L’Enfant du mois de Kamiari

L’Enfant du mois de Kamiari est un film d’animation japonais sorti sur Netflix le 08 février 2022. Produit par le studio Liden Films, ce long métrage fait partie de la catégorie fantastique puisqu’il évoque des thématiques comme la mythologie japonaise.

SYNOPSIS

Un an après le décès de sa mère, une jeune fille apprend qu’elle doit traverser le Japon pour se rendre à une réunion annuelle de dieux sur les terres sacrées d’Izumo.

– Netflix
L'Enfant du mois de Kamiari couv

Le studio derrière l’Enfant du mois de Kamiari

Nous avions déjà évoqué Liden Films dernièrement avec les animes à regarder cet été ! Il s’agissait de Call of the Night, une série prometteuse et qui pourrait sans aucun doute faire sensation. Cependant, le studio a déjà travaillé sur des séries populaires dans le passé, comme Tokyo Revengers ou Les Brigades Immunitaires – BLACK, spin-off du manga et de l’anime Les Brigades Immunitaires. Les créateurs ont également coopéré avec de nombreux studios pour diverses séries, comme David Production avec Jojo’s Bizarre Adventure. Des noms qui parlent à tous les grands friands de mangas ou d’animes en général, ce qui nous laisse penser que le studio a tout de même une grande place dans le milieu.

Néanmoins, certains défauts sont à noter durant ce film concernant l’animation. Bien qu’elle soit très jolie et très colorée par moment, elle n’est toutefois pas très fluide et paraît même assez brouillonne dans certaines scènes. Ce qui est assez embêtant lorsque le long métrage est un film d’aventure et d’exploration, avec quelques scènes d’action. De plus, les personnages ont une apparence assez enfantine, que ce soit au niveau du visage ou de leur taille. Les adultes sont à peine plus grands que les enfants et ressemblent plus à des adolescents qu’autre chose. Le film s’oriente peut-être vers une audience très jeune ?

Jetez un coup d’œil à notre liste d’animes à regarder cet été, juste ici !

De la mythologie japonaise très peu exploitée

L’Enfant du mois de Kamiari se concentre sur l’histoire de Kanna (qui signifie littéralement “divinités absentes”), qui doit se rendre à Izumo durant le mois Kamiari, le mois où les “divinités sont présentes”. Kanna prend rapidement conscience que sa mère était une Idaten-shin, une descendante de la divinité de la course. Sa mission est donc de prendre sa succession et de traverser le Japon jusqu’à Izumo, là où les dieux du Japon se réunissent pour un festin. Celui-ci ne sera possible qu’avec les dons de nourriture des divinités locales que Kanna réussira à obtenir durant sa course.

Nous avons ainsi un bel, mais bref, aperçu de ce qu’est la mythologie japonaise, avec les mentions et les différentes divinités représentées au Japon, notamment par le biais d’un serpent blanc ou d’un dragon divin. Mais rien n’est vraiment détaillé et nous n’avons pas le temps de nous attacher ou de découvrir plus en profondeur les divinités présentées, ce qui est dommage. On est loin d’un film tel que Le Voyage de Chihiro, où la mythologie est omniprésente et bien dosée

Le pouvoir de l’amitié

Kanna n’est pas seule lors de sa course. Elle est accompagnée de Shiro, un lapin blanc qui est en réalité un messager des divinités ! Et puis un Oni (démon) du nom de Yasha, qui se présentait comme un rival en quête de rendre sa famille digne des divinités à nouveau et de prouver qu’il vaut bien mieux qu’un Idaten. Comme nous pouvons nous y attendre dès le début du film, Yasha, qui semblait si sûr de lui concernant sa colère et sa soif de vengeance, finit par se lier d’amitié avec Kanna et l’accompagner, lui aussi, jusqu’au bout.

L’Enfant du mois de Kamiari se confirme alors être un film destiné aux plus jeunes, avec une histoire facile à comprendre et pas très détaillée, parfois même assez lente sur les bords. Il y a toujours cette même thématique présente dans les films pour enfants, être bien accompagné suffit à ce que l’on aille jusqu’au bout de notre mission. Rien ne pourra jamais arriver à Kanna tant qu’elle est entourée de ses amis, et de son père.

Mon avis sur L’Enfant du mois de Kamiari

J’avoue avoir été de temps en temps très distraite du film tant j’ai pu le trouver long à démarrer et ennuyant à certains moments. Je m’attendais à un film très porté sur l’action et émerveillant puisqu’il y a tout de même de la mythologie japonaise. Mais ce n’était pas vraiment le cas, même si une des scènes de fin est selon moi magnifique à regarder. Je pense qu’en termes de mythologie ou folklore japonais, on peut difficilement faire mieux qu’un Ghibli, c’était tout de même bien tenté et je suis persuadée qu’un enfant sera beaucoup moins regardant sur ces détails-là !

Pour conclure…

L’Enfant du mois de Kamiari se laisse regarder malgré sa lenteur à se mettre en place et son manque d’histoire évident pour un film qui se base tout de même sur une culture très populaire du pays du soleil levant. On note tout de même des plans d’animation particulièrement beaux, bien qu’enfantins par moment. En bref, c’est un film qui se regarde sans hésiter en famille !

Dans le même genre

Laisser un commentaire