Project Zero : Le Masque de l’Éclipse Lunaire

Project Zero : Le Masque de l’Éclipse Lunaire est sorti le 9 mars 2023 sur PlayStation (4 et 5), Xbox (One et Series X|S), Nintendo Switch et PC (via Steam). Il est développé et édité par KOEI TECMO. C’est un jeu du genre survival horror.

Ce test a été réalisé sur une version PS5 après une Preview sur PC.

Caméra obscura… es-tu toujours là ?

Une fois tous les dix ans, l’île de Rogetsu organise un festival appelé Kagura durant lequel cinq jeunes filles disparurent mystérieusement. Fort heureusement, un jeune détective du nom de Choshiro retrouve les fillettes disparues qui, elles, ne garderont aucun souvenir de cette tragédie. Dix ans plus tard, alors loin de cette île et de ce drame, Tomoe et Marie, deux des cinq jeunes filles, sont retrouvées mortes. Misaki et Madoka décident de retourner sur l’île de Rogetsu pour essayer de découvrir la vérité sur la mort de leurs amies. Ruka qui est la seule à garder un soupçon de souvenirs, à travers une mélodie qui la hante, choisit de les suivre, bien décidée à trouver la raison de cette absence de souvenirs.

Project Zero : le Masque de l’éclipse lunaire est le 4ᵉ jeu de la licence du même nom. Malgré cela, nul besoin d’avoir fait les anciens jeux. Le scénario est découpé en treize chapitres, où nous y jouons l’un des quatre personnages qui changent à chaque niveau. À travers cinématiques et flashbacks énigmatiques répartis sur nos différents protagonistes, rendant la narration plaisante à suivre et se veut un peu comme un puzzle qui tout au long de l’aventure s’imbrique, nous poussant toujours plus à jouer pour avoir le fin mot de l’histoire.

Aller-Retour

Sorti initialement en 2008 sur Wii, Project Zero : Le Masque de l’Éclipse Lunaire est un peu vieillot dans son gameplay. Nous explorons de vieux bâtiments hantés, fouillant plusieurs pièces pour trouver des indices et documents pour approfondir le lore, ou encore divers collectibles comme d’affreuses poupées à prendre en photo qui sont parfaitement bien disséminées un peu partout durant l’aventure, ce qui nous force à faire de nombreux allers-retours à travers des lieux  terriblement labyrinthiques.

Pour ne rien arranger, les personnages sont assez rigides et lents rendant les phases d’inspection pas toujours agréables voire redondantes. Afin d’éviter de nous perdre, il faudra généralement suivre les apparitions de fantômes nous indiquant le chemin à suivre. Pour nous y aider, un système de filaments fera son apparition. Situé au centre de la partie supérieure de l’écran, il nous indique une présence surnaturelle. Il deviendra rouge en présence de spectres (ennemis à combattre) et jaune pour les fantômes (qui nous indique le chemin à suivre). Quant à la couleur bleue, elle nous indique d’autres forces surnaturelles. Dans le coin inférieur droit de l’écran, nous retrouvons le filament à objets. Il bleuit lorsqu’un objet ou un élément pouvant être examiné se trouve à proximité, ces éléments étant à surveiller, facilitant grandement notre aventure.

Pour repousser les différents esprits maléfiques, nous serons armés d’un appareil photo aux propriétés uniques appelé caméra obscura,  qui nous permettra de voir et d’emprisonner l’innommable. Prendre le meilleur cliché, tel un photographe professionnel, sera essentiel. En effet, plus la photo sera bien cadrée, plus les dégâts seront accrus. Un système de combat appelé cliché fatal (Fatal Frame) se déclenche en prenant la photo d’un ennemi sur le point de nous attaquer, permettant  de le faire chanceler et d’enchaîner les clichés pour faire un maximum de dommages.

Des améliorations pour notre appareil seront aussi de la partie, via des films plus puissants, mais au nombre limité d’utilisations, telles des munitions dans une arme à feu. Vous retrouverez également des caractéristiques à développer, avec des pierres spirituelles bleues pour augmenter, par exemple, la puissance des clichés, la sensibilité de la caméra obscura et bien plus encore. Des objectifs pourront être équipés, donnant des capacités comme ralentir les cibles ou augmenter les dégâts infligés, qui peuvent être par ailleurs améliorés, cette fois-ci avec des pierres spirituelles rouges.

