Skull and Bones – Sans Pitié

Les pirates étaient de retour dans le monde du jeu vidéo le 16 février 2024 avec Skull and Bones. Malheureusement peu apprécié par la communauté de gamers, il se crée tout de même petit à petit sa communauté. Vous pouvez retrouver notre test ICI. Après un jeu vidéo, voilà qu’une bande dessinée débarque chez Glénat. Nicolas Jarry et Marco Pelliccia nous embarquent dans cette histoire nommée Skull and Bones – Sans pitié. Retrouvez la bande dessinée chez vos libraires préférés et sur Amazon pour 18€ depuis le 22 mai 2024.

Cette critique a été réalisée avec un exemplaire fourni par l’Éditeur.

Synopsis

« Faire du désespoir le plus profond, l’espoir le plus invincible »
 F. Nietzsche

 Quand le jeune Waleran décide de monter à bord du Sans-Pitié pour suivre les pirates qui ont pris d’assaut son navire, il sait que ce choix définira le reste de son existence…
 Une vie violente et sans lendemain, guidée par un puissant besoin de liberté. Pourtant, c’est un sombre désir de vengeance qui anime son nouveau capitaine, la belle et terrible Dalal Al’Qasim, dont la colère pourrait bien embraser l’océan !
 Écrit par Nicolas Jarry (Nains, Conquêtes, le Crépuscule des Dieux…) et dessiné par Marco Pelliccia, Skull & Bones nous replonge dans l’âge d’or de la piraterie. Un récit épique aux embruns sanglants de liberté !

Glénat

L’univers Ubisoft sur planche

Février 2024, Ubisoft sortait enfin son jeu de pirates tant attendu Skull and Bones et maintenant la bande dessinée Skull and Bones. Pour ceux qui ne le savent pas, l’univers du jeu avait déjà été adapté sous la forme d’un comics appelé Savage Storm sorti le 19 Octobre 2023 chez Black River. Autant vous dire que sans pitié, le titre de cette bande dessinée va aussi faire son petit effet.

On y retrouve d’ailleurs Scurlock le Kingpin nous prouvant alors l’appartenance de la bande dessinée au jeu, en plus de la mention Ubisoft sur sa couverture.

C’est donc sur une histoire de pirates en plein milieu de l’océan indien que l’on commence l’aventure. Un bateau de la faction britannique, notre héros nommé Waleran qui veut devenir cartographe et un équipage qui va livrer un des capitaines les plus dangereux. Le sans pitié débarque et BIM première bataille. Autant vous dire qu’on a sa dose d’hémoglobine, ce n’est donc pas un livre à mettre entre toutes les mains.

Une fois cette bataille terminée, la vraie vie de pirate commence ! C’est donc à travers Waleran mais aussi le capitaine  Dalal Al’Qasim que nous naviguons.

Une ambiance de franche piraterie

Ici pas de romance ni de camaraderie. Des alliances se font, des liens se créent, mais malgré tout, on ne sait pas trop en qui on peut avoir totalement confiance. Ce qui est sûr, c’est que la trahison a sa place mais aussi la loyauté. Être capitaine c’est gagner le respect de ses matelots et ça Skull and Bones nous le prouve à plusieurs reprises. Les secrets sont aussi présents. Le capitaine en a et cela pourrait la mener à sa perte.

J’ai vraiment retrouvé l’ambiance et l’univers qu’Ubisoft a voulu nous faire découvrir dans le jeu vidéo. Étant donné que le jeu nous fait créer un personnage, il n’y a pas trop de soucis sur le côté adaptation. Des histoires de pirates, il y en a plein dans le jeu et donc forcément cela laisse énormément de possibilités.

À l’abordage ! Partons à l’aventure

Dès les premières pages, on aborde la base d’une histoire de pirates. Une capitaine badass, car oui en piraterie il y a des femmes aussi. Le pauvre naze qui a bien envie d’en faire son quatre-heures mais on sait que si elle sort de sa cage elle va l’empaler avec son épée et bien sûr le jeune futur pirate qui rêve de liberté. Nous avons tout ce qu’il faut pour que l’histoire se crée et rapidement les batailles s’enchaînent.

Si le sang est assez présent, je dois avouer qu’une scène bien que gore est magnifique et digne d’une bande dessinée d’horreur. En termes d’illustration, Marco Pelliccia a fait du bon boulot.

Si je dois valider une chose, c’est le côté logique de l’embrigadement de Waleran. Aveuglé par son désir de justice et de paix, il retourne sa veste pour rejoindre les pirates. À aucun moment il n’est fait prisonnier et mieux encore, il devient vite un des leurs. S’il a l’air empoté au début, je dois avouer que finalement, il cache bien son jeu et devient un bon élément.

Mon avis sur Skull and Bones – Sans Pitié

Comme expliqué, j’avais été déçue lors de la sortie de Skull and Bones. Néanmoins, j’y ai vu du positif et notamment tout le côté histoire et anecdotes liées aux pirates. Alors forcément découvrir que Ubisoft et Glénat s’associent pour nous offrir une histoire de pirates était très positif.

Commençons par les héros. Waleran est certes au début un peu simplet, mais rapidement il va évoluer et prouver qu’il a l’âme d’un pirate. Il commet des maladresses mais tout le monde va vite flairer son potentiel. Dalal la première.

Le capitaine Al’Qasim est aussi un atout dans cette histoire. Pas de capitaine barbu pour cette histoire, mais plutôt une belle mercenaire qui vous fera trembler de peur. Juste et loyale, elle a toutes les qualités d’un pirate et ne souhaite qu’une chose, la liberté et la vengeance.

En termes d’histoire, on reste sur du simple. Une vengeance, la navigation et les combats navals, là-dessus on est sur de la valeur sûre. Malgré tout, n’ayez aucune crainte de vous ennuyer. L’histoire racontée sous le regard de Waleran va vous transporter et vous permettre de vous plonger dans l’univers Skull and Bones. Je n’ai certes pas accroché avec le jeu, mais j’ai eu un petit coup de cœur pour la bande dessinée.

Pour conclure…

À l’abordage ! Rejoignez l’équipe du sans pitié commandé par le capitaine Dalal Al’Qasim et découvrez les secrets de la piraterie, le tout sur une adaptation du célèbre jeu vidéo Skull and Bones créé par Ubisoft.

Vous devriez Lire aussi
Edens Zero - Tome 1

Dans le même genre

Laisser un commentaire

En savoir plus sur GeeksByGirls

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading