Articles a la une

Derniers commentaires
critique

Fate/Apocrypha : l’anime

Pour ceux qui ont réussi à passer à côté de cette énoorme licence, de quoi cela parle-t-il ? Les magiciens existent ! Ce qui les différencie des humains ordinaires est la présence de circuits magiques dans leur corps qui leur permettent des effets pyrotechniques divers et variés. Les magiciens utilisent le prana, l’énergie magique, pour alimenter leurs sorts et invocations. Dans l’univers Fate, trois familles de magicien ont utilisé leurs pouvoirs pour créer un rituel particulier dans la ville Fuyuki située au Japon : la guerre du saint Graal.

Au terme de ce rituel, le saint Graal apparaît et permet de réaliser le souhait du vainqueur. Dans le processus, chacun des sept magiciens participant à la guerre du saint Graal (appelés pour l’occasion « master ») invoque un esprit héroïque issu des temps passés, présents voir futurs. Celui-ci est appelé alors servant et se retrouve invoqué selon une classe particulière de héros : Archer, Saber, Rider, Caster, Assassin, Berseker et Lancer.

Fate/Apocrypha

Un master sinon rien !

Le master se voit gratifier, au terme de l’invocation de son servant, de trois sceaux de commandement. Ces sceaux vont lui permettre, au choix, de booster les capacités de son servant, de le faire apparaître n’importe où, voir de l’obliger à faire quelque chose contre sa volonté. Une fois ces trois sceaux consommés, le contrat qui lie le servant à son master se défait. Cependant, les servants ne peuvent pas survivre seuls dans notre monde. En effet, sans master pour leur fournir le prana nécessaire, ceux-ci ne peuvent se maintenir sur notre plan de réalité.

Le dernier protagoniste de l’univers Fate n’est autre que l’église. Celle-ci se charge officiellement d’arbitrer la lutte et gérer les dommages collatéraux. Et autant vous dire que ceux-ci  ne manquent pas de se produire au cours de combats survitaminés entre servants. Quand les masters ne s’en mêlent pas…

Et les nominés sont…

L’un des grands jeux de la License Fate est de deviner l’identité secrète des servants. En effet, ceux-ci la cachent pour ne pas révéler leur point faible aux ennemis. Car dans la guerre du saint Graal, il ne peut rester qu’un seul master et un seul servant. Et le moindre faux pas dans l’univers Fate est souvent fatal !

Le deuxième aspect des Fate, c’est que les règles, une fois que l’on pense être bien établies, changent ! Les servants peuvent trahir leur master et faire équipe avec un autre master. Une autre tournure possible est que le master peut sacrifier son servant pour en prendre un autre… Car chacun des esprits héroïques, tout comme chaque master, a des motivations très personnelles pour obtenir le saint Graal. Les possibilités se déclinent à l’infini ! Cela fait la plus grande joie des scénaristes retors et des spectateurs en mal de retournements de situation !

Fate/Apocrypha

L’originalité de Fate/Apocrypha

Dans Fate/Apocrypha, on est dans un spin-off de la série. Cette histoire se déroule en dehors du continuum des autres animes (fate/Stay night, fate/Zéro…). Dans cet opus, les événements de la 3ème guerre se sont passés différemment que les événements narrés dans Fate/Zéro. De plus, la 4ème guerre du saint Graal (fate/Stay night) n’a jamais eu lieu ! En effet, le saint Graal a été volé au terme de la troisième guerre du saint Graal à Fuyuki. Il a été ensuite discrètement transporté en Roumanie par la famille Yggdmillennia.

Le rituel s’en trouve profondément modifié en une grande guerre du saint Graal sans précédent. C’est maintenant deux factions, les rouges (constitués par l’association des mages de l’horloge) et les noirs (la famille Yggdmillennia) qui s’affrontent. Chaque faction a chacun sept masters et sept servants, soit quatorze servants au total. De plus, le saint Graal a invoqué son propre servant, surpuissant, pour arbitrer la lutte : le servant Ruler. Celui-ci est incarné pour l’occasion par notre Jeanne d’Arc nationale. Pour l’anecdote, celle-ci a déjà été entre-aperçue dans fate/Zéro.

Au final, le combat promet d’être dantesque !!

Fate/Apocrypha

Mon avis

Je suis un grand fan de l’univers Fate… le gros plus de cet opus, c’est la bataille à grande échelle ! Plus de servants, plus de batailles, bref, tout est plus ! Au niveau de l’intrigue tout du moins… techniquement, le studio A-1 picture produit un anime dans l’honnête moyenne des productions actuelles (2017). Le niveau technique est au-dessus en tout cas de la toute première série animée de fate/stay night du studio Deen, datant tout de même de 2006. Par contre, on est bien en dessous du sans-faute, techniquement éblouissant, du studio Unfotable sur deux séquelles de Fate. Ce studio a produit Fate/Zéro en 2011-2012 et Fate/Stay night unlimited blade work en 2014.

Musicalement parlant, le changement d’opening (ASH, 2ème opening chanté par LISA) à la deuxième moitié de saison est très appréciable. On peut d’ailleurs faire la même remarque pour le changement d’ending (KOE, 2ème ending interprété par ASCA). Les musiques au sein des épisodes sont sympathiques, sans plus, pour qui connaît les autres Fate.

Au final, Fate/Apocrypha reste une bonne série, très agréable à suivre et qui reste mon coup de cœur de l’automne 2017. La série sera distribuée en France et dans le monde par Netflix le 7 novembre 2017. À l’heure où ces lignes sont écrites, 18 épisodes, sur les 25 prévus, sont sortis au Japon. L’intrigue a déjà connu quelques rebondissements rafraîchissants. J’en redemande !

Les notes de la redaction
Les points positifs
  • Une intrigue à rebondissement
  • Plus de servants et donc plus de bataille
  • L apparition (enfin!) de Jeanne d Arc
Les points negatifs
  • Techniquement dans la bonne moyenne mais on a été habitué à mieux pour les anime de cet univers dernièrement.
  • L identité des servants un peu trop vite dévoilée
  • Quelques épisodes qui n amènent pas grand choses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *