Little Nightmares II

Little Nightmares 2 est un jeu d’aventure à l’ambiance cauchemardesque, développé par les studios Tarsier et édité par Bandai Namco. Le jeu est sorti le 11 février 2021 sur Steam, Switch, Playstation 4 et 5, XBox Series, XBox One et Google Stadia.

Synopsis

C’est l’histoire d’une rencontre entre un jeune enfant portant un sac en papier sur la tête, et Six, personnage principal du premier opus. Main dans la main, ils arpentent les chemins pluvieux et les bâtiments délabrés pour se frayer une voie jusqu’à une sortie… pourvu que celle-ci soit loin de tous ces monstres qui s’agitent autour d’eux et sur leur passage…

Le retour de Six ?

Les premières minutes dans le jeu sont une sorte de didacticiel, de l’exploration pure pour nous habituer aux contrôles et nous mettre dans l’ambiance. Le jeu est sombre, les casse-têtes se présentent assez tôt et, en un rien de temps, nous passons d’un joueur à deux. En effet, un compagnon se joint à Mono (le personnage principal) et nous remarquons bien vite que celui-ci est une fille et que son apparence ressemble fortement à celle de Six. Pour ceux qui ne le savent pas, Six est le personnage que nous incarnons dans le premier Little Nightmares. Il est donc surprenant de la retrouver ici et dans des conditions plus ou moins spéciales, puisque nous la retrouvons enfermée dans une pièce, à écouter cette fameuse mélodie présente tout au long du premier jeu. Les doutes sont rapidement mis de côté, il s’agit bel et bien de Six. Mais dans ce cas, à quelle période se situe le jeu ? Bien que nombreux soient ceux à penser qu’il s’agissait d’une séquelle, il est pourtant évident qu’il s’agisse-là d’une préquelle, si l’on prend en compte toutes les preuves qui s’offrent à nous au cours du jeu.

Un jeu qui porte bien son nom…

Little Nightmares II est selon moi bien plus effrayant que son prédécesseur. En effet, le jeu comporte un lot de jumpscare très conséquent et des situations qui donnent froid dans le dos… Composé de cinq chapitres, un brin plus long que le premier, les ennemis sont cette fois-ci plus réfléchis et plus aptes à se jouer de vous et de vos phobies les plus sombres. Du chasseur au sac sur la tête aux mannequins qui vous courent après dans le noir… Il y a de quoi effrayer tout le monde, même les plus expérimentés dans le genre ! L’ambiance angoissante du jeu est telle qu’on ne s’attend pas réellement à ce qui va se passer sur le moment, on est toujours aux aguets, prêt à sursauter à la moindre apparition d’un monstre à l’écran. De ce fait, l’immersion est totale et nous sommes plongés dans un jeu d’horreur qui demande, il faut l’avouer, beaucoup de réflexion de temps à autre. Certaines situations sont délicates, les casse-têtes sont moins faciles et rapides que le premier, il se peut même qu’à certains endroits vous deviez recommencer plusieurs fois tant la difficulté est au rendez-vous. Mais pas de panique, vous pouvez compter sur Six pour vous aiguiller lorsque vous êtes perdu. Pas toujours, certes, mais si on observe avec attention la manière dont elle se déplace ou où elle se dirige, on devine plus facilement ce qu’il faut faire pour accéder à la suite de l’histoire.

Le gameplay de Little Nightmares II

Outre les casse-têtes qui demandent parfois du temps et beaucoup de réflexion, l’attaque est mise en valeur et, pour une fois, il sera possible de tuer bon nombre d’ennemis dans le jeu, lorsque l’occasion se présente bien sûr. À l’aide d’outils spécialement prévus à cet effet ou d’électricité… Notre personnage n’est plus seulement dans une fuite constante, ou dans des situations où il est plus que primordial de se cacher le temps que l’ennemi rebrousse chemin ou change de direction visuelle… La dimension du jeu est plus violente, ce qui fait plaisir à voir et qui est dans un sens plus réaliste compte tenu de l’histoire et de l’ambiance. Les scènes de course-poursuites n’en sont pas pour autant appauvries, le fait qu’il y ait deux personnages nous amène à penser qu’on ne souhaiterait pas que Mono soit abandonné par Six, et vice-versa.

Après plusieurs heures de jeu et d’effroi, la fin pointe le bout de son nez. Surprise, une fin secrète est déblocable seulement si vous parvenez à récupérer toutes les dépouilles corrompues du jeu, ce qui demande beaucoup d’attention compte tenu de la profondeur du titre et du manque de luminosité… Il faut alors chercher dans tous les recoins, bouger la caméra de sorte à avoir une vue sur toute la scène et s’armer de patience. Mais toutefois, pour terminer le jeu à 100%, ces dépouilles sont nécessaires. En plus de celles-ci, il y a la possibilité de trouver des chapeaux et de les équiper ! Du bonus qui fait plaisir et qui permet d’agrémenter un peu le jeu et de changer l’apparence de Mono. Malheureusement, Six n’est pas concernée par ce changement de chapeau.

Mon avis sur Little Nightmares II

J’ai tellement aimé cet opus que je l’ai dévoré d’une traite. Certains passages m’ont causé beaucoup de soucis, j’ai trouvé les ennemis parfois très difficiles, mais si le jeu ne comportait pas de séquences complexes, alors il ne serait pas aussi amusant. Je ne suis en général pas effrayée par grand-chose mais je me suis tout de même retrouvée plusieurs fois avec le cœur battant la chamade à cause de la tension présente dans le jeu, et qui surgit souvent sans crier gare… Pour les adeptes de jeux d’horreur et de suspense, vous pouvez foncer les yeux fermés !

Pour conclure…

Le jeu dépasse de loin le premier opus en termes de qualité, même si le rendu sur Switch est nettement inférieur à celui sur PC. Il n’en reste pas moins agréable à jouer, en journée ou bien de nuit pour davantage de frissons ! Ce complément d’histoire donne une autre dimension à celle du premier Little Nightmares, beaucoup de théories sont créées, notamment sur la personnalité de Six. Peut-être qu’un prochain opus pourra nous confirmer tout ce qui n’a pas été directement mis en évidence…

La  note  de la  rédaction

5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Plus de possibilités d’attaque.

Ambiance plus angoissante que le premier opus.

Les points négatifs

Dans le même genre

Laisser un commentaire