Call of Duty : Modern Warfare II

Call of Duty, un nom qui résonne pour beaucoup de joueurs comme une des licences les plus populaires de ces 20 dernières années, mais également par moment comme une machine à dollars qui fait passer la communication devant la qualité. Alors, qu’en est-il cette année ? Réponse.

Le Retour du Roi

Avant de parler de Call of Duty : Modern Warfare II, revenons-en à son prédécesseur.
Call of Duty: Modern Warfare, sorti en 2007, s’est imposé comme une référence de la série et a marqué pour beaucoup le début de l’âge d’or de COD. Suivi 2 ans plus tard par MW2, le studio a là encore franchi une étape pour pondre ce qui sera probablement le jeu le plus apprécié de la série. C’est en 2019 qu’Activision décide de redonner naissance à Modern Warfare avec un reboot de grande qualité, salué par la critique pour ses détails et son réalisme. Aujourd’hui, MW reçoit une suite qui l’égale, si ce n’est la dépasse en termes de réussite.

Call of Duty : Modern Warfare II

Souvenirs de Prypiat

Call of Duty : Modern Warfare II, la campagne

La campagne

À commencer par la campagne. Dès les premières minutes, on est scotché à notre siège face à la qualité graphique du jeu. Une véritable claque ! Les décors sont réalistes au possible, le moteur est bien plus fin que sur le premier opus et on a des frissons en voyant la silhouette de Ghost à l’écran.

Call of Duty : Modern Warfare II, le scénario

J’ai trouvé le scénario plus simple à suivre, plus cohérent et assez intéressant, une belle évolution. D’ailleurs, certaines vieilles ficelles désuètes de la série disparaissent ou sont fortement réduites (le personnage qui tombe et doit se rattraper grâce à un QTE à une barre de fer, ou autres joyeusetés de ce genre dont on se passe avec plaisir).

Quelques nouveautés

D’autres sont introduites, comme la possibilité de nager, la nouvelle conduite des véhicules avec possibilité de grimper sur le toit, et même du craft ! Oui, oui, vous avez bien lu, Call of Duty : Modern Warfare 2 propose lors d’une mission de se confectionner des outils afin de survivre au milieu d’une ville sous contrôle ennemi.

Cependant, bien qu’appréciées, ces évolutions sont mal utilisées lors des missions de la campagne. Le problème ? Leur utilisation dure trop longtemps. Il faut au moins 30 minutes à 1 heure pour compléter la mission de survie si on joue en difficulté élevée et qu’on se fait tuer à plusieurs reprises. Une autre mission propose de conduire des véhicules lors d’une course poursuite sur route, en devant éviter des mines et autres tirs ennemis. Encore une fois, sympa, mais trop long.

L’immersion dans Call of Duty : Modern Warfare II

Call of Duty : Modern Warfare II, l'immersion

On en vient à la partie immersion. Autant dire qu’elle est totale. On a vraiment le sentiment d’être un soldat, de progresser avec ses coéquipiers et l’histoire se déroule avec un plaisir absent depuis de nombreux épisodes ! (à l’exception du MW de 2019). Bon, par contre, autant le dire tout de suite, le remake de la mission furtive de Prypiat est un échec total. Le cadre est totalement fade, bien loin des terres radioactives d’Ukraine et, encore une fois, C’EST LONG !

Vous devriez lire aussi  Black Future '88

Double kill, triple kill, Killtacular !

Multijoueur

Bon, venons-en à la partie multijoueur du titre.

MW était génial à ce niveau avec des armes criantes de réalisme, un sound design incroyable et une progression fluide et efficace. Certes, les maps étaient un peu trop monotones et sobres, mais ça donnait du réalisme.

Dans cet opus, on retrouve ces qualités encore améliorées. La sensation de tir est juste parfaite, la meilleure de toute l’histoire des Call of Duty. L’arme est lourde, précise et se manie à la perfection. Le son est toujours aussi bon et les maps… Bon, malheureusement, les maps c’est pas foufou.

Certaines ont un map design sympa là où sur d’autres, c’est passable. Elles sont toujours aussi monotones et aucune ne m’a pour le moment marquée. On est bien loin de l’époque de MW, MW2 ou Black Ops avec des maps qui nous ont marqué à tout jamais, comme Terminal ou Nuke Town pour ne citer qu’elles.

Attention cependant, on peut espérer l’arrivée de Terminal, Favela ou Rust au cours de l’année avec la sortie du pass de combat. On croise les doigts pour qu’elles soient aussi réussies que leurs versions originales.

Call of Duty : Modern Warfare II, je peux avoir le menu ?

Côté ergonomie de l’interface, c’est un peu raté. On se perd facilement et il est parfois difficile de trouver ce qu’on veut. Sans parler de la progression des armes qui est à la fois plus simple et bien plus compliquée (oui oui, c’est possible).

Prenez par exemple les camouflages : là où il fallait en débloquer des dizaines sur les précédents opus pour obtenir le camo Or, il suffit d’en déverrouiller 4 par arme sur MW2 !

C’est bien plus sympa et simple (trop ?). Par contre, pour débloquer l’intégralité des accessoires d’une arme, il faudra monter en niveau sur les variantes de cette arme (par exemple, M4 -> M6…). Ce système est un peu difficile à appréhender au début, à voir sur le long terme ce que ça donne.

Les killstreaks sont bien foutus et le système de déblocage d’atouts en cours de game est pas mal non plus.

Il y a largement de quoi s’éclater de longues heures sur ce multi !

Pour conclure…

Call of Duty revient cette année avec une nouvelle référence dans la série aux qualités indéniables et à l’esthétique si particulière. Cela manque un peu de couleurs en game et de lisibilité dans les menus mais ces quelques défauts sont éclipsés par un soucis du détail jamais vu dans l’histoire de COD. Une grosse claque et un gros plaisir entre les mains.

La  note  de la  rédaction

5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Réalisme, immersion, combo gagnant

Le son, la sensation de tir

Tellement d’accessoires et de choses à débloquer !

Les points négatifs

La VF n’est pas ouf

Les maps ne sont pas marquantes

Manque d’ergonomie dans les menus

Dans le même genre

Laisser un commentaire