The Witcher 3 Wild Hunt – Complete Edition

En 2015, le monde du RPG occidental a connu une révolution avec la sortie de The Witcher 3 Wild Hunt. Avec un scénario prenant, un vaste monde ouvert, des graphismes à couper le souffle et des dialogues que n’aurait pas renié Alexandre Astier, le titre a enchanté tous les joueurs qui se sont perdus dans ses contrées. Petit bond en 2022 où Elden Ring, Assassin’s Creed Valhalla et Horizon Forbidden West sont passés par là et ont remonté sérieusement les attentes des joueurs dans le domaine. Sorti il y a quelques années pour la Switch, The Witcher 3 Wild Hunt – Complete Edition, désormais disponible, depuis le 14 décembre 2022, sur PS5 et Xbox Series, pourra-t-il gagner le combat face à ces nouveaux standards et garder son aura de titre culte ? Nous nous sommes rendus à Velen pour enquêter.

Test réalisé avec la mise à niveau PS5 du jeu.

La Traque Sauvage

Même s’il est certain que beaucoup d’entre vous se sont frottés à The Witcher 3 Wild Hunt ces sept dernières années, je vais tout de même vous faire un petit résumé du pitch. Pour les trois pèlerins planqués au fond de la classe à côté du radiateur (et dont je faisais partie il n’y a encore pas si longtemps), il est temps d’ouvrir les esgourdes. L’aventure de The Witcher 3 Wild Hunt s’ouvre sur un moment de calme, chose assez rare dans la vie d’un sorceleur, à Kaer Morhen où Geralt de Riv, surnommé le loup blanc, décide de participer à un entraînement avec sa protégée et fille adoptive Ciri, Vesemir et les autres sorceleurs de la forteresse.

Une fois les combats terminés, Ciri disparaît alors que se matérialise sous les yeux des guerriers rassemblés, la chasse sauvage, un groupe de spectres / mages surpuissants. C’est à ce moment que notre héros se réveille en sursaut aux côtés de Vesemir. Les deux hommes se sont lancés à la poursuite de Yennefer de Vengerberg, ancienne amante de Geralt qui lui a demandé de venir la rejoindre séance tenante. Galvanisé à l’idée de revoir celle qu’il aime toujours, notre sorceleur n’hésite pas une seconde avant de sauter sur sa jument Ablette, pour partir ventre à terre la retrouver. Mais la sorcière n’est pas vraiment facile à suivre et c’est dans une traque que se sont lancés les deux compères. Sa piste les ayant mené jusqu’à un petit village où une garnison d’escadron noir est en poste, les voilà obligés d’affronter un griffon pour obtenir, en récompense, la localisation de Yennefer.

Une fois leur besogne effectuée, Vesemir et Geralt retrouvent Yennefer qui indique aux deux hommes que l’empereur Emhyr souhaite s’entretenir avec le loup blanc au sujet d’une affaire de la plus haute importance. Pour qui est un peu connaisseur de l’histoire de The Witcher, l’animosité entre les deux hommes n’est un secret pour personne. Toutefois, le sorceleur accepte et suit la sorcière, laissant son mentor retourner seul à Kaer Morhen. Arrivé à destination, Geralt apprend de la bouche d’Emhyr le retour de Ciri à laquelle ils sont liés tous les deux (Emhyr étant le père biologique de Ciri). Mais celle-ci est de nouveau la cible de la chasse sauvage et l’empereur demande au guerrier de la ramener afin de la mettre à l’abri.

"Yennefer de Vengerberg" sorcière et ancienne amante de Geralt
"L'empereur Emhyr" est le vrai père de Ciri

Sa vision de tantôt prenant enfin sens, Geralt accepte et se lance dans un périple à travers tout le pays, pour retrouver la jeune femme qu’il n’a pas vu depuis des années. Mais dans ce monde peuplé de créatures monstrueuses, qu’elles soient humaines ou non, la quête du sorceleur ne sera pas un long fleuve tranquille. Vous l’aurez compris, The Witcher 3 se pose comme une conclusion au premier jeu de la saga et donc des livres d’Andrzej Sapkowski dont il reprend la trame et l’univers. Toutefois, l’auteur a toujours clamé ne pas reconnaître l’intrigue de ce troisième opus, qu’il considère comme une adaptation libre de ses romans mais en aucun cas comme un épisode canonique.

