Daydream : Forgotten Sorrow

"Écran titre" du jeu.

Accompagnez Griffin et son ourson Birly dans cette aventure palpitante entre rêve et réalité… Daydream : Forgotten Sorrow est un puzzle game / jeu de plateforme dont la date de sortie est prévue le 14 Juin 2023. Il s’agit d’un jeu indépendant qui a été développé par Frozen Line et édité par Ravenage Games et sera disponible sur PC, PS4/5, XBOX One/Series et Nintendo Switch.

Ce test a été réalisé sur une version PC.

Un joli petit Jeu bien sympa …

Paysage de “Daydream: Forgotten Sorrow”.

Petit point rapide : J’ai pu jouer à Daydream : Forgotten Sorrow avant sa sortie officielle, donc mon expérience va sûrement être un peu différente de la vôtre ; notamment à cause des bugs que j’ai pu rencontrer et qui, je l’espère, vont être patchés pour vous ! J’ai aussi fait en sorte de me renseigner le moins possible sur le jeu pour me laisser la surprise d’un peu tout…

Daydream : Forgotten Sorrow est un jeu dont la pâte graphique m’a plu très rapidement, et dont l’histoire m’a intrigué dès le début. J’ai fait l’erreur de skip la première cinématique mais il s’avère qu’elle n’aidait pas spécialement à découvrir l’histoire (ou alors ça m’est passé au-dessus de la tête) donc je n’ai rien loupé de préjudiciable ! On tombe dans une ambiance un petit peu horrifique au début, ça faisait très Little Nightmares ! Mais le jeu que ça m’a le plus rappelé, c’était Among the Sleep où nous jouons un bébé qui explore sa maison la nuit avec son nounours lumineux. Ça m’a tout de suite replongé dans de bons souvenirs, puisque Griffin, notre personnage principal, parcourt l’aventure avec l’aide de l’ourson en peluche Birly. J’adore quand on a un petit compagnon dans les jeux… Autrement, le tutoriel est implémenté dans le jeu de manière intuitive, j’aime toujours quand les jeux font ça.

Daydream’ing (Rêvasser)

Paysage de “Daydream: Forgotten Sorrow”.

Le jeu nous embarque dans les rêveries d’un enfant nommé Griffin. On l’accompagne à travers différents paysages contrastés entre, par exemple, un sinistre bâtiment et une magnifique étendue montagneuse… Ses rêveries nous amènent à découvrir peu à peu son histoire, ses craintes, ce qu’il aime. Nous pouvons découvrir des fragments de sa vie en collectant des lucioles cachées à travers les salles et les niveaux ! Mission pour laquelle je n’ai pas du tout été doué… Elles sont peut être trop cachées, j’ai trouvé la plupart de mes lucioles par accident sans même m’en rendre vraiment compte. Et j’ai même joué tout le début à ne pas savoir qu’on pouvait récolter des morceaux d’histoire grâce à ça !

"Dream story" du jeu.

Mais, ça ne m’a pas empêché de capter certains éléments facilement, sans l’aide des lucioles. En effet les décors et ambiances sont assez parlants, beaucoup d’indices visuels sont laissés dans le jeu, et c’est génial.

Mais alors qu’est-ce qu’il se passe dans Daydream : Forgotten Sorrow ? Eh bien Griffin est un enfant qui rêve, dont le père était violent envers lui et sa femme… Et de ce que disent les lucioles, le père ne pourra plus jamais les atteindre maintenant. Pourquoi ? Sûrement parce que Griffin est actuellement entre la vie et la mort. Je n’ai pas encore découvert cette partie-là, mais certains indices me laissent penser que le jeune se dirige vers… “la lumière”, à l’image du phare que nous devons atteindre dans le jeu. Soit mon hypothèse est juste, soit il se dirige vers la vie. Mais cela reste à découvrir… ça, et d’autres éléments de son histoire. Griffin est un enfant qui expérimente les choses très fort. Sa phobie des araignées qui se traduit par un chapitre en leur… charmante, compagnie…

Paysage de “Daydream: Forgotten Sorrow”.

