Bramble : The Mountain King

Plongez dans un sombre conte horrifique et laissez-vous emporter par l’aventure fantastique de notre jeune héros. Sorti le 27 avril 2023, Bramble : The Mountain King est un jeu d’aventure horreur disponible sur PC, Playstation, Nintendo Switch et XBOX et développé par Dimfrost Studio.

Ce test a été réalisé sur une version PS5.

Scénario

Un "troll" du jeu.

Olle est un jeune garçon partant à la recherche de sa sœur enlevée par un monstre dans une forêt merveilleuse. Se dresseront sur son passage de nombreux obstacles tels que des trolls, des sorcières, et de bien dangereuses mélodies… Entre les pièges à loup et les cages de fer, il se fera l’ami des fées, gnomes et autres créatures pacifiques de ces bois, guidé par une mystérieuse lumière étincelante.

Premières Impresions

Paysage du jeu "Bramble: The Mountain King".

Les graphismes sont époustouflants, ils portent l’histoire à merveille et on s’y perdrait. Notre personnage principal est tout de suite très attachant, un enfant du nom de Olle qui part à la recherche de sa sœur dans la forêt. L’histoire est un peu générique mais toutes les histoires se ressemblent, ce sont les petits détails qui sont importants. Le chemin qu’emprunte Bramble: The Mountain King avec ses allures de conte pour enfant lui donne cette originalité attrayante.

La difficulté est accessible et rend le jeu fluide malgré mes deux mains gauches qui font finir Olle dans de nombreux ravins… Désolé petit.

La Direction Artistique

Parlons-en plus en détail ! À commencer par les graphismes. On tire sur un mélange de Tim Burton et d’Alice au Pays des Merveilles. Je trouve que toutes les ambiances sont très bien réussies, de jour ou de nuit, dans les champs de fleurs ou les marais, on est au poil ! Mais commençons par celle que je préfère… le plein jour. Le côté émerveillant de la forêt se réveille avec le soleil, la lumière qui rehausse toutes les couleurs invite à explorer toutes ces étendues vertes et fleuries dans lesquelles de petits habitants vadrouillent entre les brins d’herbe.

Paysage de "Bramble: The Mountain King".
Paysage du "jeu".
"Paysage" du jeu.

En revanche, on perd rapidement ces moments de joie au fil du jeu. À mesure qu’Olle s’enfonce entre les branchages de plus en plus emmêlés devant lui, on oublie rapidement la joie du début. L’ambiance se fait oppressante, glauque, notre conte de Grimm tourne enfin à l’horreur…

Paysage d'"horreur" du jeu.
Le "troll" boucher.
Paysage d'horreur de "Bramble: The Mountain King".

L’aspect monstrueux des ennemis que nous rencontrons dans la forêt est TRÈS réussi, chacun est paré de son propre thème et univers, les trolls ont une sacrée sale gueule…

Le "troll" boucher de plus près...

Les scènes épiques sont soutenues par chaque élément de la scène, sans oublier le sound design qui anime ces scènes avec brio.

Scène de "boss".

La caméra n’est que très peu contrôlable, elle est fixée dans un coin de chaque chemin et nous empêche de prendre trop d’avance pour prévoir notre coup, ou trop observer les alentours pour ne pas nous faire surprendre. Après tout, un livre se lit une page après l’autre et se prend comme il arrive, pouvoir prévoir la suite d’un regard serait… trop facile. Tout au long de notre aventure, nous sommes suivis par une voix nous narrant l’histoire qui se déroule devant nos yeux. Nous nous trouvons tout autant dans un conte que les personnages des livres que nous croisons pendant le voyage…

Exemple d'un "livre" du jeu.
Exemple d'un "livre" du jeu.

Il n’est ainsi pas difficile de prévoir un peu de foreshadowing ! Mais loin de moi l’idée de trop vous en dire par ici…

L’ambiance sonore est elle aussi sa propre œuvre d’art. Que ce soit au niveau du gargouillement vomitif provenant du charnier ou des musiques nous accompagnant dans les moments de joie comme dans les moments difficiles, tout est très bien ficelé pour communiquer les émotions voulues au joueur. La tension, la tristesse, la peur… Ma musique préférée est celle du boss final ! Épique, grandiose, stressante, parfaite pour le combat que nous menons, et terriblement prenante !

Le "charnier" de Bramble.
"Boss" final du jeu.

Vous l’aurez compris, la DA m’a conquis, ce conte de fée a été très plaisant à suivre…

L’histoire, ou plutôt… « les » histoires …

Eh oui, dans un conte, il y a toujours une histoire. Notre quête principale ? Retrouver notre sœur, enlevée par un troll. Pour ce faire, il nous faudra vaincre de nombreux obstacles ! Les trolls, le violoniste, les ronces, la sorcière… et bien d’autres encore. Chacun possède son propre conte, sa propre histoire, dont nous avons l’occasion de tourner les pages à chaque chapitre de notre fable.

Avant de vous parler de ma préférée, concentrons-nous sur notre jeune protagoniste : Olle. Tel un héros né, il se retrouve rapidement à se lier d’amitié avec toute une troupe d’alliés qui l’aideront durant le récit !

"Olle" l'ami des Gnomes
"Olle" l'ami du roi crapaud
"Olle" l'ami de Lemus
"Olle" l'ami des animaux.

Olle part d’un petit garçon peureux qui n’a pas une fibre de violence dans tout son frêle corps. Il est choquant de voir à quelles extrémités il est porté durant son aventure et il s’assure peu à peu, poussé par l’envie de retrouver sa sœur, Lillemore. La jeune fille est la plus courageuse et aventureuse des deux, elle entraîne son frère là où sa curiosité la porte ! Jusqu’à ce que ça lui porte préjudice, bien entendu…

On peut apparenter ce duo et ce but à d’autres œuvres, Hansel et Gretel, Limbo, ou même plus actuellement Genshin Impact, bref : retrouver un membre de sa famille ou un ami perdu est un but que l’on retrouve souvent. Comme dit plus tôt, c’est tout ce qu’il y a autour qui est important.

