Pour le Pire – Tome 9

Tandis que le onzième volume de la série vient de paraître au Japon, en France, le tome 9 de Pour le pire vient de sortir en librairie, toujours édité par Glénat. Disponible depuis le 20 septembre 2023, ce volume voit notre couple “d’amoureux” toujours en cavale se réfugier chez un fan de la tueuse. Mais le répit est de courte durée quand Shinju se met en tête de retrouver son père biologique.

Cérébral Killer

Le clown de Shinagawa avait défrayé la chronique lors de son arrestation : cette tueuse en série corpulente, déguisée en clown, avait découpé et caché les corps de ses victimes… Pour aider l’enfant d’une victime à retrouver la tête de son père, Arata Natsume, assistant social, va la rencontrer. Mais contre toute attente, une frêle et fragile jeune fille arrive en face de lui. Est-elle vraiment un monstre sanguinaire ? Pour le savoir, Arata va devoir se livrer à un jeu dangereux en se prétendant amoureux d’elle… Une héroïne serial killer, mythomane, psychopathe mais néanmoins sensible et attendrissante… Comme Arata, vous succomberez vite aux charmes venimeux de cette héroïne hors du commun, et suivrez avec intérêt cette enquête qui n’est pas sans rappeler Mindhunter. Et comme toujours, les traits de Nogizaka sculptent avec réalisme toute la beauté et la noirceur de l’âme humaine !

Glénat

Quand l’enfant d’une des victimes de la sérial killer Bozo Shinagawa, qui a tué affublé d’un maquillage de clown, lui demande de l’aide, Arata Natsume un travailleur social au passé de voyou, ignore à quel point cette demande va changer sa vie… Pour le pire ! Quand le jeune Takuto avoue à Arata s’être fait passé pour lui en entamant une relation épistolaire avec la meurtrière de son père, Shinju Shinagawa, afin de retrouver sa tête toujours porté disparue, ce dernier accepte la demande de l’adolescent de se rendre à la prison pour rencontrer la détenue. Lui qui pensait se retrouver face à une tueuse obèse, se retrouve face à une jeune fille frêle, à l’opposé de l’image que les médias ont pu en donner.

Rejeté par Shinju, notre héros n’a d’autre choix que de prétendre être fou amoureux de la jeune fille pour qu’elle accepte de continuer à lui parler. De fil en aiguille et de coups fourrés en coups de bluff, Shinju et Arata se retrouvent effectivement mariés, poussant l’accusée, qui s’est murée dans le silence depuis son incarcération, à passer devant la justice. Ayant réussi à annuler sa condamnation à mort en première instance, Shinju profite d’un vice de forme lors de son transfert en prison et, avec l’aide de son époux, s’enfuit. Commence alors une course contre-la-montre pour les conjoints qui décident d’en profiter pour lever, une bonne fois pour toutes, le voile sur la naissance de Shinju.

Découvrez notre avis complet sur Pour le pire – Tome 1 à 5 ici !

Père du corps et âme

Arata Natsume, employé aux services d’aide à l’enfance, la trentaine et célibataire, prend contact avec Shinju Shinagawa. Cette détenue de 21 ans est condamnée à mort pour le meurtre de trois hommes, parmi lesquels le père d’un enfant dont il a la charge. Mais au cours de leurs entrevues au parloir, Arata demande Shinju en mariage, un coup de bluff qui les conduit de fil en aiguille à se marier pour de vrai. Celle-ci sort alors de son silence pour clamer son innocence, à la surprise du tribunal. Et grâce à Arata, sa condamnation à mort en première instance est annulée. Tous deux profitent alors de son transfert au pénitencier pour s’enfuir ensemble…

Glénat

Dans Pour le pire tome 9, tandis que toutes les polices de l’archipel sont à leur recherche, Arata et Shinju ont été accueillis par M. Fujita, un collectionneur d’objets de condamnés à mort, qu’Arata a rencontré durant le procès de son épouse. Mis à l’épreuve par la jeune fille qui souhaite s’assurer de son amour, le travailleur social se rapproche dangereusement de celle dont il est toujours convaincu de la culpabilité.