L’amour, des paysages flottants dans le ciel et les nuages, à l’aspect d’une paisible fête foraine emplie de jeux… Les décors nous parlent autant que les fragments d’histoire que nous trouvons : Griffin était amoureux. Chaque niveau donne les clefs de sa vie, peu à peu, il nous révèle autant ses regrets que ses joies, il s’agit un peu d’un déroulé de sa vie finalement. Comme quand on voit sa vie défiler devant ses yeux juste avant la mort. D’où mes théories sur le sujet. Sa mère et lui ont dû s’échapper, par un moyen ou par un autre, et la mort les aurait emportés… par accident ou non.

Des Paysages qui nous parlent …

Dans Daydream: Forgotten Sorrow, il est important de faire attention aux décors qui nous entourent ! Les designs de nos petits bonhommes sont, je trouve, adorables, et les graphismes en général communiquent bien les différentes atmosphères. Parlons en… premier décors : un long couloir carrelé, un enchaînement de portes au mur, certaines avec une pancarte, d’autres non, une simple cruche d’eau posée sur une chaise… Et une énorme main suintante qui nous poursuit ! Pour moi, je l’ai interprété comme un couloir d’hôpital. Griffin y serait actuellement entre la vie et la mort, ainsi la transition entre la réalité et son rêve comateux serait faite.

“Puzzle” du jeu.

Je suis un fan des décors qui nous parlent, quand l’histoire nous entoure par les maps, les détails, et que c’est flagrant. Rien que pour ce foutu bureau, austère, glauque, rempli de bouquins… le cliché parfait de la pièce où l’enfant n’a pas le droit d’aller déranger son père. Le père est d’ailleurs représenté, je pense, par l’armure de chevalier qui est notre premier boss du jeu. Devant lui se dressent des statues de femmes se protégeant de ses coups, bref, l’image est affichée en grand pour que nous puissions capter le message ! Et cette armure avait l’air d’être un élément de décors dans le bureau du père durant le vivant de Griffin. Le bureau n’est d’ailleurs pas du tout affecté par les rêveries de l’enfant, par là j’entends qu’on n’y retrouve pas de jouets ou de couleurs agréables…

Paysage de “Daydream: Forgotten Sorrow”.

Je pense qu’au bout d’un moment je vais avoir l’habitude, tout comme dans Bramble : The mountain King, je préfère dans Daydream : Forgotten Sorrow ses superbes paysages lumineux ! L’échappée de Griffin nous ouvre les portes de champs aux arbres de couleurs vives, de magnifiques montagnes où s’envoler, d’un château fort de conte de fées… J’adore les paysages lumineux !

Paysage de “Daydream: Forgotten Sorrow”.
Paysage de “Daydream: Forgotten Sorrow”.
Paysage de “Daydream: Forgotten Sorrow”.

Même si, de la même façon, j’apprécie beaucoup les endroits plus solennels et sombres que nous avons croisés dans l’aventure… Je trouve que les ambiances lumineuses payent bien, tout est bien géré, dosé, pour nous présenter un “moment waw” d’un instant à l’autre. Pour ça : bravo à ce petit jeu indé ! 

Paysage de “Daydream: Forgotten Sorrow”.
Paysage de “Daydream: Forgotten Sorrow”.
Paysage de “Daydream: Forgotten Sorrow”.

Un petit Garçon et son Ourson …

Un petit mot sur les personnages principaux qu’on croise dès le début : Griffin et Birly que j’ai affectueusement nommé Timmy et Nounours durant mon test quand je ne connaissais pas leur nom. J’adore leur design, Griffin est adorable avec son énorme mèche et son chapeau à cornes ! Quant à Birly, j’aime beaucoup le fait qu’il interagisse parfois tout seul avec l’environnement pour se mettre un chapeau sur la tête… Il saute aussi sur la notre, de tête, quand il ne peut pas faire le chemin tout seul ! Je trouve ça génial comme détail. 

