As Dusk Falls

Le petit studio indépendant Interior Night, situé à Londres et créé en 2017, nous propose un jeu qui n’est pas sans rappeler les fameux livres “dont vous êtes le héros”. En effet, As Dusk Falls est un jeu narratif à QTE (quick time event) à choix multiples. Narrativement, As Dusk Falls est très inspiré par le monde du cinéma et les séries télé, dans son rythme général, le montage des séquences, ainsi que les rebondissements en tous genres. L’histoire commence en Arizona, où les vies respectives de deux familles vont changer à jamais. Amour, deuil, trahison, les émotions ne vont pas manquer lorsque les destins des différents protagonistes vont s’entremêler pour le meilleur comme pour le pire.

Ce test a été réalisé sur une version PS5 fournie par l’Éditeur.

Family Affair

As Dusk Falls nous propose de suivre l’histoire de 2 familles. D’un côté, la famille Walker est en route vers son nouvel habitat. Vince, le père de la petite Zoé et mari de Michelle, change de travail et déménage vers le sud. Son père, Jim, les accompagne. On comprend rapidement que quelque chose tracasse Vince et que ce changement de vie ne semble pas le rendre heureux. De l’autre, la famille Holt est criblée de dettes et composée de 3 frères : Tyler, Dale et Jay.

Les destins de ces 2 familles vont s’entremêler lors d’un accident. Ce qui va provoquer une panne au moteur. La famille Walker décide de trouver un motel pour y passer la nuit et faire réparer les dégâts.

Lors de leur délit de fuite suite à cet accident, on apprend que les 3 frères planifiaient un cambriolage dans le village voisin. Jay, le plus jeune des frères, semble différent, insouciant, rêveur, dans son monde et plutôt empathique. Très vite, on comprend également qu’il ne semble pas à sa place. Lors du cambriolage, les choses ne se déroulent pas comme prévu et les 3 frangins se retrouvent en cavale. Dans la précipitation, ils vont se cacher dans le motel le plus proche, dans lequel Vince et sa famille se trouvent. As Dusk Falls nous fait incarner Vince et Jay à différentes époques de leurs vies, avec parfois quelques apartés jouables concernant d’autres personnages.

Show Time

Dès le lancement d’As Dusk Falls, on est transporté en Arizona grâce au superbe thème musical interprété par Emily Jane White, artiste folk. Malheureusement, ce dernier est interrompu rapidement par une voix off qui nous lit les informations affichées à l’écran, ce qui nous sort de l’immersion de façon un peu brusque. Cette option est cependant désactivable très facilement. Lors de l’utilisation du menu du jeu, j’ai remarqué à certains moments des lags et des coupures dans la musique, ce qui, à nouveau, est dommage.

La VO est tout simplement parfaite ! Les acteurs et actrices de doublage sont incroyables. J’ai également testé la version française qui n’a rien à envier à la version anglophone. Le jeu se veut très inclusif en permettant la lecture narrative, comme mentionné plus haut, ou encore en nous prévenant d’une scène sensible à venir pour que l’on puisse l’ignorer si on le désire. Aussi, avant chaque lancement de chapitre, un récapitulatif du gameplay nous est expliqué sous forme de diaporama. En effet, comme il est possible de jouer seul ou bien en coop, locale ou en ligne, cela permet aux nouveaux et nouvelles de prendre connaissance du tutoriel du jeu.

Technologie et Empathie de As Dusk Falls

Il y a également une application mobile qui nous permet de remplacer la manette par notre écran de téléphone et ainsi faciliter les prises de décision que l’on trouve sous la forme de QTE. En effet, il n’est pas forcément aisé pour tout le monde de les faire quand ces dernières demandent une mécanique particulière (faire pivoter rapidement les joysticks, par exemple), l’application permettant de les rendre ainsi plus accessibles. Cependant, lors du test, la version PS5 de l’application mobile n’était pas encore disponible. Je n’ai donc pas eu l’occasion de la tester. Sachez qu’elle est gratuite et disponible sur les stores habituels.

Notez aussi que les vibrations de la manette sont également bien dosées et enclenchées à des moments clés de l’intrigue, ce qui reste classique mais améliore encore davantage l’immersion. As Dusk Falls se permet de belles idées de mise en scène, plaçant parfois la caméra directement au niveau des protagonistes, lorsqu’ils sont accroupis ou encore allongés au sol, pour ne donner que 2 exemples. Il y a également un effet de “caméra à l’épaule”, lors des moments intenses, nous permettant de nous immerger complètement dans la peau des personnages et ressentir ainsi leurs moments de tension.

QTE, mon amour

Il n’est pas rare que dans beaucoup de jeux, les QTE soient mal aimés et vus comme quelque chose de pénible et ennuyeux. Ici, le QTE étant le principal moment d’action et d’interaction, il reprend tout son sens et son intérêt car il n’entre pas en conflit avec un autre système de gameplay. Toutefois, cela peut avoir comme inconvénient de ne pas diriger complètement les protagonistes et d’avoir la sensation de ne pas être assez actif devant son écran.

