Articles a la une

Derniers commentaires
test

Pokémon Let’s Go Pikachu / Evoli

C’est avec émotion que j’entreprends aujourd’hui le test de Pokémon Let’s Go Pikachu et Evoli, sur Nintendo Switch. Oui, émotion, car il s’agit du remake du tout premier jeu Pokémon (Rouge, Vert, Bleu et Jaune) et c’est aussi par celui-ci que j’ai commencé la série. Toujours développé par The Pokémon Company et édité par Nintendo, ce remake est sorti mondialement le 16 novembre 2018, 19 ans après l’original en Europe, et 22 ans après au Japon. Nous allons voir ce qu’il apporte en attendant l’arrivée du vrai nouvel épisode de la saga.

Merci à Vautour013 pour ce test ! Vous pouvez le retrouver sur sa chaîne YouTube ainsi que sur sa page Facebook !

Histoire

Nous sommes dans la peau d’un jeune garçon ou d’une jeune fille, selon votre choix de départ, vivant dans le petit village de Bourg Palette dans la région de Kanto, qui doit aller à la rencontre du Professeur Chen. Celui-ci doit donner au protagoniste son tout premier pokémon afin de commencer sa carrière de dresseur/dresseuse. Au passage, nous croiserons son rival, que nous serons amenés à recroiser régulièrement tout au long de l’aventure. Avant de nous laisser partir, le professeur Chen nous donne également le Pokédex, petite encyclopédie Pokémon électronique portable, afin de l’aider à le compléter au fil des rencontres et des combats.

Pokémon Let’s Go est un remake de la toute première génération de jeux Pokémon, à savoir Vert, Rouge, Bleu et Jaune, sortis sur GameBoy entre 1996 et 2000. Ceux-ci avaient déjà eu droit à ce traitement sur GameBoy Advance (Rouge Feu et Vert Feuille), passant sur le moteur graphique de la troisième génération : Pokémon Rubis et Sapphire.

Gameplay

Pokémon Let’s Go est entièrement jouable avec seulement 1 joystick ! En effet, on peut se déplacer avec, mais aussi valider les choix en cliquant dessus. L’envoi des pokeballs se fait via la reconnaissance de mouvement dans ce cas. Cette façon de jouer est adaptée principalement à un accessoire : la Poke Ball Plus. Celle-ci n’est équipée que d’un joystick, mais intègre un accéléromètre et un gyroscope. En plus de pouvoir manipuler le jeu, l’objet vous servira également à transporter un pokémon pendant vos déplacements afin de lui faire gagner de l’expérience. Enfin, c’est actuellement le seul moyen d’obtenir Mew dans le jeu (il est dans la pokeball).

Lorsque l’on joue avec le joy-con gauche, le stick sert à sélectionner, la flèche droite sert à valider, la flèche bas à annuler et celle de gauche ou le bouton “-” à ouvrir les menus. Il est possible de jouer de façon plus traditionnelle, mais uniquement en mode portable et avec les 2 joy-cons de connectés à la console. Dans cette configuration, le gyroscope de la console permettra de viser les pokémons, la touche X ouvrira le menu, A permet de valider un choix et B d’annuler. Enfin, il sera possible de jouer à 2 sur la même console, mais uniquement en mode TV, un joy-con chacun.

Le gameplay de Let’s Go est fortement influencé par Pokémon Go sur smartphone. En effet, si le jeu se veut un remake de la première génération, il change radicalement la façon d’attraper les différents monstres. Exit les rencontres aléatoires dans les herbes hautes et le combat qui s’en suit et bonjour les pokémons se baladant librement. Ici, lorsque vous foncez sur l’un d’eux, vous entrerez en mode capture et cette phase se déroule exactement comme dans le jeu mobile : on peut envoyer des baies pour calmer le pokémon ou obtenir des bonus puis on vise au centre des deux cercles pour l’attraper. Il est du coup possible d’éviter ces rencontres. La capture donnera à vos pokémons de l’expérience, comme s’il y avait eu un combat. De plus, en réalisant des chaînes de capture (attraper plusieurs fois d’affilée le même pokémon sans qu’il s’enfuie), vous faites monter un bonus de combo augmentant l’expérience gagnée, mais vous augmentez aussi par palier les chances de rencontrer un pokémon shiny et même un pokémon rare !