La transmutation du sorceleur

La version PS5 de The Witcher 3 Wild Hunt – Complete Edition est une amélioration de celle sortie en 2019 sur Switch. À ce titre, nous y retrouvons le jeu de base, ainsi que ses deux extensions Blood and Wine et Hearts of Stone. Point très intéressant pour les possesseurs du titre sur PS4 et Xbox One, il est possible de se procurer la mise à niveau, et ce gratuitement ! Un bonus non négligeable dans une ère où beaucoup d’upgrades s’avèrent payants (coucou Devil May Cry 5). Bien entendu, cette mise à jour s’accompagne d’une refonte graphique adéquate, le joueur ayant le choix entre les deux modes désormais classiques : Performance et Qualité, tous les deux prenant en charge la résolution 4K.

Ce qui est assez cocasse, c’est que les graphismes niveau PS5 ressemblent désormais aux trailers de CD Projekt qui avaient épaté tout le monde avant la sortie du titre, alors que l’habillage du jeu final était bien en deçà de la promesse faite dans les vidéos d’annonces. Mais passons ! Nous sommes donc en présence d’un remaster qui améliore The Witcher 3, tout en diminuant ses temps de chargement. Si le mode Qualité tourne en 30 FPS mais magnifie les environnements avec un ray tracing de haute volée, le mode performance permet, en tournant en 60 FPS, d’améliorer considérablement la fluidité et le réalisme des animations. Un choix à faire donc suivant ce que vous recherchez dans ce type de jeux. Cela étant dit, les ajouts à cette Complete Edition pour consoles next gen ne se limitent pas à des améliorations graphiques.

Ainsi, des améliorations dans le gameplay ont été ajoutées par les développeurs, comme la récolte des herbes qui devient automatique sans avoir à passer par un menu spécifique, ou encore l’ajout de raccourcis pour utiliser certains objets sans avoir à ouvrir l’inventaire. Une option d’incantation rapide permet également de se simplifier la vie, Geralt peut se déplacer à trois vitesses différentes suivant la pression mise par le joueur sur le stick gauche et les objectifs de quêtes suivis peuvent être modifiés suivant ses envies du moment d’accomplir tel ou tel objectif. De petits ajustements, mais qui aident The Witcher 3 Wild Hunt à tenir tête aux grosses productions de 2022, avec lesquelles il entrera forcément en comparaison.

Mais ce n’est pas tout, les développeurs ont également implémenté dans le titre une toute nouvelle quête inédite : Dans l’ombre du feu éternel, disponible dans la Fosse aux Diables de Velen. Une quête une nouvelle fois très prenante qui est forcément bienvenue pour les amateurs connaissant déjà The Witcher 3, mais chut ! Je vous laisse le soin de la découvrir par vous-même. Enfin, notons qu’en ce qui concerne les ajouts, CD Projekt RED a réalisé un deal avec Netflix afin de pouvoir utiliser un certain nombre de cosmétiques tirés de la série Live avec Henry Cavill. Costumes, armes et armures, les fans de la série pourront avec plaisir retrouver ces clins d’œils disséminés dans leur aventure.

À l’école du Loup

Outre les changements que j’évoquais dans le paragraphe précédent, nous retrouvons le gameplay qui a fait les grandes heures de la Geste du Sorceleur chantée par son fidèle Jaskier. The Witcher 3 – Complete Edition est donc un action-RPG à la troisième personne où nous incarnons en grande majorité Geralt, même si durant de courtes phases il nous arrive également de contrôler Ciri qui, si elle en a l’entraînement et les connaissances, ne possède pas les pouvoirs propres aux sorceleurs. En ce qui concerne notre héros, il dispose d’un arsenal varié d’armes, de potions et de signes en sa possession pour mener à bien les missions qui lui incombent.

Au combat, Geralt pourra compter sur deux armes blanches, une en acier pour les êtres humains et une épée en argent pour les monstres. Certaines de ces armes pourront également bénéficier de pouvoirs supplémentaires grâce à l’ajout de runes dans des emplacements dédiés (cela vaut aussi pour certaines pièces d’armure), et il pourra également utiliser une arbalète, des bombes et des signes magiques aux effets variés. De quoi rendre les combats extrêmement rythmés, même si, jeu de 2015 oblige, la maniabilité de Geralt en combat laisse un peu à désirer du fait d’une trop grande raideur dans le personnage.

Heureusement, pour se booster un peu, ou s’offrir une protection supplémentaire, le sorceleur pourra compter sur les artisans et forgerons qui, avec les ingrédients récoltés par notre avatar, pourront lui concocter des armes et armures efficaces. Il pourra aussi réaliser des potions en tout genre afin de se faciliter la chasse aux monstres. En gros, rien de bien neuf sous le soleil, et s’il est plus beau que sa version d’origine, The Witcher 3 Wild Hunt – Complete Edition PS5 souffre encore d’énormément de bugs visuels, de collisions ou de chutes de framerate, ce qui gêne un peu en cours de partie.

