The Invincible

Écran titre du "jeu".

The Invincible est un jeu d’aventure sorti sur PC, PS5 et XBOX Series et qui a été développé par le studio Starward Industries et édité par 11 Bit Studio. Il se passe dans un univers où les humains sont partis explorer l’espace à la recherche de denrées précieuses… (évidemment). Le jeu est doublé en anglais et sous-titré français !

Ce test a été réalisé sur une version PS5 fournie par l’Éditeur.

The Invincible, premières impressions

"BD" du jeu.

Ça change de d’habitude. Je ne suis pas spécialement friand de SF mais ce côté rétro donne à The Invincible un charme attirant ! Ça m’a rappelé de bons souvenirs liés à un livre d’enfance dont je ne saurais vous redire le nom. Une histoire de planète qui rouille… mais enfin ! La planète sur laquelle nos astronautes ont atterri a aussi ses problèmes ! Et j’ai très envie de découvrir ce qui y est convoité, et dangereux. Il y a de très bons côtés à ce jeu, comme malheureusement de très mauvais. Mais il faut savoir que l’équipe est motivée pour régler les problèmes de bugs ! Et sans les bugs, je n’aurai eu aucun problème à continuer le jeu malgré mes critiques tant l’histoire a réussi à m’accrocher.

"Yasna" de The Invincible.

Je n’en parle quasiment pas dans cette critique alors qu’elle est très présente avec nous, mais Yasna, la personnage principale, est un de mes points préférés de l’aventure ! Une femme intelligente et gentille (ça se sent) qui nous accompagne parfois d’une petite chanson qui la rend très attachante. Sa solitude est palpable dans certaines situations et son enthousiasme est parlant dans d’autres. Donc même si elle ne peut pas courir plus de trente secondes, je l’aime quand même, et j’ai envie qu’elle s’en sorte… Et les paysages, sont magnifiques eux aussi, bien-sûr !

Regis III, une magnifique étendue…

"Paysages" de The Invincible.

The Invincible nous offre des graphismes totalement fous ! Un plaisir. Les paysages, ma partie préférée dans beaucoup de jeux vidéos, sont à couper le souffle et d’une beauté qui ne laisse pas à désirer !

"Paysages" de The Invincible.

Je n’ai découvert que deux biomes pour l’instant, et je suis déjà impatient d’en découvrir d’autres. Avec une vue à la première personne, on est totalement immergé dedans et ça se ressent. L’ambiance de science-fiction suit un peu un modèle rétro futuriste avec l’utilisation de planches de bandes dessinées pour certaines cinématiques, ce qui n’est pas surprenant puisque le roman dont est tiré le jeu est sorti en 1964.

"Camp" du jeu.

J’adore l’aspect du camp, c’est sans doute mon endroit préféré actuellement, je trouve les tentes très fun et le grand robot qui s’y trouve est un ajout apprécié. On peut s’amuser à tout explorer de loin avec nos jumelles, pour les endroits inaccessibles ou le ciel… De toute beauté cette planète !

Personnages de "The Invincible".

Maintenant, niveau visuel, certains humains passent mieux que d’autres, mais il s’agit surtout d’un manque d’expression dont les développeurs sont conscients, rien de bien méchant !

Fouille, capte, note…

En terme de Gameplay, on a évidemment quelques petites phases d’exploration mais nous reparlerons de celles-ci un peu plus tard.

En terme d’équipement, nous avons un radar, un capteur, nos jumelles et un cahier qui nous sert à tout répertorier (notamment notre chemin). Et plus tard, Olga (une sonde).

"Radar".
"Capteur".

J’aime beaucoup devoir utiliser ces petites machines pour découvrir des choses ! Mais… C’est sous exploité. Terriblement sous exploité. Il n’y a que quelques choses scriptées à trouver sur le chemin qu’on suit inévitablement, arpenter le paysage de nos jumelles ne sert pas à grand chose une fois que les repères sont notés, et le capteur est sans doute l’objet le plus utile puisqu’il nous permet de suivre l’étrange développement souterrain qui se produit durant notre séjour. La sonde nous indique parfois ce qu’elle repère, là encore, du scripte.

"Map".

Et… Le cahier. Parlons-en du cahier. L’UI compliquée sans raison. Tourner les pages devrait soit se faire par deux boutons le permettant, soit par deux points fixes à aller toucher. Pas par des points qui changent à chaque fois comme si c’était logique de cliquer à cet endroit random de la page pour retourner directement sur la map plus grande. Ils auraient dû permettre de sauter des pages à la map générale et permettre un retour en arrière avec un bouton FIXE. Une horreur cette interface. Et à part ça ? Eh bien la map se dessine durant notre aventure et nos découvertes. On y dessine aussi les trajectoires potentielles de nos collègues pour les retrouver afin que ça nous aide à nous diriger, ce qui est particulièrement utile ! Vous savez à quel point c’est utile ? Au point où le fait de ne plus pouvoir accéder à cette map m’a fait arrêter de jouer.

Le bug de la mort

"Bugs" du jeu.
(Map qui n’apparaît pas quand je lui demande)

C’est un bug, possible. La carte qui ne s’affiche plus. Sans raison apparente. Eh oui ! Au bout de deux heures de jeu, sans possibilité de charger une sauvegarde différente que celle automatique (puisqu’il n’y a pas de sauvegarde manuelle), me voilà sans carte dans une phase où celle-ci est cruciale. NON PAS, parce que je ne pouvais pas me repérer sans, mais parce qu’il était impossible de déclencher des dialogues dans elle, et donc la suite de The Invincible. Ce bug étant apparu sans explication, j’ai eu le temps d’en perdre en refaisant le tour de la zone peut-être bien dix fois tant je cherchais partout pour trouver le problème. Peut-être que j’avais perdu ma map quelque part ? Littéralement… C’est en regardant une vidéo que j’ai pu constater que lui avait sa map, sympatoche…

Chemin bloqué de "The Invincible".

Et sinon c’est quand qu’un jeu sort sans aucun bug qui demande à être patché day 1 ? On a une pénurie de bêta testeurs ? Une flemme des développeurs (j’en doute) ? Ou une pression constante de tous les côtés pour que le jeu sorte sous peine de ne pas pouvoir sortir la tête sous l’eau ou de se faire noyer par les patrons ? Et ce n’est pas un problème qui touche seulement The Invincible. Cependant, je trouve presque impardonnable de choisir de sortir des jeux bugués qui n’ont aucune possibilité de rattrapage, par exemple : pouvoir sauvegarder manuellement ou faire un système de chapitre où on peut recommencer le jeu et recharger une partie qui a la map. Parce que là, flemme de me dire que je pourrais risquer de passer 4h dans le jeu pour qu’un BUG me neutralise l’entièreté de ma partie. Mais bon, il y a quand même quelque chose qui me pousse à vouloir continuer un jour…

Une histoire intrigante…

Personnages du "jeu".

Dans The Invincible, Yasna, membre d’un équipage d’astronautes, cherche à retrouver ses collègues sur la dernière planète en date qu’ils ont visitée. Elle est mal en point, se tape un mal de crâne et des trous de mémoire, et sachant qu’elle était censée rester dans le vaisseau à la base… Qu’est-ce qu’elle fout là !? On retrace avec elle son chemin jusqu’à notre point de départ afin de comprendre ce qui nous a mené à sortir seule. Notre radio est morte, notre équipement est disséminé sur la carte, et… Une étrange idée nous effleure dès le début, quand on fouille un peu : elle n’a même pas pris le temps de récupérer et de ranger sa corde, que nous retrouvons plus loin. Fuyait-elle quelque chose ? Et si oui… Quoi ? Avec des airs d’Alien Isolation, The Invincible s’offre des allures de thriller très narratif où une enquête sur les événements passés se déroule. Une histoire de rivalité entre deux industries intéressées par les mêmes planètes, des dossiers qui disparaissent, ses collègues qui perdent la boule ou qui meurent… Étrange, c’est le moins qu’on puisse dire.

Le cadre nous plonge totalement dans la science-fiction ! Pour moi, ça m’a rappelé des bandes dessinées du style de Yana Toboso, à cause de certains designs d’objets et des parties de cinématiques.

Mécanique de "The Invincible".

L’histoire est portée par un Gameplay à choix multiples qui nous laisse « choisir » nos chemins, même si je n’ai pour l’instant pas eu l’impression que mes choix aient réellement eu un impact sur le jeu. Peu importe la vitesse à laquelle on va, les morts seront toujours morts et les fous seront toujours fous. Ou même, peu importe les items qu’on rassemblera, en tout cas dans la première partie du jeu, là où j’en suis. Autant, j’apprécie la touche pour les dialogues, autant, si on voulait nous laisser le choix d’exploration… Ben on aurait dû nous laisser le choix d’exploration. C’est là l’un des principaux problèmes du jeu (à côté du bug de la mort) : …

Un monde ouvert… Qui ne l’est pas vraiment

Si les graphismes sont magnifiques et que le paysage donne envie d’aller l’explorer de fond en comble et d’en profiter à 100%… On ne nous le permet pas de manière efficace.

Mécanique de "The Invincible".
(Indication de l’endroit où monter)

Impossible de sauter, ce qui est la chose la plus frustrante du jeu puisqu’en échange il faut trouver la seule petite parcelle de terre qui nous sert à monter une misérable marche ! Un endroit précis, ou pas d’ascension ! Et c’est terriblement frustrant.

Ça participe à l’ambiance lente du jeu en plus du fait que notre personnage ne peut pas courir trente secondes sans faire une crise d’asthme… Ce qui ne serait pas un problème si nous pouvions sauter. Dans un jeu où nous sommes sur une autre planète, à quel moment ne voulons-nous pas sauter pour tester la gravité ?

Hélas, si dans un jeu tel que Blacksad le fait de seulement marcher est moins frustrant en raison du style de jeu (et encore) dans un monde ouvert où on aurait rêvé de profiter de l’exploration… On se prend des murs invisibles, on est bloqués devant des marches parce qu’on n’est pas au bon endroit pour y monter malgré les indications, et on subit la visite lorsque la recherche se fait longue…

Mécanique de "The Invincible".

C’est pour ma part une erreur monumentale de nous avoir montré un monde si beau sans nous laisser la liberté de bouger à notre guise en passant par les chemins qu’on veut. Marcher en soi n’est pas un problème, c’est restreindre autant le champ de mouvement qui l’est, après tout le jeu se définit aussi comme Walking sim. Mais l’erreur ne s’arrête pas là. Une histoire très linéaire dans un monde aussi vaste ? Non. Ça en devient simplement frustrant même en essayant d’y trouver un côté calme et reposant. Plusieurs chemins peuvent être suivis mais des choix disparaissent parfois sans raison apparente, le paysage donne envie d’explorer, pas de rester dans les rails. Le concept m’a tout de suite fait penser à celui de The Red Lantern, un jeu de chiens de traîneaux où l’on nous emporte dans un voyage pour retrouver notre maison. Nous avons une carte, une étendue de neige, et une partie gestion du matériel et des chiens. Ce jeu est bien dosé et même sans avoir le contrôle total de notre traîneau : ce n’est pas un supplice puisque c’est RAPIDE et REWARDING ! On trouve des objets tout le long de l’aventure, on croise de multiples évènements, et c’est un clair die and retry où le personnage se prépare de plus en plus. On a une raison de ne pas sauter et de ne pas totalement contrôler les trajectoires (on est un musher, les chiens sont notre voiture).

"Krauta" du jeu.

Là ? The Invincible ne remplit pas les critères : personnage terriblement lent à la première personne en pleine capacité de ses moyens (qu’on ne vienne pas me dire que c’est la gravité le problème : elle a soulevé un homme en rapportant que c’était la gravité qui l’aidait !), la corde que j’ai trouvée en explorant ne m’a servi à rien jusque là (le choix de pouvoir l’utiliser a disparu, bug?) et à part une corde : je n’ai rien trouvé ou looté d’utile (même pas l’occasion de looter des rations de bouffe ou d’oxygène alors qu’on voit au début de l’aventure que ça pourrait être un problème). Cohérence ? Pas de côté gestion pour le jeu jusqu’à présent, ce qui aurait été un petit plus pour nous occuper lors de notre long trajet…

Et pour autant, est-ce que j’aimerais continuer l’aventure ?

"Yasna" de The Invincible.

La retenter, pourquoi pas ! L’équipe est consciente de certains bugs et sans le bug mortel j’aurais continué à jouer. Je serais très content de revenir une fois ces bugs supprimés. Malgré la lenteur du personnage, malgré la frustration du paysage inexplorable en bref, ce jeu a tout de même des atouts dans sa manche ! L’histoire qui nous accroche avec un tas de petits détails intrigants, un Gameplay de recherche amusant, un lore à découvrir… On dit qu’un bon jeu est fait d’un bon Gameplay ou d’une bonne histoire, ici, c’est l’histoire qui prime et elle m’a eu ! J’ai très envie de la découvrir et de savoir comment l’équipe s’est retrouvée là. Ainsi mon conseil est facile : attendez que tous ces bugs soient patchés, puis appréciez un jeu narratif rétro futuriste qui promet une intrigue très intéressante…

Pour conclure…

Prendre ce jeu ? Oui ! Mais quand ? Eh bien, je vous conseille d’attendre que la majorité des bugs soient patchés ! Le jeu pourra être très appréciable à ce moment là. Malgré des petites lacunes sur l’exploitation de Gameplay très cools, et une frustration venant de ma part d’explorateur turbulent, l’histoire est entraînante et la poursuite de notre quête est prenante ! C’est très narratif, donc je vous dirais plutôt de l’envisager si vous aimez ça ! Le jeu est sous-titré en français pour notre plus grand plaisir !

La  note  de la  rédaction

3/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Scénario intéressant

Cadre plaisant

Beauté des décors

Personnage principal attachant

Les points négatifs

Bugs (qui devraient être réglés)

Impression de faux choix

Exploration restreinte

Vous devriez Lire aussi
Doraemon Story of Seasons

Dans le même genre

Laisser un commentaire