Time Salvager

"Time Salvager" Affiche

Alors que nous connaissions déjà Wesley Chu par son travail en tant que co-auteur sur une série de romans spin-off de la saga Mortal Instruments de Cassandra Clare, Pocket sort aujourd’hui l’un des premiers romans de l’auteur : Time Salvager. Disponible depuis le 14 septembre 2023, Time Salvager est un roman de science-fiction ayant pour thème principal le voyage temporel. Prévu pour une intrigue complète en deux tomes, nous avons découvert le monde de James et ce qu’est devenu notre monde dans le futur. Édifiant !

Cette critique a été réalisée avec un exemplaire fourni par l’Éditeur.

Le retourneur de temps

Un récit de voyage dans le temps ultra efficace par l’une des nouvelles voix de la science-fiction américaine.

La Terre n’est plus qu’un champ de ruines dépeuplé et toxique. Ses habitants l’ont quittée depuis longtemps pour s’établir dans le système solaire. Leur survie repose sur les ressources que les Chronmen, des voyageurs du temps, vont régulièrement chercher dans le passé.

James est l’un d’eux : désabusé, abîmé par chaque voyage, il n’est plus que l’ombre de lui-même. Ses supérieurs, veillant au respect scrupuleux des Lois temporelles qui régissent chaque bond dans le temps, le trouvent de plus en plus ingérable. Si ce n’était son talent et son expérience inégalée, ils l’auraient mis dehors depuis longtemps.

C’est pourtant James qui est choisi pour exécuter une mission cruciale : on l’envoie effectuer une récupération sur la plateforme Nutris, juste avant l’explosion qui va ravager la Terre. James sait qu’il a peu de chance de réussir, mais s’il y parvient, il obtiendra une confortable retraite et pourra passer son temps à se saouler, seul, en ruminant le passé, son loisir préféré.

James accepte, mais sa rencontre avec Elise, une biologiste de génie qu’il sait condamnée, va changer la donne. Incapable de la laisser derrière lui, il brise la première et plus importante des Lois temporelles en ramenant la jeune femme dans son présent.

Désormais fugitifs, James et Elise vont trouver refuge auprès d’une tribu de sauvages, dans les ruines de ce qui fut Boston. C’est là-bas qu’Elise fait une découverte incroyable : la terre n’est peut-être pas condamnée. Elle échafaude un plan pour la sauver, mais pour cela, elle va avoir besoin que James brise un peu plus les fameuses Lois temporelles, risquant à chaque fois de les faire repérer par les intraitables Contrôleurs du temps…

Pocket
Exemple de page de "Time Salvager"

C’est à bord d’un vaisseau spatial en perdition que commence Time Salvager. Le Suprême, après avoir échappé à une attaque et détruit ses assaillants, se retrouve vulnérable face à l’onde de choc qu’il a lui-même provoqué. Devant la menace d’être poussé hors du système sans aucun moyen de retour ou de sauvetage, l’équipage se démène pour tenter de s’en sortir, une seule personne à bord restant impassible ayant bien compris la futilité de ces essais : Grace Priestley. Devant la disparition mystérieuse de leur ultime générateur en état de marche, la savante nonagénaire à l’intelligence hors norme, décide d’aller s’isoler dans ses appartements en attendant la fin.

Accompagnée de son esclave personnel nommé Swails, elle arpente donc une dernière fois le vaisseau, mais son esprit toujours aussi vivace a remarqué des changements à peine perceptibles chez son docile compagnon. Tout juste arrivé à leur destination, Grace confronte l’homme qui se fait passer pour son esclave et se retrouve face à un inconnu qui lui apprend être venu du 26ᵉ siècle à la recherche de charte des lois temporelles que l’éminente scientifique a rédigée sur le Suprême avant sa mort. Une fois sa mission achevée, il disparaît, laissant Grace promise à une mort certaine.

Les voyages dans le temps sont éprouvants pour "James"

De retour en 2511, James Griffin-Mars, qui s’avère être un Chronmen dont la mission est de voyager dans le temps pour récupérer des choses utiles dans le présent, est accueilli par la voix de son référent et seul “ami” Smitt, qui se charge alors de le récupérer. Mais le Chronmen n’a pas le temps de souffler puisqu’à peine arrivé le voilà investi d’une nouvelle mission. Cependant, ce n’est pas n’importe quelle mission, car elle permettrait à l’agent et à son référent de quitter enfin leur fonction pour profiter de la vie. Devant la singularité de la récupération, James tique, mais accepte néanmoins de partir pour une mission qui va le pousser à enfreindre toutes les lois humaines et temporelles et à devenir l’ennemi numéro 1.

