Gord

Team 17 revient avec un jeu dénommé Gord. Développé par Covenant.dev, Gord prend place dans un univers sombre et inquiétant. Connu majoritairement pour des jeux comme les Worms ou Overcooked, Gord propose une expérience plus sombre et pleine de promesses.

Ce test a été réalisé sur une version PC (Steam Deck) fournie par l’Éditeur.

Ce jeu convient à un public adulte. Il contient des scènes violentes et sanglantes.

Une aventure sans retour

Une fois lancé, on arrive sur un menu assez sobre de gord, majoritairement noir avec écriture blanche. Au centre, un petit groupe de personnes autour d’un feu de camp, seule source de lumière dans les ténèbres. Comme conseillé, nous commençons par le scénario de base qui sert aussi de tutoriel.

(menu) campagne

Nous partons à l’aventure sous les ordres d’un seigneur. Celui-ci nous demandant d’ouvrir une route de l’or supervisée par un de ses nobles. Prétexte pour nous faire découvrir l’histoire de l’univers de Gord, le scénario principal représente un bon défi ainsi qu’une introduction parfaite.

Notre premier Gord

Après un démarrage assez classique sur les déplacements et autres commandes de base de combat, on construit notre premier Gord. Un Gord est une colonie fortifiée médiévale slave. Bien qu’historiquement construite sur les hauteurs ou sur des emplacements stratégiques, le nôtre trône au milieu d’une forêt dense et inquiétante plongée dans des ténèbres infinies.

Celui-ci est un point sûr pour notre petit groupe. On devra le faire progresser. Bien qu’il représente un enjeu stratégique, il limite aussi grandement l’espace dans lequel on pourra construire les différentes infrastructures nécessaires. Notre survie dépendra majoritairement de ces bâtiments donnant accès à différents métiers.

Une histoire de placement

Au cours des scénarios histoire, on prend assez vite l’habitude de poser le Gord là où le jeu nous demande. On ne réfléchit pas forcément à sa position. Mais, une fois sur les scénarios libres, il sera intéressant de choisir un endroit potentiellement plus stratégique que celui de notre arrivée. On notera tout de même qu’en plus d’être risqué, cela demande de remplir plusieurs conditions.

(gord) premier murs
(menu) nom

Naturellement, il ne devrait pas y avoir d’ennemis à proximité. Mais il faudra aussi faire en sorte qu’aucun lac, relief, ou construction ne soit dans son enceinte. Il faudra aussi qu’il ne soit ni trop grand, ni trop petit, rendant extrêmement compliqué de trouver le lieu de départ de notre petite forteresse.

Il faudra donc prendre le risque de promener notre petit groupe sans protection dans les ténèbres. Bien qu’en facile ce soit relativement simple, dans les différents modes de difficultés supérieures cela semble être compliqué. La stratégie la plus souvent employée sera donc de le placer à notre point de départ pour s’étendre par la suite.

Une DA sombre

Alors qu’on débute dans le jeu très vite, on réalise que le titre va être très sombre et inquiétant. Les membres de notre tribu sont plus proches d’un buffet à volonté que de guerriers luttant contre les créatures qui rôdent dans les ténèbres.

Un monde de ténèbres

Cette ambiance est orchestrée à la perfection avec les sons, la musique, mais surtout ces ténèbres qui persistent. Seules les zones découvertes sont visibles, et même une fois découvertes, il faudra les éclairer. Effectivement, une zone sans lumière nous laissera voir les éléments fixes, mais les ennemis eux resteront invisibles.

Tous ces éléments participent grandement à la sensation oppressante de l’environnement. Le jeu nous forçant à prendre des risques pour explorer les lieux afin de trouver de précieuses ressources, mais aussi les horreurs.

(début) perdu dans le noir

Ce jeu avec les lumières qui semblent si faibles comparées aux ténèbres est clairement le point central. On se sent fragile, comme une proie qui se bat avec un ennemi qui est bien plus fort que nous.

Le souci du détail

Approchons-nous maintenant de ce petit monde. Le jeu étant fait pour une vue du dessus assez éloignée, certains éléments sont un peu moins détaillés, mais cela reste plus qu’honnête. On peut voir clairement les modèles des villageois et des monstres par exemple.

Pour ce qui est des villageois, ils se ressemblent un peu tous, un peu plus de diversité aurait pu être un plus mais cela reste anecdotique. Le jeu se prêtant plus à une vue d’ensemble afin de créer son univers.

(ennemie) humain
(monstre) horreur
(cauchemard) zyeuteur

Les créatures quant à elles sont assez variées, en particulier les ennemis. Se divisant en trois grandes catégories, on retrouve les animaux avec le loup, ou encore le sanglier. On a ensuite les humains. Bien que hostile, la forêt abrite plusieurs tribus autochtones, pour la majorité véhémente à votre encontre.

Enfin, il nous reste les monstres. La plupart assez petits, ils restent plus dangereux que la plupart des animaux. Souvent différents, pour certains comme les Zyeuteurs, de petits singes dignes d’un cauchemar. Mais, le pire qui puisse vous attendre dans les ténèbres sont les horreurs. Des créatures puissantes et maîtres des lieux. Celle-ci possède des designs impressionnants et détaillés mais leur beauté toute relative est égale à leur dangerosité.

Un Gord en pleine évolution

Maintenant que nous avons pu admirer ce monde de ténèbres nous racontant une poésie macabre, il est temps de se mettre au travail. Une fois la partie lancée, notre réussite dépendra tout d’abord de notre Gord. Celui-ci étant notre seul lieu relativement protégé, il faudra le faire évoluer. Mais, surtout le protéger.

Construire et améliorer

Afin de pouvoir le rendre prospère on devra y placer des constructions, chacune liée à un métier bien précis. En général, les premières seront la scierie et l’atelier du travail de la chaume pour les matériaux de construction. Et enfin la Hutte de cueilleurs pour la nourriture.

(gord) assignation
(arbre) amélioration

Chacun de ces bâtiments permettra d’assigner des sujets à un métier, mais aussi d’augmenter l’avancée du Gord. Chaque palier donnant accès à de nouveaux édifices ou à des améliorations.

Afin de faire avancer notre forteresse, il faudra être stratégique. Comme évoqué plus haut, il n’est possible de construire que dans l’enceinte de nos fortifications. En conséquence, il faudra choisir quelles bâtisses faire, et surtout leur emplacement pour perdre le moins de place possible. Les améliorations jouent un rôle important apportant de meilleurs rendements, plus de place pour des travailleurs, et de précieux points de progression. Le tout sans prendre plus d’espace.

Des édifices variés

Pour ce qui est de ces installations, elles se divisent en différentes catégories. La première dénomination basique concerne la récolte simple comme le bois, le chanvre ou encore de quoi se nourrir. Les constructions avancées quant à elles comportent tout ce qui est récupération de minerais, ou encore les installations de bien être comme le bania pour la santé, ou encore l’hydromellerie pour le moral.

Viennent ensuite les constructions militaires qui permettront de former des combattants. Cette partie contiendra aussi les différentes défenses et le dispositif lumineux, un précieux allié afin de percer les ténèbres. Les « spécial » quant à eux concernent les édifices religieux, et les modifications de l’enceinte du Gord par exemple dans le but d’ajouter une porte ou l’étendre.

Pour finir, les sculptures sont des décorations augmentant le moral de nos colons. Ces dernières bien que jolies et pouvant combler de petits espaces vides sont plus anecdotiques.

Une communauté grandissante

C’est bien beau d’avoir toutes ces constructions, mais il faut des personnes pour les faire tourner. C’est là que notre population va être la ressource possédant le plus de valeur. Un scénario débutant avec en moyenne 5 personnes cela veut dire qu’on ne disposera au maximum que de 5 métiers à la fois.

Cette limitation forte au début peut être comblée de différentes façons. Il sera tout d’abord possible d’explorer le monde qui nous entoure. Ces excursions nous permettent soit de trouver des voyages, soit des cages qui nous permettront de trouver de nouveaux hommes.

L’autre moyen sera d’avoir des naissances. Celles-ci sont indépendantes de notre volonté. Qui plus est, un enfant ne pourra pas travailler comme un adulte. Ils peuvent soit construire, soit aider un métier, soit prier jusqu’à devenir adulte.

(dialogue) naissance
(gord) villageois

En plus du nombre limité de travailleurs, il faudra maximiser leur rendement. Évidemment, chacun a ses forces et ses faiblesses. Certains seront plus aptes à la récolte et d’autres aux combats. Ils auront aussi une qualité et un défaut apportant un bonus et un malus plus ou moins important. Par exemple, Inébranlable face aux araignées donne un avantage contre ces dernières. Mais en contrepartie mon villageois est crédule. Par conséquent, il perdra du moral en cas d’échec d’une quête malédiction. On retrouvera aussi des stats plus classiques autour de la récolte; l’extraction minière; le combat; la production de nourriture; l’expérience et le commerce. Celle-ci rendant plus efficaces les métiers qui y sont associés.

Prendre soin de ses ouilles

Bien que la vie de nos ouailles soit rythmée par les combats, et le travail. Leur bien être ne doit pas être négligé. En effet, ils auront plusieurs besoins primaires. Il faudra donc s’assurer que notre Gord ne manque ni de nourriture, ni d’installation pour ce soigner, ou garder le moral.

Nourriture, nerf de la guerre

Le premier étant de manger. Naturellement, ils consommeront tous de la nourriture, néanmoins chacun en demandera une quantité par minute qui varie. Une partie ne mangeant que très peu alors que certains sont de véritables gouffres. 

Une pénurie de nourriture implique une baisse de moral. Il faudra donc pouvoir approvisionner assez de nourriture pour maintenir une réserve confortable. Mais, il ne sera pas si simple d’y parvenir. Il faudra avoir assez d’hommes pour la ramener. Mais, surtout il sera nécessaire d’avoir plusieurs sources d’approvisionnement.

On peut récupérer de la nourriture via la cueillette, la chasse, la pêche et une fois plus avancé, les champs. Naturellement, les ressources naturelles s’épuisent et demandent du temps pour se reconstituer. Par conséquent, il faudra donc alterner les différentes sources, et préparer des routes pour y accéder.

Ce principe s’applique bien évidemment à toutes les ressources, certaines ne se reconstituent pas comme le fer, l’or ou encore la glaise.

C’est bon pour le moral !

Une fois les soucis de nourritures réglés, il nous reste encore fort à faire. Tout d’abord la santé de nos habitants. Celle-ci est représentée par la barre rouge au-dessus de leur portrait. Celle-ci baisse lorsqu’ils sont blessés par des ennemis par exemple.

Cette barre pourra aussi avoir 3 états différents. Son état normal est totalement rouge. Un état un peu dentelé en cas de blessure grave et définitive comme un os brisé. Et pour finir une couleur verte en cas d’empoisonnement. Afin de pouvoir soigner ces valeureux aventuriers, il sera nécessaire d’avoir un Bania, une sorte de bain public.

(morale) hydromel

Vient finalement le moral. Celui-ci baisse en fonction des événements, mais aussi dans le temps. Comme évoqué plus haut, certains malus peuvent aussi influer sur le moral des villageois. Il faudra alors les envoyer à l’hydromellerie pour qu’ils se remettent avec une petite chope.

Cela demande une gestion millimétrée. Le comptoir ne peut accueillir que deux personnes à la fois à son niveau de base. Si par malheur leur moral atteint 0 alors ils deviennent fous. Cela implique d’avoir une unité qui sera prise de crise de panique, fuyant de façon aléatoire durant ses tâches ou pendant les combats. Cette folie pouvant même aller jusqu’à la désertion. Ce système est très contraignant et exigeant. Il ne laisse que peu de place à l’erreur et renforce grandement la difficulté du titre.

Croyance et foi

Comme tout peuple qui plus est médiéval, la foi a une place primordiale. Celle-ci est évoquée lors de l’histoire avec un récapitulatif dans le codex du dieu évoqué. On rencontre très vite une autochtone.

(personnage) sorcière
(foi) temple

Cette dernière va s’avérer très utile. Elle ne rejoint pas directement nos troupes, mais nous donne accès à des sorts. Ceux accessibles avec un temple permettent d’aider nos Ouailles, mais aussi de maudire nos ennemis du simple sort d’affaiblissement, à la pluie d’oiseaux pestiféré.

Cet allié et sa puissance seront un grand atout pour notre groupe. Permettant de les aider notamment pour tuer les horreurs qui opposent une puissance de combat extrêmement élevée.

Un monde sur mesure

Pour ce qui est des modes de jeux, celui-ci se divise en deux types. Le premier est le mode campagne. Celui-ci sert de tutoriel, mais aussi d’histoire principale. Il est fortement conseillé de commencer par cette partie. En effet, le jeu est très complet, et la courbe d’apprentissage peut faire peur autrement.

Le deuxième mode est les scénarios personnalisés. C’est la partie qui disposera de la plus grosse rejouabilité. Ce mode permet soit de lancer des scénarios rapides générés aléatoirement, soit de tout régler pour un défi personnalisé jusqu’à la seed du monde.

(menu) scenario
(configuration) terrain
(validation) resource

La seed permet de choisir le monde généré. Utiliser deux fois la même seed avec les mêmes réglages devrait proposer deux fois la même génération. Il sera alors possible de faire nos propres défis afin de souffrir mais, sur mesure.

Pour conclure…

Team 17 avec Covenant.dev nous proposent un jeu copieux. Il peut faire peur au début mais tout est si bien agencé que ça prend. Les mécaniques sont juste assez complexes et exigeantes. On sort de ce schéma classique du jeu de gestion où on construit tout sans réfléchir. Les bâtiments, leur placement, le métier de chacun de nos villageois, tout influe sur notre partie. C’est par conséquent un gros oui pour Gord, le jeu proposant un cocktail presque sans faute.

La  note  de la  rédaction

5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Son ambiance sombre et inquiétante

Un univers cohérent

Un Lore très fournis

Les scénarios sur mesure

Une micro gestion exigeante

Les points négatifs

Quelques bugs légers avec les villageois

Vous devriez Lire aussi
A Way Out : la cavale des Prisonniers en Coop

Dans le même genre

Laisser un commentaire