Marvel’s Spider-Man 2

Sorti le 20 octobre dernier, Marvel’s Spider-Man 2 est la suite directe des aventures de Peter Parker et de Miles Morales sur PlayStation 5. Mettant à contribution la plateforme next-gen, ce nouveau volet verra les deux héros chercher à dépasser leurs limites, ensemble.

Ce test a été réalisé sur une version PS5 fournie par l’Éditeur au moment de la sortie initiale du titre. Des mises à jour corrigeant certains bugs ont depuis eu lieu, et une mise à jour majeure arrivera en décembre avec le mode nouvelle partie +.

Spider-Man n’est plus tout seul pour défendre New York. Depuis les évènements de Marvel’s Spider-Man, Peter Parker peut compter sur son jeune protégé Miles Morales pour faire face aux menaces planant sur la ville. Mais le plus dur reste encore de trouver l’équilibre entre vie privée et vie de super héros ! Dès l’introduction bourrée d’action de Marvel’s Spider-Man 2, il est clair que Peter comme Miles ont de plus en plus de mal à tenir cet équilibre.

L’amorce de Marvel’s Spider-Man 2

Du côté de Pete, les boulots s’enchaînent sans qu’il ne réussisse à les garder. Mary Jane Watson, sa copine, tient sur ses épaules leur équilibre de couple et financier via son job au Daily Bugle. Et en plus, son meilleur ami d’enfance Harry Osborn refait surface, miraculeusement guéri de sa maladie héréditaire après des années sans nouvelles. Ce dernier lui propose d’ailleurs un job à la direction de la fondation Emily May, visant à guérir le monde. Mais ce serait un travail qui ne laisserait que peu de place à Spider-Man… Encore moins quand un chasseur obsédé du nom de Kraven débarque à New York, avec pour projet de chasser toutes ses proies d’exception !

Quant à Miles, son essai pour entrer à l’université en division sciences musicales ne va pas se rédiger tout seul. Gros hic : quand il s’agit de parler de qui il est, difficile de ne pas mentionner Spider-Man. Un Spider-Man qui va vite se retrouver confronté aux démons de la haine et du chagrin. Le meurtrier de son père, Martin Li alias Mr Negative, est enlevé par les Chasseurs de Kraven à la pointe de la technologie. Enragé à l’idée de pouvoir se faire justice lui-même, Miles se tourne vers Peter pour tempérer sa colère. Mais Peter prend de moins en moins le temps de lui répondre, lui-même dépassé par ses propres scénarios de crise…

Deux fois plus d’Araignée

L’intrigue de Marvel’s Spider-Man 2 nous propose donc d’alterner plutôt librement entre les deux super héros. Chacun aura ses propres missions, même si certaines quêtes annexes peuvent être réalisées par n’importe lequel. La transition se fait de manière presque invisible : une simple pression de bouton depuis l’application Araignée Sympa du Quartier nous fait passer de Miles à Peter, et inversement. Le tout sans temps de chargement, grâce au SSD de la PlayStaton 5. Insomniac Games avait déjà fait des prouesses sur la licence Ratchet & Clank il y a peu, et reproduisent ici le tour de magie.

Retrouvez le Test de la rédaction sur Ratchet & Clank : Rift Apart, l’autre chef d’oeuvre d’Insomniac Games sur PS5, juste ici !

Peter, en plus de missions scientifiques pour la fondation Emily May, aura ainsi tout un pan d’intrigue dédié à sa relation avec Harry Osborn. Très vite, sa guérison miraculeuse se révèle bien moins reluisante. Son père Norman a utilisé une substance noire inconnue mais visiblement douée d’intelligence pour former un exosquelette guérisseur autour de son fils. Seul hic : la substance cherche très vite à se lier avec Peter, ou plus exactement, avec Spider-Man… Les fans de comics savent très bien comment cela va se finir, mais je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler l’intrigue. En tous cas, si vous avez vu les trailers du jeu, vous le savez déjà : Venom sera bien de la partie.

Du côté de Miles, Marvel’s Spider-Man 2 reprend ce qui a été mis en place dans son jeu standalone, mais en plus abouti. Ses quêtes tournent beaucoup autour de sa relation avec son Harlem, ainsi que sur ses responsabilités de jeune super héros. Un jeune tourmenté par les fantômes d’un passé encore très récent, et qui va devoir composer avec un mentor lui-même dépassé par les événements. J’étais surprise de voir un méchant majeur de Peter Parker être réservé exclusivement à une série de quêtes annexes de Miles cela dit. De quoi finir la transmission de flambeau, de Spider-Man à Spider-Man, en quelque sorte. 

Gameplay

Et en parlant de flambeau, Marvel’s Spider-Man 2 reprend celui de ses prédécesseurs avec panache côté gameplay. J’ai joué au jeu en mode Qualité pour profiter au maximum de New York, quitte à sacrifier la fluidité. Et pour le coup, aucun regret : le ray-tracing est exploité comme il faut, les temps de chargement sont anecdotiques, et le terrain de jeu des Spider-Men est nettement plus vivant. La densité de population se remarque au premier coup d’œil : si New York était déjà convaincante sur PS4, Marvel’s Spider-Man 2 pousse la fidélité encore un cran au-dessus. J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié que les activités secondaires soient indiquées de manière organique pendant notre traversée de la ville, plutôt que via des tours de synchronisation.

La première mission du jeu nous propose d’ailleurs de traverser un des ponts de New York, clin d’œil direct au fait que c’était impossible dans le premier opus. Cette fois-ci, en comptant le cœur de la ville, il est donc possible de visiter quatorze quartiers différents. Une carte deux fois plus grande donc, qu’il est toujours autant plaisant de traverser avec ses toiles. Les Spider-Men peuvent aussi compter sur leurs delta-toiles, pratiques pour planer après avoir pris assez d’élan. Les couloirs de vent qui arpentent New York permettent ainsi de se déplacer encore plus vite, et de traverser les étendues d’eau sans points d’ancrage.

Marvel’s Spider-Man 2 est un peu moins axé furtivité que son prédécesseur, mais l’option reste de la partie. En déployant des filins de toiles, nos héros peuvent facilement se positionner au-dessus des ennemis insouciants pour des éliminations silencieuses. Leur intelligence artificielle est un peu moins permissive que par le passé. Il reste cependant très facile d’éliminer une salle entière avec suffisamment de patience. En revanche, les gadgets des Spider-Men ont été réduits à cinq. Ils sont d’ailleurs beaucoup moins des options d’élimination instantanées que par le passé.

Gameplay 2

Ce qui change le plus en termes de Gameplay, c’est bien sûr le style propre à chacun des Spider-Men. Marvel’s Spider-Man 2 propose une version de Peter au sommet de son art, et un Miles bien plus sûr de lui. Tous deux vont bénéficier de montée en puissance au cours de l’aventure. Miles peut compter sur sa bioélectricité et son invisibilité, comme dans son opus dédié. Peter, quant à lui, a le choix entre ses bras mécaniques ou les compétences de symbiote. Ces compétences se chargent au combat, en parallèle de la Concentration habituelle. Pour rappel, la Concentration permet de se soigner ou de déclencher un coup de grâce instantané sur les ennemis. Le combat reste axé sur l’esquive ou la parade au bon moment pour prolonger des combos acrobatiques dévastateurs.

Miles reprend ses coups spéciaux bioélectriques donc, avec une subtilité. Il peut également choisir parmi des techniques de bioélectricité évoluée, qui semblent provenir d’un mélange entre son énergie et celle de Mr Negative. Il est loin notre Miles Morales tout droit sorti de son entraînement de héros ! Un arbre de compétence dédié à chacun des personnages permet de renforcer chaque technique individuellement. De quoi personnaliser son expérience un peu plus, puisque les techniques débloquées ne remplacent pas forcément irrémédiablement celles de notre personnage. Les deux Spider-Men partagent également un ensemble d’améliorations permanentes de vie et de dégâts, entre autres.