L’auteur qui Chu-chotait à l’oreille des Chronmen

Né à Taipei, Wesley Chu est un auteur de science-fiction de premier plan aux États-Unis, où son dernier roman s’est classé numéro 1 sur l’incontournable liste des best-sellers du New York Times. Touche à tout – il a été banquier, informaticien, acteur et cascadeur – Wesley Chu renouvelle le genre avec des romans coups de poing, alliant divertissement et action. Time Salvager a d’ailleurs attiré l’œil de Michael Bay, l’adaptation cinéma est en cours !

Pocket
L'auteur du roman "Wesley Chu"

En préambule du roman se trouve un texte de remerciement dans lequel l’écrivain revient sur son enfance à Taïwan avec ses grands-parents et s’interroge sur les conséquences concrètes sur sa vie des actions de ses proches. L’occasion pour nous d’en apprendre un peu sur Wesley Chu et sur sa fascination pour les répercussions à long terme de nos actions, un sujet central de Time Salvager et qui est l’une des complications les plus récurrentes des voyages temporels. De par son style d’écriture, on s’aperçoit vite que l’auteur a pensé son roman comme un film, ce qui n’est pas très étonnant puisque avant de se consacrer à l’écriture, Wesley Chu a été acteur au cinéma et à la télévision et a même officié en tant que cascadeur.

Les remerciements de "Wesley Chu"

C’est donc un milieu qu’il connaît bien et dont il s’est servi des codes pour écrire une intrigue complexe dans son propos, mais pour autant étonnamment claire dans ses explications. C’est très bien écrit, ça se lit facilement et les situations sont parfaitement crédibles pour peu que l’on se place dans un contexte de monde dévasté, dont la plupart de la technologie est perdue, et qui ne doit son salut qu’aux objets rapportés du passé. Cela explique également que Michael Bay ait vu le potentiel cinématographique de ce roman et ait posé une option d’adaptation dessus. Entre les descriptions précises et sans fioritures et les scènes d’actions dynamiques au possible, on aurait pu croire que j’aurais avalé le livre d’une traite, et pourtant…

“Ton heure a sonné ! – Mais non, t’avance !”

Comme vous le savez, j’aime lire et je suis totalement éclectique dans mes choix de livre. N’étant pourtant pas une fanatique de la science-fiction, j’avoue que le synopsis de Time Salvager m’a assez intrigué pour que je me lance dans sa découverte. Passé la curiosité des premières pages, il m’est apparu assez clairement que j’allais avoir beaucoup de mal à en venir à bout, tant je n’ai ressenti absolument aucune connexion avec les personnages, en premier lieu avec celui de James.

Le retour de mission est souvent dur dans "Time Salvager"

Autant, je comprends le principe de l’archétype de l’anti-héros solitaire cassé par la vie et par ses incessants voyages temporels qui lui infligent des dommages aussi bien physiques que psychologiques, autant le personnage principal de Time Salvager m’a dès le début inspiré une certaine antipathie. L’éminente Grace Priestley n’a, elle non plus, absolument pas retenu mon intérêt par le suprême mépris qu’elle semble avoir pour les autres. Quand Elise est apparue dans le récit, j’ai eu un espoir, mais même elle m’a laissée indifférente. Difficile donc de s’impliquer dans un roman quand la destinée de ses personnages vous importe peu, voire pas du tout.

"Elise" est le pendant optimiste de James

Cela étant, je suis tout de même arrivée au bout de l’ouvrage dont je reconnais sans mal les qualités littéraires, celles-ci n’ayant juste pas été suffisantes pour m’embarquer dans le voyage en compagnie de James et d’Elise. Cependant, si vous aimez les récits de science-fiction et les retours dans le passé, vous trouverez sans aucun doute votre bonheur dans Time Salvager. Moi, je vais peut-être attendre la sortie du film avant de lui redonner une chance, encore que, Michael Bay n’étant pas vraiment un réalisateur que j’affectionne, je risque fort de faire l’impasse. Peut-être qu’à la sortie de Time Siege, le deuxième et dernier opus, je ferais un effort, mais là encore ce n’est pas certain…

Pour conclure…

Si Time Salvager et son histoire de voyage dans le temps semblent avoir été écrits et pensés pour le cinéma, tant le style efficace et sans fioritures de Wesley Chu nous permet une immersion optimale, le classicisme du pitch risque et la difficulté de m’attacher aux personnages m’ont laissé sur le bord de la route. C’est un roman qui possède bien des qualités et devrait plaire aux férus du genre, mais qui, en tout état de cause, n’a pas su me conquérir. Je tenterai peut-être un retour dans le temps à la sortie du deuxième et dernier tome de l’aventure (intitulé Time Siege), mais rien n’est moins sûr.

Vous devriez Lire aussi
Danmachi : Saison 2 – Tome 2

Dans le même genre

Laisser un commentaire