Décidée à retrouver son père biologique, Shinju emmène son mari là où elle a caché les anciens téléphones portables de sa mère afin de tenter d’y trouver un indice sur l’identité de son géniteur. C’est également à cet endroit que se trouve la tête du père de Takuto. Le but d’Arata est donc atteint, mais ce que va lui révélé Shinju va remettre en cause ses croyances et le pousser à aider sa femme à mener à bien sa quête d’identité…

Lisez un extrait de Pour le Pire – Tome 9 ici !

« Le secret du bonheur en amour, c’est de ne pas être aveugle, mais de savoir fermer les yeux quand il faut. »

Je ne cesserai jamais de le clamer haut et fort, cette série de Taro Nogizaka est sans doute l’une des plus intelligentes qu’il m’ait été donné de lire ces dernières années. Il est toujours aussi étonnant après neuf volumes de voir comment Taro Nogizaka arrive encore à nous mener en bateau. Pourtant, tous les indices sont là pour nous mettre sur la bonne piste, mais je me surprends très souvent à laisser mon empathie pour Shinju obscurcir mon jugement, comme c’est exactement le cas pour Arata. Ainsi, insidieusement, le mangaka arrive à pousser l’identification avec Arata, qui est le personnage principal de l’intrigue, extrêmement loin dans la mesure où on en arrive à penser de la même façon que lui.

Sans être réellement dupe de la culpabilité de sa femme, il ne peut cependant s’empêcher de s’attacher à elle au point de vouloir à tout prix lui venir en aide. Et c’est ce genre de sentiment que ressent le lecteur qui se voile alors lui-même la face, pour ne redevenir lucide qu’une fois la révélation faite, en se demandant comment il avait pu être aussi aveugle sur les divers messages envoyés par l’auteur. J’ai l’impression de me répéter, car c’était déjà plus ou moins l’analyse que je tenais dans ma critique du tome 8 de Pour le pire. Cela étant, plus on avance dans l’intrigue et plus je sens que l’on se dirige vers la fin du récit qui promet, aux vues des nouvelles révélations de ce volume, un final qui sera, si ce n’est génial, du moins inattendu.

Peut-être est-ce pour cela Qu’Arata voit de plus en plus l’ombre de Bozo se manifester derrière sa femme, à moins que ce ne soit elle qui, à dessein, ne se dévoile de plus en plus à son époux. Malgré tout, on espère que la cavale de Shinju et Arata durera un petit peu plus longtemps, ne serait-ce que pour profiter encore un peu des discussions à demi-mots du couple. En tous les cas, sachez qu’une seule lecture d’un tome de Pour le pire est totalement exclue si vous souhaitez avoir une chance de dénouer l’écheveau machiavélique mis en place par Shinju. Et même comme cela, je ne comprends les choses qu’une fois que Taro Nogizaka a décidé de nous les expliquer. Une frustration qui va encore me suivre jusqu’à la sortie du prochain tome de Pour le pire qui devrait être disponible le 20 mars 2024.

Pour conclure…

Dans ce tome 9 de Pour le pire, on commence à sentir arriver la fin du manga, tant les événements se précipitent et les révélations pleuvent. Un tome toujours aussi passionnant qui voit Shinju lever le voile sur ses origines et notamment l’identité de son père. Si on ignore encore complètement ce que la jeune fille mijote et la finalité qu’elle souhaite donner à cette aventure, il est désormais clair pour le lecteur qu’Arata est désormais totalement tombé sous le charme de sa femme. Un suspens intenable qui va se prolonger un peu puisque le prochain volume de Pour le pire n’est programmé pour une sortie que le 20 mars 2024.

Vous devriez Lire aussi
Discovery Book Assassin's Creed - Le Temps des Vikings

Dans le même genre

Laisser un commentaire