Ciné-Concert Dragon Ball

"Dragon Ball In Concert" Affiche

C’est le 25 janvier dernier que nous avons pris la direction du Dôme de Paris situé Porte de Versailles, où nous étions invités à la première d’un concert. Et pas de n’importe lequel puisqu’il s’agissait du ciné-concert intitulé “Dragon Ball In Concert”. À cette occasion, nous avons pu avoir accès aux coulisses de l’événement et rencontrer le producteur du spectacle ainsi que le chef d’orchestre. De quoi papoter un peu avec eux et leur poser quelques questions !

Un concert sans bémol

Habituée depuis quelques années à la production de ciné-concerts, la société strasbourgeoise G1, déjà responsable des spectacles Disney 100 ans de magie et du ciné-concert du film Gladiator, a voulu mettre son expertise sur un nouveau projet : jouer en live les plus grandes musiques de l’animé Dragon Ball pendant que des extraits de la série sont projetés sur un écran géant de 20 m surplombant la scène. D’après Guillaume Gein, producteur et directeur de G1, adapter Dragon Ball avec cette formule est très vite tombé sous le sens : “On avait envie de travailler sur cet animé-là qui est connu de tous. À titre personnel, j’ai trouvé que Dragon Ball était parfait pour ce projet car il touche toutes les générations et c’est quelque chose qui est intéressant pour un spectacle.”.

"Guillaume Gein" Producteur du spectacle

Au-delà de cette envie, Guillaume est également un grand fan de l’histoire d’Akira Toryama, et c’est cet amour qui l’a poussé à relever les nombreux défis qui accompagnent la production d’un tel événement : “La spécificité de ce genre de concert, c’est qu’il y a un orchestre d’une soixantaine, voire plus, de musiciens à gérer. Il faut s’entourer de grands professionnels pour que ce soit qualitatif au niveau de la technique, au niveau du son, s’assurer de respecter les souhaits de la licence, leurs contraintes et leurs envies. Sur un spectacle comme ça, il y a vraiment énormément d’enjeux. Il y a donc énormément de choses auxquelles il faut penser et forcément tout ça prend beaucoup de temps et d’attention.”.

Trunk dans "Dragon Ball In Concert"

Un projet dantesque, qui aura mis quelques années avant de voir sa concrétisation : “Ça nous aura pris trois ans entre le début des négociations pour obtenir les droits de la licence, la création du show et la première.”. Mais pas de quoi stresser le producteur pour autant : “C’est un aboutissement, l’aboutissement d’un travail qui voit le jour donc je suis content !”

Découvrez le site officiel de Dragon Ball In Concert pour être au courant de toutes les dates ici !

Bulma-gique

Bien sûr, qui dit concert dit avant tout musique. Et sur Dragon Ball In Concert, c’est l’ensemble Sinfonia Pop Orchestra qui officie. Créé en 2009, cet orchestre de professionnels, passionnés par la musique illustrant la pop-culture, s’est fait une spécialité dans l’interprétation de musiques de films, d’animés ou de dessin animés. Un signe qui ne trompe pas, la moyenne d’âge des musiciens est de trente ans, et ils ont l’habitude de s’adapter en fonction des projets, aidés en cela par leur vivacité et leur passion. Et pour la tournée à venir, ils seront dirigés par le dynamique Jordan Gudefin, ancien directeur de l’orchestre philharmonique du COGE à Paris. Excusez du peu !

"Jordan Gudefin" chef d'orchestre du concert

Pour Jordan cela dit, son implication sur le spectacle était loin d’être une évidence : “Dragon Ball, je ne connaissais pas, je fais partie de ses profanes, mais je me rends compte aujourd’hui de la puissance de la musique, et je comprends qu’on ait envie de l’adapter quand on fait des ciné-concerts sur des titres sortis dans les années 90. D’autant que c’est la meilleure époque ! (NDR : Jordan est né en 1988, ça aide !). C’est vrai qu’il y a une puissance, une force que je découvre et je comprends qu’on ait envie de s’y frotter. Il y a une vraie montée en puissance de ces thèmes qui sont modifiés, on passe de quelque chose de comique à une musique très épique, c’est assez puissant. Le challenge me plaît énormément et je suis très content d’en faire partie !”.

Générique de DBZ dans "Dragon Ball In Concert"

Le défi est donc de taille pour le chef d’orchestre, car sa direction pour un tel spectacle diffère diamétralement de celle dont il a l’habitude : “C’est diffèrent déjà en termes d’énergie, non pas qu’à l’opéra on soit mou, loin de là, mais c’est plus long et on est au service des chanteurs, du plateau, ce n’est pas la même manière d’aborder les choses, on a plus de moment de repos. Là, c’est tellement énergique sans arrêt, en plus je m’attends à ce que ce soit la folie dans la salle parce que les gens vont être contents de retrouver leurs personnages et les moments cultes de la série, que c’est très physique à diriger.”.

Première transformation de Goku en super sayen dans "Dragon Ball In Concert"

Tempo Ultra Instinct

Autre contrainte technique pour Jordan, le tempo : “Ce qui est difficile, c’est de coller aux images, donc j’ai un métronome dans l’oreillette avec un clic tout le long qui me donne la vitesse en temps réel de ce que je dois faire, mais les musiciens eux ne l’entendent pas, sinon ça perdrait en termes de magie et c’est donc à moi de m’adapter pour que ça colle. C’est très différent d’un opéra où, finalement, je peux faire deux tempos différents deux soirs de suite. Là non, il me faudra garder la même vitesse tous les soirs.”.

