Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered Edition

Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered est un RPG développé et édité par Square Enix, sorti sur Playstation 4, Switch, iOS et Android le 27 août 2020. Voyons en détail ce que vaut le jeu sur la console de Nintendo.

Histoire

Le monde est recouvert de miasme, une sorte de gaz absorbant l’énergie de toute personne se retrouvant dedans. Le seul moyen de s’en protéger, ce sont les cristaux. Des villages se sont donc construits autour d’eux afin d’être en sécurité. Toutefois, les cristaux ont besoin chaque année d’être ravivés, et pour cela des caravanes partent chercher des gouttes de myrrhe, liquide produit par un arbre à myrrhe. Vous faites partie d’une caravane chargée d’aller en recueillir afin de perpétuer la sécurité de votre village.

Final Fantasy Crystal Chronicles est un jeu sorti à l’origine sur la GameCube de Nintendo en 2003 (2004 pour l’Europe). Il s’agit d’un spin off de la série principale prenant la forme d’un Action-RPG disposant d’un système de magie et d’attaques spéciales typique. Le jeu était à l’époque jouable avec une GameBoy Advance, qu’il fallait relier à la GameCube avec un câble spécial, et il était nécessaire que les autres joueurs aient chacun leur GBA et leur câble pour pouvoir jouer à 4.

La saga des Crystal Chronicles ne s’est pas arrêtée là. En 2007/2008, Ring of Fates est paru sur Nintendo DS, puis en 2009 Echoes of time, à la fois sur DS et Wii (les 2 versions étaient d’ailleurs compatibles entre elles pour le multijoueur). Et enfin The Crystal Bearers en 2009/2010, également sur Wii. On peut aussi ajouter 2 spin-off sous la forme de My Life as a King et My Life as a Darklord, respectivement un jeu de gestion/simulation de vie et un Tower Defense, sortis sur Wii en tant que WiiWare en 2008 et 2009.

Gameplay

Le gameplay de Crystal Chronicles diffère de la série principale puisqu’il ne s’agit pas d’un RPG au tour par tour mais plutôt d’un Action-RPG. Au début du jeu, vous pourrez créer votre personnage parmi 4 races disponibles (Clavat, Lilty, Yuke et Selkie) et quelques skins, lui donner un nom puis en donner un aussi à votre village.

Avant de détailler le gameplay, il convient de rappeler que le jeu est clairement orienté pour le multijoueur, bien que parfaitement jouable en solo. On pourra ainsi former une équipe de 1 à 4 joueurs, exclusivement en ligne. Il est fortement dommage que Square Enix ait fait l’impasse sur le multi local avec une seule console, mais au moins le online est cross-plateforme. Il sera ainsi possible de jouer avec un ami sur smartphone ou sur PS4 sans problème, chaque joueur disposant d’un ID unique à partager, et le jeu disposant d’une liste d’amis.

Tout commence sur une carte du monde. On pourra faire avancer notre caravane afin d’atteindre les différentes zones à visiter, que ce soit des villages, des donjons ou des points d’intérêts. Au lancement de la mission, on pourra choisir d’y aller seul ou en équipe. Pendant l’exploration, il faudra transporter un calice, servant non seulement à recueillir la myrrhe mais aussi à protéger

l’expédition contre le miasme, produisant une bulle de sureté autour de lui et réduisant la zone d’action. En solo, vous pourrez compter sur un mog, qui fera office de porteur pour le calice mais aussi d’aide au combat en lançant des sorts s’il a les mains vides. En multijoueur, il faudra qu’un d’eux soit le porteur et pourra bien sûr le poser afin d’apporter son aide au combat.

Ces derniers se déroulent en temps réel. On pourra s’approcher des ennemis et les frapper en appuyant sur la touche A. Ce bouton sert pour toutes les actions à la fois offensives, défensives et de soutien. En effet, vous aurez un panel de commandes par joueur, visible dans le coin haut gauche, et vous pourrez de l’une à l’autre avec les boutons L et R et les redéfinir avec le menu accessible via le bouton Y. Il vous sera possible de faire des combos avec l’attaque physique en appuyant plusieurs fois sur A au bon rythme, et vous pourrez aussi déclencher une puissante attaque en restant appuyé sur A un certain temps puis en déplaçant le cercle qui apparaît vers un ennemi avec le stick gauche puis en relâchant le bouton A. Les magies s’utilisent comme ces attaques, il faudra les charger, déplacer la cible sur l’ennemi voulu et relâcher. Ce temps de cast impose un rythme, qui se ressent aussi dans les cycles d’attaque des monstres, et jouer en équipe sera du coup plus simple.

