The 7th Guest VR

The 7th Guest VR est une revisite du jeu classique éponyme, pionnier des jeux PC en FMV (Full Motion Video). Dans cette monture VR, les développeurs nous font pousser pour de “vrai” les portes du manoir Stauf. Le jeu est disponible depuis le 19 octobre sur PC, Meta Quest 2 & 3, et sur PSVR 2.

Ce test a été réalisé sur une version PC fournie par l’Éditeur. Le casque utilisé pour le test est un Meta Quest 2, en AirLink, sur un PC légèrement sous la configuration minimale recommandée.

The 7th Guest est un jeu culte pour le genre du point’n’click en FMV. Sorti il y a déjà plus de 30 ans, je ne m’y étais pourtant jamais intéressée. Intérêt qui s’est vu drastiquement revigoré par le test de la version bêta du jeu, il y a quelques semaines ! Réimaginé pour la réalité virtuelle, The 7th Guest VR nous propose de redécouvrir ce classique sous un jour tout nouveau.

Le manoir Stauf vous attend

Après une courte introduction qui sert de tutoriel, nous poussons les portes du manoir Stauf. Cette demeure en décrépitude semble transpirer de lourds secrets. Des secrets que nous pouvons raviver à l’aide de notre lanterne : à sa lueur, le passé se dévoile. L’occasion aussi de réparer certaines choses, en les rembobinant dans le temps. The 7th Guest VR se distingue ainsi de son équivalent PC.

Le côté volumétrique des cinématiques leur donne un côté fantomatique très réussi

La lanterne peut surtout montrer des souvenirs, liés à une nuit de drame au manoir Stauf. Six invités, ainsi qu’un septième non annoncé, se retrouvent au cœur d’une intrigue en huis clos. Tous sont venus dans le but de voir un de leurs vœux exaucés par le riche Henry Stauf. Très vite, les manigances et les ambitions de chacun vont causer leur perte…

Une des premières scènes majeures de The 7th Guest VR, reprenant le gâteau qui servait pour un des puzzles de son aîné

Ces cinématiques se présentent comme des cinématiques volumétriques, réalisées avec de vrais acteurs. On retrouve ce côté proche des FMV qui font tant partie de l’ADN de The 7th Guest. Le doublage du jeu est exclusivement anglais, mais des sous-titres français sont disponibles. Le jeu d’acteur est, à part cela, convaincant, et contribue beaucoup à l’ambiance de The 7th Guest VR.

Une des scènes volumétriques de The 7th Guest VR, au pied des marches du manoir

Le mystère au bout des doigts

Qui dit nouvelle version, dit nouvelles énigmes. Afin d’exploiter au mieux le support VR, The 7th Guest VR propose des énigmes assez différentes du jeu original. Pour être honnête, j’ai préféré cette approche. Les jeux VR ont cet énorme avantage de nous permettre de manipuler les objets, comme on le ferait dans la vraie vie. Il aurait donc été dommage de ne pas faire des énigmes directement axées sur ce type de manipulation. La lanterne sert d’ailleurs souvent en tandem avec notre capacité à toucher directement l’environnement.

Un puzzle axé sur le déplacement de meubles dans la bibliothèque

Dans la bêta de The 7th Guest VR, on nous proposait d’explorer la chambre d’Hamilton Temple, un magicien. C’est un excellent exemple du type d’énigme adapté à la VR. On y trouve des chapeaux magiques dans lesquels on peut glisser les mains. Notre main se retrouve alors téléportée dans l’autre chapeau. Une autre énigme, dans la cuisine, nous amène à manipuler de la viande pour reconstituer une forme. À noter que comme dans la bêta, des options de confort sont disponibles pour mitiger la cinétose des moins habitués à la VR.

Un des puzzles de The 7th Guest VR, simple dans son concept, mais qui s'exécute en interagissant directement avec le monde

Il faudra donc souvent inspecter chaque pièce du manoir pour résoudre ses mystères. Certaines énigmes de The 7th Guest VR sont d’ailleurs plus coriaces que d’autres. Dans tous les cas, il sera possible de consulter sa planche de ouija pour obtenir un indice. Si cet indice n’est pas suffisant, vous pouvez dépenser une pièce Stauf pour résoudre instantanément l’énigme. Un peu fort comme système, d’autant que ces pièces sont assez faciles à trouver. Il faudra ouvrir l’œil pour les dénicher, planquées partout dans le manoir.

La planche de ouija sert de carte et d'aide sur les puzzles

Ambiance macabre

L’autre point que l’on aborde toujours dans un jeu VR, c’est son ambiance. Et dans The 7th Guest VR, la sensation d’être dans un manoir hanté est totalement réussie. Outre l’habillage sonore qui remplit bien son travail, ce sont nos yeux qui sont le plus mis à l’épreuve. Rien que les formes fantomatiques qui disparaissent quand on tourne la tête vers elles m’ont tenue en haleine. Je parlais plus tôt de la lanterne et de son pouvoir révélateur ; autant dire que les tableaux prennent parfois une apparence bien moins rassurante une fois éclairés !

L'un des moments marquants par son macabre de The 7th Guest VR

Bien que le jeu ne comporte aucune jumpscare, les aspects surnaturels suffisent souvent à créer un malaise bien palpable. The 7th Guest VR n’est pas un jeu d’horreur, mais c’est un jeu qui réussit bien à nous faire sentir que nous ne sommes pas les bienvenus dans ce manoir. Les petits commentaires de Stauf quand on met trop de temps sur une énigme y contribuent bien. Et c’est sans parler de cet immense portrait à l’étage qui devient de plus en plus menaçant, au plus on avance dans le jeu.

Le portrait d'Henry Stauf, antagoniste de The 7th Guest VR

The 7th Guest VR propose d’ailleurs un scénario un peu différent de son aîné. Les grandes lignes y restent les mêmes, mais les conflits entre les personnages sont résolus différemment. Le jeu original ayant tout de même plus de 30 ans, l’écriture n’était pas forcément son point fort. Autant dire que Vertigo Studios nous propose ici une version ré-imaginée de ce script beaucoup plus aboutie. 

Le scénario de The 7th Guest VR préfère souvent nous montrer des choses, plutôt que de les expliquer lourdement
Pour conclure…

The 7th Guest VR propose une redécouverte des concepts mis en place par son aîné plutôt réussie. Certains aspects de gameplay restent un peu basiques pour un jeu VR, mais tout fonctionne comme il se doit pour faire du jeu une belle expérience. Si vous avez aimé The Room VR: A Dark Matter ou encore The Invisible Hours, foncez faire The 7th Guest VR !

La  note  de la  rédaction

4/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Ambiance très réussie

Pas de jumpscares

Jeu d’acteur bien plus convaincant que l’original

Les points négatifs

Quelques interactions physiques un peu mal gérées

Le système d’indice : soit trop d’infos, soit pas assez

Vous devriez Lire aussi
Little Friends : Puppy Island

Dans le même genre

Laisser un commentaire