Deathloop

Deathloop est un jeu d’action / aventure développé par Arkane Studios, les créateurs de Dishonored, et édité par Bethesda. Sorti le 14 septembre dernier en exclusivité temporaire sur PlayStation 5 et PC, il ne sera pas disponible sur Xbox Series avant l’an prochain.

This is Deathloop

On n’arrête plus Arkane. Fort des succès de Dishonored et de Prey, le studio lyonnais nous propose cette fois-ci d’évoluer dans un terrain de jeu très particulier. Exit la linéarité narrative, bonjour la boucle temporelle ! Construit sur les bases de ses grands frères, Deathloop est un jeu d’action / aventure à la première personne où il faudra faire usage de toutes les armes à notre disposition pour briser la boucle sans fin où est piégé notre protagoniste, Colt.

Good morning Blackreef

Qui est Colt ? Lui-même n’en est pas certain. Deathloop commence avec un premier réveil dans sa peau sur une plage d’un lieu dénommé Blackreef, désemparé et sans la moindre idée de ce qu’on fait ici. D’étranges mots flottants nous guident, nous conseillant de « briser la boucle ». Quelle boucle ? Colt va vite trouver réponse à certaines de ses questions quand Juliana, une femme mystérieuse semblant le connaître, va tout simplement l’éliminer… Causant un nouveau réveil sur cette même plage.

Ayez foi en les Visionnaires

Colt se rend donc compte de la boucle temporelle à l’œuvre dans Deathloop et part donc en quête d’un moyen de la rompre. Sa piste principale : les Visionnaires, un groupe hétéroclite de savants, bourgeois et autres personnalités déjantées qui semblent être en charge du fonctionnement de Blackreef. La boucle semble maintenue par leur simple existence, à laquelle Colt va donc devoir mettre un terme. Mais il faudra tout d’abord échapper aux Éternalistes, la bande mi-culte mi-gang qui leur obéit, ainsi qu’à Juliana…

Planning chargé

Une boucle standard nous permet d’explorer les quatre zones principales de Blackreef tout au long d’une seule journée, découpée en quatre segments. Chaque zone de Deathloop est très différente et diffère encore davantage en fonction du moment où on la visite. Par exemple, le quartier résidentiel d’Updaam est relativement calme en journée mais est recouvert de neige dans l’après-midi, avant d’être le théâtre d’une grande fête privée le soir. De même, certains recoins du Rocher de Fristad ne sont accessibles qu’à partir de l’après-midi grâce au gel des plages, tandis que l’un des bunkers qui s’y trouve se retrouve condamné.

Plein les yeux, mais pas que

Visuellement, Deathloop pousse le Void Engine toujours plus loin. J’ai joué au jeu en mode performances à 60 IPS, mais le mode Ray-Tracing ajoute des effets de lumière vraiment très convaincants. J’ai beaucoup aimé la direction artistique très années 60, qui a d’ailleurs valu au jeu une victoire aux Game Awards 2021. Mention spéciale pour l’intégration très réussie de la DualSense d’ailleurs ! Les conversations radio avec Juliana utilisent le haut-parleur de la manette, et les vibrations sont qualitatives. Si une arme s’enraye, les gâchettes adaptatives se bloquent pour refléter le défaut matériel.

Petits meurtres entre amis

Trois problèmes se présentent rapidement pour Colt. Le premier, c’est que ses cibles sont rarement présentes en groupe au même endroit, au même moment. Or, chaque changement de zone fait avancer le temps irrémédiablement vers la prochaine boucle dans Deathloop ! Le second : un Visionnaire mort dans une boucle sera vivant dans la suivante, forcément. Enfin, ces individus n’ont aucune intention de se laisser tuer sans se battre. Tous disposent d’un module leur donnant des capacités surnaturelles et utilisent des armes très puissantes. L’approche frontale ne sera donc pas forcément une bonne idée. Libre à nous de persister et de faire pleuvoir les balles, ou de choisir la méthode infiltration.

Une mémoire à toute épreuve

Colt est donc traqué par l’île de Blackreef toute entière. Et chaque fois qu’il meurt, il se contente de revenir à la vie sur la plage, comme si rien ne s’était produit. Et c’est d’ailleurs le cas : aucune de nos actions ne persiste entre les boucles, et Colt ne conserve aucune arme ou module récupéré précédemment. Tout du moins, en apparence ! Colt semble cette fois capable de se souvenir des informations glanées à chaque fois que la journée se répète. Codes d’accès, informations clés, allées et venues des Visionnaires : toute information vécue sur une journée dans Deathloop est gardée en mémoire, ce qui nous permet de planifier au mieux nos agissements.

Tuer avec sa tête

Et c’est là toute la subtilité du système de Pistes de Deathloop. En glanant les bonnes informations, nous devenons capables d’anticiper certains comportements des Visionnaires, voire de les influencer. L’un d’eux aime tirer des feux d’artifice tous les soirs dans sa villa ? En trafiquant ces derniers en matinée, ils exploseront à son nez le soir sans même avoir besoin de se déplacer. Avec un soupçon de manipulation, vous serez peut-être même en mesure de réunir plusieurs Visionnaires au même endroit, au même moment ! Sur Blackreef, toute connaissance acquise reste votre meilleure arme.

