[Preview] Timberborn

"Timberborn" Affiche

Timberborn est développé et édité par le jeune studio polonais Mechanistry, fondé en 2018. Bien qu’étant sorti en septembre 2021, le jeu est toujours en accès anticipé et est régulièrement mis à jour. Le jeu est disponible sur PC et Mac via Steam, Epic Games et GOG.

Cette preview a été réalisée sur une version PC.

Résumé de Timberborn

Les humains ont disparu depuis longtemps. Arriverez-vous à faire prospérer votre société de castors arbropunks ? Un jeu de construction avec des animaux ingénieux, une architecture verticale, un contrôle des rivières et des sécheresses mortelles. Contient une quantité élevée de bois.

Mechanistry 

Qu’est ce qu’un city-builder ?

Un city-builder est un genre de jeu vidéo où l’on se concentre sur la construction et la gestion d’une ville. Dans ce registre, on trouve notamment des jeux comme SimCity et Cities : Skylines. 

Un city-builder pas comme les autres

Timberborn est un jeu de gestion/city-builder. Son originalité vient du fait qu’au lieu de gérer une ville, une époque ou encore des êtres humains, on va gérer une colonie de castors. Et oui, aucun autre studio n’a jamais proposé cette thématique pour un city-builder avant Mechanistry. Timberborn amène un peu de fraîcheur et de renouveau parmi tous les jeux de ce genre qui se concentre en général sur l’humain. 

Le jeu va donc nous permettre de gérer un petit groupe de castors qu’il faudra ensuite aider à survivre et prospérer au fil des aléas climatiques. 

Exemple d'écran de jeu "Ecran de jeu"

Deux factions 

Timberborn propose deux factions de castors différents pour une expérience de jeu plus variée. On retrouve donc les Rustiqueues, avec un jeu axé autour du bois, et les Dents de fer, avec un jeu axé autour du métal. Cependant, seule la faction des Rustiqueues est accessible dans un premier temps, les Dents de fer étant plus compliqué à gérer. Il faudra gagner un certain nombre de points de bonheur avec la première faction pour débloquer la deuxième. Chaque faction a des mécaniques de jeu différentes, que ce soit en termes de reproduction au sein de la colonie, d’agriculture ou de production d’énergie. 

"Les Rustiqueues" sont une des deux factions disponibles
"Les Dents de fer" la deuxième faction déblocable

Les débuts dans Timberborn 

Après avoir choisi avec quelle faction jouer (donc obligatoirement les Rustiqueues en cas de première partie), on choisit sa map de départ et nous voilà dans le jeu ! Après les trois boîtes de dialogue du tutoriel passées pour nous apprendre les bases pour survivre, à savoir : comment couper du bois, ramasser des baies, récolter de l’eau, et la construction d’espaces de stockage pour accueillir nos ressources, on doit se débrouiller tout seul pour développer sa colonie. Il faudra alors construire des huttes pour que les castors aient un toit et puissent se reproduire puis faire des réserves d’eau et de nourriture pour survivre à la première sécheresse. 

Un jeu centré sur l’eau 

Dans Timberborn, le jeu tourne autour d’un cycle saison humide/saison sèche. En effet, au bout d’un certain nombre de jours, on passe d’une saison à l’autre. Pendant la saison humide il faut faire des stocks d’eau et de nourriture, et pendant la saison sèche, il faut survivre. Le tout en tenant compte des horaires de travail des castors. Et oui, ce ne sont pas des machines, ils ont besoin de repos ! Il va donc falloir prioriser ses constructions en fonction de l’urgence. Par exemple, construire un cuve d’eau avant une nouvelle hutte pour accueillir de nouveaux castors si les stocks d’eau sont limites pour la colonie. Une sécheresse mal préparée peut entraîner la mort de toute la colonie, sachant que plus on avance dans le jeu, plus les saisons sèches sont longues.

