Crime O’Clock

Enquêteur en herbe, la cellule de l’anticriminalité temporelle a besoin de vous. Il est temps de mettre à l’épreuve votre sens de l’observation afin de résoudre des enquêtes temporelles et de rétablir la bonne marche des événements. Une grande aventure parsemée d’énigmes vous attend au travers des époques.

Ce test a été réalisé sur une version PC (Steam Deck).

Macro Micro ?

Ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose et pourtant. En effet, Crime O’Clock se rapproche du style de ce jeu de plateau et de son esprit en profitant de la flexibilité et des possibilités qu’offre un jeu vidéo.

(carte) enquête

On va donc résoudre plusieurs enquêtes en recherchant les indices, victimes et coupables sur une carte géante, fourmillant de détails. À la manière d’un « où est Charlie » on doit donc retrouver les éléments de l’enquête dans cette immense carte.

On part ainsi à la recherche des indices tel un enquêteur aidé d’une IA très bavarde. Il faudra écouter et regarder les moindres signes, faire preuve de logique et surtout de patience pour trouver tous les éléments.

Tout est lié

Bien que les toutes premières enquêtes donnent l’impression d’être décorrélées les unes des autres, très vite, un fil rouge se met en place et notre rôle prend soudainement plus d’ampleur. Ce qui ressemblait à des événements isolés se trouve en fait être l’œuvre de quelques êtres malveillants.

Doucement l’histoire se construit autour de ce ou ces êtres. Notre tableau doucement se remplit un peu à la façon des pinboard que l’on voit dans les films sans pour autant saturer notre affichage.

(map) pinboard

Au début, cette trame plutôt simple se complexifie au fil du temps. Bien qu’on n’ait pas vraiment d’interaction directe avec, si ce n’est que de suivre l’ordre des enquêtes, elle apporte juste assez de profondeur pour donner envie d’en découvrir plus et d’avancer.

On sort les loupes

Passons au jeu en lui-même. Il se présente comme un « où est Charlie » (ou Waldo en fonction du pays). On y retrouve une vue du dessus très détaillée d’une ville. L’IA nous donne alors quelques informations pour nous aider à trouver le début de l’enquête et c’est parti.

Au début, le jeu nous guide pas mal, mais très vite il faudra chercher et se creuser les méninges. Chaque étape de l’enquête ayant plus ou moins une logique. Certaines assez évidentes et d’autres un peu plus tirées par les cheveux. Malheureusement, il arrive que l’on se contente de chercher un peu au hasard.

(tutorial) victime
(crime) trouvé
(début) accident

Au fil de notre progression, on découvre doucement tous les éléments du jeu. Celui qui prédomine est le voyage dans le temps. À l’instar de Micro Macro, les déplacements des belligérants sont représentés par une frise temporelle allant de 1 à 10. Cette gestion du temps est entièrement prise en main par notre IA.

Cet élément de temporalité est plus esthétique. En effet, cela permet de faire évoluer les scènes contrairement à Micro Macro. Naturellement, un jeu de société ne peut utiliser cette fonctionnalité purement numérique.

Des outils puissants

En tant que détective temporel, nous disposons d’un grand nombre d’outils divers et variés que nous obtenons petit à petit. Certains apportent des éléments intéressants comme le fait d’ouvrir les contenants.

Bien que dur de prendre le réflexe, car arrivant très tard, cette fonction permet de diversifier les énigmes. On dispose aussi d’un outil de résonance permettant de cibler la zone de recherche. Ce dernier, un peu moins intéressant, permet à mon sens de compenser certaines énigmes peu claires.

Finissons avec les sous-routines. Par moment l’IA va entrer dans un mode alternatif pour faire avancer l’enquête. Il faudra alors faire un mini jeu afin de trouver l’identité d’une personne, ou analyser un élément. L’idée est bonne,  mais la plupart de ces mini-jeux sont un peu inintéressants. Souvent assez simples, très peu apportent un réel plus.

(perdu) résonnance
(minijeu) identité
(minijeu) traçage

Tout est dans les détails

En tant qu’enquêteur, notre flair sera primordial pour remarquer chaque détail de cette ville fourmillant de vie. C’est sûrement le plus gros point fort. Bien évidemment, étant donné que l’on va passer beaucoup de temps sur cette prise de vue, il est nécessaire qu’elle nous attire.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça marche. Chaque centimètre de l’image contient des dizaines de saynètes, certaines faisant référence à la pop culture. On y retrouve du Disney, du Rick et Morty, et plein d’autres petits easter eggs cachés sur les cartes.

Enfin, comme expliqué plus haut, les enquêtes finissent par avoir des liens, et des coupables communs nous encouragent à creuser un peu plus à chaque fois. Résolvant crimes et délits pour débusquer les vrais coupables de ces perturbations.

Pour conclure…

Crime O’Clock rappelle Micro Macro et propose une expérience numérique rappelant aussi « où est Charlie ». Les énigmes et la quantité de petits détails et easter eggs rendent le tout plaisant et très accrocheur.

On regrettera tout de même que les mini-jeux qui entrecoupent les enquêtes soient anecdotiques. Néanmoins, on prend plaisir à découvrir et chercher les indices qui nous conduiront à la résolution de notre affaire.

La  note  de la  rédaction

4/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Plein de détails

Référence à la pop culture

Contenue assez large

Une histoire intéressante

Les points négatifs

Un peut trop dirigiste

Certaines recherche un peut hasardeuses

Vous devriez Lire aussi
[Preview] Mato Anomalies

Dans le même genre

Laisser un commentaire