Griffin et …

Birly ! Ou Nounours comme j’aimais l’appeler… Dans Daydream : Forgotten Sorrow, nous pouvons contrôler notre second personnage à l’aide d’ordres qui permettent d’exécuter des actions combinées. Griffin peut lancer son ours en peluche à des endroits qu’il ne peut pas atteindre tout seul et l’ours peut lui descendre une échelle par exemple. Les puzzles combinés sont l’aspect central de ce jeu, en plus du fait que ce soit un jeu de plateforme évidemment… Et il est très bien réalisé ! C’est amusant, ça fonctionne, balancer Birly est un plaisir…

“Puzzle” du jeu.
“Puzzle” du jeu.
“Puzzle” du jeu.
“Puzzle” du jeu.

Toutefois, au chapitre de l’amour lorsque nous changeons de compagnon pour… La Flèche, c’est comme ça que j’ai appelé la petite qui nous a rejoints… parce qu’elle a un arc et qu’elle tire avec… C’était ça ou Mylène, écoutez je n’ai pas été très inspiré et je ne sais pas d’où me sort Mylène ! Enfin, La Flèche est donc notre second compagnon, elle permet d’atteindre des objets ou des cibles à distance. La majorité de la map dans laquelle elle nous accompagne est une map parallèle. Griffin est sur une route au second plan tandis que La Flèche nous aide en tirant du premier plan sur ce que nous lui indiquons. Dans ce chapitre, nous découvrons des éléments de décors qui nous font sauter plus haut. Il est temps de parler d’un point du Gameplay qui est assez handicapant… La justesse de certaines mécaniques. Prenons celle de sauter plus haut par exemple : elle agit seulement lorsque nous sommes sur le trou de lumière ou un peu au-dessus. Mais la valeur de saut n’est pas fixe ! Chaque puits de lumière nous fait sauter à “juste ce qu’il faut” pour atteindre la prochaine plateforme et c’est HORRIBLE !

“Puzzle” du jeu.

Comprenez que pour prévoir d’où sauter et anticiper un timing, c’est bien de savoir comment va agir l’objet avec lequel on interagit et pas de se présenter au petit bonheur la chance pour que le saut se fasse tout seul “comme il faut”. Surtout quand cet aspect n’est pas consistant. Lors d’une énigme sur un balancier, ça a été un calvaire de faire en sorte que le saut boosté fonctionne correctement. Ce boost ne se faisant que dans une certaine zone, qui est vachement réduite, il suffit qu’elle soit un peu juste pour essayer quarante fois de réussir un saut… Il en va de même pour certaines mécaniques de rabattement de monstre.

C’est là que nous allons le plus parler du niveau des araignées. Nous pouvons faire s’éloigner les araignées avec le feu, jusque là : facile. Elles ne nous approchent pas et ne nous embêtent pas vraiment lorsqu’on a une torche et agiter celle-ci devant elle les fait s’éloigner de nous. Armé de cette connaissance… Eh bien, rien. Nous nous retrouvons à faire le chien de berger pour araignées et c’est peu intuitif. L’araignée se trouve à 4km (j’abuse) de là où elle doit être guidée pour qu’elle se prenne un piège à notre place, et comme nous n’avons jamais fait face à cette situation c’est compliqué ! En plus de cela, sur le chemin en ligne droite jusqu’au piège, il y en a d’autres des araignées ! Quand j’ai essayé de les guider elles, pas moyen ! Leur terrain d’action les empêchait sûrement de me suivre. J’ai donc dû aller chercher L’ÉLUE araignée qui devait venir prendre le piège, pas n’importe laquelle… Ce qui est aussi un frein à l’intuitivité : si ça doit marcher avec une araignée, il faut que ça marche avec toutes les araignées de la zone. Pareil pour la suite, c’est un bug qui m’a permis de réussir à guider une araignée… En soi, ce n’est pas une mauvaise idée, ça aurait simplement pu être mieux amené et mieux exécuté.

“Puzzle” du jeu.
“Puzzle” du jeu.

