Critique Manga – Yo ! C’est moi, Wario ! Tome 1

“Yo ! C’est moi, Wario !” est un manga de Yukio Sawada. Il est édité au Japon sous le titre “Ore dayo ! Wario dayo !!” par Shôgakukan depuis 2007 et en France par Soleil Manga depuis 2021. C’est un manga sous licence officielle Nintendo. Nous allons ici parler du tome 1, paru chez nous le 24 mars 2021.

Yo ! C'est moi, Wario ! -couverture

Synopsis

Enfin Wario a droit à sa propre série de mangas rien qu’à lui ! Il était temps ! Cela calmera peut-être sa jalousie maladive envers Mario… ou pas !?!Suivez les aventures du seul véritable héros des jeux vidéos ! Wario, c’est le plus costaud et ce n’est pas un rigolo ! Pourtant, il vous fera mourir de rire avec ses gags et sa fâcheuse tendance à régler tous les problèmes à la force de ses poings. Les vampires ont peut-être peur de l’ail mais lui, ça le rend invincible !!! Ses ennemis n’ont qu’à bien se tenir… Et des fois, ses amis aussi.

Qui est Wario ?

Wario est le double maléfique de Mario, d’où le M devenant un W, mais c’est également un jeu de mot en japonais (warui = méchant). Il est apparu en 1992 dans “Super Mario Land 2: 6 Golden Coins” sur Game Boy. C’est un  personnage cupide, ne cherchant qu’à amasser toujours plus de trésors, mais il est aussi assez grotesque et est le rival de Mario, qu’il cherche à tout prix à dépasser.

Il a eu droit à sa propre série de jeux de plateforme avec les Wario Land puis WarioWare et sera un personnage récurrent dans les jeux Mario Kart et tous les jeux de sports aux côtés des autres mascottes de Nintendo.
Contrairement à Mario, Wario est invulnérable à la plupart des attaques qu’il reçoit. Cela a plutôt pour effet de le transformer, lui donnant souvent ainsi la possibilité de battre un adversaire ou de progresser dans le jeu. C’est également un grand amateur d’ail, qui lui augmente sa force et lui redonne des points de vie. Le personnage a été façonné à partir de l’image de Mario mais a tout de même des différences. Premier point, il est plus gros que son alter égo. Ensuite, son nez ressemble à une gousse d’ail et sa moustache forme un W. Les couleurs de ses vêtements et de sa casquette sont aussi différents (jaune et violet). Il en va de même au niveau du caractère puisqu’il a énormément de défauts, dont l’avarice et l’arrogance, et il est également mal élevé.

Yo ! C’est moi, Wario ! Tome 1

Dans ce manga, nous suivons donc les aventures de Wario. Ce tome introduit rapidement le personnage (2 pages) afin de savoir à qui on a affaire. Ensuite, on rentre directement dans sa première aventure : son château a été transformé en château fesses, en forme de popotin géant. C’est l’œuvre du Joyau Noir, un être malfaisant dont Wario s’est emparé en même temps que d’autres trésors. Notre anti-héros va alors partir à l’aventure au travers de divers niveaux afin de parvenir face à son ennemi et lui montrer qui est le patron et ainsi retrouver son château.

Sur sa route, il fera la rencontre de nombreux monstres ne voulant que sa mort, dont des boss, mais aussi des alliés (précieux ?) tel que Elfe, un esprit de la forêt. Pour défaire ses ennemis, Wario fonce principalement dans le tas. Mais il a aussi des techniques secrètes, principalement basées sur ses pets, le caca ou le pipi, mais aussi quelques transformations (en ressort par exemple). Il se servira aussi d’Elfe comme d’une arme ou d’un bouclier, ce qui, avouons-le, n’est pas très sympa pour ce dernier.
À la fin du tome, composé de huit chapitres, on retrouve quatre petits jeux, types labyrinthe et énigmes, ainsi que les soluces pour vérifier si on a tout juste, ou pour tricher (c’est selon). Il y a également une page annonçant ce que l’on va retrouver dans le tome 2, c’est-à-dire la suite et conclusion de cette première aventure, le début d’une nouvelle et la promesse de nouvelles transformations / nouveaux déguisements.

Lire aussi notre article : Aventures de Kirby dans les étoiles

Mon avis

“Yo ! C’est moi, Wario” est clairement un manga destiné à un public jeune, plus enfant qu’adolescent. Cependant, et malgré mon attrait certain pour l’humour pipi caca, j’ai justement trouvé que cet aspect était beaucoup trop présent, tout le temps. Je pense que ça fait trop. Alors oui, Wario n’est pas un héros sérieux, ni un héros, c’est un anti-héros, il est mal élevé, bourrin, et comme il est invincible, il passe son temps à se faire rétamer.

Malgré le fait que le public visé soit jeune, j’avoue que je me pose sérieusement la question de savoir si je laisse mes fils le lire ou pas. Les dessins ne sont pas mauvais, au contraire. Ils restent simples mais on comprend bien chaque situation et on reconnaît bien les différents protagonistes. Le scénario ne vole pas bien haut, ça reste dans la lignée des jeux Wario. D’ailleurs, un point positif, c’est que chaque chapitre représente un niveau, comme dans un jeu vidéo, avec son propre biome et ses propres monstres. Cela rappelle l’origine vidéoludique du manga et donne un sentiment de progression dans l’aventure.

Pour conclure…

J’ai bien aimé les petits jeux à la fin. Ils ne sont pas bien compliqués mais ça permet de faire jouer un peu les enfants tout en restant dans le thème de Wario.

“Yo ! C’est moi, Wario !” Tome 1 est disponible aux éditions Soleil Manga pour 6,99 €.

Dans le même genre

Laisser un commentaire