Mais on lui pardonnera bien vite ses quelques petits défauts tant le monde à explorer est riche, grandiose et rempli de quêtes toutes aussi bien écrites les unes que les autres. La musique de Marcin Przybyłowicz et Mikołaj Stroiński, qui accompagne subtilement votre voyage, renforce l’immersion et donne une intensité certaine à des scènes assez poignantes. Un monde immersif dans lequel plonger engloutira nombre d’heures sans même que vous ne vous en rendiez compte.

Il va faire beau, l’Hirondelle vole haut !

Autant j’ai lu les romans et regardé Netflix, autant je dois bien le reconnaître je suis totalement passée à côté de The Witcher en jeu vidéo. Pourtant, il était un peu évident, les aventures de Geralt de Riv étant totalement dans mes goûts, que je finirais par y venir un jour ou l’autre. Mais l’aspect monde ouvert me faisait très peur pour tout avouer. Se retrouver à arpenter un monde sans frontières au risque de passer à côté de centaines de quêtes… Impossible pour une collectionneuse aussi psychorigide que moi qui déteste ne pas être certaine de tout découvrir.

Mais l’arrivée d’Hogwart Legacy, lui-même en monde ouvert, m’a fait reconsidérer la question. Je me suis donc décidée et, à l’occasion de ce test, je me suis lancée sur les routes entre Perchefreux et Novigrad. Bon, quand je fais une erreur, je sais la reconnaître, et là encore The Witcher 3 Wild Hunt – Complete Edition m’a mis une claque monumentale. Vaquer à mes occupations sur le dos d’Ablette, que je chevauche parfois juste pour le plaisir de profiter du paysage et de la musique, entrer dans des auberges pour parler avec les autochtones ou déclencher une bagarre, juste histoire de se défouler, sont autant d’actes dans lesquels ma liberté est totale.

De plus, au-delà de l’intrigue principale, les quêtes annexes sont elles aussi passionnantes et j’ai eu de nombreuses heures de jeu où j’ai complètement oublié Ciri, accaparée par une autre tâche tout aussi prenante. Des thèmes lourds et graves y sont abordés avec finesse et pudeur, et la violence visuelle en fait un titre à ne pas mettre entre toutes les mains. J’adore ce monde sombre, cruel et en guerre, mais où les réparties et les dialogues des personnages sont plus que savoureux, amenant cette petite touche d’humour qui fait sourire à de nombreuses reprises. Qui plus est, le fait que vos choix déterminent la fin de votre épopée est, pour moi, encore une raison supplémentaire de m’y investir.

Par contre, je suis totalement hermétique au Gwynt, et tout ce qui s’y rapporte ne m’intéresse absolument pas. Mais bon, on ne peut pas tout avoir et j’ai déjà assez à faire de toute façon.

Pour conclure…

CD Projekt RED a réussi à rendre encore meilleur un jeu qui au final n’en avait pas vraiment besoin. Pour un jeu sorti en 2015, il est encore vaillant, et s’il est plus que plaisant d’avoir des graphismes remis au goût du jour et quelques améliorations dans le gameplay, l’intrigue et la profondeur d’écriture du titre eux n’ont pas pris une ride. Si vous souhaitez découvrir la saga The Witcher, je vous invite à commencer par The Witcher 3 – Complete Edition, d’autant que ne pas avoir fait les autres opus de la série ne vous handicapera pas vraiment. En ce qui me concerne, avec la version PS5 de The Witcher 3 – Complete Edition, nous avons la version définitive du titre. Bon, c’est pas tout ça, mais où est-ce que j’ai laissé Ablette moi ? Pffuitt…

La  note  de la  rédaction

5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Un monde ouvert foisonnant et gigantesque

Un nombre très important de quêtes à mener à bien

Incarner un sorceleur aussi charismatique que Geralt de Riv, ça n’a pas de prix

Les graphismes ont subi un lifting assez impressionnant sur PS5

L’intrigue, les musiques, les dialogues… tout est de qualité

La mise à niveau next gen gratuite aussi pour les possesseurs du jeu sur PS4 et Xbox One

Les points négatifs

Quelques ralentissements et pas mal de bugs à déplorer durant l’exploration

Un système de combat un peu rigide

Certaines mécaniques de gameplay pas assez bien expliquées et qui font défaut en cours de partie

Vous devriez Lire aussi
Overwatch 2

Dans le même genre

Laisser un commentaire