En plus du cycle de saisons humides et sèches, il va falloir également faire attention à la manière dont on développe la colonie. En effet, pour ce qui est de l’agriculture et la gestion du bois, les plantations ne peuvent être faites que sur des zones irriguées par un cours d’eau. Il faut donc penser à construire ses huttes plutôt sur des zones non irriguées afin de laisser de la place pour les futurs champs et forêts. Les Rustiqueues peuvent construire des tours d’irrigation pour rendre humide une zone, cependant cela consomme énormément d’eau dont les castors ont besoin pour s’hydrater. Il faut donc bien gérer son stock d’eau par castor avant d’envisager l’irrigation artificielle des sols. 

Qui dit castors, dit barrage ! Effectivement, une fois plus avancé dans la partie, il sera possible de construire des écluses, des ponts et des barrages, mais également de rediriger les rivières à l’aide de dynamite pour gagner en surface agricole. Attention cependant à ne pas faire exploser un castor qui passerait par là au moment de la détonation !

Une dominance de jaune indique la sécheresse dans "Timberborn"

Science, usines et architecture

Afin de débloquer de nouveaux bâtiments, il faudra construire dans un premier temps un inventeur, une sorte de tour de recherche dans laquelle va travailler un castor afin de produire des points de sciences. Ces points de sciences permettront ensuite de débloquer de nouveaux bâtiments, comme des huttes plus grandes, des usines pour fabriquer des planches, des engrenages, des moyens de produire de l’énergie pour alimenter les usines ou encore des explosifs, ainsi que des escaliers, des ponts, etc. Dans Timberborn, l’espace de construction étant limité, on peut utiliser un système d’architecture verticale en empilant les huttes et en créant des plateformes de manière à optimiser les zones d’habitation au maximum. De plus, en termes d’architecture, il est possible de débloquer des décorations afin que chacun puisse avoir une colonie à son goût. 

Dans "Timberborn" l'électricité est fournie par des moulins à eau

Mon avis sur Timberborn 

Quand on débute dans Timberborn, le tutoriel est assez maigre mais ce n’est pas si dérangeant que ça car le jeu est plutôt intuitif. Il peut parfois y avoir quelques lenteurs quand on attend pour la production de certains matériaux ou que les arbres poussent par exemple. Je dirais que le jeu manque peut être d’objectifs supplémentaires, un mode histoire pourrait être intéressant à développer pour que l’envie de jouer ne s’essouffle pas. 

Le fait qu’on doive constamment optimiser l’aménagement de sa colonie est un point intéressant, on ne doit pas seulement s’étaler le plus que l’on puisse, mais réfléchir à la manière de loger le plus de castors possible, tout en ayant assez d’espace pour nourrir tout ce petit monde. Et pour ça, l’architecture verticale est un vrai plus !

J’ai bien aimé le fait que dans ce jeu, on apprend de ses erreurs. Après avoir perdu une ou deux colonies, on comprend vite ce qui marche ou ne marche pas, alors on change sa manière de jouer avec la colonie suivante, pour ne pas la perdre à nouveau. 

J’aurais bien aimé un choix de factions à débloquer plus large, mais il n’est pas impossible que Mechanistry décide d’en ajouter de nouvelles d’ici la sortie de la version définitive du jeu. 

Bien que Timberborn ne soit pas encore terminé, j’y ai déjà passé 30h et je n’ai pas encore testé toutes les maps disponibles. Le jeu a donc un bon potentiel en terme de durée de vie.

Pour conclure…

Timberborn est un très bon jeu sur lequel on peut passer énormément de temps malgré un tutoriel assez mince qui n’en fera pas une bonne porte d’entrée pour les débutants aux jeux de gestion. Toutefois, il est appréciable pour une fois de sortir du monde humain pour aller gérer une colonie de castors, c’est un concept original et qui fait du bien. Avis à tous les amateurs de bûcheronnage, et pour environ 20€ vous ne prendrez pas de gros risques !

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Original pour un city-builder

Très complet pour un jeu en accès anticipé

L’architecture verticale

Le système de gestion de l’eau

Les castors sont trop mignons

Les points négatifs

Tutoriel trop rapide

Moments d’attente réguliers

Pas de mode histoire avec des objectifs précis

Vous devriez Lire aussi
Game of Thrones : Conquest

Dans le même genre

Laisser un commentaire