Dragon Ball Full Color L’enfance de Goku – Tome 1 & 2

Dragon Ball et Glénat, c’est une histoire au long cours puisque cela fait 31 ans que l’éditeur nous fait revivre, sous diverses formes, les aventures papier de Son Goku et de ses amis. Alors que nous fêtons cette année les 40 ans du début de la prépublication de Dragon Ball dans le Weekly Shōnen Jump, Glénat gardait encore une belle surprise dans sa manche pour le plus grand bonheur des fans de l’œuvre d’Akira Toriyama : l’adaptation en français de l’édition Full Color de Dragon Ball, publiée en 2016 au Japon. Disponibles simultanément en librairie depuis le 15 mai 2024, les tomes 1 et 2 de Dragon Ball Full Color L’enfance de Goku et ses planches complètement colorisées ont de solides arguments pour nous faire repasser encore une fois à la caisse. Et on ne va pas bouder notre plaisir !

Cette critique a été réalisée avec des exemplaires fournis par l’Éditeur.

Pérégrination vers l’Ouest

En 1984, commençait dans le Weekly Shonen Jump la prépublication d’une toute nouvelle série racontant les aventures d’un jeune garçon avec une queue de singe, à la poursuite des sept boules de cristal. L’univers n’avait alors pas encore réalisé que ce manga allait devenir une œuvre culte et installer les valeurs du shonen dans l’esprit des lecteurs du monde entier…

Quarante ans après, la série est toujours présente dans le cœur des fans. Et pour fêter ce bel anniversaire, vous pourrez la découvrir sous une nouvelle forme, entièrement colorisée ! De quoi compléter votre collection bien évidemment et aussi convaincre de nouveaux lecteurs d’entrer dans la confrérie !

Glénat

Je ne vous ferai pas l’affront de supposer que vous ne connaissez pas l’intrigue de Dragon Ball, et si tel est le cas, vous pouvez sauter ce paragraphe. Toutefois, si vous êtes toujours passé à côté de Dragon Ball sans jamais vous y intéresser, reprenons depuis le début. Dragon Ball nous conte l’histoire de Son Goku, un jeune garçon vivant seul dans les montagnes et qui a pour caractéristique d’être doté d’une force phénoménale et d’une queue de singe. Un jour, alors qu’il revient de la pêche, il rencontre Bulma, une adolescente aussi géniale que délurée.

Emmenée dans la demeure du jeune garçon, Bulma s’aperçoit que celui-ci est en possession d’une Dragon Ball, une sphère mystérieuse frappée d’étoiles dont elle est à la recherche. En effet, une fois rassemblées, les sept boules permettraient, selon la légende, d’invoquer le dragon Shenron qui exaucerait un vœu. Seul problème, Son Goku considère la boule comme un souvenir de son papi et refuse de s’en séparer. Ayant vécu en ermite et n’ayant jamais eu le moindre contact humain, en dehors de son grand-père décédé, il est naïf et ignorant ce que la jeune fille pense pouvoir utiliser à son avantage dans sa quête des Dragon Ball.

Omettant de lui préciser qu’une fois le vœu accompli, les boules s’éparpillent aux quatre coins du monde, Bulma propose à Goku de l’accompagner à la recherche des quatre boules manquantes, ce qu’il accepte avec plaisir. Les voilà lancés dans un voyage périlleux à la découverte d’un monde dont le héros ignore tout, ce qui ne manquera pas de surprendre les alliés et les ennemis qu’il va rencontrer sur la route. Heureusement, Bulma est là pour l’aider…

Découvrez un extrait de Dragon Ball Full Color L’enfance de Goku – Tome 1 ici !

Dragon Call

Ce qui se posait initialement comme un cadeau d’anniversaire, pour les 40 ans du début de la série, s’est désormais changé en hommage avec la disparition d’Akira Toriyama le 1ᵉʳ mars de cette année, qui s’est éteint à l’âge de 68 ans. En effet, quelle meilleure façon d’honorer ce mangaka de génie que de ressortir une nouvelle édition de son œuvre la plus connue mondialement. Cependant, quand Toriyama commence à dessiner Dragon Ball, il est loin de se douter du retentissement international que celle-ci va avoir. Ayant acquis une certaine popularité avec sa série comique Dr Slump (mettant en scène un scientifique génial, mais pervers, et le petit robot surpuissant qu’il a construit), le mangaka souhaite passer à autre chose, ce qui ne sera possible que s’il produit une nouvelle histoire plus intéressante.

