C’est une belle journée pour un Labyrinthe !

Edité chez Mangetsu, « C’est une belle journée pour un Labyrinthe ! » de  Yoshitomi Akihito débarque le 10 avril 2024 chez vos libraires préférés et chez Amazon. Rejoignez un univers souterrain sans lumière mais qui regorge de secrets et d’une ville où grandissent 4 amies de toujours.

Cette critique a été réalisée avec un exemplaire fourni par l’Éditeur.

L’histoire de la ville souterraine

Cloîtrées dans un monde souterrain où la lumière du jour n’existe pas, quatre jeunes filles partent à la découverte de la zone interdite. Entre mystère et aventures loufoques, leur vie est loin d’être de tout repos !
Dans cette ville labyrinthique sans cesse reconstruite par des machines errantes, tout semble prétexte à l’amusement.

C’est une belle journée pour un Labyrinthe !

C’est une belle journée pour un Labyrinthe ! est une histoire, qui pour les plus anciens, pourra être associée aux aventures du club des cinq. Ici nous avons quatre amies qui vivent dans une ville souterraine. Si visuellement l’ambiance est un peu post-apocalyptique, on peut compter sur l’humour des jeunes filles pour suivre leurs aventures remplies de loufoquerie et d’amitié.

La normalité en souterrain

Les premières pages nous offrent le quotidien d’un groupe de filles. Des devoirs de classe, de la glace, des jeux entre copines. Tout porte à croire qu’elles ont une vie comme vous et moi et pourtant. C’est une belle journée pour un labyrinthe est une aventure Post Apo qui se déroule dans une ville souterraine construite par des robots. La vie est calme et douce, mais Hinata, Airi, Kaho et Mari aiment se réunir dans leur QG et sortir se promener dans la zone interdite. Une zone en construction où les secrets du passé s’imposent.

Les filles ne connaissent pas la mer, le soleil et encore moins la pluie. En effet, dans le souterrain, la météo est artificielle et quand il pleut ce n’est pas naturel. Alors quand elles découvrent une source d’eau dans la zone interdite, elles en font vite une aire de jeu.

On y côtoie aussi les questions existentielles des adolescentes. Les premiers amours, les mauvaises notes ou bien encore les petites chamailleries entre copines.

Une découverte au compte-goutte

Lorsqu’on commence la lecture, on ne comprend pas ce qu’il se passe. D’où vient cette ville ? Comment est le monde extérieur ? Pourquoi les humains vivent ici ? Il faudra tourner les pages une par une et suivre les aventures des filles pour comprendre qu’une catastrophe a poussé les humains à adopter ce style de vie. Mais quelle catastrophe ? Quand ? Énormément de questions en suspens que vous découvrirez en avançant dans l’histoire.

C’est une belle journée pour un labyrinthe est un one shot et c’est sûrement le point négatif de ce manga. Akihito Yoshitomi nous offre un univers avec de bonnes fondations et adopter le format one shot l’oblige à survoler son idée. Plusieurs tomes nous auraient permis quelque chose de plus profond et de plus détaillé. Malheureusement, il faudra se contenter de cet unique tome.

Un visuel admirable

Ce qui m’a tout de suite marqué dans cette œuvre, c’est clairement le design. Un trait fin, des visages pas plus détaillés que ça. Mais le décor, quant à lui, regorge de détails. Tout est fait de constructions à base d’objets chinés ou trouvables dans une décharge publique et pourtant ce sont ces objets non recyclés qui vont créer la ville avec l’aide des robots. Au final, le fait que les filles aient un design assez simpliste est vite excusé quand on voit le niveau de détail du reste de l’œuvre.

On peut ressentir cette ambiance post Apo mystérieuse. Ce genre d’univers où on ne sait pas ce qu’on va trouver en fouinant et les deux amis masculins de notre groupe de fille ont cette utilité. C’est eux qui cartographient l’environnement. Si nous avons le droit à un petit Crush entre une des filles et un des garçons, cela ne va pas être au centre de l’histoire. Le sujet principal est bien l’amitié de ce petit groupe et leurs occupations dans ce monde normal pour elles mais futuriste pour nous.

Mon avis sur C’est une belle journée pour un Labyrinthe !

Une petite pépite à mes yeux. Lorsque j’ai mis la main sur ce manga, je me suis rapidement posé des questions sur le dessin. Les filles ne sont pas spécialement jolies ni détaillées mais bon. En ouvrant le manga, j’ai vite fait mes valises pour partir dans les souterrains.

Il aura suffit de quelques planches sur l’environnement des filles pour me donner envie d’en savoir plus et de comprendre pourquoi tout cela est arrivé. Le fait de découvrir petit à petit les choses est un plus. On ne nous envoie pas tout à la figure directement et on découvre tout ça aux côtés de nos quatre héroïnes.

Néanmoins, j’ai un petit bémol. Le format one shot est à mon sens pas le meilleur choix. J’aurais adoré en savoir plus et en découvrir plus, le tout dans cette ambiance club des cinq. Plusieurs tomes, même si on parle de cinq ou six, auraient été top et nous auraient permis de voyager encore plus longtemps dans cet univers magnifique. Le format One shot est donc un peu frustrant.

Pour conclure…

Une ambiance post Apo splendide, un groupe de 4 filles attachantes et des aventures remplies de mystère. Voici le cocktail adorable de « c’est une belle journée pour un Labyrinthe » une lecture rafraîchissante et adorable.

Vous devriez Lire aussi
L'art du pixel : SNES

Dans le même genre

Laisser un commentaire