Feu à volonté

Parfois, il faut aussi des armes tout court pour se sortir du pétrin. Les Éternalistes qui se dressent sur notre chemin n’hésiteront pas à ouvrir le feu sur Colt à vue. Il est possible de fuir ces affrontements, voire de les éviter complètement en étant discret, mais il y aura des moments où il faudra faire parler la poudre. Heureusement, Colt a accès à un arsenal varié, composé de pistolets, mitraillettes, fusils à pompes et autres snipers. Pour les armes légères, il est même possible d’en porter une dans chaque main, au détriment de la précision. Chaque nouvelle boucle de Deathloop réinitialise notre équipement : autant en profiter pour expérimenter !

Assassin surnaturel

Les Visionnaires ne sont pas les seuls à pouvoir profiter de capacités surnaturelles. En les éliminant, Colt peut voler leurs modules, qui sont l’équivalent des pouvoirs de l’Outsider de Dishonored mais dans Deathloop. Téléportation sur une courte distance, télékinésie, ou encore invisibilité : autant de manières d’aborder chaque situation différemment. Colt peut en porter deux à la fois en plus de son propre module, qui lui permet de revenir à la vie deux fois avant de succomber définitivement et de redémarrer une nouvelle boucle. Chaque élimination ultérieure d’un même Visionnaire permet même d’obtenir des améliorations de module, offrant encore un peu plus de possibilités.

Armurerie intemporelle

Car bien entendu, petit spoiler, il existe évidemment un moyen de conserver certains de nos butins obtenus au cours d’une boucle. Une fois la méthode trouvée, Colt pourra absorber le résiduum habitant certains objets autour de lui ainsi que les dépouilles des Visionnaires éliminés. Cette ressource permet d’infuser armes, modules et breloques, pour pouvoir les conserver indéfiniment. Le top, c’est qu’en infusant par exemple un excellent fusil sniper, ce dernier réapparaît systématiquement au début de la prochaine boucle. Peu importe s’il a été abandonné sur le terrain plus tôt dans la journée !

Tel est pris qui croyait prendre

Mais n’allez pas croire que Deathloop devient facile pour autant. Chaque élimination de Visionnaire rend les ennemis plus coriaces et plus réactifs. Sans parler de la plus grosse épine dans notre pied : Juliana ! Incarnée par un autre joueur hostile ou par l’IA, cette Visionnaire n’a pour seul but que de nous nuire. Bien entendu, en fonction du niveau de votre adversaire, ces rencontres seront plus ou moins difficiles. Mais la tension de savoir qu’elle est présente sur la carte, annoncée par un message d’alerte et le blocage des sorties, reste bien réelle. Je me souviens encore de son apparition sur les derniers instants d’une boucle très réussie, et elle a bien failli m’en faire démarrer une nouvelle.

Chasse au Colt

Bien sûr, si on peut être envahi en tant que Colt, il est également possible d’envahir en tant que Juliana. Accessibles une fois le prologue de Deathloop terminé, ces invasions peuvent parfois prendre quelques minutes à se lancer. La faute à un matchmaking forcément moins vivant que celui d’un Call of Duty par exemple. Une fois en partie, accomplir certaines prouesses comme rester en vie un certain temps ou encore tuer Colt d’un tir à la tête rapportent des points de chasseuse. En améliorant son rang, Juliana débloque ainsi de nouvelles armes et modules à utiliser contre Colt, ainsi que des costumes alternatifs pour les deux personnages.

Déjà-vu

Cet aspect multijoueur de Deathloop reste cependant à double tranchant. J’ai passé quelques bons moments en incarnant Juliana, et j’ai des affrontements mémorables en tant que Colt en mémoire. Cependant, l’équilibre n’est évidemment pas au rendez-vous, et certaines stratégies peuvent transformer un concept fun en grincements de dents. Se faire sniper par une Juliana invisible peut être amusant une fois, un peu moins au bout de la cinquième. Sur mes dernières parties, je me rendais même en sprint toutes armes dehors vers le point d’apparition de la Visionnaire pour en finir au plus vite… Heureusement, il est possible de limiter le jeu en ligne aux amis uniquement, et même de le désactiver pour les moins enthousiastes.

Pour conclure…

Deathloop est un nouveau quasi sans-faute pour Arkane. Proposant une formule revisitée de tout ce qui a pu faire le succès de ses prédécesseurs, le jeu sait innover et se créer sa propre identité. Le gunplay est réussi, les visuels sont propres, les personnages sont bourrés de charisme : on aurait presque envie de vivre cette boucle temporelle pour toujours.

La  note  de la  rédaction

5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Le jeu de piste géant qu’est la boucle

Liberté d’approche et d’expérimentation

La rivalité Colt / Juliana

Le lore caché partout sur Blackreef

Les points négatifs

Quelques bugs et crashes toujours présents

Matchmaking un peu long

Dans le même genre

Laisser un commentaire