Sea of Stars

S’il y a bien un jeu qui avait su conquérir le public suite à ces trailers plus qu’alléchant, c’est bien Sea of Stars. Ce RPG en pixel art, produit par les indés québécois de Sabotage Studio, est apparu le 29 août 2023 sur Nintendo Switch, PS5, PS4, Xbox One, Xbox Series et PC et tout de suite, les joueurs ont pu se rendre compte qu’après The Messenger les développeurs ont confirmé leur capacité à s’approprier intelligemment les codes qui ont régi les grands chef-d’œuvres de l’ère 16 bits et à leur apporter la touche de modernité et d’innovation qui font les hits d’aujourd’hui. Toute personne ayant mis un pied dans son univers en sont devenus ses hôtes admiratifs. On était du voyage pour cette épopée céleste, on a pris un gros coup de soleil !

Ce test a été réalisé sur une version PS5 via le PlayStation Plus Premium.

Le soleil a rendez-vous avec la lune…

"Zale et Valere" sont des enfants du solstice

Sea of Stars nous conte la destinée de deux enfants Zale et Valere, nés durant le solstice, l’un en été et l’autre en hiver. Recueillis par les habitants d’un village dans le but d’en faire des “guerriers du solstice”, combattants utilisant les pouvoirs du soleil et de la lune, les intrépides bambins grandissent avec leur ami Garl, dont le seul but dans la vie est de vivre de grandes aventures. Pressés de commencer leur formation de guerriers et de rejoindre leurs modèles et mentors Brugaves et Erlina au sein de l’académie du Solstice, les novices se mettent en tête d’ouvrir la porte du temple du solstice, auquel seuls les personnes dotées des pouvoirs de la lune peuvent accéder. Faisant montre de ses capacités magiques à ses amis, la jeune Valere parvient à déverrouiller l’entrée et, sans penser aux conséquences, le trio s’engouffre dans la caverne interdite.

"Garl" leur ami d'enfance est bien décidé à partir avec eux

Une balade qui sera de courte durée, celle-ci se terminant tragiquement par l’attaque d’un monstre et la perte de l’œil de Garl. Accouru sur les lieux, le directeur de l’académie décide de commencer sans plus attendre l’entraînement des deux futurs guerriers, séparant ainsi les amis d’enfance. Nous les retrouvons dix ans plus tard, alors que Zale et Valere viennent d’accéder au statut de “guerriers du solstice” et doivent se rendre sur l’île au spectre afin d’y combattre l’hôte du malheur, sbire du Fleshmancer qui menace de détruire l’humanité. Accompagnés de Garl, leur ami retrouvé, le duo se prépare à débarrasser le monde de la menace qui pèse sur lui une bonne fois pour toutes. Mais loin d’être la fin de l’histoire, ceci n’en est en fait que le commencement. 

Les graphismes sont superbes dans "Sea of Stars"

S’il y a bien une chose que l’on doit reconnaître à Sea of Stars c’est la magnificence de ses graphismes en pixel art qui sont du plus bel effet. Ils habillent avec brio une intrigue loin d’être anecdotique et dont certains moments sont même émouvants aux larmes. Ajoutez à cela un casting de personnages haut en couleur et auxquels on s’attache immédiatement et profondément et vous aurez un bon aperçu de ce qu’est Sea of Stars, du moins en surface, car quand on gratte un peu on découvre que le titre de Sabotage Studio est tellement plus que cela.

Les environnements recèlent d'interactions dans "Sea of Stars"
Les "énigmes" sont légion dans le jeu

Un studio expert en Sabotage de Klee’shäe

Toute œuvre se nourrit des références de ses créateurs, et Sea of Stars ne fait pas exception à la règle, en s’inspirant en majeure partie de deux énormes hits des années 90, Chrono Trigger et Super Mario RPG. Si l’inspiration est louable, elle peut vite devenir dommageable quand elle est mal amenée, ce qui n’est absolument pas le cas ici. Les joueurs ayant déjà tâté des deux productions citées ci-avant, ne pourront manquer de relever les nombreux emprunts faits par les développeurs à ces deux jeux mythiques, à commencer par la map dans laquelle vont évoluer nos héros qui rappelle fortement celle de Chrono Trigger. On y retrouve également les combats instantanés où le placement judicieux des ennemis joue un rôle important.

