Articles a la une

Derniers commentaires
test

BlazBlue : Cross Tag Battle

Un nouveau BlazBlue vient de sortir sur PC, PS4 et Nintendo Switch le 22 juin 2018. Mais ce n’est pas un simple nouvel épisode de la série, c’est un crossover entre 4 différentes séries. Qu’est-ce que cela peut bien donner ?

Merci à Vautour013 pour ce test ! Vous pouvez le retrouver sur sa chaîne YouTube ainsi que sur sa page Facebook !

Quésaco ?

BlazBlue Cross Battle Tag est un jeu de baston en 2D, développé et édité par Arc System Works, dont les matchs opposent 2 équipes de 2 personnages. Ces personnages sont issus de 4 séries différentes : BlazBlue bien évidemment, mais aussi Persona 4 Arena, Under Night In-Birth et RWBY.

Afin d’introduire tout ce beau monde, le jeu dispose d’un mode solo avec un scénario. Enfin… comme dans tout jeu de baston, l’histoire n’est qu’un prétexte à l’enchaînement de combats contre les différents protagonistes. Ici, on ne déroge pas à la règle. Une entité d’une autre dimension attire à elle les personnages des 4 univers afin de les faire combattre les uns contre les autres en équipes de 2 dans un tournoi. Chaque univers se voit remettre une pierre permettant au vainqueur de retourner dans son monde d’origine. Il y a 9 chapitres par séries, soit 36 chapitres en tout.

Le scénario est assez bateau et en plus trop verbeux, on finit par zapper le texte, peu intéressant. À noter qu’il n’est pas possible de passer les cinématiques, on est donc obligé de tout voir ou de cliquer rapidement sur le bouton A pour faire défiler les dialogues. Il est dommage que les éditeurs se forcent à pondre une histoire là où on aurait préféré un bête enchaînement de combats avec 2 rounds, à l’ancienne, sans fioriture.

Gameplay

Bien sûr, la force du titre ne réside pas dans son mode solo, mais dans les modes Versus et Online.

Ces modes mettent à votre disposition 20 personnages de base et 20 de plus via des DLC (18 payants, 2 gratuits). Autant dire que le contenu du jeu sans DLC est un peu faible. Ce qui est le plus gênant dans tout cela, c’est que la totalité des personnages est déjà présente dans le jeu, puisqu’ils apparaissent et combattent avec/contre vous dans le mode histoire.

Que ça soit en local ou online, nous devons bien sûr sélectionner 2 personnages par joueur puis choisir un stage et une musique parmi la pléthore proposée, ou laisser le choix au hasard.

Le gameplay est assez simple. Nous avons 3 boutons pour les attaques : Y, X et A, où X est le coup faible, Y le coup moyen et A le coup fort. Ce dernier est d’ailleurs un enchainement avec les deux personnages de l’équipe. Le bouton B vous permet d’échanger le combattant. Il est également possible de faire appel à notre allié pour qu’il envoie une attaque grâce au bouton R. Attention, car si l’ennemi riposte, vos deux personnages peuvent prendre des dégâts.

Ce système assez basique permet de prendre en main le titre très rapidement, mais n’empêche pas une profondeur technique plus grande.

Sur Switch, nous pouvons profiter du jeu à deux sur la TÉLÉVISION, mais également en mode tablette, chaque joueur ayant un joy-con, rendant le titre jouable littéralement partout et contre n’importe qui.

Niveau multijoueur, il est organisé en lobby casual et ranking (donc non-classé et classé) et chacun d’eux dispose de 10 salles (nommées niveaux) pour 64 joueurs max. J’avoue ne pas avoir vu grand monde sur le online au moment où je l’ai testé (une trentaine de joueurs). Le online est un espace commun représenté par une grande salle circulaire, avec des cercles rouge et bleu au sol. Le joueur 1 se place sur la zone rouge, le 2 sur la zone bleue et si tout le monde valide, le combat se lance. Il est possible d’écrire dans un chat commun, de communiquer via des mots / phrases préenregistrés, mais aussi de lancer de petites animations.

Technique

BlazBlue Cross Tag Battle est fluide sur la Switch que cela soit en mode portable ou TV. Les animations et les graphismes sont plutôt de bonne facture, mais j’ai noté un aliasing assez présent sur les contours des personnages. Cela se voit surtout sur la TV.

L’ambiance sonore est bonne, avec des bandes-son issues des 4 univers. Il est possible de choisir entre les voix japonaises ou anglaises via les options, ce qui est plutôt cool. En revanche, les textes du jeu ne sont disponibles qu’en anglais, ce qui n’est pas très gênant pour un jeu de combat.

Niveau online, la connexion en Wi-Fi tient la route sans lag, ou en tout cas je n’en ai pas eu lors de mes tests. Le seul souci que j’ai eu est un ralentissement de la cinématique d’introduction du combat lorsque j’étais éloigné de mon point d’accès Wi-Fi.

Il est possible de prendre des captures d’écran, mais aussi d’enregistrer des vidéos, sauf dans le mode histoire. Peut-être pour éviter de trop le montrer.

Conclusion

BlazBlue Cross Tag Battle est plutôt une bonne surprise, réussissant quatre univers différents ensemble avec brio. Le gros point faible du jeu est son rapport quantité/prix, trop cher pour pas assez de contenu, il se rattrape avec des DLC (encore non disponibles sur Switch à l’heure où j’écris ces lignes). Proposé à 39,99€ pour 22 personnages, et environ 20€ de plus pour débloquer tout le contenu, il permet tout de même de passer de bons moments à combattre contre ses amis ou d’autres joueurs. Le jeu nécessitera 6,6 Go d’espace mémoire si vous optez pour la version eshop.

MAJ du 28/06/2018 : les DLC sont dispo !

Les notes de la redaction
Les points positifs
  • 4 licences différentes en 1 seul jeu.
  • Accessibilité du gameplay
Les points negatifs
  • Contenu faible
  • DLC déjà dans le jeu mais payants pour être débloqués...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *