Warhammer 40000 : Rogue Trader

Warhammer est de retour pour le plus grand plaisir des fans. Cette licence légendaire est connue pour son histoire et son background démentiel, mais aussi ses différents supports et notamment ses figurines qui reviennent sous les traits d’un RPG au tour par tour. Elles se placent dans l’univers 40K de Warhammer et développé par Owlcat Game.

Ce test a été réalisé sur une version PC (Steam Deck) fournie par l’Éditeur.

Vive l’empereur

Warhammer 40K : Rogue Trader commence dans le vaisseau de la libre marchande Von Valancius. Nous sommes appelés sur son vaisseau afin qu’elle puisse choisir son successeur, très vite, alors que nous sommes juste accueillis par l’un des officiers de la libre marchande, puis par Theodora elle-même.

Malheureusement, les présentations sont de courte durée. L’équipage devient fou et il est de notre devoir de mater la rébellion pour l’empereur. Durant la bataille, une apparition de Theodora Von Valancius nous “aide” à rejoindre ses quartiers où nous la trouvons sans vie. C’est donc à nous, dernier héritier présent et apte à commander à endosser le lourd fardeau de Libre Marchand.

Très vite, dans notre nouveau rôle, on se rend compte que notre petit incident dans le Warp n’était pas un cas isolé. Pire encore, il semblerait que la folie du warp se soit déjà emparée de nous.

Oui, Capitaine !!!

Après cette introduction, pas le temps de rêvasser. Nous devons prendre les choses en main et combler tous les manques dans l’équipage. Plusieurs membres clés comme un navigateur, ou encore un technaugure nous font défaut. Il faudra en plus gérer les crises immédiates.

Tout est question de choix

Rapidement, on peut tester la première mécanique du jeu. Lors des dialogues, plusieurs choix de réponses s’offrent à nous. Beaucoup sont des questions afin d’en apprendre plus sur l’histoire, ou encore les événements. On regrettera que certains choix “mineurs” orientant les dialogues soient mal indiqués au milieu des questions. Il est parfois difficile de les différencier des questions.

D’autres choix demanderont un test. Dans Warhammer ces tests jouent sur les statistiques de nos alliés en fonction des participants. Il est facile de voir les probabilités d’échec ou de réussite. Néanmoins, lors de l’un de ces choix seul un petit message indique si on a réussi en début de dialogue. Un petit jet de dés aurait donné un effet très satisfaisant et plus visuel, en particulier lors d’autres tests dans le jeu, mais nous y reviendrons.

Par contre, il est très plaisant de voir que chacun de nos choix a de réels impacts. Certains sur du long terme, et d’autres immédiats. Il sera notamment possible de refuser le rôle de Libre Marchand et par conséquent quitter le vaisseau et arrêter notre aventure avant même qu’elle débute.

Aux armes

Passons maintenant à la partie principale du gameplay de Warhammer 40k : Rogue Trader. Le combat au tour par tour. Celui-ci est divisé en deux étapes. Lorsque le combat s’engage normalement, nous disposons d’une phase de placement. Elle permet de choisir le point de départ de nos équipiers en fonction de leur position en début de combat. Il est donc important de ne pas trop les séparer ou de préparer leur position en amont.

On regrettera tout de même qu’il ne soit pas possible d’engager avec un tir. Effectivement, il est possible d’utiliser les compétences, mais celles-ci ne semblent pas avoir d’effet hors combat sur nos potentiels adversaires. Une fois cette phase de placement finie, on passe au combat.

Les phases de combat quant à elles sont assez classiques. Chacun des belligérants allié ou ennemi joue à son tour. Chaque personnage dispose de spécialités. Certains soldats sont spécialistes en maniement des armes et d’autres comme les psyker en utilisation du warp. Le warp est une dimension parallèle permettant l’utilisation de puissants pouvoirs. Par contre, cela implique aussi le risque de sombrer dans la folie.

Lors du combat il sera possible de déplacer nos combattants, ou encore d’attaquer. On retrouve un système de couverture partielle ou non. Celle-ci réduit les chances d’être touché lors des tirs ennemis.

Combat spatial

Une fois passé le premier chapitre, on débloque un nouveau genre de système de combat. Les combats spatiaux. Dans Warhammer, les vaisseaux humains, en particulier ceux comme le nôtre, sont gros et imposants. Ces phases sont plutôt sympas et changent grandement le gameplay. Chaque vaisseau doit se déplacer d’un certain nombre de cases en un seul tour minimum, il est donc impossible de rester statique.

De plus, il est impossible de se déplacer dans toutes les directions, notre vaisseau suivant une trajectoire au mieux courbe pour tourner. Les armes aussi sont limitées en angle de tir en fonction de l’orientation du vaisseau. Il est donc par exemple impossible de tirer derrière si aucune arme ne peut être orientée dans cette direction.

Ces phases de combats donnent un nouveau souffle au système du jeu. Sans être d’une grande révolution, elles sont bien organisées et donnent une utilité à notre vaisseau mais aussi à ses améliorations. Plus qu’un hub, il en devient un élément principal du jeu.

Une équipe en pleine croissance

Lors de nos péripéties dans Warhammer 40k : Rogue Trader, notre équipe gagne de l’expérience au travers des combats, quêtes et certaines autres actions. Nous gagnons aussi d’autres caractéristiques au travers de nos intéractions dans l’univers.

