Assassin’s Creed : La Cité Dorée

En cette rentrée, je vous propose un nouveau roman sur mon jeu vidéo préféré : Assassin’s Creed. Alors que le nouvel opus, “Mirage”, des studios d’Ubisoft ne sortira que le mois prochain, nous allons plonger dans l’histoire de son personnage phare : Basim. Ce nom vous dit sûrement quelque chose si vous avez joué à Assassin’s Creed : Valhalla. Et nous allons également retrouver son fidèle acolyte : Hytham. Ce nouveau roman, tout comme les précédents que je vous ai présentés à travers Geeks By Girls, est à retrouver aux Éditions 404 ! Et sans plus attendre je vous en dis plus dans les paragraphes suivants.

Synopsis

Plongez au cœur de la confrérie dans ce roman Ubisoft officiel avec Basim, héros du jeu Assassin’s Creed® Mirage !

CONSTANTINOPLE, AN 867 DE NOTRE ÈRE – Dans l’ombre du palais, une conspiration se trame. L’Empereur Basile Ier, assoiffé de pouvoir, a décidé de faire assassiner son fils.

Informés de la présence de membres de l’Ordre des Anciens à Constantinople, Ceux qu’on ne voit pas envoient Hytham rejoindre le maître Assassin Basim Ibn Ishaq avec une mission : infiltrer la garde impériale.

Mais ce n’est pas tout : officieusement, Hytham est également chargé d’enquêter sur Basim, dont la loyauté envers la confrérie est mise en doute. Pour mener à bien ses missions, Hytham devra nouer des alliances inattendues et peut-être devenir mentor à son tour…

Une nouvelle aventure haletante dans l’univers extraordinaire d’Assassin’s Creed !

404 Éditions

Assassin’s Creed : La Cité Dorée & Valhalla

L’une des premières questions que je me pose lorsque je lis un roman ou que je joue aux jeux Assassin’s Creed c’est : où je me situe dans le temps et par rapport aux autres opus ? Eh bien “Assassin’s Creed : la cité dorée” est juste quelques années avant la rencontre avec Eivor du clan du Grand Corbeau en Angleterre. Dans ce roman, nous retrouvons, comme je le disais en introduction, le duo Basim et Hytham. Cependant, je m’attendais à ce que ce soit Basim qui soit mis en avant et non son acolyte pour coller au prochain jeu qui doit sortir début octobre 2023. Néanmoins, je me suis autant régalée à le lire que l’autre volume de la même collection : “Assassin’s Creed Valhalla : l’épée du cheval blanc”, que je vous avais présenté l’an dernier. Si vous avez joué à Valhalla, vous savez qui est réellement Basim. Et donc une multitude de questions vont venir avec Mirage. Comment Basim est-il devenu celui qu’il est vraiment ? Comment se fait-il que personne n’ait découvert sa véritable identité à travers les siècles ? Quelles autres identités a-t-il eues au cours du temps ?

Mais pas de panique, ce sac de noeuds est à conserver pour le jeu et non le roman. Là, nous avons quelque chose de cohérent et qui explique surtout pourquoi nos deux assassins se sont retrouvés en Angleterre à faire copain copain avec un clan de Vikings par la suite. Tout se met en place et paraît logique par rapport au jeu Valhalla. Une seule question persiste : pourquoi l’Ordre cherche-t-il Basim ? Il semble bien renseigné à son sujet…

Un Hytham sous un autre jour…

On connaissait le Hytham un peu strict sur les règles de Ceux qu’on ne voit pas, le Hytham “amoureux” (par rapport à l’autre roman), et maintenant nous avons le Hytham version papa poule. L’âge des personnages n’est absolument pas dit tout au long du récit, ni dans les jeux vidéo. Cependant, l’assassin encore en cours d’apprentissage va s’attacher un petit peu trop, au grand dam de son mentor, à la mission. On le découvre alors plus tendre envers le futur empereur qu’il doit protéger. Et surtout, il s’interroge sur ce qu’aurait pu être sa vie s’il n’avait pas choisi de suivre le credo des assassins. Hytham est avant tout humain et avec des émotions. Mais Basim lit à travers lui comme dans un livre. Sûrement l’innocence de sa jeunesse ?

Un retour aux sources ?

Comme vous le lirez sans doute dans mon autre article sur un autre ouvrage sur Assassin’s Creed. Le tout premier opus se déroule en Iran, puis à travers la trilogie du personnage d’Ezio en Italie et à Constantinople. C’est dans cette dernière, citée qui fut mille et une fois conquise et reprise, que l’intrigue va se dérouler. On repasse par des grands sites iconiques de la ville, comme la Grande Sophie, le Palais ou encore le Grand Bazar. Si vous avez vu la série The Protector sur Netflix, qui se déroule, elle aussi, en plein Istanbul, vous y retrouverez la même atmosphère. L’auteur décrit à merveille l’ambiance qui se dégage de chaque lieu, on s’y croirait.

Mon avis sur Assassin’s Creed : La Cité Dorée

À quand le prochain roman ? C’est toujours un plaisir de lire ces histoires, et elles complètent à merveille l’univers des jeux vidéo déjà riche. Cela permet aussi de mettre en avant des personnages qui sont peut-être un peu moins charismatiques, mais qui ont tout autant de valeur. Je ne sais pas vous mais moi j’adore ! 

Pour conclure…

“Assassin’s Creed : La cité dorée” est à retrouver au format broché au prix de 18€ chez 404 éditions. La version ebook est quant à elle affichée à 14.99€. Je ne sais pas ce qu’à prévu 404 pour la suite, mais en tout cas, j’ai hâte de découvrir leur prochain récit sur la saga Assassin’s Creed. 

Vous devriez Lire aussi
Silver Plan : Ma seconde chance - Tome 1

Dans le même genre

Laisser un commentaire