Le monde de Bramble : The Mountain King est parsemé de créatures magiques, des lilliputiens, des géants, des démons… De pauvres âmes perdues…

Et nous allons parler de l’une d’elles : le violoniste.

Squelettes dans "Bramble: The Mountain King".

Il s’avère que notre musicien, durant ses temps lucides, était un homme peu apprécié pour son art au sein de son village. Les habitants, cruels, s’en prirent à lui pour le faire cesser de jouer. L’homme décida dès lors de se tourner vers de plus sombres mélodies… Tout le village fut poussé à danser jusqu’à ce que mort s’en suive. Il se retira dans les profondeurs de la forêt, près d’un marais, pour continuer ses symphonies délirantes parmi ces eaux…

La fresque du "violoniste" du jeu.

Le violoniste s’apparente à un joueur de flûte, ou à des sirènes attirant à la mort quiconque les entend. Olle n’y fait pas exception.

C’est l’une de mes histoires préférées dans celles que l’on découvre, je vous laisse le soin d’aller explorer les autres !

Gameplay

"Olle" et son courage.

Bramble : The Mountain King est un jeu de parcours et de puzzles, Olle est loin de pouvoir faire face à la plupart de nos ennemis ! C’est grâce à cette mystérieuse lumière dénichée au cours de l’aventure que notre héros peut enfin se défendre, s’éclairer, et poursuivre son chemin.

"Gameplay" face aux ronces.
"Gameplay" lumière du courage.

La difficulté augmente à mesure des boss, tout en restant accessible comme je l’ai dit auparavant. Chaque niveau a une mécanique différente et, bien sûr, chaque boss aussi. Tous les boss de niveau ont plusieurs phases durant lesquelles nous devons soit nous échapper soit nous battre.

Même si la musique du boss de fin m’a beaucoup plu, il s’avère que mon boss préféré est La Peste !

La Peste, "Boss" du jeu.

La peste possède trois phases de confrontation, et même en ayant une ambiance et un décor relativement plus simpliste que celui des autres : elle est très efficace ! Cette vieille femme glauque au possible essaye parfois de nous gober, nous éternuer dessus, nous envoie les rats et tente de nous ratisser ! Son râteau m’a fauché plusieurs fois mais je me suis clairement bien amusé contre elle. Chaque phase est un peu plus compliquée, les têtes se multiplient, il faut changer d’habitude… En conclusion… Si Olle avait ramé plus vite, je n’aurais pas passé autant de temps à galérer !

La peste, "Boss" du jeu.

Des Points Négatifs ?

Il y en a quelques-uns. Le sound design part quelques fois en vrille pendant certaines actions, comme lorsque l’on pousse une porte : le doublage de l’effort continue même quand on a terminé. C’est un point négatif assez négligeable : on ne passe pas notre temps à pousser des portes, et le reste du temps le son est magistral !

Un point sur lequel on peut moins fermer les yeux, c’est l’aspect punitif de certaines attaques de boss. Lors de mon combat contre la démone à corne et contre le boss final, il me semble bien avoir tout essayé lors de leur phase finale afin d’éviter certaines de leurs attaques qui me tuaient en un coup mais… rien n’y faisait. Me baisser, attaquer en même temps, sauter, essayer tant bien que mal de me cacher…

"Olle" qui se cache.

Rien ! Cette attaque me tuait juste quoi que je fasse, que je sois au début de la phase ou à la fin ! Pour la démone, il s’agissait de la vague de sang, je veux bien porter un doute à ce niveau : je n’ai peut-être pas tenté de sauter (mais si au bout de quatre essais je ne comprends toujours pas qu’il faut sauter…). Je devais juste prier pour tomber sur un moment où elle ne me lançait pas cette attaque.

Pareil pour le boss final : une onde de choc. Là, c’est sûr que j’ai tenté de sauter, rien n’y faisait ! J’ai dû m’obstiner jusqu’à ce que je le finisse par le battre sans qu’il puisse me lancer cette attaque.

La manière de se défendre contre de telles attaques n’était pas très intuitive, surtout lorsque l’on prend exemple sur les phases précédentes (avec la démone, je me cachais derrière les arbres pour éviter la vague, en dernière phase, il n’y a plus d’arbres !).

"Lillemore" à la merci d'un monstre.
Pour conclure…

Des décors à couper le souffle, une histoire entraînante et terrifiante, Bramble : The Mountain King est vraiment un jeu qui m’a beaucoup plu, c’était une expérience géniale et j’y rejouerai sans doute pour aller chercher les collectibles que je n’ai pas trouvés… Il y en a quelques-uns au cours de la partie, je n’ai encore aucune idée de ce qu’ils débloquent. Mais vu l’aspect mystérieux de cet univers, je ne doute pas qu’il cache encore quelques secrets ! À part quelques quacks qui ne m’ont pas moins fait aimer le jeu, je le recommande fortement pour les adeptes de contes de fées, d’horreur, et d’aventure ! C’est un jeu superbe, terrifiant, cruel, à éviter pour les âmes sensibles.

La  note  de la  rédaction

5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Graphismes magnifiques

Musiques géniales

Horreur bien gérée

Difficulté accessible

Personnages attachants

Les points négatifs

Sound design un peu décalé parfois

Parfois pas assez d’indications

Vous devriez Lire aussi
I Am Innocent

Dans le même genre

Laisser un commentaire