Les magies s’acquièrent via des magilithes, des sphères qui vous obtiendrez en tuant vos adversaires. Celles-ci ne sont utilisables que dans le donjon où vous êtes, vous ne pourrez pas les garder de l’un à l’autre. En revanche, il n’y a aucune limite d’utilisation ni MP, vous pourrez spammer les attaques magiques sans soucis. Un autre point important sur la magie est que vous pouvez combiner des magilithes en les mettant sur deux commandes consécutives et en sélectionnant l’option “Fusionner”. Cela permet d’obtenir une magie plus puissante (brasier+ par exemple), voire de nouvelles magies, comme gravité. En multi-joueurs, il sera possible de lancer plusieurs sorts au même endroit afin d’augmenter leur puissance.

À la fin de chaque donjon, vous ne pourrez récupérer qu’un seul des artefacts que vous aurez trouvé, à savoir qu’il permettra d’augmenter une statistique, le nombre de cœurs ou le nombre de commandes max disponibles.

Technique

Cette édition Remastered profite d’une hausse conséquente de résolution pour une image nettement plus fine que sur GameCube mais également de textures de meilleure qualité et le passage au format 16/9ème. Si l’ensemble est nettement plus beau qu’avant, on peut regretter que la modélisation soit un peu vieillotte et que certaines textures paraissent atrocement plates, comme celle de l’herbe par exemple. La fluidité du titre est très bonne en revanche.

Côté son, la bande originale a été remasterisée pour une meilleure qualité. On redécouvre avec plaisir les très bons thèmes du jeu d’origine, qui nous avaient déjà enchantés à l’époque. Des voix ont été ajoutées lors des cinématiques du scénario. On notera l’absence de possibilité de passer les sons en version japonaise, que ce soit pour les voix ou pour le thème d’intro du jeu (oui, je trouve la vo nettement plus belle, mais la version anglaise est très bonne aussi).

En plus de la rehausse graphique, la police de caractère a elle aussi été changée, permettant à mon sens une meilleure lisibilité, c’est plus agréable. Les textes sont disponibles en plusieurs langues, dont le français.

Le plus gros du travail de ce remaster est la partie multi-joueurs bien évidemment. Le jeu original pouvait se jouer à 4 mais il fallait avoir chacun sa GameBoy Advance. Ici, plus besoin de GBA mais il faudra que chaque joueur ait son propre écran, que ce soit sur PS4, Nintendo Switch, iOS ou

Android, le multi est cross-plateforme, ce qui est excellent point. Autre détail qui a son importance, le jeu dispose d’une version démo dite Lite limitée en jeu solo, mais si vous jouez en multi avec quelqu’un possédant la version complète, vous pourrez alors parcourir la totalité du scénario sans débourser un sou, une bien belle initiative.

Pour finir, 13 nouveaux donjons end-game ont été ajoutés afin de donner du challenge aux joueurs en mal de difficulté. De nouveaux objets ont aussi été ajoutés pour les aider si besoin.

Pour conclure…

Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered Edition est un très bon RPG, une bonne découverte pour les jeunes n’ayant pas connu la version GameCube et une version rafraichissante pour les vétérans. Le mode multi-joueurs cross-plateformes est vraiment le bienvenu et permet de profiter du jeu avec tous ses amis, quelle que soit leur machine. Le jeu est disponible sur l’eshop de la Switch pour 29,99€ et demandera 4,1 Go d’espace disponible.

La  note  de la  rédaction

4/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Graphismes nettement améliorés

Bande son toujours aussi sublime

Multi-joueurs cross-plateformes !!!

Gameplay toujours aussi sympa

Les points négatifs

Pas de multi sur la même console

Certaines textures sont un peu plate

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Enregistrer