En fonction du protagoniste incarné, nous pourrons utiliser une torche à esprit au lieu d’une caméra obscura. La différence réside surtout dans l’angle de ciblage, qui est plus grand, et les dégâts occasionnés beaucoup plus importants. Le jeu nous poussera donc à affronter bien plus d’ennemis avec cette torche, mais au final cela reste très similaire.

En combattant et en prenant des photos de fantômes, nous obtiendrons des points qui pourront par la suite être utilisés aux lieux de sauvegarde pour acheter des objets de soins, des films plus puissants pour notre équipement, ainsi que des costumes pour personnaliser nos héros (oreilles de chats, bikini, vêtements sexy). Bref, il y a de quoi faire.

Finalement, le gameplay devient vite répétitif, rentrant dans une boucle qui se trouve être explorer, fouiller et combattre. Heureusement, le titre brille par son ambiance horrifique et, ironiquement, la lenteur et la rigidité de son gameplay contribue à celle-ci.

C’est beau ! C’est quoi ?

Pour rappel, Project Zero : Le Masque de l’Éclipse Lunaire est sorti en 2008 sur Wii au Japon, mais était resté inédit en Europe. KOEI TECMO, à travers ce remaster, nous fait l’honneur de le localiser dans nos contrées avec des graphismes remis au goût du jour et une traduction française qui justifie, à mes yeux, son achat. Un mode photo est par ailleurs disponible pour réaliser de jolis clichés. De nouveaux costumes ont également fait leur apparition.

Côté technique, le titre reste globalement joli, les personnages sont bien modélisés et animés malgré une rigidité des animations. Si un soin particulier a été apporté aux héros, on ne peut pas en dire autant sur les décors en général. À y regarder d’un peu plus près, cela reste un peu baveux, en plus de se ressembler. Quant aux effets de lumières et d’ombres, ils sont plutôt réussis, renforçant l’atmosphère lugubre. On sent tout de  même le passage des années malgré un bon coup de dépoussiérage.  À noter que le jeu tourne parfaitement sans chute de framerate ou bug en général. 

Quel est le comble du mauvais goût pour un fantôme ? C’est de faire du mauvais esprit.

Nous n’aurons le choix que d’un seul doublage, qui est le japonais. Cela tombe bien, l’histoire se passe au sud du Japon, donc niveau immersion on ne peut pas faire mieux. Tous les doubleurs sont convaincants et leurs voix collent parfaitement aux personnages

Les musiques, bien que peu nombreuses, sont plaisantes à écouter. L’ambiance sonore est qualitative et certains bruitages sont à glacer le sang. Project Zero a compris que la peur passe d’abord par quelque chose que l’on entend mais que l’on ne voit pas en premier lieu, et il joue très bien avec cet élément.

Petit point DLC

Une édition numérique Deluxe est disponible nous donnant, en plus du jeu de base, un Pack de tenues de soirée de l’île de rogetsu composé de : 

  • Maillot de bain pour Ruka / Misaki / Choshiro
  • Robe chinoise pour Ruka / Misaki
  • Pyjama pour Ruka / Misaki 
  • Des accessoires 

Ainsi que l’artbook numérique de Project Zero : Le Masque de l’Éclipse Lunaire (avec la bande originale du jeu)

Un Bonus des données de sauvegarde de « Project Zero : La Prêtresse des Eaux noires » nous donne accès aux :

  • Tenue exclusive pour Ruka / Misaki / Choshiro « Chapeau Camera Obscura »
Pour conclure…

Project Zero : Le Masque de l’Éclipse Lunaire, est un très bon jeu de type horrifique, certes un peu daté dans son gameplay mais brillant dans son atmosphère et son scénario, qui nous pousse à vouloir découvrir les péripéties de nos héros. Il joue à la perfection avec les codes de l’horreur. J’ai passé un très bon moment dessus (surtout quand ma femme ne regardait pas l’écran à cause des poupées) et je ne peux que le conseiller.

La  note  de la  rédaction

4/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

L’ambiance horrifique très réussie

VOSTFR (Enfin !)

Scénario

Les points négatifs

Techniquement un peu daté

Gameplay rigide et lent

Répétitivité

Vous devriez Lire aussi
Endless Dungeon

Dans le même genre

Laisser un commentaire