Wonderland Nights : White Rabbit’s Diary

Wonderland Nights : White Rabbit’s Diary est un jeu développé et édité par le studio indépendant Sky Bear Games. Inspiré du roman de Lewis Carroll, nous avons pour mission de préserver les quatres régions du pays des Merveilles de la guerre et d’autres conflits politiques. C’est avec le lapin blanc que nous devrons mener à bien ces tâches difficiles.

Wonderland Nights : White Rabbit’s Diary est disponible sur PC depuis le 11 juin 2020, et sur consoles PS4, PS5, Xbox One / Series et Nintendo Switch depuis le 27 janvier 2023.

Ce test a été réalisé sur une version PS4.

Présentation

Les quatre nations du Pays des Merveilles se réunissent chaque année pour se mettre d’accord sur des politiques communes et mettre en place leurs différents plans les uns contre les autres. Il y a des vendettas personnelles à résoudre et des enchantements cachés partout, et quelqu’un a-t-il mentionné la redoutable Alice ? Vous êtes le lapin blanc et votre tâche consiste à organiser le programme du sommet annuel. Chaque décision que vous prenez affecte le destin du pays des merveilles !

Qu’on lui coupe la tête !

Un peu de contexte

Le monde du Pays des Merveilles est partagé entre quatre royaumes : le Royaume de Cœur, le Royaume de Trèfle, le Royaume de Carreau et le Royaume de Pique.

À l’image d’un jeu de cartes, chaque région est régie par son Roi et sa Reine.

Cette année, c’est au tour du Royaume de Cœur d’accueillir le fameux sommet annuel où tous les dirigeants du Pays des Merveilles voteront les nouvelles lois.
Afin d’éviter tout conflit et d’espionner ses ennemis, la Reine de Cœur Hera (qui est en fait l’une des filles de la Reine de Cœur que l’on connaît, oui oui !) confit l’organisation de cette semaine à son fidèle Lapin Blanc !

Ce dernier réussira-t-il à organiser cet événement sans encombre ? Gardera-t-il sa tête jusqu’à la fin ?

La reine de coeur discute avec le lapin blanc

Roman graphique

Si l’on doit décrire le genre de Wonderland Nights : White Rabbit’s Diary, alors l’univers qu’il n

ous offre est comme un roman graphique aux allures théâtrales. Chaque scène se déroule dans un lieu unique dessiné en fond. Très coloré, le Pays des Merveilles, ou devrais-je dire le Royaume de Cœur, offre des lieux très insolites qui correspondent parfaitement à mon imaginaire du Pays des Merveilles d’Alice.

Quant aux personnages, leur physique et leurs expressions représentent parfaitement leur caractère.

Ils ont chacun une ou deux expressions dessinées en fonction de la scène qui se joue. En revanche, cela n’est pas gênant car le doublage des voix ajoute un côté plus vivant aux personnages.

Yes your Majesty !

J’ai du mal à savoir si cela a été volontaire de la part des développeurs de Wonderland Nights : White Rabbit’s Diary. En fait, le doublage des voix de tous les personnages semble avoir été réalisé dans des conditions tout sauf professionnelles. La qualité du son n’est pas homogène (son plus ou moins élevé, micro qui crépite, etc).

En revanche, j’ai adoré le jeu d’acteurs, même si parfois il paraissait un peu surjoué.

Déjà, je suis fan de l’accent britannique et de leurs expressions. C’est pourquoi, même si parfois le jeu était un peu bancal ou trop exagéré, je suis restée conquise !

Rejouabilité absolue

Chaque partie du jeu ne révèle qu’un douzième de la trame de l’histoire.

Si, comme moi, vous n’aimez pas rester sur une défaite, alors Wonderland Nights offre une multitude de nouveaux scénarios possibles.

En fait, le but du jeu est d’éviter au Pays des Merveilles de finir en guerre. Le Lapin Blanc devra demander à deux personnages à la fois de participer à une activité. Douze au total sont à gérer et 6 activités sont proposées chaque jour. Bien que le nombre d‘activités par jour soit limité, le pairage, lui, est multiple. Au départ, vous allez très certainement créer les mauvais groupes et les lier aux mauvaises activités.

Merci le Chat !

De toute façon, il faudra bien tenter au hasard car impossible de savoir d’avance ce qu’ils aiment et détestent.

Un codex, gentiment prêté par le Chat du Cheshire, permet de garder une trace de leurs goûts et de ne pas oublier qui ils affectionnent ou aiment moins. Merci le Chat !

Sans ce codex, impossible de se souvenir de ce que vous avez fait faire au Lapin, sauf si vous êtes hyper bien organisé et que vous prenez des notes correctement. Mais bon, vous savez quoi, ce n’est pas nécessaire donc contentez-vous d’utiliser les outils à votre disposition !

Et encore une bonne nouvelle ! Même si vous commencez une nouvelle partie pour assurer une fin positive, le codex gardera toutes vos entrées précédemment découvertes !

En somme, Wonderland Nights : White Rabbit’s Diary offre 42 succès, 14 personnages et plus de 25 000 mots dans près de 3000 lignes de dialogues. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Sky Bear Games qui le précise !

Mon avis sur Wonderland Nights : White Rabbit’s Diary

Il vous faudra une petite heure pour terminer votre première tentative. Sans vous sous-estimer, je pense qu’il vous sera nécessaire d’au moins enchaîner sur une seconde ou une troisième tentative pour terminer sur une meilleure note !

L’un des points positifs de Wonderland Nights : White Rabbit’s Diary, c’est qu’il nous offre une rejouabilité énorme, je m’adresse donc aux try harders qui n’accepteront pas la défaite.

Ensuite, les dialogues, dont chaque phrase est enregistrée une à une, apportent un petit zeste d’originalité. Ils sont certes en anglais, mais rassurez-vous, l’interface du jeu peut être changée en français. D’ailleurs, je ne pense pas que l’effet aurait été le même s’ils avaient créé une version des doublages en français. J’aime beaucoup trop l’accent British.

Les tâches du Lapin Blanc sont répétitives mais offriront au moins des résultats différents à chaque fois grâce aux affinités variées de chaque personnages du Pays des Merveilles.

Pour conclure…

Wonderland Nights : White Rabbit’s Diary offre une version inspirée du lore des aventures d’Alice au Pays des Merveilles sous forme de roman graphique. Son format de partie courte est idéal car malgré certains moments répétitifs, il nous évite l’ennui qui aurait pu être fatal.

Le Lapin Blanc sera-t-il en mesure d’assouvir les besoins de tous ses convives ou une guerre éclatera-t-elle entre tous les clans ? À vous de prendre tout cela en main et de faire les bons choix pour éviter au très cher Lapin Blanc de se faire couper la tête !

La  note  de la  rédaction

3/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Beaucoup de possibilités et fins différentes

Doublage original

Gameplay simple à prendre en main

Français disponible pour l’interface du jeu

Les points négatifs

Certaines lignes de dialogues offrent une qualité médiocre

Malgré les fins et possibilités différentes, les mécaniques du gameplay restent répétitives

Vous devriez Lire aussi
Exploration d'un esprit tourmenté : Illusion : A Tale of the Mind

Dans le même genre

Laisser un commentaire