La carte du monde rappelle celle de "Chrono Trigger"
Les fameux verrous à casser pour empêcher l'ennemi de porter son attaque dans "Sea of Stars"

Toutefois, Sea of Stars ne se contente pas de reprendre, il améliore par ailleurs ses emprunts afin de moderniser subtilement son Gameplay que ce soit au niveau du système de combat au tour par tour ou des mécaniques d’explorations, mais nous y reviendrons. Ainsi, lors de vos pérégrinations, il ne vous suffira pas juste de vous rendre d’un point A à un point B, tant les interactions avec le décor sont nombreuses et variées. Entre les chemins à débloquer pour arriver jusqu’aux coffres, les divers ingrédients à collecter, les énigmes à résoudre pour pouvoir avancer, la possibilité de sauter, nager et naviguer sur les mers et les différentes corniches à escalader, nous sommes toujours en mouvement et sollicités, ce qui rend les phases d’explorations passionnantes, tout en donnant une certaine verticalité à l’ensemble.

On peut "Grimper"...
Aller à la "pêche"...
Et même cuisiner dans "Sea of Stars"

Mention spéciale pour les énigmes présentes dans les environnements, qui sont ingénieuses (utilisant de façon intelligente les effets de lumière de la lune et du soleil ou d’autres éléments naturels), parfois corsées, mais sans jamais se révéler bloquantes. Tout cela étant paré d’un sound design et d’une bande son qui rehausse la magnificence des environnements tout en leur apportant un réalisme et une identité propre à chacun, d’autant que celle-ci est co-signé Eric W. Brown et Yasunori Mitsuda emblématique compositeur de la musique de… Chrono Trigger. La boucle est bouclée !

Hôte toi de mon chemin !

Les "compétences spéciales" sont propres à chaque personnages

Au-delà de ses qualités esthétiques et auditives, Sea of Stars a également su tirer son épingle du jeu, au niveau de ses mécaniques de jeu. Ici, nous sommes sur du RPG classique (tel qu’on le voyait sur consoles, autrement dit du JRPG, mais les petits génies de Sabotage ne sont pas domiciliés sur l’archipel !) donc le système de combat opte pour du tour par tour, mais exit les rencontres aléatoires ! Ici on visualise les ennemis et on peut – dans certains cas – choisir de les affronter, ou au contraire de passer son chemin. Les affrontements sont intégrés dans l’environnement, autre clin d’œil au légendaire Chrono Trigger et à chaque montée de niveau d’un personnage, on peut sélectionner un bonus de puissance parmi quatre disponibles.

Les compétences de Valere sont basées sur les pouvoirs de la "Lune"

Bien entendu, il est possible de se cuisiner de bons petits plats afin de faire profiter son équipe de divers soins et améliorations et même de s’essayer à la pêche ou au jeu de la roulette, disponible dans les tavernes où vous pourrez en outre vous reposer et écouter de la musique. Sea of Stars se démarque aussi par son utilisation du timing lors des combats, un héritage de Super Mario RPG, ici sublimé. En effet, en appuyant au bon moment sur le bouton d’action lorsque l’on réalise une attaque ou que l’ennemi passe à l’offensive, vous pourrez soit doubler la puissance de votre coup, soit minimiser l’impact de celui de l’ennemi. De plus, chaque attaque normale (trois maximums) fait perdre des points de boost à l’adversaire qui, récupéré par votre personnage vous permettra de donner des coups plus puissants.

Avoir le bon timing peut faire des dégâts dans "Sea of Stars"

Si pas moins de six protagonistes sont jouables au final, vous ne pourrez en embarquer que trois dans la bataille et il vous faudra les choisir judicieusement afin de réussir à détruire les verrous de certaines attaques des ennemis, en combinant les divers types de dégât et ceci afin de les empêcher de finaliser leur coup. Il est aussi possible de réaliser des attaques combinées entre les personnages qui possèdent chacun des particularités bien distinctes et des attaques spéciales souvent spectaculaires et très bien animées, ce qui ne gâche rien. Mais rassurez-vous, même ceux qui ne prennent aucunement part aux rixes gagnent des points d’expérience comme leurs petits camarades.