Ce changement est accompagné de la suppression de l’objet Multi-Exp. Désormais, toute votre équipe de pokémons obtiendra de l’expérience dès le début de l’aventure à chaque capture et à chaque combat contre d’autres dresseurs. L’autre changement est le nombre de pokeball que vos adversaires vous donneront. Vous croulerez littéralement sous le butin. Évidemment, comme vous aurez besoin de faire de grosses chaînes de combo pour faire apparaître les monstres les plus rares (comme les 3 légendaires entre autres), votre nombre de pokeball en stock baissera aussi vite qu’il ne monte.

De nouveaux dresseurs se mettront en travers de votre chemin : les dresseurs experts. Ces derniers sont beaucoup plus fort que les autres et vous donneront un peu plus de fil à retordre. Mais mis à part ça, je trouve le jeu relativement facile, en tout cas nettement plus que dans sa version d’origine.

Le fait que les pokémons sauvages se baladent à l’écran apporte un côté plus vivant à l’ensemble, et pouvoir faire sortir un des pokémons de l’équipe de sa pokeball pour qu’il vous suive permet de trouver des objets cachés, des baies, mais aussi d’avoir de petites scénettes où votre compagnon semble apprécier certaines choses et pas d’autres : du bonus qui fera sourire.

Technique

Tout à l’heure, je disais que le précédent remake se basait sur le moteur graphique de la troisième génération. Ici, Let’s Go est le premier jeu Pokémon à sortir sur la Nintendo Switch. Il inaugure ainsi un tout nouveau moteur graphique, tout en 3D, nous donnant un avant-goût de ce que sera la prochaine génération de la série, prévue pour 2019.

Les graphismes sont magnifiques et permettent de redécouvrir la région de Kanto sous un tout nouveau jour. Même s’il n’est pas possible de changer l’angle de la caméra (ce qui peut poser problème pour certains objets cachés derrière des maisons ou des arbres), la finition est résolument plus moderne. Le jeu tourne en 1080p sur la TV et en 720p sur l’écran de la console, le tout avec un 30 images par seconde très stable. Les seuls ralentissements que j’ai pu noter se sont produits lorsque des décors en premier plan sont trop gros et cachent une partie de l’écran (des arbres en général).

Côté son, on a droit à la même bande-son qu’à l’époque, mais on passe de la qualité 8 bits à la qualité CD. C’est un vrai plaisir de retrouver tous les thèmes qui hantent nos souvenirs.

Le jeu dispose désormais de petites cinématiques d’une qualité supérieure aux scènes 3D du jeu. Cela renforce la modernisation du titre d’une manière tout à fait agréable. Autre point : la possibilité de lier le jeu à votre compte Pokémon GO. En faisant cela, vous pourrez (en allant au Go Park, remplaçant du parc Safari) récupérer les monstres attrapés avec votre smartphone sur votre console, l’inverse n’étant cependant pas possible. Une très bonne intégration du jeu mobile !

La connexion WiFi sera aussi de mise, avec la possibilité de récupérer des cadeaux mystères, d’échanger des pokémons et même de faire des duels avec un ami. Gros bémol toutefois : plutôt que d’utiliser la liste d’amis disponible sur la console, vous serez obligés de convenir avec votre ami d’un code commun à saisir afin d’établir la connexion (une série de 3 pokémons parmi 10 possibilités).

Enfin, le jeu est compatible avec la fonction d’enregistrement de vidéos de la console.

Conclusion

Pokémon Let’s Go est un très bon jeu. Disposant d’une bonne durée de vie et de graphismes de qualité, il sera parfait pour les nouveaux joueurs souhaitant mettre le pied à l’étrier de la série et rappellera de bons souvenirs aux plus anciens fans. S’il est moins difficile qu’avant, il reste tout de même intéressant et apporte de vraies nouveautés à la série via l’intégration de Pokémon Go notamment. Il est disponible sur l’eshop au prix de 59,99€ pour un poids de 4,1 Go, mais aussi en version cartouche et chez notre partenaire.

Les notes de la redaction
Les points positifs
  • Graphismes de qualité
  • Redécouverte de Kanto
  • Intégration de Pokémon Go
Les points negatifs
  • Besoin d’un code pour jouer en ligne avec un ami
  • Incompatible avec la manette pro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *