[Preview] Project Zero : Le Masque de l’Éclipse Lunaire

Project Zero : Le Masque de l’Éclipse Lunaire sera disponible le 9 mars 2023 sur PlayStation (4 et 5), Xbox (One et Series X|S), Nintendo Switch et PC (via Steam). Il est développé et édité par KOEI TECMO. C’est un jeu du genre survival horror. J’ai eu la chance de découvrir en avance les 3 premiers chapitres de ce remaster du 4ème opus de la série Project Zero, qui n’est jusque là jamais sorti en Europe.

Cette preview a été réalisée sur une version PC.

Caméra Obscura… es-tu là ?

Pour rappel, Project Zero, de son autre nom Fatal Frame ou juste Zero chez nos amis nippons, est une licence de jeux vidéo de type horrifique sortie d’abord sur PlayStation 2 en 2001 et Xbox en 2002. Cette série est actuellement composée de cinq épisodes principaux.

Cette licence se concentre sur les esprits nommés Yōkai, les exorcismes et autres rituels du folklore japonais. Nous incarnons un ou plusieurs protagonistes cherchant la vérité autour de disparitions ou de meurtres inexpliqués tout en résolvant des énigmes et en repoussant des hordes de fantômes à l’aide d’une caméra obscura, un appareil photo aux propriétés surnaturelles.

“L’occulte a toujours fasciné l’inculte”

Project Zero : Le Masque de l’Éclipse Lunaire est le 4ème jeu de la licence du même nom, sorti initialement sur Wii en 2008 et n’ayant pas dépassé les frontières de l’archipel nippon. Grâce au succès du remaster “Project Zero 5 – La Prêtresse des Eaux Noires”, KOEI TECMO nous fait l’honneur de l’importer en occident en VOSTFR avec des graphismes remis au goût du jour.

L’île de Rogetsu, c’est ici que cinq jeunes filles ont disparu pendant un festival. Mais fort heureusement, elles ont été retrouvées par un policier du nom de Choshiro Kirishima. Dix ans plus tard, les cinq fillettes, maintenant adolescentes, n’ont gardé aucun souvenir de cet événement. Suite à la disparition de deux d’entre elles (Tomoe et Marie), les trois autres décident de retourner sur cette île pour en percer les secrets et retrouver leurs souvenirs étrangement disparus. Misaki, Ruka et Madoka vont devoir affronter les fantômes du passé au sens propre du terme.

Durant ma session de jeu, j’ai pu aborder les 3 premiers chapitres (en plus de l’intro). J’ai beaucoup aimé ce début d’histoire, incarnant un personnage différent à chaque niveau, résolvant des énigmes et repoussant les esprits maléfiques au sein d’une ambiance sinistre très réussie. La narration se découvre au travers de flashbacks et cinématiques énigmatiques réparties sur nos différents antagonistes. C’est avec beaucoup de regret que j’ai dû lâcher la manette.

“Est-ce que je crois aux fantômes ? Non, mais j’en ai peur.”

Le gameplay de Project Zero n’a pas beaucoup évolué au fil des années, surtout qu’ici nous sommes en face d’un jeu sorti initialement en 2008 sur Wii. Nous explorons de vieux bâtiments hantés avec notre fidèle caméra obscura, emblématique outil aux propriétés uniques qui nous aidera à repousser les différents esprits maléfiques rencontrés en chemin. Pour cela, nous devons correctement cadrer les adversaires avec notre appareil photo pour leur infliger des dommages. Plus le cliché est bien cadré, plus les dégâts sont accrus. Durant l’aventure, la caméra obscura pourra être améliorée via des films plus puissants, mais limités par leur utilisation, un peu comme pourrait l’être une arme avec des munitions, des objectifs à équiper, donnant des bonus ou des caractéristiques à développer avec différentes pierres spirituelles pour combattre plus facilement nos ennemis fantomatiques. Nous possédons aussi une lampe torche permettant de révéler des objets et documents importants à notre progression.

À travers plus d’un environnement sinistre, propre à la série, toujours aussi impeccable, l’ambiance sonore est tout aussi soignée. On regrettera la lenteur de la jouabilité même si, ironiquement, cette “lenteur” aide à l’atmosphère générale du titre.

“Les fantômes sont nombreux dans une maison où de grandes souffrances ont été endurées.”

Il y a quand même de la nouveauté pour ce titre. Déjà, la localisation française justifie à elle seule son achat. Mais aussi de meilleurs graphismes, de nouvelles tenues ainsi qu’un mode photo, avec pas mal d’options pour avoir les meilleurs clichés de nos héros.

Côté technique, nous sommes loin des standards actuels. Les personnages sont plutôt jolis et bien réalisés, tout comme les ombres et quelques effets de lumière, mais l’aspect technique général du titre fait plutôt vieillot. Cela reste tout de même plus beau que la version Wii (fort heureusement).

Petit rappel

Project Zero : Le Masque de l’Éclipse Lunaire est disponible en précommande numérique sur Nintendo Switch, PlayStation (4 et 5), Xbox (One et Series X|S) et PC (via Steam) ici !

Vous avez jusqu’au 2 mars pour le précommander et obtenir des bonus de précommande en jeu :

  • Masque de renard blanc et rouge » pour Ruka
  • Masque de renard noir et rouge » pour Misaki
  • Masque de renard noir et bleu » pour Choshiro
  • Casque Torche Spirituelle pour Ruka, Misaki et Choshiro

Une édition numérique Deluxe est également disponible. Elle comprend en plus du jeu standard une tenue de soirée de l’île de Rogetsu et un Artbook numérique ainsi que la bande originale.

Si vous achetez le jeu avant le 22 mars 2023, vous recevrez une tenue exclusive pour Ruka : la tenue de Marie Rose de la série Dead or Alive, et pour ceux qui, comme moi, ont joué à Project Zero : La Prêtresse des Eaux Noires sur la même plateforme, ils recevront le chapeau caméra obscura pour nos héros.

Pour conclure…

Malgré la lenteur de sa jouabilité, Project Zero : Le Masque de l’Éclipse Lunaire brille par son atmosphère et son ambiance sonore. J’ai été conquis durant ses 3 premiers chapitres. J’attends avec impatience sa sortie pour connaître le destin de nos protagonistes. Rendez-vous le 9 mars pour savoir la vérité sur l’île de Rogetsu !

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Son ambiance

Enfin la VOSTFR

Les points négatifs

Sa lenteur

Vieillot techniquement

Vous devriez Lire aussi
Tomb Raider I–III Remastered

Dans le même genre

Laisser un commentaire