Les fameuses "Stats bonus" de chaque montée de niveau

Les développeurs ont fait du Zale

Je pense que c’est assez clair, bien que je ne l’aie pas du tout vu arriver, Sea of Stars a su m’enchanter par sa proposition et le relent de nostalgie qui y est inévitablement associé. J’ai parcouru avec bonheur les différents lieux de cet univers aux graphismes colorés, à l’humour subtil et à l’émotion intense. Pouvoir profiter du jeu dans les meilleures conditions en achetant ou en activant des reliques qui vous rendent l’aventure un poil plus facile, voilà une façon originale d’intégrer les options d’accessibilités comme faisant partie intégrante de l’expérience de jeu.

Les environnements sont variés et colorés dans "Sea of Stars"

Mais comme tout ne peut pas être parfait en ce bas monde, j’ai tout de même relevé quelques menues imperfections, qui auraient pu être facilement corrigées, et qui empêchent Sea of Stars d’accéder au rang de titre “parfait”. Tout d’abord, si les textes sont très bien écrits et les jeux de mots savoureux, certaines lignes de dialogue sont affublées de fautes d’orthographe assez grossières, quand il ne manque pas carrément des mots. C’est vraiment dommage que pour une production de cette qualité la traduction n’ait pas bénéficié du même soin que les graphismes ou le son par exemple. Autre élément qui m’a un peu fait râler : la longueur de certains combats !

Chaque décor à sa propre ersonnalité dans "Sea of Stars"
On peu nager dans "Sea of Stars"
Les énigmes utilisent beaucoup les "jeux de lumière"

En effet, certains ennemis se dupliquent si on ne les abat pas assez vite (ou s’ils sont plus de deux), le combat s’étalant par la suite pendant un long, très long moment. Je vous avoue que dans ces cas-là, il m’est arrivé de perdre exprès pour pouvoir les éviter la fois suivante. Cela étant je n’ai pas pu le lâcher avant d’en avoir vu la fin, mon intérêt ayant été sans cesse renouvelé par les différents petits twists du scénario. Si vous aimez les JRPG, il est impensable que vous passiez à côté de Sea of Stars, surtout qu’il est inclus gratuitement dans l’offre Xbox Game Pass et PlayStation Plus Premium. Maintenant que vous voilà informé vous n’avez plus aucune excuse !

Garl et ses amis se retrouvent après de longues années dans "Sea of Stars"
Pour conclure…

Si The Messenger avait fait beaucoup parlé de lui, avec Sea of Stars les québécois de Sabotage ont signé une masterclass qui va faire date. En touchant en plein cœur les nostalgiques des titres Squaresoft période Super Nintendo, tout en en modernisant efficacement la formule, les développeurs ne peuvent que plaire à toutes les générations, avec ce qui s’avère être une suite spirituelle de Chrono Trigger à bien des égards. Entre son intrigue intense, ses graphismes magnifiques, son gameplay au cordeau et sa bande son du même acabit, Sea of Stars a tout d’un grand jeu dont on ne retiendra même pas les quelques petits défauts pour finir complètement subjugués avec des étoiles plein les yeux !

La  note  de la  rédaction

5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Les graphismes en pixel art sont justes somptueux

Les nombreuses interactions avec l’environnement donnent de la verticalité au jeu

Une narration parfaitement maîtrisée entre émotion et humour

Une musique absolument superbe

Un casting haut en couleur auquel on s’attache immédiatement

Des énigmes idéalement équilibrées, corsées sans être bloquantes

Les points négatifs

Plusieurs coquilles grossières dans les textes français

Certains ennemis rendent les combats un peu trop longs

Vous devriez Lire aussi
Like a Dragon : Ishin !

Dans le même genre

Laisser un commentaire