Les compétences

Chaque fois que nos personnages évoluent, il faudra choisir parmi un certain nombre de compétences. Par moments, ces compétences sont des stats ou des passifs, et des fois ce sont de réelles compétences. Il est donc important de se faire un groupe varié pour pouvoir gérer toutes les situations en combat, ou en dehors des combats.

Ces arbres sont assez similaires et comportent une amélioration qui permet d’évoluer en trois sous-classes par personnages. Puis l’ascension qui est générale pour tous les personnages. Ces arbres donnent vraiment une grosse sensation de puissance. Certaines compétences sont vraiment fortes, voire déséquilibrées, rendant certains combats faciles. Malgré tout, les arbres offrent assez peu de diversité.

Réputation et Alignement

Lors de nos intéractions d’autres éléments augmentent. Le premier est notre alignement. Celui-ci change lors de certaines réponses ou actions. Elles sont clairement indiquées avec l’annotation de l’alignement. Ces alignements sont au nombre de trois : Hérétique, Iconoclaste et Dogmatique.

Chacun de ces choix apporte des passifs aux personnages en fonction de leur alignement. Mais cela peut avoir des conséquences sur nos interactions dans l’univer de Warhammer. On a par exemple Abelard qui est iconoclaste et très ancré dans le dogme de l’empereur. Il entrera en contradiction avec nous lorsque nous ferons des choix hérétiques.

Pour finir, la partie réputation se fait auprès de marchands. En vendant notre stock, on obtient de la réputation et l’accès à de nouveaux objets. Cela peut être de l’équipement, du matériel pour le vaisseau et autres consommables.

Un univers à explorer

En dehors des phases de combat, il faudra explorer notre environnement. Celui-ci est plus ou moins vaste avec des éléments cachés, ou encore des énigmes. Celles-ci apportent quelques consommables utiles mais restent anecdotiques. Par contre, il y en a énormément.

Lors de ces explorations, en plus de pouvoir interagir avec de nombreux éléments pour découvrir de l’histoire, il sera aussi possible de récupérer plus de butins plus ou moins précieux. Certaines actions demandent des tests comme pour les dialogues. Et c’est là où un élément comme un lancé de dé. Il est assez frustrant dans ce Warhammer de ne pas savoir par moments si notre test à échouer ou non nous laissant avec une petite description un peu vague de ce que l’on observe.

Enfin, en dehors de l’exploration de zone, il y a l’exploration spatiale. Cette exploration nous permet de sauter de lieu d’intérêt en lieu d’intérêt. Certains amenant des rencontres positives quand d’autres sont des pièges. Celles-ci se font via la carte du système et restent assez simples. Il sera notamment possible d’utiliser nos avantages de libre marchand afin de commercer.

Cette partie est un peu vague. On dispose d’une valeur marchande qui nous permet d’acheter des objets. Quant à notre marchandise, elle sert majoritairement à améliorer la réputation. Il est possible en effet de revendre notre butin mais celui-ci n’apporte pas de valeur monétaire.

Un monde vaste et détaillé

Étant assez néophyte sur la licence Warhammer, j’ai peu de bases en particulier pour la version 40k. Néanmoins, le jeu nous accompagne énormément si on souhaite en savoir plus. En effet, outre l’histoire très bien écrite, l’univers regorge d’éléments et de descriptions pour nous donner le plus d’informations sur cet univers dense. 

En plus de tous ces éléments dispersés dans le monde, les dialogues et autres éléments écrits sont détaillés. Effectivement, certains mots apparaissent en gras et permettent d’obtenir plus d’informations sur des éléments de l’univers en donnant des définitions.

Pour ce qui est des lieux, on retrouve ce côté ultra religieux et aussi morbide. Les décors étant remplis de détails au milieu des grandes dorures religieuses comme des crânes. Tout est fait pour donner l’impression d’être dans un lieu saint macabre, une ambiance de catacombes régnant dans certains de ces décors.

Ajoutons à cela le caractère de chaque personnage, mais aussi leurs réactions face à nos actions. On se retrouve dans un monde ultra religieux vouant un culte aux anciennes machines, les tournant au rang de reliques divines de l’empereur.

Pour conclure…

Warhammer 40k : Rogue Trader nous plonge dans l’univers de Warhammer. Que ce soit graphiquement ou niveau lore, le jeu est soigné et tous les éléments offrent aux novices tout le nécessaire pour comprendre l’histoire et tout l’univers dans lequel on évolue. Il offre énormément d’heures de jeu. En effet, les chapitres offrent une bonne durée de vie en cherchant tous les éléments. Néanmoins, le côté stratégique reste un peu simpliste en grande partie à cause de la limitation à cause des arbres de talents peu permissifs, et assez similaires d’un personnage à l’autre. Il reste néanmoins un bon titre dans l’univers de Warhammer.

La  note  de la  rédaction

3-5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Lore détaillé

Fourmille de détail

Une ambiance soignée

Histoire prenante

Choix multiple avec un impacte

Les points négatifs

Arbre de talents simpliste

Peu de diversités de classes

Certaines classes trop puissantes

Aucun indicateur (dés) pour les tests

Vous devriez Lire aussi
Wildshade : Unicorn Champions

Dans le même genre

Laisser un commentaire