S’inspirant du roman traditionnel chinois La Pérégrination vers l’Ouest de Wu Cheng’en en la mixant avec les films de kung-fu de Jackie Chan qu’il affectionne, Akira Toriyama propose une histoire courte nommée Dragon Boy. Dragon Ball était né, avec son mélange unique de comédie et d’action qui va révolutionner le shōnen en profondeur tout au long des 42 volumes que va connaître la série, qui va elle-même évoluer pour devenir bien plus centrée sur le combat dans sa deuxième partie, Goku étant devenu adulte. Popularisée en France par son passage au Club Dorothée de 1988 à 1996, la saga jouit d’une telle aura auprès de ses fans que des événements, régulièrement organisés, rencontrent toujours un franc succès comme le ciné concert Dragon Ball ayant eu lieu début 2024.

Pour autant, il serait réducteur de penser qu’Akira Toriyama n’est l’homme que de deux histoires, puisqu’il a signé pas moins d’une quarantaine d’œuvres et a également officié en tant que Character Designer dans le jeu vidéo, notamment sur la saga Dragon Quest, ou encore pour le mythique Chrono Trigger. Un superbe palmarès, dont il est toujours agréable de retrouver les récits, que ce soit dans sa bibliothèque ou dans sa console.

J’adore les singeries !

Je vais ici faire mon mea-culpa, car si je suis bien une enfant de la génération Club Do’, j’étais bien plus intéressée par Saint Seiya, Ranma ½ et Hokuto no Ken que par Dragon Ball, dont l’humour me laissait froide. Ce n’est que bien plus tard que j’ai réellement commencé à m’intéresser à l’histoire de Son Goku, d’abord au travers de Dragon Ball Z (qui reste à ce jour ma période préférée), puis progressivement à Dragon Ball. Cependant, je n’avais jamais sauté le pas de lire les premiers tomes du manga, puisque je connaissais assez d’éléments de l’intrigue pour profiter de la deuxième partie. La sortie des Dragon Ball Full Color L’enfance de Goku Tomes 1 et 2 a donc été le prétexte idéal pour enfin m’y lancer dans les meilleures conditions, et il faut bien le dire, je ne suis absolument pas déçue.

Entre le papier semi-glacé, très agréable sous les doigts, et la colorisation qui donne une nouvelle dimension aux planches, nous ne sommes pas loin d’avoir ici l’édition ultime, indispensable à tous les aficionados de la série. Et comme si cela ne suffisait pas, cette édition full color est agrémentée de quelques pages bonus en fin de volume où maître Toriyama se prête au jeu des questions-réponses, et où en apprend encore plus sur l’univers de la série. D’autant que, fort de mes connaissances actuelles et sachant combien Dragon Ball s’éloigne par la suite de ses références de base, j’aime beaucoup trouver les références faites au roman La Pérégrination vers l’Ouest ainsi que tous les clins d’oeil de l’auteur aux productions qui ont nourri son univers.

J’aime beaucoup (re-)découvrir Dragon Ball de cette façon et si l’humour de Toriyama me passe parfois un peu au-dessus de la tête, je comprends aisément l’engouement des lecteurs qui a fait de Dragon Ball l’une des sagas les plus déclinées que ce soit en artbook, guides, jeux vidéo (La série des Dragon Ball Z : Budokai, Dragon Ball Xenoverse, Dragon Ball Z Kakarot …) ou même en livre de cuisine. Vous l’aurez d’ores et déjà compris, je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin et je vais continuer de me procurer les Dragon Ball Full Color L’enfance de Goku, à commencer par les tomes 3 et 4 prévus pour sortir simultanément le 3 juillet 2024.

Pour conclure…

Avec la sortie de Dragon Ball Full Color L’enfance de Goku tomes 1 et 2, Glénat fait d’une pierre deux coups en fêtant dignement les 40 ans de la saga des Saiyans, mais aussi en rendant un vibrant hommage à son créateur, malheureusement décédé il y a quelques mois. En proposant aux lecteurs une édition aux planches colorisées sur un papier semi-glacé de très bonne qualité, et agrémenté de pages bonus en fin de tome pour en apprendre plus sur l’univers de Dragon Ball, l’éditeur a de quoi ravir les fans de tous âges de la licence. De là à la qualifier d’ultime, il n’y a qu’un pas que je n’ai pas peur de franchir allègrement et c’est avec empressement que je vous donne rendez-vous en juillet pour la sortie des tomes 3 et 4 de Dragon Ball Full Color L’enfance de Goku.

Vous devriez Lire aussi
Host Club : Le Lycée de la Séduction - Tome 1

Dans le même genre

Laisser un commentaire

En savoir plus sur GeeksByGirls

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading