mission sera donc de le défendre dans un temps, et de trouver la cause de cette Calamité pour y mettre un terme.

Vous ne passerez pas

Défendre Kamura prend la forme de séquences de siège inédites à la série. Il faudra placer tourelles, canons et pièges pour entraver la progression des monstres. S’ils atteignent les portes du village et les font tomber, c’en est fini ! Coordination et stratégie sont plus que jamais de rigueur. Chaque vague de monstres est dirigée par un chef de meute redoutable : l’occasion de récupérer des matériaux uniques. Seules deux quêtes Calamités sont obligatoires pour compléter l’intrigue du jeu. Une bonne nouvelle pour ceux qui préfèrent se concentrer sur l’expérience traditionnelle de Monster Hunter Rise.

Un excellent premier Monster Hunter

Une expérience qui est plus accessible que jamais ! Monster Hunter World avait déjà rendu le jeu bien plus clair et accueillant pour les néophytes. Monster Hunter Rise suit naturellement cette tendance : interface utilisateur moins obscure, tutoriels à foison, gameplay plus souple… Tout est fait pour que les débutants soient moins intimidés, et que les vétérans soient plus en confort. Certains anciens crieront peut-être à la casualisation de la licence… Mais je trouve que les efforts de Capcom pour rendre la série plus attrayante au plus grand nombre sont très réussis.

Monster Hunter 4K

Mais qu’en est-il de l’expérience PC ? Visuellement, le jeu reste conçu pour tourner sur Switch, et ça peut se ressentir. Les modèles des monstres et les cartes souffrent forcément de la comparaison avec son aîné World, même en mettant le jeu en 4K. Monster Hunter Rise reste très joli, mais moins ambitieux. La direction artistique reste fabuleuse et comble largement l’écart ! Beaucoup préféreront la personnalité riche de Rise à l’expérience relativement plus Monster Hunter générique de World.

Toujours plus grand, toujours plus fluide, toujours plus Chasseur

Autre point fort de la version PC : les nouvelles options graphiques. Outre les textures en 4K, le jeu supporte également les résolutions ultrawide nativement. Une myriade de filtres d’écran permettent également de donner un aspect film japonais à nos chasses. Mais la véritable star de cette mouture de Monster Hunter Rise est son taux d’images par seconde illimité. Sur mon écran 144Hz, les chasses sont beaucoup, beaucoup plus fluides que sur ma Switch… On perd l’aspect portable, certes, mais la qualité de l’expérience en vaut le coût. Et grâce au RE Engine qui l’anime, le jeu est beaucoup moins exigeant niveau configuration PC. Peut-être un futur hit du Steam Deck ?

Chasse gardée

Enfin, Capcom semble avoir retenu la leçon du lancement désastreux de Monster Hunter World sur PC. Monster Hunter Rise est sorti sur cette plateforme avec tout le contenu disponible sur Switch, et bénéficiera de l’extension Sunbreak prévue pour cet été en simultané. Finie donc l’époque où les joueurs consoles profitaient du nouveau contenu des mois à l’avance ! Dommage en revanche qu’il n’y ait ni crossplay, ni moyen d’importer sa sauvegarde Switch… Mais l’expérience reste suffisamment solide pour que je la recommande chaudement, y compris à ceux y ayant déjà joué sur la portable de Nintendo.

Pour conclure…

Monster Hunter Rise est plus que jamais le meilleur point d’entrée de la série. Le bestiaire est varié, le gameplay est plus dynamique que jamais… Les vétérans y trouveront leur compte, et les néophytes y découvriront peut-être leur nouvelle addiction. Les ajouts de la version PC solidifient un peu plus la qualité de l’expérience. On n’attend désormais plus que l’extension Sunbreak pour la transcender !

La  note  de la  rédaction

5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Bestiaire très varié

Mobilité nettement plus fluide

Fini les problèmes de cinématiques de World

Le retour des designs d’armes plus inspirés

Fluidité sans pareil sur PC

Les points négatifs

Séquences Calamité qui ne plairont pas à tous

Beaucoup (beaucoup) de cosmétiques payants

Les doublages anglais, un peu trop série B

Dans le même genre

Laisser un commentaire