Génération Sitcoms d’animation

Les Simpsons, South Park ou Rick et Morty sont autant de noms ancrés dans la pop culture. Même sans en avoir vu un seul épisode, vous reconnaîtrez forcément les personnages. Avec “Générations Sitcoms”, écrit par Bruno Rocca aux éditions Omaké Books, retour sur toute cette génération de séries animées qui ont bercé aussi bien les grands que les petits !

Bannière livre génération sitcoms d'animation

Génération passionnée par l’écriture

Dans l’univers de la télévision, les sitcoms d’animation américaines ont une place de choix. Il n’est d’ailleurs même pas exagéré de dire que certaines séries ont pu influencer durablement toute une génération, voire ont influencé le résultat de certaines élections.

Rien d’étonnant donc à ce qu’Omake Books s’empare du sujet. Cette maison d’édition française a déjà publié des ouvrages sur de nombreux sujets tels que Nintendo ou des séries cultes du jeu vidéo.

Et pour cette nouvelle mission dédiée aux séries d’animation américaines, c’est sous la plume de Bruno Rocca qu’est né le livre “Génération Sitcoms d’Animation”. Son nom ne vous est peut-être pas inconnu d’ailleurs car il n’en est pas à son premier coup d’essai ! En effet, il nous avait déjà proposé le très bon “Génération Resident Evil”, une vraie mine d’or pour tout fan de la série de jeux vidéos.

Ce nouveau sujet sur les sitcoms d’animation n’est pas vraiment étonnant quand on connait le personnage, grand passionné des Simpsons et intarissable sur le sujet.

Début sitcoms d'animation

L’influence des sitcoms sur toute une génération

Les sitcoms d’animation ont évidemment un passif assez conséquent.  Avec l’émergence de la télévision, il est devenu très rapidement important pour les studios d’animation de s’emparer de ce média. Pour cela, ils se sont inspirés de ce qui fonctionnait à l’époque : les sitcoms.

Contraction de “situation comedy”, elles représentent généralement des tranches de vie d’une famille, ou d’un groupe d’amis. C’est dans les années 1960 que les premières sitcoms d’animation ont vu le jour avec toutes les productions Hanna-Barbera, comme les Pierrafeu ou les Jetsons.

On retrouve ensuite rapidement une des pierres angulaires du livre, les Simpsons. Avec 33 saisons et plus de 700 épisodes, cette série est devenue une véritable institution.

De nombreux auteurs se sont également engouffrés dans la brèche, voyant naître toute une génération de sitcoms dans les années 90 : South Park, Les Rois du Texas, Daria…

Les chapitres suivants du livre sont consacrés à la nouvelle génération de sitcoms, celle liée au streaming, se permettant d’axer leur production sur l’histoire plutôt qu’en une série d’épisodes sans lien apparent entre eux, comme avec Bojack Horseman ou encore Désenchantée.

Enfin, quelques pages sont dédiées à tout ce qui peut toucher de plus ou moins près ces sitcoms, à savoir celles qui sont notables hors Amérique, les différents cross-over, qu’ils soient internes à un studio ou non, ainsi que les différents problèmes de censures qu’ont subi certains épisodes, avec évidemment en ligne de mire South Park.

Polémiques sitcoms d'animation

C’est donc avec un beau bébé de 200 pages que Bruno Rocca nous livre son analyse sur plus de 60 ans de sitcoms. Chaque série est analysée en quelques pages, avec son origine, ses auteurs, ses moments notables et ses canaux de diffusion. Sans être exhaustif, le livre nous apprend tout le nécessaire sans pour autant noyer le tout sous une avalanche de détails.

On retrouve dans l’écriture la passion et la concision de Bruno, qui arrive à rendre une copie très agréable à lire et remplie de bienveillance. On sent un vrai travail de recherche et un véritable amour pour cet énorme pan de la culture. On retrouve d’ailleurs à la fin de chaque chapitres de nombreux trivia, une habitude déjà prise dans son précédent livre sur Resident Evil.

Le recueil est d’ailleurs agrémenté de nombreuses images pour étayer les propos, même s’il est parfois dommage de retrouver des illustrations situées au niveau de la reliure, ce qui empêche d’en profiter pleinement. C’est toutefois un des seuls soucis de la maquette, le reste étant très aéré et agréable à lire.

Évidemment, on peut se sentir déçu de ne pas retrouver ses séries préférées, mais il est évident qu’il était impossible de tout traiter en détail, certaines œuvres ayant eu plus d’impact que d’autres.

Il est également dommage que les derniers chapitres soient trop rapidement expédiés, même si c’est un choix logique puisqu’il ne s’agit que de sujets annexes, hors du thème principal.

C’est tout de même un vrai plaisir de parcourir ce livre, et même les plus gros consommateurs et spécialistes du binge-watching y apprendront quelque chose.

Pour conclure…

Le livre existe par ailleurs en version normale ou collector, brillante et dorée, une habitude d’Omake Books depuis quelques années. Je ne suis personnellement pas forcément client de ce genre de couverture mais certains y trouveront leur compte.

Finalement, le plus gros défaut du livre, c’est de nous donner envie de regarder toutes ces séries dans un monde où les journées ne font que 24h.

Vous devriez Lire aussi
Sur des mers plus ignorées

Dans le même genre

Laisser un commentaire