Gestalt – Tome 3

Gestalt est une nouvelle série de science-fiction écrite par Yoto Ringo et publiée sous la collection seinen de Ki-oon. Composée de trois tomes seulement, le dernier tome est paru le 07 décembre 2023.

Cette critique a été réalisée avec un exemplaire fourni par l’Éditeur.

Résumé de Gestalt

Pour réinitialiser l’humanité, appuyez ici.

Tandis que Soso et ses compagnons tentent de trouver une solution pour retourner chez eux sans anéantir l’humanité, d’étranges individus aux allures d’anges apparaissent… et s’en prennent à eux ! En effet, ces nouveaux ennemis ont pour mission de les éliminer afin de protéger les humains…

Très vite, deux camps se forment : certains élus décident d’embrasser la cause de la dame de la destruction, tandis que d’autres essaient au contraire de se rebeller et de la combattre… Soso et Hanami parviendront-ils à s’opposer à une divinité ?

– Quatrième de couverture

La bataille continue

L’atmosphère est toujours aussi tendue pour les élus, d’autant plus à la venue de nouveaux messagers, au service du seigneur de la renaissance. Ces derniers sont bien partis pour éliminer tous les élus, sans distinction quelconque. Nous n’avons pas de vue réelle sur ce qu’il se passe du côté de Samarcande, si ce n’est que les élus sont parvenus à tuer le messager envoyé. 

Cependant, à Paris, la situation se corse lorsque Léon se fait lui aussi avoir… Malgré les complaintes de Soso et des autres élus qui ne souhaitent absolument pas suivre le plan de la concierge. Il y a une réelle opposition entre les “bons” élus et ceux qui admirent corps et âme la concierge. Soso faisant partie du premier camp, il est hors de question pour lui que la tête de Léon, et donc le cercle, parvienne jusqu’à la concierge. Mais alors qu’il comptait se révolter contre les autres élus tranquillement, un second messager arrive sur le champ de bataille…

Le camp de l’humanité

À travers l’histoire de Léon, nous découvrons que les messagers du seigneur de la renaissance sont des humains qui ont eu pour souhait de se sacrifier pour le bien de l’espèce humaine. Dans le cas de Léon, il s’agissait d’un homme ayant souffert dès son plus jeune âge, par le biais de violences physiques à son encontre ou encore de trahison… Son besoin d’aimer et de protéger est ce qui a poussé le seigneur de la renaissance à le “récompenser” et à le nommer messager. 

Il ne fait nul doute que les autres messagers étaient aussi dans ce genre de situation avant de rejoindre ses rangs. Un moyen pour eux de prôner le bien, et de protéger l’humanité des élus.

Mais dans ce cas, pourquoi des personnes comme Hinami ont rejoint les élus et non les messagers ? Elle qui ne souhaitait que le bien, peut-être qu’elle ne souffrait pas assez dans sa vie aux yeux du seigneur de la renaissance pour être choisie ?

Le combat final

Alors que la concierge s’empare du cercle récupéré à Samarcande, des pouvoirs puissants s’installent en elle et la rendent invincible : elle a désormais la capacité de se régénérer. Cette nouvelle capacité met en péril le plan des bons élus à se rebeller. Elle leur fait rapidement comprendre que toute révolution est vaine, et que cela se soldera par une mort certaine. 

Elle ne se prive pas pour mettre ses menaces en action, lorsque le plus grand combat du manga se dessine sous les yeux des lecteurs. Quand bien même les messagers n’ont pas l’intention de défendre ou de copiner avec les bons élus, ils profitent de tous avoir un ennemi commun pour l’attaquer ensemble et essayer tant bien que mal de lui faire perdre ses moyens, ainsi que ses pouvoirs. 

Soso fait preuve d’un courage inouï, et démontre qu’il peut lui aussi vouloir le bien-être de l’humanité, même si au départ, il était un jeune homme obnubilé par sa petite personne, et pas prêt du tout à aider son prochain… Il faut croire que son séjour sur l’arche, et aux côtés d’Hinami, l’a profondément changé. Maintenant, il est assurément plus confiant et apte à se sacrifier pour les autres, si cela permet au moins à Hinami de survivre du fléau de la concierge.

Que conclure de la fin de Gestalt ?

Les dernières pages de ce dernier tome de Gestalt sont bourrées d’action et parfaitement bien dessinées. On ressent bien la vivacité des mouvements et la puissance des pouvoirs des élus, contre cette concierge au physique transformé. Les messagers sont aussi très forts. Mais visiblement, seul Soso est capable de résister aux effets de la concierge, et capable de mettre un terme à son gourou. 

La fin est quelque peu surprenante, on pourrait croire que la série ne s’arrête pas ici et qu’il pourrait y avoir une suite. L’arche semble être un endroit que nul ne peut détruire, un endroit hors de l’espace temps et qui se suffit à lui-même. Ou du moins, qui se suffit à lui-même tant qu’il y a des concierges pour gouverner…

Pour conclure…

Gestalt était une série très prenante, bien qu’assez courte. Les combats sont multiples et nous remarquons assez vite que les élus ne sont pas les seuls êtres à servir des seigneurs. Ces deux camps représentent le bien et le mal, même si par moments, nous pouvons aisément constater que les rôles sont interchangeables… Soso et Hinami se sont immiscés dans ce qui paraît être une boucle sans fin, et en subiront sans doute les conséquences pour toujours. En tout cas, pour une telle série de trois tomes, cela se lit facilement et rapidement, mais nous restons tout de même sur notre faim… Nous la conseillons tout de même car l’auteur y a réellement mis du sien, nous sentons à travers ses dessins et son développement que Gestalt lui tenait à cœur. Et peut-être, qui sait, il y aura sans doute une suite un jour ?

Vous devriez Lire aussi
@ellie - Tome 2 - #Je n'ai pas de petit ami

Dans le même genre

Laisser un commentaire