Jordan Gudefin qui dirige l'orchestre dans "Dragon Ball In Concert"

Relever ce challenge est d’autant plus beau car, comme nous l’explique Jordan, le temps de préparation a été court : “On a eu les arrangements assez tardivement, car les arrangeurs ont eu un boulot monstrueux pour tout réorchestrer. Je ne sais même pas si des partitions existaient, puisque c’était enregistré en studio, avec des prises de sons différentes suivant les époques de la série. J’ai reçu les partitions 7-8 jours avant la première répétition, mais comme j’étais déjà en train de travailler avec les arrangeurs, je savais où je mettais les pieds.”. Du côté du chef d’orchestre non plus, pas de stress pour cette première : “Je suis impatient, surtout que, sans spoiler, l’introduction est faite pour faire languir le public, ça dure 3-4 minutes et, d’un seul coup, il y a quelque chose qui se passe sur scène et ça va être la folie (rires).”.

La valse des boules de cristal

"Hiroki Takahashi" le chanteur du premier générique original de Dragon Ball

Autre grand temps fort du concert, la présence d’Hiroki Takahashi, le mythique interprète original de certaines chansons de Dragon Ball : Maka Fushigi Adventure, Mezase Tenkaichi et Dragon Ball Densetsu. À presque 60 ans, le chanteur a fait le déplacement jusqu’en France pour interpréter, lors du concert, tous les génériques de la série. Quand on sait que son aventure avec Dragon Ball a débuté il y a 38 ans, lançant du même coup sa carrière… Car oui, Monsieur Takahashi était un amateur, repéré par un label après avoir remporté un prix avec son groupe, quand il a enregistré le premier opening de la série.

Autre générique de DBZ dans "Dragon Ball In Concert"

De quoi promettre de beaux moments d’émotion pour les fans pressés d’entendre à nouveau chanter l’artiste. En effet, c’est la deuxième fois que Hiroki Takahashi se produit en France lors d’un concert consacré à l’animé, sa première expérience remontant au Concert Dragon Ball Symphonic Adventure en 2017. Cependant, cette fois-ci, il s’agit d’un projet au long cours puisque pas moins de 20 dates sont prévues à travers toute la France, même si à l’heure où j’écris ces lignes les dates de concert à Montbéliard, Dijon, Reims et Clermont-Ferrand ont été annulées faute de réservations.

Dates de la tournée "Dragon Ball In Concert"

Kaméha la musique

Il faut le reconnaître, pour la première de Dragon Ball In Concert, la production avait mis les petits plats dans les grands avec un petit cocktail réunissant des invités presse triés sur le volet. Dans une ambiance conviviale, j’ai très facilement pu discuter avec le chef d’orchestre, Jordan Gudefin, et le producteur du spectacle, Guillaume Gein, qui ont vraiment été adorables et accessibles, accordant du temps à chacun suivant les sollicitations des invités.

Gohan contre Cell dans "Dragon Ball In Concert"

Puis, une fois l’heure de prendre place dans la salle, c’est avec émotion que je me suis assise à ma place, car assister à un ciné-concert était une grande première pour moi. Quand la musique a démarré, ce fut un énorme moment d’émotion, en communion avec tous les fans de la salle. Deux heures d’un spectacle mêlant la musique jouée à la perfection sous nos yeux par l’orchestre, mené par son dansant (et croyez-moi, c’est le mot !) meneur, et les extraits vidéos, parfaitement sélectionnés, revenant sur absolument toute la saga Dragon Ball (exception faite du très mauvais Dragon Ball GT), le tout habillé par des effets de lumière qui rendent la prestation encore plus magique.

Gohan sauve Krilin dans "Dragon Ball In Concert"

Et que dire du délire s’emparant de la salle à chaque prestation de Monsieur Hiroki Takahashi, qui a su mettre le feu avec ses interprétations de Cha-la Head-Cha-la, We Gotta Power ou encore le mythique Maka Fushigi Adventure!. En gros, comme dans le détail d’ailleurs, je suis ressortie de la salle des étoiles plein les yeux et avec une furieuse envie de recommencer l’expérience. Qui sait ? Peut-être que je vais y retourner avec mes hommes à la prochaine date parisienne…

Son Goku dans "Dragon Ball In Concert"
Pour conclure…

Que vous soyez fan inconditionnel ou juste nostalgique de vos après-midi devant Dragon Ball en rentrant de l’école, ce ciné-concert est fait pour vous ! Deux heures trente d’un spectacle grandiose rendant un hommage vibrant aux meilleures musiques de l’animé depuis Dragon Ball jusqu’à Dragon Ball Super, où vous passerez une soirée mémorable. Vous avez raté le passage à Paris ? Consolez-vous, une date supplémentaire a été annoncée dans la capitale : le samedi 22 avril 2023. Bah, vous êtes encore là ? Ruez-vous sur les places, il n’y en aura pas pour tout le monde. Moi, en tout cas, je fonce !! Nuage magiiiiique…

Vous devriez Lire aussi
Orléans Game Show - Notre retour sur l'event eSport

Dans le même genre

Laisser un commentaire