Retenez donc qu’As Dusk Falls demande davantage de ressources émotionnelles que physiques. Pour en parler un peu plus en détail, en plus du compte à rebours du QTE classique, l’écran “clignotera” parfois afin de nous mettre dans la peau du personnage qui doit prendre rapidement une décision, à un moment stressant. Cela rajoute une tension supplémentaire et donne une importance aux décisions que l’on prend, et aux conséquences que cela va engendrer.

Roman-photo Réaliste

À la fin de chaque chapitre, seul ou en coop, il y a un récapitulatif des choix effectués tout au long de la session, ainsi qu’une analyse assez poussée de notre façon de jouer, précisant les valeurs que l’on a décidé de mettre en avant lors des choix qui se sont présentés à nous. Ces derniers vous surprendront parfois et vous en apprendront beaucoup sur vous-même.

Dernière mécanique à préciser, à certains moments clés, les choix que l’on va faire vont être des embranchements importants pour la suite de l’histoire. On est alors prévenus par un message en haut de l’écran nous demandant de bien réfléchir à notre décision. Et en effet, on peut prendre le temps de peser le pour et le contre de chaque décision puisque ces choix-là ne doivent pas se faire sous la contrainte d’un compte à rebours. As Dusk Falls est divisé en 2 livres, chacun divisé en différents chapitres.

Le Débat est Ouvert

As Dusk Falls est également jouable en mode coopératif en ligne ou en local. Si vous n’avez pas assez de manettes, sachez que via l’application mobile, il est possible d’intégrer une partie et d’y jouer de la sorte. Pour ma part, j’ai testé la version coopérative locale.

Chacun peut faire ses choix, parfois différents des autres joueurs, le choix définitif sera alors fait de façon aléatoire par l’IA. Lors des décisions importantes par contre, ce sera la majorité qui l’emportera, il faudra alors que plusieurs personnes soient d’accord. Bien que cela ne change pas drastiquement le gameplay du jeu, cela a le mérite d’apporter du débat, de la réflexion et de la discussion entre les différents joueurs et joueuses, le tout parfois dans l’urgence (QTE oblige), pouvant largement rajouter une dose de piment et de fun au jeu.

On Dirait le Sud

Le choix des graphismes est audacieux et donne un cachet particulier au jeu. Je dirais qu’il s’agit d’un mix entre Rotoscopie, Comic book animé et Tracing. Cela lui donne un aspect roman photo, ce qui pourrait paraître dépassé, mais qui fonctionne très bien dans ce cas-ci, As Dusk Falls étant particulièrement soigné dans ses couleurs, aux tonalités chaudes pour renforcer l’ambiance du sud des États-Unis, les environnements et les décors très détaillés.

Enfin, les visages des protagonistes sont proches du photoréalisme, sans doute dans le but de renforcer la subtilité des émotions et de créer l’empathie chez le joueur. Et autant dire que ça fonctionne ! L’animation quant à elle reste basique, pas de mouvements du corps ici, mais bien une succession d’images qui vont s’enchaîner par toute une gamme de procédés d’animation comme par exemple des travellings, des fondus enchaînés, des déformations de lentilles… Cela rend le jeu bien assez dynamique pour ne pas s’ennuyer.

On Dirait Définitivement le Sud

La musique est un des gros points forts d’As Dusk Falls. Elle est rythmée, tantôt rock, tantôt western, et toujours bien dosée. Le montage est très inspiré des séries TV avec le thème d’entrée, le jingle avec l’apparition du titre,… L’ambiance générale se veut bien évidemment typique du sud des États-Unis, alternant folk, bluegrass et country selon les atmosphères souhaitées. Elle permet bel et bien une immersion complète dans ces régions désertiques.

Pour conclure…

Avec un style visuel très décalé, une animation restreinte mais mettant l’accent sur de bonnes idées de mise en scène, une direction artistique aux petits oignons, mêlant photoréalisme rotoscopé et environnements riches et détaillés, une musique magnifique, portée par les styles musicaux typiques du sud des Etats-Unis, et une histoire palpitante, Dusk As Falls a de quoi plaire ! Son inclusivité permet à un maximum de monde d’en profiter à son rythme et selon sa sensibilité. Le gameplay se veut restreint mais fluide et inventif, alliant QTE classiques et prises de décisions à embranchements. Le scénario, qui est la clé de ce genre de jeu, tient largement la route, frôlant parfois le soap opéra dans ses rebondissements, mais n’y tombant jamais, mettant l’accent sur les personnages, leur personnalité, leurs décisions, et leurs émotions. Leurs histoires deviennent alors les nôtres pour quelques heures, le jeu nous permettant de les comprendre peu à peu, en nous faisant voyager à différents moments de leur existence. Toutefois, ne vous attendez pas à un jeu “à performances” ou encore un jeu “détente”, il s’agit plutôt ici d’un jeu émotionnellement exigeant qui demande un temps d’adaptation certain, les sessions de jeu pouvant exiger une durée conséquente. Comptez environ 1 heure par chapitre.

La  note  de la  rédaction

4-5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Histoire et ambiance

Musique

Style graphique

Inclusivité

Doublages

Mise en scène

Les points négatifs

Certains lags dans les menus

Gameplay parfois répétitif

Certains moments trop passifs

Vous devriez Lire aussi
Le multijoueur Suika Game

Dans le même genre

Laisser un commentaire