Peter a sans conteste le choix de capacités le plus intéressant. Les bras mécaniques font classe, c’est certain, mais les techniques de symbiote sont incroyables. En déclenchant la capacité ultime de notre Spider-Man via une double pression des sticks analogiques, la combinaison symbiotique se met même à rugir dans le haut parleur de la manette ! Marvel’s Spider-Man 2 nous propose, de loin, une des versions de Spider-Man en tenue noire la plus satisfaisante à jouer. Pourquoi se la jouer infiltration quand on peut semer le chaos avec un symbiote ? De quoi presque oublier les problèmes que ce fameux costume va engendrer…

Mon bilan sur Marvel’s Spider-Man 2

Je suis restée volontairement très vague sur le scénario de Marvel’s Spider-Man 2, et sur les personnages qui y apparaissent. Pour être honnête, c’est un jeu que j’ai beaucoup attendu, et j’étais vraiment contente de ne pas m’être spoil quoi que ce soit. Bien que le jeu soit sorti il y a déjà deux semaines au moment où je sors cet article, j’espère que vous n’aurez pas trop vu de choses, car c’est une expérience à faire. Chaque retournement de situation m’a scotchée à ma manette, et je n’avais juste plus envie de lâcher le jeu.

Et pourtant, j’ai freiné mon propre plaisir en écumant New York pour ses quêtes secondaires dès que l’occasion se présentait ! Marvel’s Spider-Man 2 évite l’écueil des missions “collectathon” à foison. À la place, on trouve des intrigues annexes souvent prenantes, parfois très émouvantes, et qui font vraiment partie de l’expérience araignée sympa du quartier. Il y a quand même des quêtes répétitives, mais elles restent raisonnables. Quant aux crimes en ville, ils sont un peu plus variés qu’avant, surtout en avançant dans le jeu ! J’ai souvent vu des factions ennemies opposées débouler, ou encore de se faire assister par l’autre Spider-Man.

Et c’est sans parler des tenues à débloquer en accomplissant toutes ces quêtes ! Tenues qui apparaissent d’ailleurs pendant les cinématiques du jeu. De quoi personnaliser encore un peu plus son temps passé sur Marvel’s Spider-Man 2. J’ai mis à peu près 20h pour compléter le jeu à 100%, et mon seul regret actuel est de ne plus avoir grand chose à y faire désormais. Une bonne excuse pour lancer le mode nouvelle partie +, qui sera disponible d’ici la fin de l’année. Autant vous dire que j’attends les DLC, s’il y en a à venir, de pied ferme.

Pour conclure…

Marvel’s Spider-Man 2 est, sans aucune surprise, l’un des jeux de l’année 2023. Nous le savions dès son annonce, je vous le confirme donc avec grand plaisir. C’est d’ores et déjà un incontournable de la PlayStation 5, et est une excellente confirmation qu’Insomniac Games sont de véritables magiciens de la plateforme. Que vous ayez aimé les deux opus précédents ou que vous soyez tenté par l’aventure pour la première fois : foncez, vous ne serez pas déçus.

La  note  de la  rédaction

5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

New York, deux fois plus grande, toujours plus vivante

Des combats plus dynamiques, moins axés gadgets

L’intrigue prenante

La relation Peter / Miles

Le gameplay symbiote, une bouffée de carnage

Les missions avec MJ, bien meilleures !

Les points négatifs

Quelques petits bugs persistent

Trop de tenues du MCU pour Peter

Vous devriez Lire aussi
Xenoblade Chronicles : Definitive Edition

Dans le même genre

Laisser un commentaire