En dehors de ça, le Gameplay est amusant et varié ! Les puzzles sont intéressants et les phases d’actions sont pressantes et funs à découvrir avec un petit système de die and retry très léger. Nous avons même droit à une phase de pilotage, même si je me suis crashé plusieurs fois c’était vraiment cool de voler dans la jolie scène présentée ! Le changement de partenaire offre un petit renouveau bien sympa lui aussi, le rythme de jeu n’étant pas le même. 

Paysage de “Daydream: Forgotten Sorrow”.

Les Points Négatifs

J’ai pu mentionner les quelques erreurs de justesse de certaines mécaniques dans le Gameplay, mais il y a quelques autres petits points que je vais aborder ici, à commencer par les lucioles. Une fois que j’ai eu connaissance des lucioles, après une heure de jeu (je suis lent), je me suis mis à les chercher correctement pour découvrir l’histoire. J’ai peut être totalement loupé l’info, mais il m’a été impossible de réellement fixer un indice visuel qui les concernait : pas une lumière, pas un symbole… rien. Enfin si, il y a des symboles dans le menu des lucioles.

"Dream story" du jeu.

Mais même en m’aidant de ça je n’ai pas réussi à trouver plus de lucioles que l’occasionnel coup de bol. J’aime fouiner, mais si même quand je fouine je ne trouve rien ça devient compliqué comme histoire ! Heureusement que le décor sauve la mise en me racontant les événements parce que sinon je ne serais pas bien avancé sur cette affaire…

Avec ça, je peux aussi citer quelques bugs. Attention ! J’ai joué au jeu AVANT sa sortie officielle : il n’est pas rare que les jeux soient toujours buggés à ce stade là et que les développeurs sortent un patch à la sortie, ce que j’espère de tout cœur pour Daydream : Forgotten Sorrow. Donc, les bugs. J’ai passé un long moment à tenter de continuer sur un chemin qui ne s’affichait pas et qui me sortait hors map. Au niveau des araignées, au premier piège. Des fils, mais pas de sol, et je n’arrêtais pas de mourir. Je ne comprenais pas d’où venait le problème jusqu’à ce que j’aie un chargement de map surprise et que je re meure parce que je me suis pris le piège. C’était FRUSTRANT. Mais, vu l’ampleur, j’espère que c’est quelque chose qui sera réglé pour la sortie !

Paysage de “Daydream: Forgotten Sorrow”.
Paysage de “Daydream: Forgotten Sorrow”.

Mais à part ça, il y a aussi un tout petit mini microscopique mauvais point qui sera le dernier… Quand il y a une porte de sortie quelque part, ce serait peut être bien de mieux l’indiquer ? J’ai passé cinq minutes à chercher comment sortir d’une petite pièce carrée, en loupant la sortie au moins une fois alors que j’étais carrément collé à elle… Ça a au moins le mérite d’être absurde au point d’être drôle !

Paysage de “Daydream: Forgotten Sorrow”.

En dehors de ces choses là, honnêtement, Daydream : Forgotten Sorrow est plaisant !

Paysage de “Daydream: Forgotten Sorrow”.
Pour conclure…

Des paysages qui nous parlent, des compagnons de route attachants, une histoire intrigante et un Gameplay varié et amusant : j’aime. Même en ayant découvert le jeu sans aucun renseignement (au point où j’appelais Griffin “Timmy” pour lui donner un prénom parce que je ne connaissais pas le sien), il s’ouvre à nous comme un joli livre illustré aux milles histoires. Les quelques points négatifs n’expulsent pas les bons, la beauté du jeu est un énorme bon point, les ambiances sont géniales… Et la petite touche nostalgique en écho avec le jeu Among the Sleep est un petit plus personnel.

La  note  de la  rédaction

4/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Les graphismes

Les mécaniques de jeu avec les compagnons

Les ambiances

L’histoire parmi les décors

Le suspense

Les points négatifs

Bugs (jeu joué avant la sortie officielle)

Mécaniques d’interaction pas toujours intuitives

Lucioles difficilement trouvables

Vous devriez Lire aussi
Tekken 7

Dans le même genre

Laisser un commentaire